Posts from the ‘Polynésie Française’ category

dsc03616

La Polynésie, un endroit qui nous faisait rêver depuis tout petit et qu’on croyait inaccessible ! Et pourtant, au cours de notre tour du monde nous avons décidé de rajouter cette étape paradisiaque à notre voyage. Nous avons rajouté un billet d’avion depuis la Nouvelle-Zélande. Ce fut notre meilleur décision du voyage. La Polynésie a été un ENORME COUP DE COEUR pour nous. Voici notre bilan avec budget et itinéraire détaillé.

Itinéraire

Nous sommes arrivés en avion à Tahiti depuis Auckland (voir notre article sur notre billet tour du monde).

Pour ceux qui ne passent pas par un billet tour du monde, on vous conseille de regarder les vols sur le comparateur de vols Skyscanner pour trouver les meilleurs prix.

pol_society

Séjour du 28 juin au 25 juillet 2016

Voici comment nous avons réparti les 28 jours :

Tahiti            5 jours
Moorea           5 jours
Huahine          6 jours
Bora Bora       3 jours
Maupiti            3 jours
Moorea             3 jours
Tahiti                 2 jours

Budget

Au total pour 28 jours nous avons dépensé 258 734 francs pacifique pour 2, soit environ 2 170 € à 2. Ce qui fait environ 1 084€/pers.

Soit un budget moyen de 38,70€ par jour par personne !

Taux de change juillet 2016 : 1€ = 119,33 CPF.

capture-decran-2016-10-16-a-18-06-56

Nous n’avions pas prévu cette destination au début de notre voyage, mais comme nous avons moins dépensé que prévu sur les 6 premiers mois de voyage nous rentrons dans notre budget annuel. (Voir l’article : Notre budget pour un an de tour du monde.)

Modification billet tour du monde

Nous avons modifié notre billet tour du monde pris chez Zipworld (voir l’article Comment choisir son billet tour du monde).
Nous avons payé 150€ de frais de changement, puis environ 300€ pour le vol Auckland-Papeete.

Hébergement

Notre challenge en Polynésie : dormir chez l’habitant ! En effet, un budget hôtel ne nous permettait pas de rester 1 mois sur les îles et nous voulions vraiment rencontrer les gens et vivre en mode local. Nous avons acheté une tente en Nouvelle-Zélande 35$ (23€), afin de faciliter l’hébergement chez l’habitant.

On a été très chanceux car nous avons été hébergé la plupart du temps. On a fait des rencontres formidables qui sont devenues des amis ! Le groupe Facebook “Allo qui sait quoi” nous a bien ai aidé à rencontrer des gens, mais aussi le stop et les amis d’amis. Puis le site couchsurfing qui est très bien.

Voilà pouquoi notre budget hébergement est très bas ici, il représente seulement 5% du budget total, soit 60 euros par personne sur 1 mois !

A savoir, pour dormir en pension il faut compter minimum 50€ la nuit. C’est pourquoi on vous recommande vraiment le camping ou le couchsurfing.

IMPORTANT: Compte tenu du nombre important de mails reçus nous demandant les coordonnées des personnes nous ayant hébergés et afin de préserver la tranquillité de nos hôtes, nous souhaitons vous informer que les coordonnées de nos hôtes ne seront pas données. Nous espérons que vous trouverez vous aussi de super hôtes en Polynésie !

Détail des nuits :

  • 22 nuits hébergés :
    • 6 nuits hébergés chez Elodie à Tahiti (amie de Romain qui est retournée vivre en France)
    • 8 nuits sous tente chez Madeleine et Steven à Moorea
    • 3 nuits chez Isabelle et Salomé à Bora-Bora (couchsurfing)
    • 3 nuits sous tente chez Martial à Maupiti
    • 1 nuit chez Lydie à Tahiti
    • 1 nuit chez Sarah à Tahiti (amie de Chloé)
  • 6 nuits au camping Hiva à Huahine, 1 900 francs la nuit pour 2 avec sa propre tente (16€), possibilité de louer une tente et/ou matelas sur place, douche froide, cuisine sommaire, kayaks gratuits.

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5€ à votre inscription ! 🙂

Transport

Nous avons dépensé 445 euros chacun. C’est notre part la plus importante du budget (41%). Nous voulions absolument visiter plusieurs îles et le seul moyen pour passer de l’une à autre c’est… l’avion ! Le reste du temps nous avons fait principalement du stop ou avons été transporté dans les voitures de nos hôtes.

Détails :

  • 5 avions avec le Pass multi-îles de Air Tahiti 405€ (Tahiti-Moorea-Huahine-Bora Bora-Maupiti-Tahiti)
  • Location de voiture 1 journée à Huahine, 3 500 francs (29€) (payé la moitié avec 2 autres personnes)
  • Bateau Tahiti-Moorea : 1 500 Francs par pers (13€)
  • Bateau Moorea-Tahiti : 1 160 Francs par pers (9,7€)

Nourriture, boissons

Notre budget nourriture/boissons pour chacun est de 278€, soit 25% du budget.

Ici nous avons principalement fait les courses et mangé avec nos hôtes. Ils nous ont fait découvrir également des plats typiques des îles comme le délicieux poisson cru lait coco chez Elodie et Madeleine et Steven, ou encore le poulet à la papaye et à la banane de Madeleine. On a aussi mangé beaucoup de poissons chez Martial le pêcheur, à Maupiti. Nous avons également testé quelques paillotes ou roulottes, mais ça restait très rare. Un plat revenait entre 1 000 et 1 500 francs (8 et 13€).

Le midi nous nous faisions des sandwichs ou achetions directement des “casse-croutes” (sandwichs) sur le bord de la route.

Notre découverte la plus improbable : la tortue ! On nous a fait goûter un jour, on a pas aimé du tout ! Attention, ce plat est interdit en Polynésie. La tortue est considéré comme le plat des rois (réservé à l’époque à la famille royale polynésienne). Aujourd’hui, la tortue se vend et se prépare “sous le manteau” et est servi aux invités de marque. On ne pouvait pas vraiment refuser !

Sans oublier la Hinano, LA bière de Polynésie. Toute le monde en boit tout le temps ici.

Extras

Au total nous avons dépensé 164€ en extras, soit 15%.

Pour profiter au mieux des îles nous avons principalement fait du snorkeling et bronzage sur les plages. On est parti faire du kayak avec Olivier et stéphanie à Tahiti pour partir observer des dauphins qui jouaient dans la passe de Mahina. On est aussi parti en mer une journée pour pêcher avec notre ami Martial. Et à Moorea, Madeleine nous a fait visiter son île avec les enfants.

Mais pour agrémenter le tout, on s’est autorisé quelques petits plaisirs.

  • 1h de kayak à Moorea : 1 000 Francs pour 2 (8€)
  • 1 journée de bateau à Bora-Bora avec Tohora Borabora : 13 000 Francs chacun (109€)
  • 1 deuxième journée autour du lagon de  Bora-Bora sur un bateau de location : 5 000 Francs chacun (42€)
  • Entrée chez “l’artiste” à Maupiti : 1 000 francs chacun (8€)

Hors budget Tour du monde

  • 2 plongées sous-marine à Moorea : cadeau d’anniversaire de Chloé (30 ans)
  • Tatouage Chloé : 5 000 Francs, Tatouage Romain : 20 000 Francs chez Mate tattoo Moorea , le meilleur tatoueur de l’île !

Souvenirs

Les souvenirs et cartes postales correspondent à 12% du budget soit 136 euros chacun.

Quelle assurance voyage ?

Etant en tour du monde d’un an, nous avons choisi l’assurance CAP Aventure de Chapka Assurances, valable pour les séjours de plus de 3 mois.

Pour les séjours plus courts (moins de 3 mois), il existe aussi l’assurance CAP Assistance 24h/24h.

Notre rencontre avec les enfants ?

Voir l’article : Notre rencontre avec les enfants en Polynésie

On a adoré 

  • l’accueil des Polynésiens
  • les fonds marins en plongée et snorkeling
  • les lagons magnifiques de Bora-Bora, Moorea et Maupiti
  • le poisson cru au lait de coco

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-47

DCIM100GOPROG0990794.

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-14

dsc03453

dsc03521

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-37 ©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-38

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-29

On a moins aimé 

On trouve pas, on a tout aimé en Polynésie ! 🙂

Notre ressenti global 

Découvrir la Polynésie a été un vrai bonus dans notre voyage de tour du monde. Nous avons été accueilli comme des rois par les Polynésiens et les paysages étaient juste paradisiaques. Vous l’aurez donc compris, ce voyage fait parti de nos GROS GROS coups de coeur du voyage. C’est même la première fois qu’on s’est imaginé s’expatrier dans un pays. Et oui, il reste tant d’îles et d’atolls à découvrir : les marquises, fakarava, rangiroa… Bref, on a pas d’autres mots pour décrire ce que l’on ressent mais on a un conseil : foncez-y !

Prochaine étape : l’Ile de Pâques.

Vous avez aimé cet article ? Vous voulez encore plus de Polynésie ? Alors on vous conseille cet excellent article de nos amis Arnaud et Vanessa du blog Le tour du monde à 80cm. Avec eux, vous verrez qu’il est aussi possible de vivre l’expérience polynésienne en famille. 🙂

Et si vous souhaitez organiser vos vacances en passant par une agence, nous vous recommandons l’agence Evaneos qui organise des circuits sur mesure avec des guides locaux.

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-23

A bientôt !

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest !

4 SEMAINES EN POLYNESIE FRANCAISE

23 Comments

Juillet 2016 – 

Lors de notre séjour en Polynésie Française, nous avons rencontré des enfants de Moorea. Madeleine, notre amie et hôte nous a donné l’adresse d’un des centres de loisirs de l’île. Avec l’accord de la directrice, nous avons pu rencontrer les enfants et jouer avec eux deux fois.

Notre première rencontre a eu lieu au bord de la plage. Nous avons créé un premier contact avec eux, joué au foot, à la balle au prisonnier… Suite de ces premiers instants, ils nous ont proposé de revenir le lendemain après-midi dans leur centre pour nous faire découvrir : les olympiades polynésiennes !

Les olympiades polynésiennes : 2 équipes, 5 épreuves : la course en sac, la pirogue polynésienne, les échasses en noix de coco, le porté de fruits, et le tir à la corde.

On a passé une après-midi très agréable à leurs côtés. Nous avons ensuite terminé la journée avec nos jeux : crazy cups, halli galli (voir les règles ici) et un “poissons-pêcheurs” GÉANT !

On a réalisé une courte vidéo de notre rencontre avec les petits polynésiens. Voici le résumé de ces moments de jeux en images. 🙂

N’oubliez pas de cliquer sur HD en bas à droite de la vidéo pour une meilleure qualité.

Quelques photos :

Leave a comment

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-1

Juillet 2016 – Après notre séjour de rêve sur Bora-Bora, on avait du mal à imaginer pouvoir encore être subjugué par la beauté d’une île… et pourtant. Comme pour les autres îles de Polynésie, Maupiti possède sa propre atmosphère. Quelque chose de différent des autres îles. On a eu la chance d’être accueilli pendant 3 jours dans une famille de pêcheurs. Ils nous ont fait découvrir leur quotidien dans ce petit paradis encore préservé du tourisme.

L’île de Maupiti est l’une des plus petites îles sous le vent et la plus éloignée de Tahiti. Sa superficie est de 13,5km2, on en fait le tour en 2 heures à pied et elle ne compte pas plus de 1 200 habitants. On est vraiment pas loin de l’île déserte ! D’ailleurs, aucun bateau de tourisme n’y va. Il faut maintenant prendre l’avion pour découvrir Maupiti. Il n’y a également aucun resort sur l’île, seulement des pensions de famille.

Maupiti, le centre du monde polynésien ? Pour les Polynésien, l’île de Maupiti est sacrée. C’est en haut de sa montagne que les rois venaient se faire sacrer car, selon la légende, l’île de Maupiti serait au centre exact du triangle polynésien : Nouvelle-Zélande, Île de Pâques, Hawaï.

Notre arrivée chez Martial le pêcheur

Comme on a pu vous expliquer dans les précédents articles, notre objectif en Polynésie était de dormir chez l’habitant. Après avoir mis un message dans un groupe de discussion sur Facebook, une femme vivant à Tahiti nous a contacté et nous a proposé de planter la tente chez son frère vivant à Maupiti, un certain Martial ! Ah, l’accueil légendaire des Polynésiens ! 🙂 Martial n’ayant pas internet, c’est elle qui a fait la messagère jusqu’à notre arrivée.

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-47

Martial

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-48

Moana

A Maupiti, l’aéroport se trouve sur un motu (îlot). Le voisin de Martial est donc venu nous récupérer en bateau pour nous emmener directement chez notre hôte. Celui-ci nous attendait sur le ponton, à la descente du bateau avec Lokau, son fils de 7 ans. Martial nous a mis directement à l’aise en nous montrant notre coin de jardin. Il nous a ensuite embarqué dans son pick up pour faire un premier tour de l’île en voiture ! Nous avons rencontré Arau le lendemain. Une femme très joviale et pleine de vie.

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-2

3 jours au rythme polynésien

Martial étant pêcheur, nous avons eu la chance de manger du bon poisson frais pendant tout notre séjour. Il nous a aussi appris à ouvrir et raper une noix de coco pour faire du bon lait de coco. C’est pas si dur que ça quand on a pris le coup de main ! 😉 Moana, le frère de Martial nous a appris quelques légendes sur l’île. Arau nous a tout expliqué sur la culture de la vanille. Et nous avons passé beaucoup de temps à jouer avec Lokau qui s’ennuyait un peu pendant ses vacances.

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-46

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-24

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-23

La découverte du lagon

Comme à Bora-Bora sa voisine, Maupiti possède un merveilleux lagon au beau dégradé de bleu. Il nous a fallut une heure de marche depuis chez Martial pour y arriver. Mais le lieu en vaut la peine. Nous y avons passé une journée paradisiaque à prendre le soleil, nager, chercher les requins pointes noires en snorkeling… Et pour couronner le tout, il y avait vraiment très peu de touristes quand nous y étions. On vous laisse juger par vous même ! 😉

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-28

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-41

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-35

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-36©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-37

Une journée de pêche en pleine mer

On a testé beaucoup d’expériences pendant notre voyage autour du monde, mais on n’avait encore jamais été pécheur en pleine mer. Notre séjour chez Martial a été l’occasion de nous initier pendant une journée à ce métier.

De bon matin, Martial et Moana chargent le bateau de leurs lignes et harpons. Des caisses de glaces dans la gigantesque glaciaire bleu qui occupe le centre du bateau et nous voila parti plein gaz vers le grand large.

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-10

Martial nous emmène chercher le thon rouge sur un premier spot de pêche à la bouée. Le concept : on accroche des sardines autour d’un bloc en béton qu’on jette dans l’eau. En tombant, le bloc de béton déroule la ligne et libère les morceaux de sardines jusqu’à l’hameçon final. L’extrémité de la ligne est accrochée à une bouée bi-colore. Quand la bouée se retourne, c’est qu’un poisson est à l’autre bout. Il ne reste plus qu’à le remonter à l’aide… de ses seuls bras ! Nous attendons quelques heures… sans aucun succès ! Ce n’est pas un bon jour selon Martial. Loin de se laisser abattre, notre pécheur passe à la pêche à la ligne dérivante. Ses efforts portent leurs fruits. Nous réussirons à pêcher deux gros poissons (9 et 15kg !!), cousins de l’espadon.

Le temps est long sur le bateau. On passe notre temps à attendre que le poisson morde. Et en plus de ça, le bateau bouge en permanence ! On n’a pas le mal de mer mais on commence à avoir sérieusement faim au moment de la pause déjeuner. Vers 15h, Martial décide de rentrer. La pêche miraculeuse n’aura pas lieu aujourd’hui !

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-4

Ce qu’on peut affirmer après cette expérience hors du commun, c’est qu’il faut être sacrément courageux pour faire ce métier tous les jours, sous la pluie comme sous un soleil de plomb, même quand la mer est démontée. Nous qui nous prenions pour des aventuriers, nous n’en menions pas large au milieu des vagues gigantesques et des creux de plusieurs mètres. Pêcher en pleine mer, ça c’est de l’aventure, de la vraie !

La rencontre avec “l’artiste”

Le dernier jour, nous visitons la maison de “l’artiste”, une drôle de bâtisse construite avec des coquillages et des objets que l’artiste trouve dans le lagon. On n’était pas vraiment intéressé par la visite mais Martial a vraiment insisté pour que nous allions y jeter un coup d’oeil. L’artiste, tel qu’il s’appelle lui même à la troisième personne, nous a accueilli à l’entrée de sa demeure avant de nous faire pénétrer dans son univers à la fois poétique et à la fois complètement loufoque ! Pendant environ 1 heure l’artiste nous a expliqué chacune de ses créations, disant qu’il n’a fait qu’interpréter ce que la nature lui offre si généreusement. “50% la nature, 50% l’artiste” comme il le répète constamment. Avant de partir, il nous raconte quelques légendes sur Maupiti, joue quelques morceaux de ukulélé et nous confectionne à tous les deux, un chapeau en feuilles tressées.

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-51

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-57

Bilan de notre séjour à Maupiti

Maupiti est de loin l’île la plus calme de notre séjour en Polynésie. Contrairement à Tahiti, on a vraiment eu l’impression d’être isolé au beau milieu de l’océan. Une sensation plutôt agréable surtout qu’on a passé un séjour chez des gens simples, formidables et d’une très grande générosité. Et comme le veut la coutume, nous sommes repartis chacun avec un magnifique collier de coquillage et une belle couronne de fleurs fraiches pour Chloé. Une très belle manière de terminer notre odyssée dans les îles avant de revenir à Tahiti.

©playingtheworld-polynesie-maupiti-voyage-29

Infos utiles

  • Comment arriver à Maupiti :

en avion avec Air Tahiti, 50 minutes en avion depuis Bora-Bora, l’aéroport est sur un motu (l’escale était inclus dans notre pass Air Tahiti : Tahiti-Moorea-Huahine-BoraBora-Maupiti-Tahiti pour 405€ par personne)

  • Visite de la maison de l’artiste : 1 000 fr/pers, prévoir environ une heure
6 Comments

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-4

Bora-Bora… un nom qui évoque le sable fin, les hôtels de luxe sur pilotis, le bout du monde et le paradis ! Une destination de Polynésie réservée aux (très, très) riches. Le genre de destination qu’on ne pourra jamais s’offrir sauf pour une lune de miel. Quoi que… Vivre Bora-Bora en mode routard c’est possible ! On l’a fait. On a vécu le rêve pendant 3 jours sur la perle du Pacifique, l’île aux 50 nuances de bleu.

Dormir à Bora-Bora ? Impossible. Bien trop cher… C’est ce qu’on pensait avant d’arriver ici. Heureusement, grâce au site Couchsurfing, nous avons rencontré Isabelle et sa fille Salomé qui nous ont hébergé chez elles, à deux pas de Vaitapé, la ville principale de l’île. Pendant 3 jours, nous avons partagé leur quotidien sur la plus belle île au monde.

 

1er jour sur le lagon : plongée dans le grand bleu, baleines à bosse et raies mantas

Avant d’arriver, beaucoup de personnes nous avaient prévenu : « Ca ne sert à rien d’aller à Bora-Bora si tu ne vas pas sur le lagon ». Effectivement, l’intérêt principale de cette île réside dans son magnifique lagon et son incroyable diversité sous-marine.

De nombreuses entreprises proposent des tours sur le lagon avec des stops plus où moins long pour observer des animaux marins. Après un rapide recherche, nous choisissons de découvrir le lagon avec Tohora Bora Bora, une petite entreprise toute jeune et à taille humaine tenue par Simon, une personne joviale et communicative incollable sur le monde sous-marin. Et coup de bol pour nous, nous sommes seuls sur le bateau ! On va pouvoir bien en profiter et prendre notre temps pour voir ce que le lagon a à nous offrir… 🙂

Simon nous donne RDV à 8h du matin devant la maison d’Isabelle. Après quelques courses pour le pique-nique du midi, il met les gaz, direction le large pour tenter d’observer des baleines. La meilleure période pour observer les baleines en Polynésie court de Juillet à Novembre. C’est à cette période que les baleines à bosses viennent mettre bas dans les eaux chaudes de la Polynésie. On est un peu tôt dans la saison mais on croise les doigts et on espère en voir au moins une. On commence à scruter l’horizon à la recherche d’un jet d’eau ou d’une queue qui sortirait des profondeurs. On cherche, on cherche, on cherche… Une bonne heure plus tard, on doit bien admettre qu’on n’en verra pas aujourd’hui ! 🙁 Avant de partir un peu dépité vers notre deuxième spot, on pique une tête dans le grand bleu ! Non je ne parle pas du film avec Jean Renaud mais bien de l’Océan Pacifique qui revêt un couleur d’un bleu intense. En haut, en bas, à gauche, à droite… que du bleu ! Intense. Profond. Vertigineux. Je n’avais jamais ressenti cette impression de flotter entre deux eaux au milieu de l’océan. Une sensation à la fois agréable et très perturbante car on perd toute notion d’orientation.

Même vu de l’extérieur, ce bleu est fou !!!

Pour notre deuxième spot, Simon nous emmène faire du snorkeling sur un site réputé pour sa faune aquatique. En chemin, on croise la route d’une colonie de dauphins qui viennent jouer devant le bateau.

Toujours à l’extérieur du lagon, nous enfilons nos palmes, masques et tubas et retournons une nouvelle fois dans l’eau. Des thons, des barracudas, des requins gris et une multitude de poissons se promènent sous nos yeux. Manque de chance, ils sont vraiment trop profond pour qu’on puisse s’approcher.

Le saviez-vous ? Autrefois, les navigateurs trouvaient la présence d’île au milieu de l’Océan en cherchant les nuages verts !!! En effet, les eaux turquoises des lagons reflètent les rayons du soleil et projettent une couleur verte en dessous des nuages.

Le troisième stop est celui qu’on attend avec le plus d’impatience : les raies mantas ! Ces immenses diables des mers viennent dans les eaux peu profondes du lagon et survolent les patates de corail d’où des petits poissons viennent les nettoyer de leurs parasites. Après quelques minutes à scruter le fond de l’eau, nous trouvons enfin une immense ombre noire. C’est le moment de se mettre à l’eau pour aller observer cette demoiselle de 4 mètres d’envergure ! Une rencontre incroyable pour Chloé qui en voit pour la première fois et un moment toujours aussi magique pour moi qui en ai déjà vu en Australie. Mais en plongeant trop profondément, je fais fuir la raie qui disparait en deux coups d’ailes. Heureusement, on en trouve une autre un peu plus loin !

GIF MANTA VF

Après toutes ces émotions, nous déjeunons au beau milieu du lagon. En chemin, nous croisons la route de Guido, notre pote argentin rencontré à Huahine et d’Agathe, sa travelmate. On les invite à bord pour aller voir les jardins de coraux et de poissons. Mais la sortie vire au drame lorsque Chloé se fait emporter par le courant. Par réflexe et pour ne pas toucher les coraux, elle replie ses jambes. Mauvaise idée, son genoux heurte les coraux qui lui entaillent sévèrement la peau. A 10 mètres d’elle, je peux voir le sang couler dans le lagon. Chouette, ça va attirer les requins ! La ballade est terminée, nous rentrons sur l’île où Chloé part se faire soigner au dispensaire. La baignade, c’est finit pour elle ! :-/

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-13

Sympa la vue sur le lagon pour la pose dej’ !

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-15

2er jour sur le lagon : tête à tête avec un requin citron, bière et copains

Aujourd’hui, Isabelle et Salomé sont de repos et ont organisé une journée bateau sur le lagon. Avec quelques uns de leurs amis, nous louons une petite embarcation et nous repartons pour un tour de l’île.

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-32

On commence par assister à une course de va’a (pirogues) pour soutenir l’un de leur ami. Puis nous nous dirigeons à l’extérieur du lagon pour aller voir les requins citrons. Voir des requins, on commence à être habitué, surtout des pointes noires. Mais en voyant 3 énormes requins-citron à quelques mètres de moi, je dois avouer être à la fois impressionné et un peu inquiet quand même. Il y a de nombreux bateaux autour de nous et les touristes n’hésitent pas à plonger pour caresser les squales et, pour les plus téméraires, s’accrocher à leur aileron ! Je me contenterais d’une petite caresse sur l’aileron ! 🙂

Voici la vidéo où je caresse le requin citron ! 😉

Mais où sont-ils passés ?

Sous bonne escorte…

De retour dans le lagon, nous partons déjeuner tout au sud du motu Piti A’au. Musique, partie de volley et pique-nique avec le volcan en toile de fond. Je crois bien qu’on est arrivé au paradis ! 🙂 Après le repas, je pars photographier des statues immergées et croise au passage la route d’une famille de raies léopards. Le rêve je vous dis !

photo de raies leopards en polynesie

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-36

En remontant vers le nord, nous passons devant le Four Seasons et le St-Régis (à ce stade, c’est plus des hôtels, c’est des palaces !). Chloé, qui n’a pas pu se baigner à cause de sa blessure saute finalement dans l’eau après avoir crié « On a qu’une seule viiiiiiiieeeeee… !!! ». On termine cette journée exceptionnelle par un dernier arrêt sur le motu Tapu et un coucher de soleil magnifique depuis notre bateau, au milieu du lagon. Quelle vue !

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-41

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-39

Chambre avec vue… sur le lagon !

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-43

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-42

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-44©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-45

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-46

3ème jour : dernière plage au paradis

Je me réveille avec la lèvre inférieure gonflée et douloureuse… et oui ça fait mal un coup de soleil sur les lèvres ! Comme on pensait que Bora-Bora allait sérieusement amputer notre budget du tour du monde, nous n’avons prévu que deux jours pleins sur cette île de rêve. Aujourd’hui, on s’en mord bien les doigts à quelques heures de prendre notre avion pour Maupiti. Il nous reste encore un peu de temps, on en profite pour aller se baigner une dernière fois sur la plage Matira.

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-47

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-51

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-49

Bilan de notre séjour à Bora-Bora

Dire qu’on a adoré notre séjour à Bora-Bora serait un affront à la splendeur de la perle du Pacifique. Il n’y a pas de mot assez fort pour décrire ce qu’on a vécu sur cette île qui nous faisait rêver depuis bien longtemps. Un rêve éveillé ? Le paradis sur terre ? Les trois plus beaux jours de nos vies ? Non, je crois bien que ce n’est pas suffisant. Pour s’en rendre compte, le mieux reste de s’y rendre et de le constater par soi-même. En tout cas, c’est tout le mal qu’on vous souhaite ! 😉

©playingtheworld-polynesie-borabora-voyage-31

Infos utiles :

Comment arriver à Bora-Bora :

  • en avion avec Air Tahiti, 1h en avion depuis Huahine, l’aéroport est sur un motu, navette gratuite pour rejoindre l’île (l’escale était inclus dans notre pass Air Tahiti : Tahiti-Moorea-Huahine-BoraBora-Maupiti-Tahiti pour 405€ par personne)

Où dormir à Bora-Bora : Si vous êtes en mode routard, on vous conseille d’envoyer un gentil message à Isabelle sur Couchsurfing et d’aller lui passer le bonjour de notre part. Si vous avez gagné au loto, allez-y faites vous plaisir, vous n’aurez que l’embarras du choix !

Découvrir le lagon avec Tohora Bora-Bora : 13 000 fr la demi-journée (109€), prévoir le pique-nique du midi. Une super expérience qu’on vous recommande si vous venez à Bora-Bora. Loin des tour-usine. Idéal pour prendre son temps. Simon est super cool et n’hésite pas à adapter son itinéraire en fonction des envies de ses clients. Si vous y passez, dites lui bonjour de notre part. Je suis sûr qu’il se souviendra de Chloé et sa blessure de guerre ! 😉 Plus d’infos sur www.tohoraborabora.com ou sur la page Facebook Tohora Borabora

Les animaux marins à ne pas manquer : 

  • coté lagon : raies mantas, raies léopards, requins pointes noires, raies pastenagues, barracudas, poissons
  • côté océan : requins citrons, requins gris, dauphins, baleines (selon la saison)
7 Comments

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-25

Juillet 2016 – En arrivant à Tahiti et Moorea, on pensait avoir atteint le paradis. A ce moment là, on ne savait pas encore qu’on allait franchir une étape de plus dans l’émerveillement en partant à la découverte de l’archipel des îles sous le vent. De Huahine à Maupiti en passant par Bora-Bora, nous avons vécu un rêve éveillé pendant 10 jours. Venez avec nous, nous arrivons à notre première escale : Huahine.

Comment rejoindre les îles sous le vent : Situées à plusieurs centaines de kilomètres de Tahiti, le meilleur moyen reste l’avion. La compagnie aérienne Air Tahiti propose différents pass dont le pass Bora-Bora. Pour 405€, ce billet permet de se rendre sur Huahine, Raiatea, Maupiti et Bora-Bora.

Tente avec vue sur la mer

L’île de Huahine (qu’on prononce « wouainé ») est en réalité composée de deux îles reliées par un petit pont. La plus grande au nord abrite l’aéroport et la ville principale, Faré. La plus petite, au sud, est plus sauvage et n’accueille que quelques hôtel et les deux seuls campings de Huahine.

Fidèle à notre challenge de dormir chez l’habitant, nous débarquons sur l’île sans savoir où dormir. Nous comptions faire du stop et voir au grès des rencontres où nous allions planter notre tente. Le suspens n’aura été que de courte durée car 5 minutes après être sorti de l’aéroport, Christelle, la propriétaire du camping Hiva nous propose de nous emmener à Faré, la ville principale. En chemin, on se dit qu’il sera plus simple de dormir au camping. On fait donc une courte pause à Faré pour faire le plein de courses nécessaire pour notre séjour (car oui, Faré est le seul endroit où l’on peut trouver un supermarché sur Huahine !). Assis à l’arrière du pick-up, nous atteignons le sud de l’île en 30 minutes. Le camping est situé dans l’immense jardin situé derrière a maison de Christelle. Le spot est idéal. On plante notre tente à l’ombre des arbres, face à la mer ! Il y a pire comme vue pour se lever le matin ! 🙂

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-3

Sorties kayak et raies léopards

On découvre très rapidement que les plus belles plages de Huahine se trouvent sur l’île du sud. Le lagon qui se trouve en face du camping regorge de corail et de poissons en tout genre. C’est là que j’aperçois mes premières raies léopards. Je passe mon temps à explorer le lagon en snokeling ou avec les kayaks mis gratuitement à disposition au camping. On peut même rejoindre le motu situé de l’autre côté de la passe pour tenter de voir des tortues de mer (malheureusement, on n’aura pas la chance d’en voir !). Côté plage, on préfére poser la serviette sur le banc de sable situé devant l’hôtel Relais Mahana, à 20 minutes à pieds du camping. Les couleurs y sont incroyables.

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-23

La plage du relais Mahana

Le dernier jour, on découvrira une autre plage magnifique : la plage de Faré, situé à quelques centaines de mètres au nord de la ville principale.

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-33

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-34

Anguilles aux yeux bleues et ferme perlière : les trésors de Huahine

Au camping, nous faisons la connaissance de Markus et Norah, un couple d’Allemands en voyage de noce. Avec eux, nous louons une voiture et partons faire le tour de l’île. Après un arrêt photo sur le pont, nous visitons la ferme perlière construite sur pilotis au milieu du lagon, face à la ville de Faie. Pour rejoindre la ferme, nous sautons dans la navette qui effectuent l’aller/retour toute la journée en échange de dons. La visite est gratuite et super intéressante. On y apprend le processus de fabrication des perles de culture qui consiste à introduire une petite bille délicatement dans l’huitre. Pour se défendre de ce corps étranger, l’huitre va recouvrir la bille de nacre, formant ainsi la perle. L’huitre est refermée et replacée dans l’eau pendant 3 ans, le temps que la perle soit assez grosse pour être récoltée.

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-13

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-12

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-20

La cueillette de papaye : un travail d’équipe !

Toujours à Faie, on rend ensuite visite aux anguilles sacrées aux yeux bleues. Elles sont énormes et nous regardent avec leurs gros yeux bleus. Selon la légende, les habitants de Huahine descendraient de ces anguilles. Il est bien évidemment interdit de les pêcher.

Nous terminons notre tour de l’île par un dernier arrêt photo sur deux belvédère qui offre une vue imprenable sur toute l’île et le lagon.

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-21

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-19

Course de pirogue pour le Heiva

Le Heiva est un festival organisé tout les ans dans lequel toutes les îles de Polynésie s’affrontent dans des disciplines traditionnelles telles que la danse, la course de va’aa (pirogue), le porter de rochers ou encore la course de porteurs de fruits.

A cette occasion, une grande course est organisé lors de notre dernier jour à Huahine. Sur l’île c’est l’évènement de l’année. Tous les habitants sont là pour encourager l’athlète qui représente son village. On se rend sur place avec Miriama et Elodie, deux filles rencontrées au camping et qui ont loué une voiture. Ce jour là, l’épreuve se divise en trois discipline : la natation, la course de pirogue et enfin la course de porteur de fruits. Dans cette dernière épreuve, les candidats portent sur leur dos jusqu’à 80kg de fruits. C’est impressionnant !

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-29

Bilan de notre séjour à Huahine

Malgré un temps un peu capricieux, on a beaucoup apprécié le côté sauvage de Huahine. Ces quelques jours ont été l’occasion d’apercevoir nos premiers gros poissons, d’en découvrir un peu plus sur le commerce de la perle noire et d’assister à notre première course de pirogue. On s’est toutefois senti un peu loin de tout en étant au camping. Après ces 5 jours, nous étions content de quitter l’île et très excités à l’idée de nous envoler pour la mythique Bora-Bora !

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-31

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-30

©playingtheworld-polynesie-huahine-voyage-40

Infos utiles :

Comment arriver à Huahine :

  • en avion avec Air Tahiti, 45min en avion depuis Moorea (l’escale était inclus dans notre pass Air Tahiti : Tahiti-Moorea-Huahine-BoraBora-Maupiti-Tahiti pour 405€ par personne)

Où dormir à Huahine : camping Hiva, 1 900fr la nuit avec sa propre tente (16€), possibilité de louer une tente sur place, douche froide, cuisine sommaire, kayaks gratuit

Comment se déplacer :

  • location de scooter : 5 000fr pour 24h (42€)
  • location de voiture : 6 000fr pour 24h (50€)

Que faire à Huahine : 

  • visite de la ferme perlière : gratuit, on a fait un don au passeur
  • les anguilles aux yeux bleues : gratuit
  • le belvédère : gratuit
8 Comments

DSC04086

Juillet 2016 – Visible depuis Tahiti, Moorea est un passage incontournable lors d’un voyage en Polynésie française. Accessible en seulement 30 minutes de ferry et… 10 minutes en avion, ce paradis vert est bien plus sauvage que l’île-capitale. C’est ici, sur celle qu’on surnomme, l’île soeur (de Tahiti), que nous plongeons pleinement dans la culture polynésienne.

DSC03259

DSC03255

La légende de Moorea : Selon la légende polynésienne, un couple vivant sur l’île de Maiao aurait donné naissance à un lézard (mo’o) jaune (rea). Ils l’élevèrent et le couvèrent d’amour jusqu’à ce que celui-ci soit grand. Devenu immense, ses parents prirent peur et décidèrent de l’abandonner sur une pirogue au large de Tahiti. Comprenant qu’il avait été abandonné, le lézard jaune sauta dans l’eau pour tenter de rattraper ses parents. Il affronta plusieurs courants mais finit par se noyer. Son corps dériva et s’échoua sur les rivages d’Aimeho (ancien nom de l’île de Moorea) En découvrant son corps sur la plage, des pêcheurs coururent avertir les gens de l’île en criant : « Un lézard jaune ! Un lézard jaune ! » C’est comme cela qu’Aimeho devint Moorea.

Moorea

L’hospitalité hors-norme des Polynésiens

On nous avait dit que l’hospitalité des Polynésiens était légendaire, mais on ne s’imaginait pas à quel point ! 🙂 Nous avons posté un message sur le groupe Facebook « Allo, qui sait quoi ? », un groupe de discussion sur la Polynésie Française, expliquant que nous cherchions à rencontrer des familles polynésiennes voulant bien nous accueillir avec notre tente et partager avec nous quelques moments de vie. On a été surpris par le nombre de réponses qu’on a reçues. Certaines personnes nous ont même invité à venir chez elles, sur des îles éloignées qui malheureusement n’étaient pas prévues à notre itinéraire. C’est comme cela que nous avons rencontré Madeleine et sa famille (et après coup on s’est rendu compte qu’ils connaissaient la mère de notre amie maorie Parearau qui nous avait hébergé quelques jours plus tôt en Nouvelle-Zélande).

Rien de tel qu’un bon burger pour faire connaissance !

Notre petit coin de paradis au milieu des fruits exotiques !

Vivre au rythme polynésien

De notre arrivée à l’aéroport de Moorea où Madeleine nous a accueilli avec un collier de feuilles tressées à notre départ, nous avons passé un séjour inoubliable ! Steven, son mari, est l’un des tatoueurs les plus réputés de Moorea. On a passé de longues heures à l’écouter nous raconter les légendes et l’histoire de Moorea et de la Polynésie et nous parler de l’art du tatouage polynésien. C’est une encyclopédie vivante, intarissable sur son pays ! On a également aimé jouer avec leur deux fils, Teuia, 11ans, le pro des échecs et Mahinui, 5 ans, qui adore jouer à la bataille.

Steven et bambou, aprem à la plage

DSC03316

DSC03322

Madeleine quant à elle, elle a été une guide exceptionnelle pendant notre séjour chez eux. Elle a profité de ses journées de libres pour nous faire découvrir les plus beaux endroits de Moorea :

  • Le belvédère : un point de vue imprenable sur les deux baies de Moorea, juste après les marae, sites sacrées où vivaient les anciennes familles royales de Moorea. (gratuit)

DSC04116

DSC04114

DSC04107

  • La plage des tipaniers : plage publique située devant l’hôtel Les Tipaniers. On y accède en traversant le terrain des bungalows. Un endroit paradisiaque avec palmiers, sable fin, transat et tout ce qu’il faut pour se sentir au paradis ! (gratuit)

DSC03453

DSC03300

  • Le spot des raies pastenagues et des requins pointes noires : de loin notre préféré !!! Ce site est accessible en kayak (500fr/heure/pers) ou en paddle (1 000fr/heure) depuis la plage des tipaniers. C’est l’un des moments les plus formidable de notre premier séjour sur l’île. A une centaine de mètres de la plage, nous avons nagé avec une vingtaine de raies et de requins en complète liberté. Si les requins gardent leur distance, les raies ne sont vraiment pas farouches, s’approchent et se laissent caresser.

  • La plage de Temae : c’est simple, on se serait cru dans une piscine. On a tellement été hypnotisé par la couleur de l’eau que Romain en a oublié de sortir son portable de sa poche… L’appareil n’a pas vraiment aimé la baignade ! (gratuit)

Comme dans une piscine !

  • Le Tropical Garden : un lieu qui porte bien son nom. Ce bar situé sur les hauteurs de Moorea est un véritable jardin d’Eden. On y trouve des fleurs de toutes les couleurs et on peut visiter la plantation de vanille ! (gratuit)
  • L’usine de jus d’Ananas Rotui : bon, on a surtout visité le stand de dégustation gratuite ! 😛

PS : nous n’avons pas été au Lagoonarium ni au Tikki Village que l’on trouve bien trop touristiques. On a préféré explorer les fonds marins par nos propres moyens et découvrir la culture polynésienne en discutant avec les locaux.

Pendant 5 jours, nous nous sommes vraiment sentis intégrés à la famille. La cousine de Madeleine, originaire de l’archipel des Marquises nous a même invité à leur rendre visite sur ces îles encore plus lointaines. Cela nous donne une super occasion de revenir en Polynésie (comme si on avait vraiment besoin de raison pour retourner au paradis !).

Olympiades polynésiennes avec les enfants de Moorea

Grâce à Madeleine, nous avons également pu rencontrer beaucoup de petits Polynésiens. Nous avons rencontré les enfants du centre de loisirs une première fois sur la plage. Nous avons alors fait connaissance et joué au foot et à la balle au prisonnier sur le sable. A la fin de la journée, ils nous ont invité à revenir le lendemain directement au centre de loisirs pour une après-midi jeux. Grosse surprise quand nous sommes arrivés, les enfants et les animateurs avaient prévu une olympiade polynésienne. Ils nous ont montré des jeux typiques de leurs îles : les échasses en noix de coco, la course de pirogue (avec des feuilles de bananiers), la course de porteurs de fruits, le tir à la corde et la course en sac. Il y a même une journaliste de la télévision locale, TNTV, qui est venu nous filmer et nous interviewer (on apparait à 14’10 dans le JT du 1er août). On a vraiment passé de super moments avec eux.

Course de pirogue

Quelle belle couronne tressée !

Retour sur l’île du lézard jaune

Après avoir visité les îles de Huahine, Bora-Bora et Maupiti, nous avions 6 jours à occuper entre Tahiti et Moorea. Comme on a eu un gros coup de coeur pour l’île du lézard jaune lors de notre premier passage, nous avons décidé d’y retourner pour terminer en beauté notre voyage en Polyénsie. Ca a été un réel plaisir de revoir Madeleine, Steven, Teuia et Mahinui. On a eu l’impression de rentrer à la maison après un long voyage. Teuia a même planté sa tente à côté de la notre. Ambiance camping dans le jardin !

Un requin citron comme garde du corps

On a profité de nos derniers jours pour explorer une dernière fois les fonds marins. J’ai offert à Chloé pour ses 30 ans une journée plongée sous-marine. Nous sommes partis avec Moorea Fun Dive. On a beaucoup aimé l’ambiance familiale de ce petit club à taille humaine. Il faut dire qu’on a aussi eu de la chance. Ce jour là, on était les seuls clients à bord du petit bateau. On a donc pu profiter pleinement des conseils et de l’expérience de Christian, notre Dive Master. On a plongé une première fois côté océan. Une formidable descente dans le grand bleu pendant laquelle on a pu voir une multitude de poissons multicolores, des petits requins pointes noires, une tortue verte… Mais la cerise sur le gâteau, c’est ce gros requin citron qui nous a accompagné tout le long de la plongée, faisant des cercles  autour de nous. Une rencontre exceptionnelle !

Capture d’écran 2016-08-12 à 05.19.16

Une fois remis de nos émotions, nous sommes retournés sous l’eau, côté lagon cette fois pour voir des raies léopards. Malheureusement, le vent s’est levé, brouillant la visibilité sous l’eau. Nous n’avons pas vu de raies léopards mais nous avons pu assister au repas d’une tortue et avons croisé la route de quelques poissons clowns.

La Polyénsie : un voyage encré en nous

Que ce soit pour ses merveilles naturelles ou (surtout) pour ses habitants, l’île du lézard jaune nous a conquis et on rêve déjà du jour où on pourra y retourner.

Et pour terminer comme il se doit ce voyage dans les îles du Pacifiques, nous sommes passés sous le pistolet de Steven qui a immortalisé notre passage en Polynésie et notre voyage autour du monde. Cela faisait longtemps que je voulais me faire tatouer (Chloé s’est aussi laissé tenter). Et quel meilleur endroit pour le faire si ce n’est en Polynésie où le tatouage est un art de vivre ?

Infos utiles : 

Aller à Moorea depuis Tahiti :

  • en avion avec Air Tahiti, 10 minutes de vol (on a testé l’avion lors de notre premier passage à Moorea, l’escale était inclus dans notre pass Air Tahiti : Tahiti-Moorea-Huahine-BoraBora-Maupiti-Tahiti pour 405€ par personne)
  • en bateau avec Aremiti (1500 fr) ou Terevau (1160 fr), entre 30 et 45 minutes (on a testé les deux lors de notre deuxième passage, on conseille Terevau qui est moins cher et plus rapide)

Où plonger sur Moorea : nous n’avons plongé qu’avec Moorea Fun Dive, mais on peut affirmer qu’ils sont super pro et agréables. Idéal pour une plongée décontractée et en toute sécurité.

Où se faire tatouer sur Moorea : chez Mate Tatoo, bien évidemment ! 🙂 Dites bonjour à Steven de notre part. Pour découvrir son style, vous pouvez aussi parcourir sa page Facebook Mate Tatoo Moorea.

1 Comment

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-9AVANT PROPOS : Au moment d’élaborer notre itinéraire de tour du monde, nous nous sommes rendus compte qu’on allait survoler la Polynésie Française pour passer de la Nouvelle-Zélande au Chili. On avait alors hésité à ajouter cette destination de rêve à notre voyage. Mais le coût de la vie dans les îles nous a vite dissuadé. C’est en février 2016, alors que nous parcourions le Laos, que l’idée nous est revenue. Juste par curiosité, nous avons regardé le prix des billets d’avion sur Skyscanner. 300€ depuis la Nouvelle-Zélande !!! (+150€ de changement d’itinéraire avec ZipWorld) On a donc commencé à fortement envisager ce changement de cap. Après tout, on n’aura peut-être plus jamais l’occasion de passer si proche du paradis !!! Et finalement, l’argument qui a finit de nous convaincre est venu d’Elodie, une amie de Romain, qui vit à Tahiti depuis plusieurs années avec son mari marin et leur fils de 2 ans. Elle a proposé de nous héberger et de nous faire découvrir Tahiti. C’était décidé : nous prenions nos billets d’avion pour la Polynésie pour juillet. Et franchement, c’est certainement le meilleur choix de notre voyage !

Ukulélé et collier de fleurs : bienvenue en Polynésie

Après 4h30 de vol depuis Auckland, nous posons les pieds de nuit en terres françaises. La chaleur tropicale nous cueille à la sortie de l’avion (ça fait du bien après ces deux derniers mois passés dans le froid). Elodie nous accueille avec un magnifique collier de fleurs fraiches, c’est la tradition quand on arrive sur une île. Derrière nous, un groupe joue du yukulélé. Pas de doute, on est bien arrivé en Polynésie !

13528801_1156926011034086_2164394191359166769_n

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-1

Le lendemain, nous nous réveillons avec une vue imprenable sur le lagon de Tahiti et dans le fond, Moorea, l’île soeur. On a vraiment hâte d’en découvrir plus. Après un saut dans la piscine et un déjeuner très local : poisson cru au lait de coco (ça devient notre plat préféré, on en mange presque tous les jours !), nous voilà prêts à découvrir l’île.

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-4

Y’a pire comme vue ! 😉

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-8

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-9

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-12

Tahiti, côté plage

Qui dit Tahiti dit plage ! Désolé de briser un mythe, mais Tahiti n’a pas les plus belles plages de Polynésie. On a quand même adoré explorer son lagon (la bande d’eau turquoise située entre la plage et la barrière de corail, ndlr) et poser nos serviettes sur :

  • la plage du méridien : plage de sable blanc, face aux bungalows sur pilotis de l’hôtel Méridien. Il faut traverser l’hôtel pour accéder à cette plage qui est publique. C’est là qu’on a fait nos premières explorations en snorkeling.

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-2

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-3

  • la plage de Mahina à la pointe de Vénus : plage de sable noir (et oui, Tahiti est une île volcanique !). On y a retrouvé Olivier et Stéphanie, des amis de France. On a eu la chance de voir un groupe de dauphins au niveau de la passe (l’endroit du lagon ouvert sur l’océan, ndlr). On a sauté dans des kayaks pour aller les voir de plus près.

  • la plage PK18 : plage de sable blanc, à 18km de Papeete, la plus réputée de l’île. On y a passé une journée lorsqu’on est revenu à Tahiti en fin de voyage. C’est une plage longue et belle face au lagon qui offre un super spot de snorkeling et de paddle.
©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-13

Et toujours avec vue sur Moorea

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-11

Shopping dans les rues de Papeete

Nous avons aussi visité Papeete, la capitale de la Polynésie. Pour les locaux, c’est « la ville » où les gens sont pressés et stressés et où il y a des embouteillages. Venant de Paris, on a plutôt apprécié le rythme à la cool des insulaires même si, il faut le reconnaître, il n’y a pas grand chose à y faire. Le marché central vaut le coup d’oeil pour découvrir les spécialités locales : monoï, ukulele, colliers de coquillages, perles…

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-7

Le marché central de Papeete

Car oui, la Polynésie en général et Tahiti en particulier sont réputés pour la culture de la perle noire. Tout le monde en porte ici, même les hommes ! On en trouve partout… et à tous les prix ! Sur les conseils d’Elodie, nous achetons nos perles dans une bijouterie en ville. Le prix varie en fonction de la taille et de la pureté de la perle. Mais une chose est sûre, c’est beaucoup moins cher qu’en France ! On achète donc quelques perles et Elodie nous confectionne de superbes colliers, bracelets et boucles d’oreilles.

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-6

Celle-ci ou celle-la ?

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-5

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-16

Après 4 jours passés à Tahiti, il est grand temps de nous envoler pour les îles paradisiaques et découvrir un peu plus ce pays qui, déjà, nous à conquis. On part donc en mode « J’irai dormir chez vous », tente sur le dos, pour nous installer dans un petit coin de jardin et partager des moments de vie avec des locaux.

Pour aller dans les différentes îles, nous avons pris un pass avec Air Tahiti pour environ 400€ par personne. Le pass incluait les vols suivants : Tahiti-Moorea-Huahine-Bora Bora-Maupiti-Tahiti. Pour plus d’infos : www.airtahiti.fr

Pour dormir chez l’habitant et rencontrer des locaux : couchsurfing.com

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-10

Mise à jour fin de séjour :

Après 2 semaines dans les îles (Moorea, Huahine, Bora-Bora et Maupiti), nous avons passés nos derniers jours en Polynésie Française à Tahiti. Nous avons d’abord été hébergé chez Lydie, une amie d’Elodie dans sa superbe maison au bord de la plage PK18 puis par Sarah, une amie de Chloé. Cette dernière nous a accueilli dans sa super coloc sur les hauteurs de Papeete. Et après ces quelques jours vécus avec des popaa (métropolitains, ndlr), on se dit que nous aussi on aimerait bien venir s’installer ici, au paradis ! 😉

©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-17 ©playingtheworld-polynesie-tahiti-voyage-14

10 Comments