©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-4

Bora-Bora… un nom qui évoque le sable fin, les hôtels de luxe sur pilotis, le bout du monde et le paradis ! Une destination de Polynésie réservée aux (très, très) riches. Le genre de destination qu’on ne pourra jamais s’offrir sauf pour une lune de miel. Quoi que… Vivre Bora-Bora en mode routard c’est possible ! On l’a fait. On a vécu le rêve pendant 3 jours sur la perle du Pacifique, l’île aux 50 nuances de bleu.

Dormir à Bora-Bora ? Impossible. Bien trop cher… C’est ce qu’on pensait avant d’arriver ici. Heureusement, grâce au site Couchsurfing, nous avons rencontré Isabelle et sa fille Salomé qui nous ont hébergé chez elles, à deux pas de Vaitapé, la ville principale de l’île. Pendant 3 jours, nous avons partagé leur quotidien sur la plus belle île au monde.

 

1er jour sur le lagon : plongée dans le grand bleu, baleines à bosse et raies mantas

Avant d’arriver, beaucoup de personnes nous avaient prévenu : « Ca ne sert à rien d’aller à Bora-Bora si tu ne vas pas sur le lagon ». Effectivement, l’intérêt principale de cette île réside dans son magnifique lagon et son incroyable diversité sous-marine.

De nombreuses entreprises proposent des tours sur le lagon avec des stops plus où moins long pour observer des animaux marins. Après un rapide recherche, nous choisissons de découvrir le lagon avec Tohora Bora Bora, une petite entreprise toute jeune et à taille humaine tenue par Simon, une personne joviale et communicative incollable sur le monde sous-marin. Et coup de bol pour nous, nous sommes seuls sur le bateau ! On va pouvoir bien en profiter et prendre notre temps pour voir ce que le lagon a à nous offrir… :-)

Simon nous donne RDV à 8h du matin devant la maison d’Isabelle. Après quelques courses pour le pique-nique du midi, il met les gaz, direction le large pour tenter d’observer des baleines. La meilleure période pour observer les baleines en Polynésie court de Juillet à Novembre. C’est à cette période que les baleines à bosses viennent mettre bas dans les eaux chaudes de la Polynésie. On est un peu tôt dans la saison mais on croise les doigts et on espère en voir au moins une. On commence à scruter l’horizon à la recherche d’un jet d’eau ou d’une queue qui sortirait des profondeurs. On cherche, on cherche, on cherche… Une bonne heure plus tard, on doit bien admettre qu’on n’en verra pas aujourd’hui ! :-( Avant de partir un peu dépité vers notre deuxième spot, on pique une tête dans le grand bleu ! Non je ne parle pas du film avec Jean Renaud mais bien de l’Océan Pacifique qui revêt un couleur d’un bleu intense. En haut, en bas, à gauche, à droite… que du bleu ! Intense. Profond. Vertigineux. Je n’avais jamais ressenti cette impression de flotter entre deux eaux au milieu de l’océan. Une sensation à la fois agréable et très perturbante car on perd toute notion d’orientation.

Même vu de l’extérieur, ce bleu est fou !!!

Pour notre deuxième spot, Simon nous emmène faire du snorkeling sur un site réputé pour sa faune aquatique. En chemin, on croise la route d’une colonie de dauphins qui viennent jouer devant le bateau.

Toujours à l’extérieur du lagon, nous enfilons nos palmes, masques et tubas et retournons une nouvelle fois dans l’eau. Des thons, des barracudas, des requins gris et une multitude de poissons se promènent sous nos yeux. Manque de chance, ils sont vraiment trop profond pour qu’on puisse s’approcher.

Le saviez-vous ? Autrefois, les navigateurs trouvaient la présence d’île au milieu de l’Océan en cherchant les nuages verts !!! En effet, les eaux turquoises des lagons reflètent les rayons du soleil et projettent une couleur verte en dessous des nuages.

Le troisième stop est celui qu’on attend avec le plus d’impatience : les raies mantas ! Ces immenses diables des mers viennent dans les eaux peu profondes du lagon et survolent les patates de corail d’où des petits poissons viennent les nettoyer de leurs parasites. Après quelques minutes à scruter le fond de l’eau, nous trouvons enfin une immense ombre noire. C’est le moment de se mettre à l’eau pour aller observer cette demoiselle de 4 mètres d’envergure ! Une rencontre incroyable pour Chloé qui en voit pour la première fois et un moment toujours aussi magique pour moi qui en ai déjà vu en Australie. Mais en plongeant trop profondément, je fais fuir la raie qui disparait en deux coups d’ailes. Heureusement, on en trouve une autre un peu plus loin !

GIF MANTA VF

Après toutes ces émotions, nous déjeunons au beau milieu du lagon. En chemin, nous croisons la route de Guido, notre pote argentin rencontré à Huahine et d’Agathe, sa travelmate. On les invite à bord pour aller voir les jardins de coraux et de poissons. Mais la sortie vire au drame lorsque Chloé se fait emporter par le courant. Par réflexe et pour ne pas toucher les coraux, elle replie ses jambes. Mauvaise idée, son genoux heurte les coraux qui lui entaillent sévèrement la peau. A 10 mètres d’elle, je peux voir le sang couler dans le lagon. Chouette, ça va attirer les requins ! La ballade est terminée, nous rentrons sur l’île où Chloé part se faire soigner au dispensaire. La baignade, c’est finit pour elle ! :-/

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-13

Sympa la vue sur le lagon pour la pose dej’ !

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-15

2er jour sur le lagon : tête à tête avec un requin citron, bière et copains

Aujourd’hui, Isabelle et Salomé sont de repos et ont organisé une journée bateau sur le lagon. Avec quelques uns de leurs amis, nous louons une petite embarcation et nous repartons pour un tour de l’île.

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-32

On commence par assister à une course de va’a (pirogues) pour soutenir l’un de leur ami. Puis nous nous dirigeons à l’extérieur du lagon pour aller voir les requins citrons. Voir des requins, on commence à être habitué, surtout des pointes noires. Mais en voyant 3 énormes requins-citron à quelques mètres de moi, je dois avouer être à la fois impressionné et un peu inquiet quand même. Il y a de nombreux bateaux autour de nous et les touristes n’hésitent pas à plonger pour caresser les squales et, pour les plus téméraires, s’accrocher à leur aileron ! Je me contenterais d’une petite caresse sur l’aileron ! :-)

Voici la vidéo où je caresse le requin citron ! 😉

Mais où sont-ils passés ?

Sous bonne escorte…

De retour dans le lagon, nous partons déjeuner tout au sud du motu Piti A’au. Musique, partie de volley et pique-nique avec le volcan en toile de fond. Je crois bien qu’on est arrivé au paradis ! :-) Après le repas, je pars photographier des statues immergées et croise au passage la route d’une famille de raies léopards. Le rêve je vous dis !

photo de raies leopards en polynesie

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-36

En remontant vers le nord, nous passons devant le Four Seasons et le St-Régis (à ce stade, c’est plus des hôtels, c’est des palaces !). Chloé, qui n’a pas pu se baigner à cause de sa blessure saute finalement dans l’eau après avoir crié « On a qu’une seule viiiiiiiieeeeee… !!! ». On termine cette journée exceptionnelle par un dernier arrêt sur le motu Tapu et un coucher de soleil magnifique depuis notre bateau, au milieu du lagon. Quelle vue !

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-41

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-39

Chambre avec vue… sur le lagon !

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-43

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-42

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-44©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-45

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-46

3ème jour : dernière plage au paradis

Je me réveille avec la lèvre inférieure gonflée et douloureuse… et oui ça fait mal un coup de soleil sur les lèvres ! Comme on pensait que Bora-Bora allait sérieusement amputer notre budget du tour du monde, nous n’avons prévu que deux jours pleins sur cette île de rêve. Aujourd’hui, on s’en mord bien les doigts à quelques heures de prendre notre avion pour Maupiti. Il nous reste encore un peu de temps, on en profite pour aller se baigner une dernière fois sur la plage Matira.

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-47

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-51

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-49

Bilan de notre séjour à Bora-Bora

Dire qu’on a adoré notre séjour à Bora-Bora serait un affront à la splendeur de la perle du Pacifique. Il n’y a pas de mot assez fort pour décrire ce qu’on a vécu sur cette île qui nous faisait rêver depuis bien longtemps. Un rêve éveillé ? Le paradis sur terre ? Les trois plus beaux jours de nos vies ? Non, je crois bien que ce n’est pas suffisant. Pour s’en rendre compte, le mieux reste de s’y rendre et de le constater par soi-même. En tout cas, c’est tout le mal qu’on vous souhaite ! 😉

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-31

Infos utiles :

Comment arriver à Bora-Bora :

  • en avion avec Air Tahiti, 1h en avion depuis Huahine, l’aéroport est sur un motu, navette gratuite pour rejoindre l’île (l’escale était inclus dans notre pass Air Tahiti : Tahiti-Moorea-Huahine-BoraBora-Maupiti-Tahiti pour 405€ par personne)

Où dormir à Bora-Bora : Si vous êtes en mode routard, on vous conseille d’envoyer un gentil message à Isabelle sur Couchsurfing et d’aller lui passer le bonjour de notre part. Si vous avez gagné au loto, allez-y faites vous plaisir, vous n’aurez que l’embarras du choix !

Découvrir le lagon avec Tohora Bora-Bora : 13 000 fr la demi-journée (109€), prévoir le pique-nique du midi. Une super expérience qu’on vous recommande si vous venez à Bora-Bora. Loin des tour-usine. Idéal pour prendre son temps. Simon est super cool et n’hésite pas à adapter son itinéraire en fonction des envies de ses clients. Si vous y passez, dites lui bonjour de notre part. Je suis sûr qu’il se souviendra de Chloé et sa blessure de guerre ! 😉 Plus d’infos sur www.tohoraborabora.com ou sur la page Facebook Tohora Borabora

Les animaux marins à ne pas manquer : 

  • coté lagon : raies mantas, raies léopards, requins pointes noires, raies pastenagues, barracudas, poissons
  • côté océan : requins citrons, requins gris, dauphins, baleines (selon la saison)

3 Responses to “Bora-Bora, 3 jours dans la perle du Pacifique”

  1. Jenny

    Ouille, pas belle la blessure!!!!! Le reste par contre est magnifique!
    On envisage la Polynésie avec ce même pass pour juillet ou août prochain, selon finances, affaires, etc… Mais en habitant en Australie, on n’en a jamais été aussi proches, ça serait dommage!! Donc je suis avec grand intérêt votre périple sur place

    Répondre
    • playingtheworld

      Hello Jenny,
      Effectivement, il ne faut pas rater l’occasion. C’est justement ce qu’on s’est dit en quittant la Nouvelle-Zélande : c’est trop dommage d’être aussi prêt et de ne pas s’y arrêter. Si j’ai un seul conseil : FONCE !!!!!
      On n’a pas encore fait le bilan mais tu verras que tu peux t’en tirer pour pas si cher !
      Où vis tu en Australie ? (on connait bien, on a passé un an là-bas !)

      Répondre
      • Jenny

        Yep je sais, je vous ai découverts au travers d’un reportage sur les WHV 😉
        J’habite à Dee Why, au nord de Sydney. Une petite maisonnette de banlieue à deux pas de la plage, ya pire comme vie héhé.

        Répondre

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

%d blogueurs aiment cette page :