playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-10

Terminer son voyage au Pérou par le Machu Picchu, c’est un peu la cerise sur le gâteau. Après une semaine passée à découvrir Cusco et la vallée sacrée des incas, nous nous apprêtons à atteindre l’un des plus beaux endroits au monde et aussi l’une des nouvelles merveilles du monde : le célèbre Machu Picchu.

Mais au fait, c’est quoi le Machu Picchu ? 

Machu Picchu signifie « vieille montagne » en Quechua. Il va donc falloir grimper pour accéder à cette cité perchée au sommet d’une montagne. Si le Machu Picchu est aujourd’hui l’un des sites les plus visités au monde, c’est parce que le mystère qui entoure cet endroit reste entier. A l’heure actuelle, on ne sait toujours pas à quoi pouvait bien servir cette forteresse ni comment et pourquoi elle a été abandonnée. On sait juste que les incas s’y seraient réfugiés pour fuir l’avancée des conquistadors espagnoles. Ceux-ci ne trouveront d’ailleurs jamais le chemin pour accéder au Machu Picchu.

Comment aller jusqu’au Machu Picchu ?

Il existe plusieurs routes pour rejoindre le Machu Picchu. La région foisonne de treks plus ou moins ardus.

  • Le trek de l’inca. Il permet de relier Cusco au Machu Picchu en 5 jours. C’est, semble-t’il, la route qu’empruntaient les incas à l’époque où ils régnaient sur cette partie de l’Amérique Latine. C’est le chemin le plus connu mais aussi le plus cher. Comptez 500€/pers. Guide obligatoire.
  • Le trek de Choquequirao. Selon les témoignages d’autres voyageurs, c’est un trek magnifique. Il permet de rallier le Machu Picchu gratuitement en 5 jours en passant par une autre forteresse inca : le Choquequirao, beaucoup moins fréquenté que le Machu. Possibilité de planter la tente au milieu des ruines. 😉
  • En bus par la route. Si vous voulez économiser vos jambes pour mieux les fatiguer dans les ruines.

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-1

Au départ, nous voulions absolument faire le trek de Choquequirao. Mais comme ils annonçaient de la pluie 5 jours plus tard (soit le jour de notre arrivée au Machu) et qu’on avait déjà du mal à arpenter les rues de Cusco sans faire des poses toutes les 5 minutes à cause du manque d’oxygène, nous avons préféré être raisonnable et prendre le bus.

Si vous voulez absolument vous attaquer au trek de Choquequirao, on vous conseille d’aller lire le récit de nos amis Camille et Joris du blog Envie d’ailleurs ou celui de Anaïs et Nico de En passant par le monde.

Un voyage éprouvant

Après avoir laissé notre gros sac à l’auberge, nous retrouvons Laure et Arnaud (blog On part quand) et nous prenons tous les quatre la direction du terminus terrestre de Santiago de Cusco. A notre arrivée, plusieurs bus sont sur le point de partir et dans le hall c’est la curée. Les prix chutent à grande vitesse. C’est à qui nous fera la meilleure offre pour qu’on parte avec eux. Quelques secondes plus tard et quelques soles en moins, nous voici dans le bus direction Santa Maria. Là-bas, nous troquons le bus pour un collectivo. La navette avance lentement sur un chemin de terre sinueux à flan de montagne. Le précipice est vraiment impressionnant et on prie à chaque croisement de ne pas finir au fond du ravin.  Trois heures plus tard, nous arrivons à Hydroélectrica. Il nous reste encore 11km à parcourir et 2 bonnes heures de marche le long des voies ferrées. Une route plutôt agréable aux abords d’une rivière. Un chose est sûre : on n’est pas les seuls à vouloir atteindre le Machu Picchu.

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-24

Nous arrivons à Aguas Calientes en fin d’après-midi, fourbus. Cette ville ressemble à une station de montagne. Hôtels, restaurants et magasins de souvenirs sont entassés les uns sur les autres. Tout y est très cher. Après avoir pris possession de notre chambre, nous allons acheter notre billet pour le site.  Officiellement, les ruines ne peuvent accueillir que 2 500 visiteurs par jour. Coup de chance, il reste encore de la place pour demain. Nous partons manger et nous couchons tôt car demain, la journée s’annonce sportive.

Astuce qui fait plaisir : comme Aguas Calientes est une ville 100% touristique, n’hésitez pas à tout négocier (chambre d’hôtel, restaurant, souvenirs). Nous avons réussi à obtenir gratuitement une tournée de Pisco Sour et des tortillas au guacamole au restaurant ! :-)

L’ascension finale vers le Machu Picchu

L’objectif ultime de la visite du Machu Picchu, c’est arriver à l’ouverture et être le seul sur le site pour le lever du soleil. Mais pour cela, il faut se lever très (très) tôt, être le premier devant la grille et grimper les 1 700 marches en moins de 30 minutes. Un objectif qu’on aurait beaucoup aimé réaliser, si la fatigue du voyage n’avait pas commencé à se faire fortement sentir.

Nous décidons donc de laisser passer le flot des guerriers et nous nous levons royalement à… 05h00 du matin ! A cette heure-ci, la file d’attente pour le bus est déjà bien longue mais en ce qui nous concerne, nous sommes quasiment les seuls à monter la montagne à pieds. On mettra presque une heure pour gravir l’immense escalier de pierre dont les marches sont toutes de hauteur différente. Arrivés en haut, nous reprenons nos esprits pendant une dizaine de minutes avant de pénétrer enfin dans le Machu Picchu.

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-8

La visite du Machu Picchu

Après l’effort, le réconfort. On a qu’une envie : contempler le Machu Picchu. On grimpe les dernières marches et nous voici enfin en haut des terrasses qui offrent la plus belle vue sur le site inca. Le spectacle est impressionnant. Autant dire qu’on est resté un bon moment à profiter du lieu et nous faire rêver. On a beau avoir déjà vu ce paysage des milliers de fois, on reste quand même ébloui par la magie de l’endroit. Et en arrivant vers 8h du matin, la plupart des touristes sont déjà partis et on arrive à avoir des photos sans trop de monde en arrière plan ! :-)

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-25

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-13

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-12

Après cette séance photo et une petite collation pour profiter encore plus de la vue, nous plongeons au coeur des ruines pour les admirer de plus près. Dans les petites ruelles du Machu, nous sommes vite submergés de touristes et harcelés par les gardiens qui sifflent constamment. Nous faisons rapidement le tour des ruines du bas et regagnons la sortie pour redescendre la montagne.

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-21

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-18

Bon plan : En quittant le site et avant de redescendre, n’oubliez pas de faire tamponner votre passeport avec le tampon officiel du Machu Picchu. Il est en libre service sur votre gauche en sortant. Ca fait un super souvenir ! 😉

Nous reprenons le chemin du retour en longeant les voies ferrées pendant 2h jusqu’à Hydroelectrica. En route, nous nous arrêtons pour une petite baignade et une petite pause dej (15 soles le menu dans un petit resto le long des voies ferrées). Car après nous avons 6h de bus pour rentrer à Cusco !

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-23

Notre ressenti sur le Machu Picchu

Clairement, le Machu Picchu est un incontournable d’un premier voyage au Pérou. Le site inca est majestueux et mérite qu’on souffre un peu pour s’y rendre. Néanmoins, nous n’avons pas eu le coup de coeur espéré. Sans doute la faute aux hordes de touristes, à la fatigue du voyage et surtout aux gardiens. Car dans le Machu Picchu, on ne fait pas n’importe quoi. Il faut bien suivre les flèches qui indiquent le sens de la visite (alors qu’elle sont parfois à contre sens), il ne faut pas sauter (dommage pour les photos)… Tout au long de la visite, on a été accompagné par le bruit de sifflet des gardiens à l’affut du moindre « dérapage ». On s’est clairement senti fliqués. On a même du effacer une photo sur laquelle on sautait devant le site. Bref, même si on ne regrette pas du tout d’être venu jusqu’ici, ça a un peu gâché notre moment. Si nos pas nous ramènent un jour au Machu Picchu, j’espère qu’on pourra cette fois passer par le trek de Choquequirao et profiter d’un site inca encore méconnu.

playingtheworld-perou-machu-picchu-voyage-11

Infos utiles

  • Comment se rendre au Machu Picchu ? 

Prendre un bus au terminal terrestre de Santiago de Cusco jusqu’à Santa Maria. 15 soles, négocié 10 soles (2,5€), 5h de route

A Santa Maria, prendre un collectivo jusqu’à Hydroélectrica. Environ 25 soles (6,25€). 3h de route.

Il est possible également de prendre un collectivo qui part de Cusco directement jusqu’à Hydroelectrica, selon d’autres voyageurs le trajet peut être négocié à 60 soles par personne l’aller/retour (15€).

  • Prix du billet du Machu Picchu seul : 128 soles (32€)

Possibilité d’acheter un billet combiné pour visiter le Machu + le Waina (la petite montagne derrière le Machu Picchu) ou alors le Machu + la Montana (la grande montagne devant le Machu). Attention, pour ces billets, le nombre de places est encore plus réduit.

  • Où dormir à Aguas Calientes ? 

L’hôtel Joe Inn. Nous avons négocié une chambre de 4 pour 20 soles/pers sans petit-déjeuner (5€).

  • Comment rentrer à Cusco ?

Si vous voulez retourner à Cusco directement après la visite du Machu Picchu, ne partez pas après 13h car la route est longue et fatigante. Il faut en effet compter le temps de descente jusqu’à Aguas Calientes + 2 heures de marche le long des voies ferrées jusqu’à Hydroélectrica + 6 heures de collectivo jusqu’à Cusco.

Les collectivos sont nombreux et coûtent 35 soles/pers (9€).

2 Responses to “Le Machu Picchu pour les mi-feignants, mi-sportifs : mode d’emploi”

  1. Joris

    Merci pour le lien les amis!
    Le retour se passe comment? Vous déprimez pas encore trop? :)
    Bises

    Répondre
    • playingtheworld

      Avec plaisir :-)
      Non ça va pour le moment on reprend nos marques doucement.
      Bises à vous 2

      Répondre

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

%d blogueurs aiment cette page :