Posts from the ‘Cambodge’ category

©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-23

6ème pays de notre tour du monde, le Cambodge est un pays qui nous faisait rêver grâce à ses fameux temples. On ne s’attendait pas à un tel coup de coeur ! Nous avons passé plus de 2 semaines à parcourir le pays et nous y retournerons un jour très certainement. On vous dévoile ici le bilan de nos 18 jous : itinéraire, budget, ressentis.

Itinéraire

Nous sommes arrivés par la frontière terrestre depuis le sud du Laos pour rejoindre le Cambodge (voir notre article Comment passer la frontière Laos – Cambodge et éviter la corruption ?)

Pour ceux qui arrivent en avion, on vous conseille de regarder les vols pour Bangkok qui sont beaucoup moins chers que ceux pour Phnom Penh. On vous recommande le comparateur de vols Skyscanner pour trouver les meilleurs prix.

Capture d’écran 2016-03-30 à 02.55.47

Kilomètres parcourus : environ 1450 km

Séjour du 22 février au 11 mars 2016

6ème pays de notre tour du monde

Voici comment nous avons répartis nos 18 jours :

Trajet frontière Laos – Siem Reap 1 jour     (bus 6h)

Siem Reap                                       3 jours

Battambang                                    2,5 jours

Kampot – Kep                                   3 jours

Trajet Kampot – Koh Rong                1 jour    (stop jusqu’à Sihanoukville + ferry)

Koh Rong                                          3 jours

Trajet Koh Rong – Phnom Penh        1 jour    (ferry + stop + bus)

Phnom Penh                                       3 jours

Nous reviendrons très certainement pour faire la partie nord-est du pays. Nous avons préféré limiter les endroits pour plus les approfondir plus tard.

Budget

Au total pour 18 jours nous avons dépensé 793$ pour 2, soit 396$ chacun. Ce qui fait environ 360€/pers.

Soit un budget moyen de 20€ par jour par personne !

Taux de change début mars 2016 : 1$ = 0,91€

Capture d’écran 2016-03-30 à 02.15.04

Nous avons plus dépensé que prévu. D’après le planificateur A-contresens (sept 2015) nous avions estimé à 18€ par jour nos dépenses. Mais comme nous sommes restés 18 jours au lieu de 22, nous avons réalisé une économie sur notre budget prévisionnel.

L’hébergement

Notre budget hébergement dans ce pays est très faible. Il représente 15% de notre budget soit 55€ par personne. Ceci s’explique en partie grâce aux chambres très bons marché et aux nuits de couchsurfing que nous avons passées à Phnom Penh.

Nous n’avons jamais réservé à l’avance l’hébergement, nous avons toujours trouvé directement sur place, sauf le couchsurfing à Phnom Penh.

Notre nuit la moins chère : 0€ (hébergés en couchsurfing)

Notre nuit la plus chère : 10$

Nombre de lits différents : 5

Voici le détail (le tarif des nuits indiquées est pour 2) :

  • 13 nuits en Guest House ou hôtels :

– 4 nuits à Siem Reap au Siem Reap Pub Hostel pour 5$ chacun la nuit en dortoirs (auberge de jeunesse très agréable et très clean et le petit bonus : une PISCINE ! Chambre double à 15$)

– 2 nuits à Battambang au Royal Hotel pour 8$ la chambre double (chambre très agréable avec un super rooftop et jaccuzzi sur le toit, nous avons eu une réduc de 50% grâce à notre ami et guide Dollar, normalement 16$)

3 nuits à Kampot au Orchid Guest House pour 8$ le bungalow (bungalow confortable avec salle de bain et eau chaude)

4 nuits à Koh Rong, chez Tyty Guest House, 10$ la chambre double négociée au lieu de 12$ (chambre confortable mais beaucoup de bruit, salle de bain commune, eau gratuite)

  • 1 nuit en bus : de Battambang à Kampot
  • 4 nuits en couchsurfing à Phnom Penh, nous avons été hébergé chez un Allemand expatrié. Nous devions rester 2 nuits seulement mais le lieu était tellement agréable et on s’entendait tellement bien que nous sommes restés plus longtemps. Piscine, sauna, chambre privée et vélos à disposition.

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5 à votre inscription ! 🙂

Le transport 

Il est très facile de se déplacer en bus au Cambodge. En revanche, pour le stop, on a eu un plus de mal qu’au Laos (question de chance peut-être…)

Nous avons dépensé chacun 87€, soit 24% du budget total.

1450 km, dont 26 heures en bus.

Nous avons utilisé :

  • 3 bus de jour : de la frontière laotienne à Siem Reap 20$, 6 heures de trajet, puis de Siem Reap à Battambang 5$, 4h30 de trajet.
  • 1 bus de nuit : de Battambang à Phnom Penh 7$, 7heures.
  • 5 tuk-tuks :  dont 2 jours avec Dollar pour visiter la région de Battambang,  à Siem Reap : 15$ à 2 pour une journée de visite des temples et plusieurs à Phnom Penh.
  • 3 voitures en stop : 1 voiture de Kampot à Sihanoukville, puis 2 voitures de Sihanoukville à 20km après en direction de Phnom Penh (puis bus)
  • 2 scooters : 1 électrique à Siem Reap pour visiter les temples : 10$ pour 2, et 1 à Kampot pour 2 jours : 5$ pour 2 par jour
  • 4 ferrys : 2 pour AR Sihanoukville-Koh Rong 10$ et 2 pour Koh Rong-Koh Rong Samloem 10$
  • 2 minivans : 1 de Phom Penh à Kampot 7,5$, 3 heures de trajet, et 1 de Sihanoukville à Phnom Penh après avoir attendu trop longtemps sur le bord de la route pour le stop, 4$ le trajet. Au départ nous étions 2, à l’arrivée 31 !!! Le minivan s’arrêtait toutes les 5 minutes pour faire descendre ou monter des gens. Le trajet a duré 5 heures…
  • 1 vélo : à Phnom Penh chez notre couchsurfer

La nourriture et les boissons

Voici la part la plus importante du séjour, 117€ chacun soit 32% du budget total. On a trouvé que les plats étaient nettement plus chers que dans les pays voisins. Un plat cambodgien coûte environ 3$ ou plus. Nous avons aussi craqué pour des plats occidentaux à 4-5$. En fait on a beaucoup aimé la nourriture birmane (voir notre article Nos coups de coeur de la cuisine cambodgienne) et nous nous sommes fait plaisir.

Des exemples :

  • Une bouteille d’eau 1,5l : 0,50$-0,60$
  • Un fried rice dans un boui-boui : 1,50$ Et dans un restaurant : 2,50€
  • Dumpling au porc : 1,50$
  • Un “fruit shake” : 1$
  • Une mygale grillée : 1$
  • Un “banana pancake” : 2$
  • Un plat khmer : 3-5$
  • Un burger-frites : 3$
  • Burger King à Siem Reap : 6$
  • Crabe au poivre vert de Kampot : 11,50$ l’assiette pour 2
  • Une boîte de “noodles” instantané : 0,30-0,50$
  • Croissant ou pain au chocolat : 1$
  • Salade de fruit à Koh Rong : 1$
  • Sandwich : 2$
  • Rat grillé : 1$

Excursions, extras

Ici les extras représentent une part importante du budget : 66€, soit 18% du budget global.

Voici le détail :

  • Pass 3 jours temples d’Angkor : 40$
  • Excursion à Battambang : 10$ chacun
  • Shooting habits traditionnels mariage cambodgien : 10$ chacun
  • Visite de la prison S21 à Phom Penh : 3$ entrée + 3$ audioguide
  • Entrée parc Bokor près de Kampot : 0,50$
  • Excursion bateau pour aller voir les lucioles au coucher du soleil à Kampot : 5$

Frais bancaires

Les ATM prennent la plupart du temps 4$ de frais + les 2% de frais de notre carte bancaire. Au total nous avons eu 20€ de frais à 2.

Quelle assurance voyage ?

Etant en tour du monde d’un an, nous avons choisi l’assurance CAP Aventure de Chapka Assurances, valable pour les séjours de plus de 3 mois.

Pour les séjours plus courts (moins de 3 mois), il existe aussi l’assurance CAP Assistance 24h/24h.

On a beaucoup aimé

– les temples d’Angkor

– notre journée guidée à Battambang

les îles de Koh Rong et Koh Rong Samloem

– nos 3 jours à Kampot avec Envie d’Ailleurs et Croc Monde

– nos quelques jours chez Wolfgang, notre couchsurfer à Phnom Penh

©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-25

On a moins aimé

– le nombre impressionnant de touristes à Angkor !

Et notre rencontre avec les enfants ?

Lire l’article : Rencontre avec les enfants au Cambodge.

Notre vidéo des 2 semaines :

Notre ressenti global

Le Cambodge a été pour nous un véritable coup de cœur ! Les 18 jours passés dans ce pays nous ont permis d’avoir un bon aperçu. La gentillesse et la bonne humeur des Cambodgiens a beaucoup contribué à ce ressenti. La rencontre avec Dollar à Battambang fait partie de nos meilleures rencontres du tour du monde. Nous nous sommes vraiment imprégnés de l’histoire du Cambodge grâce à son témoignage ainsi que la visite de la prison S-21 qui nous a profondément marquée. A cela s’ajoute la beauté des temples d’Angkor et les plages paradisiaques du sud à Koh Rong qui nous ont complètement charmées. On reviendra au Cambodge, c’est certain ! Pour découvrir la région nord-est du pays qu’on a pas vu, mais aussi revenir à Koh Rong Samloem qui nous semble un lieu idéal pour passer des vacances en famille ou entre amis 🙂 En attendant, nous partons découvrir le Vietnam.

Et vous vous partez quand?

Et vous, vous partez quand?

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest !

cambodge

18 Comments

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-8

Dans les années 1970, le Cambodge a connu l’une des révolutions les plus violentes au monde. On a eu l’occasion de découvrir cette terrible période à travers les récits de notre ami Dollar à Battambang. Mais l’horreur, on l’a découvert à Phnom Penh, la capitale cambodgienne. C’est à la prison de Tuol Sleng, aussi appelée S-21, en plein coeur de la ville que Pol Pot a fait déporter, torturer et exécuter les « ennemis » du régime des khmers rouges. Aujourd’hui, le bâtiment est devenu un musée destiné au devoir de mémoire. Une visite qui fait froid dans le dos dans les entrailles d’une gigantesque machine de mort.

Un peu d’histoire : Pol Pot et les khmers rouges

A la fin des années 1960, le Cambodge connait une grave guerre civile opposant le président Sihanouk à une formation politique communiste montante, le Kampuchéa Démocratique dont les membres se font appeler : les khmers rouges ! En 1975, quelques temps après le retrait des forces américaines du Viêt Nam et de la frontière cambodgienne, les khmers rouges s’emparent de Phnom Penh, chassent le gouvernement en place et installent un nouveau régime avec à leur tête le frère « Pol Pot ».

Au début tout se passe bien. Les khmers rouges sont même accueillis en héros par les habitants de Phnom Penh lors de la « libération » de la ville. Mais très vite leur idéologie se met en place pour bientôt engendrer l’un des pires génocides du XXème siècle.

L’objectif de Pol Pot est simple : créer une société utopique basée sur le modèle communiste sans classe ni religion, capable de fabriquer ses propres ressources afin de vivre en autarcie. Une société dirigée par un parti unique, l’Angkar qui signifie « l’organisation ».

Pour survivre, l’Angkar compte bien sûr s’appuyer sur un peuple soumis, travailleur et courageux (comme dans toute bonne dictature !). Sous prétexte d’éventuelles représailles américaines, Pol Pot vide les villes. Hommes, femmes, enfants, vieillards… des milliers de Cambodgiens doivent quitter leur habitation pour rejoindre des « villages de travail » dans les campagnes et travailler dans les champs. Les malades sont sortis de force des hôpitaux pour rejoindre l’exode. Ceux qui ne veulent pas ou qui ne peuvent pas partir sont tués sur place. En 24h les principales villes du pays sont désertées.

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-6

Dans les champs, des Cambodgiens n’ayant jamais travaillé la terre doivent produire une quantité quotidienne de riz irréalisable. Ils travaillent 12 heures par jour et n’ont droit qu’à une seule cuillère de riz en guise de repas. Cueillir un fruit dans un arbre justifie la peine de mort car cela revient à « voler l’Angkar ». Des milliers de personnes commencent à périr à travers tout le pays.

Mais les khmers rouges ne s’arrêtent pas là. Le « peuple nouveau » doit être purifié de tout élément déviant qui pourrait présenter une menace.

Les khmers rouges se mettent alors à pourchasser tous les ennemis du régime : les partisans du précédent gouvernement, les étrangers, les expatriés rentrés au pays et jugés suspects, les étudiants, les médecins, les professeurs, les artistes… Le simple fait de porter des lunettes ou d’avoir les ongles propres signifient qu’on est intellectuel. Une preuve suffisante pour être arrêter ou tuer.

Partant du principe que « pour détruire la mauvaise herbe il ne suffit pas de l’arracher, il faut la déraciner », les khmers rouges éliminent des familles entières pour éviter toute tentative de vengeance.

La folle purge menée par les khmers rouges dure quatre ans, allant jusqu’à se retourner contre certains cadres du parti. Au total, le régime de Pol Pot a tué 40% de la population cambodgienne !

La folie de Pol Pot cause cependant sa perte. Durant tout le temps où il est au pouvoir, le dictateur s’appuie sur des troupes vietnamiennes pour mener à bien son idéologie. Mais plus son peuple décline, plus il y a de soldats vietnamiens au Cambodge. Ayant peur de se faire voler le pouvoir par le pays voisin, il déclare la guerre au Viêt Nam en 1979. L’armée vietnamienne n’a pas de mal à renverser le dictateur qui, comme la plupart des cadres de son parti, disparait dans la nature. Pol Pot meurt en 1998 sans jamais avoir été jugé !

S-21, un lycée devenu prison d’Etat et centre de torture

Tout de suite après avoir fait évacuer Phnom Penh, Pol Pot transforme le lycée Tuol Sleng en une prison d’Etat nommée S-21. Les ennemis de l’Angkar y sont emprisonnés et torturés pour obtenir de faux aveux. La majorité des personnes déportés à S-21 ne savent même pas ce qu’on leur reproche. En réalité, l’arrestation est en soit une preuve suffisante de leur culpabilité. Il ne reste plus aux khmers rouges qu’à leur soutirer des aveux pour signer leur arrêt de mort.

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-5

Dans la prison, les conditions de (sur)vie sont abominables. Les prisonniers sont enchaînés par dizaines, incapables de bouger et allongés à même le sol. Le moindre mouvement, le moindre tintement de chaînes et les surveillants les battent pendant des heures. Chaque prisonnier est torturé 2 à 3 fois par jours, parfois pendant plusieurs mois. Une fois qu’ils ont avoué, Duch, le directeur de la prison signe leurs aveux, les envoyant immédiatement dans l’un des champs d’exécution, les killing fields, en périphérie de la ville. Il y sont alors exécutés. Pas par balle, ça coûte trop cher. Ils sont battus à mort avec des crosses de fusils puis jetés parfois encore vivant dans des fosses communes. Sur 17 000 personnes déportées à S-21, seulement 7 survécurent (certainement les derniers arrivés) !

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-4

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-10©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-9

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-1

Les tombes des 14 dernières victimes de S-21. Les corps ont été retrouvés, fraîchement tués peu de temps avant l’ouverture de la prison.

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-3

Aujourd’hui, les quasi-totalité de la prison est restée intacte. On peut se promener dans la cour de récréation où les prisonniers étaient pendus par les bras, dans les salles de classes où ils étaient enchaînés et torturés et dans les cellules individuelles. Les barbelés qui servaient à empêcher les suicides courent encore le long des façades. Dans certaines pièces, on peut voir des techniques  et des machines de tortures. L’une des salles qui m’a le plus choquée est celle où des mariages forcés étaient pratiqués. L’objectif de cette démarche : fournir à l’Angkar une nouvelle génération de Cambodgiens. Au murs, des milliers de portraits de victimes…

©playingtheworld-phnompenh-s21-cambodge-7

La visite de S-21 est terrifiante, angoissante et éprouvante. On ressort forcément choqué après plus de deux heures exposé à une telle violence incompréhensible. Mais on ne regrette pas du tout de l’avoir fait. Pour nous, cela fait aussi partie du voyage de découvrir le pays à travers son histoire, même si celle-ci est sombre et dure. Enfin, pour plus d’immersion, on vous recommande l’audio-guide (6$ au lieu de 3$) qui explique en français tout ce qui s’est passé dans ces murs.

Les autres sites incontournables à Phnom Penh

Heureusement que Phnom Penh ne se résume pas qu’à S-21. Pour se remonter le moral après cette visite, vous avez la possibilité de voir les autres points d’intérêts de la capitale :

  • le marché centrale : gigantesque hall où vous trouverez vraiment de tout

©playingtheworld-phnompenh-cambodge-4

  • le Palais Royal et la pagode d’argent : après S-21, nous avons voulu nous détendre en restant à l’extérieur. Le parc que se trouve devant le palais est le rendez-vous de centaines de pigeons et de Cambodgiens venus jouer avec. Un endroit agréable pour passer le temps.

©playingtheworld-phnompenh-cambodge-5

©playingtheworld-phnompenh-cambodge-9©playingtheworld-phnompenh-cambodge-7

©playingtheworld-phnompenh-cambodge-8

  • la place de l’indépendance : un endroit tout aussi agréable pour se promener en fin de journée.

©playingtheworld-phnompenh-cambodge-11©playingtheworld-phnompenh-cambodge-10

Notre ressenti de Phnom Penh

Nous garderons un excellent souvenir de Phnom Penh. C’est sans doute grâce à Wolfgang, un médecin allemand expatrié chez qui nous avons fait du couchsurfing pendant 4 jours. Il nous a reçu comme des rois (chambre privée, piscine, vélo, salle de sport, sauna…). On a beaucoup aimé discuter avec lui et boire quelques bières dans les bars à expats de la ville. On s’est promis de venir lui faire un coucou dans sa maison en Crète. Grâce à lui, notre voyage au Cambodge se termine sur une note plus que positive. Nous avons rechargé les batteries et sommes maintenant prêts à attaquer notre prochain pays : le Viêt Nam !

©playingtheworld-phnompenh-cambodge-3

©playingtheworld-phnompenh-cambodge-12©playingtheworld-phnompenh-cambodge-1©playingtheworld-phnompenh-cambodge-2

3 Comments

Plat traditionnel cambodgien

Quand on voyage plusieurs mois à travers l’Asie, on a l’impression de toujours manger la même chose. Du riz, des noodles, du riz, des noodles… Avec le Cambodge, ce cliché s’est un peu envolé. On y a découvert une cuisine originale, variée et parfois… surprenante ! Tour d’horizon des plats khmers qu’on a particulièrement aimé.

La mygale frite

Commençons cette liste par le plus surprenant ! Mygales, scorpions, cafards, serpents, sauterelles, chenilles… qu’ils soient grillés ou frits, on trouve des petits stands d’insectes un peu partout. Si en Thaïlande cette « spécialité » est destinée à distraire les touristes, elle constitue au Cambodge un plat à part entière. J’ai par exemple eu l’occasion de voir un Cambodgien acheter 100g de criquets grillés pour son dîner. Et si vous avez l’estomac suffisamment bien accroché, vous pouvez voir la vidéo dans laquelle je mange une mygale !

Manger une araignee au cambodge

Le sticky bambou rice

Le riz gluant est un incontournable de la cuisine asiatique. Au Cambodge, ils le cuisent directement dans une tige de bambou d’une vingtaine de centimètres. Dans le trou du bambou, ils mélangent du riz, de l’eau, du sucre, des pois rouges et du lait de coco et font cuir le tout en disposant le bambou au dessus d’un foyer pendant quelques heures. Pour délivrer le mélange, il suffit d’éclater le bambou et de l’ouvrir comme une banane !

Du sticky bambou rice au cambodge

Du sticky bambou rice au cambodgeDu sticky bambou rice au cambodge

Du sticky bambou rice au cambodge

Le crabe bleu de Kep

La ville de Kep dans le sud du Cambodge est réputée pour ses fruits de mers et plus particulièrement son crabe bleu, véritable spécialité du coin. On peut voir les pêcheurs chercher le pauvre crustacé depuis la terrasse des restaurants qui bordent le front de mer. L’assiette est assez chère mais suffisamment grande pour être partagée à deux. C’est délicieux, surtout avec une sauce au poivre vert de Kampot.

Un crabe de kep aupoivre de kampot, recette du cambodgeLe poivre vert de Kampot

La région de Kampot (toujours dans le sud du Cambodge) produit l’un des meilleurs poivres au monde. Du vert, du noir corsé, du blanc délicat ou du rouge fruité, il y en a pour tous les goûts. On retrouve ce condiment partout dans la cuisine khmers. Mais pour acheter le vrai poivre de Kampot bio (l’original), il faut faire attention aux nombreuses contrefaçons qui viennent… du Viet-Nam voisin !

Du poivre de kampot au cambodge

Du poivre de kampot au cambodge

Le rat au barbecue

Quand on vous dit « rat », vous pensez tout de suite ce gros rongeur gris et sale, plein de microbes et de maladie qui pullule dans nos égouts. Celui qu’on mange au Cambodge est complètement différent. Il vit dans les champs et se nourrit exclusivement du riz qu’il pique dans les rizières. Les enfants du coin les chassent à coup de lance-pierre et les vendent aux boui-boui sur le bords des routes qui s’empressent à leur tour de les aligner sur le barbecue.

Manger du rat au barbecue au cambodgeBon d’accord, si on ne nous avait pas initié, on ne l’aurait certainement pas testé. Et on aurait eu bien tort ! La chair du rat des champs est délicieuse. Elle a un petit goût de lapin. Pas étonnant quand on y pense. Bref, on a adoré et on vous le recommande ! Le seul truc un peu génant, c’est quand le petit chasseur déverse à coté de vous le butin de sa chasse. Difficile de ne pas avoir un léger haut le coeur en voyant le rongeur mort à coté de vous pendant que vous avez une patte dans la bouche !

Manger du rat au barbecue au cambodge

Il a une bonne tête, non ?!

Manger du rat au barbecue au cambodge Manger du rat au barbecue au cambodge

Le fish amok

La sauce amok est une sorte de curry doux et délicieux. Elle se marrie très bien avec du riz blanc et on peut choisir d’y ajouter des morceaux de poisson ou de viande.

Le fish amok plat traditionnel au cambodge

Le banana sticky rice

On connaissait déjà le sticy mango rice, un riz gluant sucré avec des morceaux de mangue à manger en dessert sur une plage thaïlandaise. Au Cambodge, c’est la banane qui est reine. Elle est entourée du riz gluant puis enroulée dans une feuille de bananier pour être cuite sur le grill. La banane donne un bon petit goût sucré au riz.

Manger du riz gluant a la banane au cambodge Manger du riz gluant a la banane au cambodge

Le dumpling au porc 

On retrouve ce genre de vapeur un peu partout en Asie du sud-est. Mais c’est au Cambodge qu’on l’a testé… et on a adoré ! Il s’agit en réalité d’un petit pain sucré fourré de viande de porc et d’un oeuf dur. C’est très bon, ça ne coûte pas cher et ça cale un petit creux en passant.

Un dumpling au porc au cambodge

Le boeuf au poivre vert, le poulet au miel, le porc au gingembre

La cuisine khmer propose aussi des plats qu’on retrouve dans la cuisine chinoise. C’est surtout la préparation qui diffère, mais c’est toujours aussi bon.

Plat traditionnel cambodgien Plat traditionnel cambodgien Plat traditionnel cambodgien

Voila, j’espère que ces quelques plats typiques de la cuisine cambodgienne vous auront donné l’eau à la bouche. Et bon appétit bien sûr… 😉

Et vous, c’est quoi vos plats préférés en Asie du sud-est ?

Leave a comment

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-30

Notre voyage au Cambodge nous a mené de surprises en émerveillements. Après la découverte des temples d’Angkor et notre immersion à Battambang, nous avons eu un véritable coup de coeur pour le sud du Cambodge. Et plus particulièrement pour Kep et Kampot, deux villes côtière à l’atmosphère détendue et aux spécialités locales délicieuses.

Kampot, la capitale mondiale du poivre

Kampot est l’ancien plus grand port du Cambodge. Aujourd’hui, la ville constitue une halte agréable sur la route de Sihanoukville à l’ouest et de Kep à l’est. On est resté 3 jours à Kampot, pour prendre le temps de découvrir les environs.

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-11

La place principale de Kampot avec un durian géant… le fruit le plus dégoutant du monde !

Goûter au poivre de Kampot

Le poivre de Kampot est si réputé que de nombreux chefs du monde entier en importent pour assaisonner leur cuisine. La fabrique FarmLink (entrée gratuite) à Kampot est un excellent endroit pour tout savoir sur la culture et l’utilisation du poivre. On a pu goûter du poivre noir, blanc et rouge. Et on a vu des femmes trier les grains un par un à la pince à épiler ! Ici, on ne rigole pas avec la qualité. C’est sans doute pour ça que le poivre de Kampot est si cher. On peut en trouver du moins cher vendu en vrac au marché de Kampot. Mais on a appris apres coup qu’il venait du Viêt-Nam et n’était pas aussi bon que celui cultivé à Kampot.

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-27

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-22©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-23

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-24

Si vous voulez en voir plus, il est possible de visiter quelques plantations disséminées dans la campagne environnante. Mais honnêtement on n’a rien appris de plus qu’à FarmLink et honnêtement, les 40 minutes de pistes sont un peu longues en scooter !

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-21

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-25©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-26

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-28

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-29

Observer les lucioles au coucher du soleil

C’est au coucher du soleil qu’on a embarqué avec nos amis Sylvie et Benjamin du blog Croc Monde et Camille et Joris du blog Envie d’Ailleurs pour aller observer les lucioles. On a eu la chance d’avoir un bateau rien que pour nous. La croisière nous a mené à 5km au nord de la ville. Un moment plutôt agréable et parfait pour admirer les couleurs du coucher de soleil. Sur les chemin du retour, dans la nuit noire, notre embarcation s’est arrêtée sur le bord du fleuve. C’est à ce moment là qu’on les a aperçu. Des petits clignotements jaunes dispersés dans les branchages. Et puis il y en a eu de plus en plus. Des centaines. Peut-être même des milliers ! On aurait dit des guirlandes électriques qui illuminaient la forêts. C’était magnifique !

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-7

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-6©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-4

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-8

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-9

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-10

Gravir le mont Bokor

Si la route qui serpente et qui mène au sommet du mont est plutôt plaisante à parcourir en scooter, l’intérêt du site en lui même est plutôt négligeable. Nous avons déjeuné auprès d’une cascade asséchée (et oui, ce n’est pas la saison sèche pour rien !). Le reste du site est constitué d’un hôtel-casino et d’une église abandonnée. Ces bâtiments sont les vestiges d’une station d’altitude très courue par les colons français et la haute société cambodgienne. La station a été abandonnée en 1972 après que les troupes Khmers rouges se soient emparées de cet emplacement stratégique contre les forces d’occupation vietnamiennes. Aujourd’hui, un nouveau casino a vu le jour mais il est bien lugubre et semble aussi peu fréquenté que son triste prédécesseur.output_Ojjr9w©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-17©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-16

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-14

Se détendre dans la rivière 

Une rivière coule au nord-ouest de Kampot. L’endroit est idéal pour se rafraîchir pendant les heures chaudes de la journée. Et pour quelques riels, il est possible de louer un hamac pour une sieste à l’ombre ou une énorme bouée pour prendre le soleil les fesses dans l’eau. A vous de voir ! 😉

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-18©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-19

Kep et son célèbre crabe bleu

Kep se situe à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Kampot et à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec le Viêt Nam. Cette station balnéaire pleine de charme mérite qu’on s’y arrête au moins une journée… voire quelques jours. Personnellement nous avons choisi de rester à Kampot et d’aller à Kep en scooter.

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-34

Déguster un crabe bleu les yeux fixés sur l’horizon 

C’est LA spécialité du coin ! Le crustacé est mis à l’honneur dans tous les menus des restaurants de la ville. Il est cuisiné à différentes sauces mais avec du poivre vert de Kampot, c’est à tomber par terre ! J’ai partagé une assiette avec Joris au restaurant Le Kimily. Le prix de l’assiette est plus cher que la moyenne de mes autres repas mais ça vaut vraiment le coup et il y a suffisamment de crabe dans l’assiette pour deux personnes. Je me suis régalé !

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-31©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-32

S’émerveiller devant les marais salants au coucher du soleil

On peut apercevoir les nombreux marais salants depuis la route qui mène de Kampot à Kep. On s’y est arrêté au retour pour admirer le coucher du soleil se refléter sur ces longues étendues blanches. Malheureusement pour nous, ce jour-là, les nuages étaient de la fête et on n’a rien vu.

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-36

Explorer la jungle du parc national de Kep

Le parc national de Kep domine la ville au nord. Il regorge de sentiers de randonnée dans la jungle. Nous n’avons pas pu le visiter par manque de temps mais on aurait bien aimé.

Se baigner sur la plage de Kep

Ce n’est certainement pas la plus belle plage qu’on ait pu voir après deux mois sans voir la mer, piquer une tête a été un vrai bonheur ! :-p

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-33©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-35

Faire un tour à Rabbit Island

Kep est le port de départ pour Rabbit Island, une île semble-t-il magnifique avec une eau turquoise et des plages de sable blanc. Nous n’y sommes pas allés car nous avons préféré découvrir les îles de Koh Rong et Koh Rong Samloem, accessibles depuis Sihanoukville.

Notre ressenti :

Nous avons beaucoup aimé les villes de Kep et Kampot et leur atmosphère très détendue. On y a fait la rencontre de super blogueurs-voyageurs. On a découvert une région encore peu visitée par les touristes mais qui réserve de belles surprises, surtout pour les papilles ! On vous recommande donc d’aller y faire un tour pendant votre voyage au Cambodge, avant d’aller vous prélasser sur les îles paradisiaques Koh Rong et Koh Rong Samloem.

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-30

Infos utiles :

  • Oú dormir à Kampot : Orchid guest house, 8$ la nuit dans un bungalow, 5$ dans une chambre sans fenêtre.
  • Oú manger à Kampot :
    • au marché de nuit pour des plats typiques et pas cher
    • la boulangerie Bel épi pour s’offrir un petit déjeuner comme à la maison. On y trouve des produits frais qui nous rappelle le bon goût du pain français

©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-37©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-12©playingtheworld-kampot-kep-cambodge-voyage-13

  • Louer un scooter à Kampot : 5$
  • Boat trip pour voir les lucioles : 5$ par personne (+1 boisson offerte)
  • Entrée du parc de Bokor : 0,5$ par personne
  • Entrée du parc national de Kep : 1$
  • A/R pour Rabbit Island : 10$ en ferry
  • Oú manger à Kep : Le Kimily restaurant. L’assiette de crabe au poivre coûte 7,75$ pour une personne et 11,85$ pour deux.
Leave a comment

DSC07663

Mars 2016 – Cambodge

En arrivant à Battambang, nous avions prévu de passer un moment dans un orphelinat. Notre ami/guide Dollar nous a ammené dans un orphelinat qu’il connait bien. Mais malheureusement pour nous, nous étions dimanche et les enfants étaient partis en excursion. Nous avons donc continué notre route avec Dollar.

Le jeu de la tong

Quelques minutes plus tard, dans un petit village, des enfants jouaient sur le bord de la route. Nous nous sommes arretés pour les observer. Dollar nous a expliqué qu’ils jouaient au jeu de la tong ! Un jeu qui ressemble étrangement à la pétanque : les enfants mettent chacun un billet par terre de manière à faire un petit tas. Chacun s’installe ensuite en ligne à environ 2 mètres du tas de billets, une tong placée devant eux. Le but est d’être le premier à toucher les billets en shootant dans sa tong. Si une tong dépasse le tas de billet, le joueur est éliminé. Si un joueur touche une autre tong avec sa tong, il élimine l’autre joueur. Nous avons joué plusieurs parties mais n’avons jamais réussi à gagner. Ils sont très forts ! Il faut dire qu’ils y jouent très souvent… Ça les a bien fait rire de nous voir taper dans la tong et perdre à chaque fois !

Voici en images comment se déroule une partie :

Poissons-pêcheurs 

Nous avons proposé ensuite de leur apprendre un jeu à notre tour. Dollar a été notre traducteur car les enfants ne parlaient pas anglais. Comme il y avait une dizaine d’enfants, nous n’avons pas sortis nos jeux de cartes et avons proposé à la place des jeux d’extérieur.
Nous avons commencé par un poissons-pecheurs. Ils ne connaissaient pas ce jeu, ils ont adoré !

output_DDsSsw

1,2,3 soleil !

Un des enfants nous a proposé de venir dans son jardin pour avoir plus de place.
Nous leur avons appris le jeu : 1, 2, 3, soleil. Ils ont adoré courrir pour toucher le mur. Par contre, ils ont eu un peu de mal à comprendre qu’il fallait rester immobile dès que la personne qui dit “1, 2, 3, soleil” se retourne. C’etait assez drôle !

DSC07667

Le béret 

Les enfants ont souhaité continuer en nous montrant un jeu qu ils connaissent bien : le béret. Le principe : 2 équipes dans lesquelles chaque joueur a un numéro. Un objet est posé au milieu. Dès qu’un numéro est appelé, l’enfant de chaque équipe qui a ce numéro doit être le plus rapide pour récupérer l’objet et le ramener dans son camp.

DSC07681

A la place d’un béret, nous avons utilisé une branche. On vous laisse découvrir la partie en images…


Pour finir, les enfants nous ont montré le jeu de la corde (on avait déjà eu un aperçu en Birmanie). On a essayé pour leur faire plaisir mais ce n’est pas trop notre truc de voir les enfants se faire tomber les uns après l’autre. Eux, pourtant, ça les a bien fait marrer !

DSC07684

Nos impressions :

On a passé de très jolis moments avec ces enfants. Ils avaient vraiment envie de jouer et de découvrir de nouveaux jeux. On aurait pu continuer à jouer longtemps mais il était temps pour nous de repartir visiter les alentours de Battambang avec Dollar. Prochaines rencontres… au Vietnam !

Leave a comment
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-25
 

Mars 2016 – Quand on parle des plages de rêve de l’Asie du sud-est, on pense immédiatement aux îles du sud de la Thaïlande. Pourtant le Cambodge n’a pas à rougir de son littoral. Moins développées touristiquement que sa voisine, les côtes cambodgiennes possèdent aussi leur lot d’îles paradisiaques, véritable trésor du golfe de thailande. Koh Rong et Koh Rong Samloem font partis de ces trésors. Enfilez vos masques et tuba, on vous emmène au paradis !

Koh Rong

Comment aller à Koh Rong ?

©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-26Depuis Sihanoukville, il existe deux types de bateaux pour rejoindre Koh Rong :
  • le speed-boat : départ tous les jours à 9h et 15h du port du sud, 20$ A/R, 45′ de traversée.
  • le ferry : départ tous les jours à 15h du port du nord, 10$ A/R, 2h de traversée (voire un peu plus)
De nombreuses agences en ville vendent des billets pour Koh Rong (parfois un peu plus cher). On vous conseille de les acheter directement au port du sud. Les agences y pratiquent quasiment toutes le même prix. Si vous optez pour le ferry, le minivan qui vous emmène au port du nord est compris dans le prix du billet.

Sur quelle plage poser sa serviette ?

Dès notre arrivée sur l’île on a été conquis par la plage principale oú se trouvent toutes les guest houses. Mais ça, c’était avant de découvrir Long Beach !
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-19
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-18©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-17
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-3
Long Beach se situe de l’autre côté de l’île, sur la côte ouest. On y accède par une marche de 45 minutes à travers la jungle qui domine l’île. Mais attention, cette promenade n’a rien d’une balade de santé. Avant d’atteindre le sentier, il faut grimper 10 minutes un chemin abrupte et escarpé qu’il faut parfois escalader. L’arrivée sur la plage est aussi sportive avec des rochers à enjamber et des passages raides à descendre en rappel. Sans oublier une chaleur oppressante et un fort taux d’humidité qui vous fera mouiller le maillot des les premiers pas. Et oui, une plage comme ça, ça se mérite !
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-4
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-7©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-8
Quelques conseils donc : partez tôt, habillez-vous léger, mettez des chaussures de marche (pas de tong) et surtout n’oubliez pas l’eau.
Et surtout, surtout, en cas de bifurcation, allez TOUJOURS à gauche ! On a voulu jouer les aventuriers et prendre le chemin le plus long pour arriver plus haut sur la plage. Mais le sentier qu’indiquait notre GPS n’est plus utilisé. On a dû se frayer un chemin à travers une végétation dense, enjambant dès troncs couchés et coupant des lianes qui nous barraient le chemin. On a marché 1h30 dans cet enfer vert ! Autant vous dire qu’on a d’autant plus apprécier la plage ! 😉©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-6
Heureusement, le résultat était à la hauteur de notre calvaire. Du sable blanc et fin, une eau chaude, turquoise et calme et assez d’espace pour être loin des autres touristes… que demander de plus ?!
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-9
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-11©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-10
output_k8Kqn6
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-13©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-14
Lors de notre passage, des resorts et une route faisant le tour de l’île étaient en construction. Il est fort à parier que Long Beach deviendra malheureusement d’ici quelques années la plage la plus bondée de Koh Rong. :-/

Que faire à Koh Rong ?

A part la plage, l’île propose de nombreuses activités. Le centre de plongée sous-marine propose des fun dive pour environ 45$. Pour ceux qui préfèrent rester à la surface, il est possible de faire des tours en bateau pour découvrir les fonds marins en snorkeling. La sortie coûte 20$ et comprend un arrêt à long beach et l’observation du plancton phosphorescent de nuit. Si vous ne voulez voir que le plancton, il y a aussi des sorties à 5$.

Oú manger/dormir ?

C’est simple, on arrive sur l’île au centre de la plage. Les guest houses bon marché se trouvent à gauche du débarcadère, les resorts et cottages plus confortables et plus chers sont à droite. Pour faire la fête c’est au milieu ! Nous avons pris une chambre double chez Tyty guest house, tout au bout de la plage à gauche. Après quelques minutes de négociation, nous avons réussi à obtenir 10$ la nuit pour 2.

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5 à votre inscription ! 🙂

Un enfant qui joue dans le sable juste devant notre guest house

Un enfant qui joue dans le sable juste devant notre guest house

Pour manger, l’île regorge de restaurants et de bars pratiquant tous les prix. Nos bons plans : le restaurant Ashïa sur le sentier qui s’enfonce dans l’île. On y mange des plats khmers pour 2-3$. En guise de dessert, on prenait une salade de fruits à 1$ devant l’hôtel Green Ocean et juste à côté de notre guest house. Et sinon c’était noodles à 0,50$ les pieds dans le sable (notre guest house offrait l’eau chaude et froide) ! 🙂 Pour notre journée à long beach, nous avons pris des sandwichs à 1$ à emporter.
Le fish amok, une spécialité khmere

Le fish amok, une spécialité khmère

Koh Rong Samloem

Comment y aller ?

Koh Rong Samloem est une île plus petite et moins fréquentée située au sud de Koh Rong. On y accède depuis la première île en prenant le ferry (un seul par jour, départ à 8h, 2h de traversée, 5$ l’aller à payer directement en montant à bord). Vous pouvez aussi y aller en prenant un speed-boat ou un taxi-boat mais c’est beaucoup plus cher.

Sur quelle plage poser sa serviette ?

Si il n’y a qu’une plage à voir à Koh Rong Samloem, c’est bien Saracen Bay ! Imaginez une plage blanche immaculée, une eau d’une transparence infinie, une mer qui étale tous les dégradés de vert et de bleu, des arbres qui étendent leur ombre douce propice à la sieste… vous êtes bien au paradis ! 🙂
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-22DCIM100GOPROGOPR1835.DCIM100GOPROG0201804.©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-21©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-24©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-20©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-23

Oú manger/dormir ?

Il existe quelques restaurants et resorts directement sur la plage. Les prix étant particulièrement élevés, on vous conseille d’emporter avec vous un pique-nique depuis Koh Rong.

Et les autres îles dans tout ça ?

Si vous en voulez plus, sachez qu’il existe plein d’autres îles certainement aussi agréables que Koh Rong et Koh Rong Samloem : Rabbit Island depuis Kep ou Kampot ou encore Koh Kong Kang, Koh Preus et Koh Russei depuis Sihanoukville. Autant de destinations qui donnent l’occasion d’un nouveau voyage au Cambodge !
©playingtheworld-kohrong-samloem-cambodge-12
Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest !
kohrong-cambodge
5 Comments

©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-10

Batambang est la deuxième plus grande ville du Cambodge après Phnom Penh, la capitale. Ici pas de temples mythique ni de plages de rêve. La ville, sans grand charme, se dresse au milieu de la campagne. Autour, rien si ce n’est des rizières qui s’étendent à perte de vue (c’est pour ça qu’on surnomme la ville “le bol de riz du Cambodge”). Il parait que la saison des pluies est une explosion de verts ! Manque de pot pour nous, nous sommes en pleine saison sèche et tout est désespérément jauni et desséché.

©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-13

Nous aurions certainement fait l’impasse sur cette étape de notre voyage si nous n’avions une personne à voir. Cette personne, Cest Dollar. Oui oui c’est son vrai prénom ! Sans doute une façon de lui apporter chance et prospérité dans la vie ! Dollar est chauffeur de tuk-tuk mais c’est surtout un ami de Flavie, la sœur de Chloé. Il nous a fait visiter Batambang pendant deux jours. Plus qu’un guide, c’est en ami qu’il nous a fait découvrir sa ville et son pays. Une rencontre formidable qui donne tout son sens à l’adage :

“Voyager sans rencontrer l’autre ce n’est pas voyager, c’est se déplacer”

Portrait du “meilleur tuk-tuk de Battambang”

Bonjour, je m’appelle Dollar. Je suis le meilleur tuk-tuk de Battambang ! En voiture Simone ?! 😉 ” C’est en Français et avec une certaine ironie que Dollars se décrit lui-même. Jean délavé, T-shirt moulant, gel dans les cheveux, basket propres et neuves… rien ne semble présager que ce jeune Cambodgien passe ses journées à arpenter les rues de Battambang à bord de son tuk-tuk. Il a 27 ans ; 23 selon sa carte d’identité. “C’est plus facile pour trouver du travail !

A Battambang, il connait tout le monde ou presque. Il donne un peu de son argent à chaque mendiant qu’il croise. C’est bon pour son karma , mais pas que. Dollar a le cœur sur la main. Il fait un don chaque mois à un orphelinat de la ville. Il voulait nous y emmener pour rencontrer les enfants. Manque de chance, l’orphelinat était fermé ce dimanche là. Les enfants étaient partis en excursions. Qu’à cela ne tienne, on en a trouvé dans la rue pour jouer tous ensemble.
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-24 ©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-25
Une générosité qui nous laisse un peu honteux, nous qui parcourrons le monde sans rien donner. Dollar doit être riche alors ? Pas vraiment…non… Le métier de tuk-tuk est loin d’être le plus simple du monde. Tout se joue à la descente du bus. L’objectif : conduire des touristes jusqu’à leur hôtel pour espérer leur servir de guide les jours qui suivent. Pour remporter les clients, il propose même des courses gratuites. C’est la dure loi de la concurrence. On comprend mieux maintenant l’empressement des chauffeurs de tuk-tuk et on s’est promis d’être plus tolérant avec eux à l’avenir.

Plongée dans l’histoire sombre du Cambodge

C’est à l’ombre d’un temple qui a servit de prison que Dollar nous raconte la terrible histoire de son pays dirigé d’une main de fer pendant 4 ans par une poignée de révolutionnaires qui rêvaient de mettre en place une société égalitaire. Une utopie communiste et déraisonnée poussée à son extrême. L’évocation de ce douloureux passé éclipse quelques instants le sourire qui ne quitte jamais son visage juvénile et fait naître des larmes que notre chauffeur de tuk-tuk à du mal à réprimer. Il faut dire que le terrible régime des khmers rouges, Dollar ne le connaît que trop bien. Ayant perdu certains membres de sa famille comme la quasi totalité des Cambodgiens, il en est une victime indirecte. Ce n’est pas si étonnant quand on sait que le régime de Pol Pot a décimé 40% de la population du Cambodge.
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-1

Le temple converti en prison sous le régime khmer

Un peu plus loin, il nous fait entrer dans une caverne. “Encore un temple dans une grotte !” aurait-on pu dire si Dollar ne nous avait pas expliqué les atrocités perpétrées dans ce lieu. Les khmers rouges y ont exécuté plus de 3 000 personnes, fracturant les jambes à coup de crosse de fusil (les balles coûtent cher !) et précipitant les victimes du haut de la falaise. Pour les enfants c’est encore pire, ils les prenaient par les jambes et les fracassaient contre la roche avant de les jeter parfois encore vivant au fond du gouffre. On peut encore voir les ossements des suppliciés recueillis dans un ossuaire.  Et ces statues étranges aux abords de la caverne ? “Ca représente l’enfer. Une manière de mettre en garde les personnes qui font le mal sur ce qui les attend !
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-5
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-6©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-7
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-8
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-4 ©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-3 ©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-2
Mais pour Dollar, les heures sombres de son pays sont derrières lui. En tant que bouddhiste, l’heure est maintenant aux bonnes actions. Non seulement pour son karma et sa réincarnation mais aussi pour la reconstruction de son pays qui se tourne maintenant vers l’avenir. C’est avec fierté qu’il nous emmène ensuite voir différents artisans locaux : les fabricants de feuilles de riz qui servent à faire les nems, le stand de Sticky bambou Rice, une spécialité locale, le marché aux poissons, le sculpteur sur bois et encore le fabricant de banane séchées. Dollar connait toutes ces personnes. Ils nous explique leur quotidien et leurs enjeux. Il prend même un malin plaisir à nous faire goûter du rat au barbecue. Une spécialité du coin qui a au final un bon goût de lapin.
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-16
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-17 ©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-19
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-18

Dégustation de mangue cueilli directement sur l’arbre

©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-20

Fabrication de bananes séchées

©playingtheworld-rat-barbecue-cuisine-cambodge-3

Du rat au barbeue. Qui veut une patte ?

Une autre activité qu’on peut faire à Battambang et qu’on a découvert grâce à Dollar : se faire photographier en tenue de mariage traditionnelle cambodgienne. Une expérience assez marrante à vivre pour un résultat 100% kitsch ! 
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-22©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-21

Capture d’écran 2016-03-21 à 05.38.58 Capture d’écran 2016-03-21 à 05.38.48

Des rêves simples

Mais déjà le soir arrive et notre ami doit nous laisser. Son deuxième boulot va bientôt commencer. Quand il quitte son tuk-tuk c’est pour contrôler la livraison de bière Angkor (la bière la plus vendue au Cambodge) dans les principaux bars et restaurants de la ville. Une mission qu’il remplie de 16h jusqu’à minuit, parfois jusqu’à 1h voire 2h du matin. Les visites reprenant à 9h, ça ne lui laisse pas beaucoup de temps pour se reposer.
Mais le jeu en vaut la chandelle. Son rêve ? Économiser assez d’argent pour pouvoir acheter un jour son propre tuk-tuk. Comme ça il n’aurait plus besoin de travailler la nuit et pourrait apprendre le français et d’autres langues pour avoir d’autres clients.
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-14
Et pourquoi pas aussi partir en vacances. Depuis qu’il travaille, il n’a pris qu’une semaines de congés. C’était en 2014 avec Flavie. Elle l’a emmené faire le tour de son pays. C’est la première fois qu’il voyait, la prison tristement célèbre S21 à Phnom Penh et la mer à Koh Rong. L’un de ses meilleurs souvenirs : courir sur la plage pour échapper aux vagues qui viennent s’échouer sur la plage. Un peu comme font les enfants chez nous qui découvrent la mer pour la première fois. Maintenant, il aimerait prendre l’avion et voir la neige. “Ca fait quoi le froid sous les pieds ?” Un rêve simple et si poétique en même temps.
©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-30
Notre séjour à Batambang n’aurait certainement pas été le même sans Dollar. Il nous a ouvert les yeux sur la beauté du Cambodge et la gentillesse de son peuple. Sa rencontre restera certainement l’un des moments fort de notre tour du monde. Si vos pas vous mènent un jour au Cambodge, faites un détour par Batambang, saluez Dollar pour nous et partagez avec lui un peu de son histoire… et un rat au barbecue !

©playingtheworld-battambang-cambodge-voyage-29

MAJ janv 2017 : Dollar a trouvé un nouveau travail en tant que guide touristique au Cambodge auprès d’une agence et ne fait plus de tours en Tuk-Tuk. Il semble très heureux de sa nouvelle vie.

Infos utiles :

Où dormir : le Royal Hotel. Hôtel très classe avec un jacuzzi sur le toit. 16$ la chambre double

Capture d’écran 2016-03-20 à 14.41.02Capture d’écran 2016-03-20 à 14.39.56

Où manger : le HOC Café (pour Hope Of Children). Ce restaurant sert des plats traditionnels khmers. Les plats changent tous les jours et sont bio. Tous les bénéfices servent à financer des projet aidant à scolariser les enfants cambodgiens. Nous y avons mangé tous les soirs. 3$ le plat.
Capture d’écran 2016-03-20 à 14.41.21 Capture d’écran 2016-03-20 à 14.41.29Capture d’écran 2016-03-20 à 14.41.12

 

La séance de photos de mariage coûte 20$. La séance comprend le maquillage, l’habillage et la coiffure. On repart avec 6 photos de 2 tenues différentes. Il y a pleins de boutiques dans le centre de Battambang. Elles sont toutes similaires.

4 Comments

©playingtheworld-temples-angkor-preahkahn-cambodge-voyage-25

En préparant notre tour du monde depuis notre salon parisien, certains noms de lieux nous faisait déjà rêver. Des noms remplis de mystère, des noms qui invitent à la découverte et à l’aventure. Angkor faisait parti de ces noms.

Aussi en arrivant au Cambodge depuis le Laos, Nous avons mis le cap directement sur cette destination mystérieuse : les temples d’Angkor !

Les temples d’Angkor, quesako ?

Les temples d’Angkor est un ensemble d’une quarantaine de temples de style hindouiste disséminés sur plusieurs kilomètres carrés à travers une forêt dense. Ils ont été construit entre le IXème et le XVième siècle. A titre d’exemple, Angkor Vat, le plus célèbres des temples d’Angkor a été bâtit en même temps que la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ça fait pas si vieux en fin de compte ! Cette ville sacrée était si importante au Cambodge qu’elle comptait un million d’habitants à son apogée quand, au même moment, Londres n’en comptait que 50 000 ! Et puis, les affres du temps et les virages de l’histoire ont fait que la cité a été abandonnée au XVIème siècle, laissant la forêt reprendre peu à peu ses droits. Aujourd’hui, c’est le site le plus visité du Cambodge avec plus de 7 millions de visiteurs par an !

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-37

DCIM100GOPROGOPR1683.

Siem Reap, point de départ pour visiter les temples d’Angkor

A côté des ruines, la modernité. Avec l’arrivée du tourisme de masse, la petite ville de Siem Reap est devenue une fourmilière d’hôtels, de restaurants et de boutiques pour occidentaux. Qu’on y vienne pour faire la fête, se détendre au bord de la piscine ou juste pour préparer sa visite des temples d’Angkor, on trouve forcément un endroit qui nous convient. Le revers de la médaille : tout est plus cher que dans le reste du Cambodge.

Comment visiter les temples d’Angkor ?

C’est la que ça se complique. Pour éviter la foule et profiter au mieux des différents site, il existe plusieurs stratégies. On doit reconnaitre qu’on a été un peu perdu face à la montagne d’informations qu’on peut trouver sur Internet. Aussi vais-je tenter de vous donner nos conseils en bons plans en me basant sur notre propre visite. Et pour vous aider à vous y repérer, voici une carte super bien faite, réalisé par Benoit du blog NovoMonde.

angkor-carte

Pass 1 journée ou 3 jours ?

Pass 3 jours pour les temples de Angkor au cambodgeIl existe deux pass pour entrer sur le site d’Angkor. Le pass 1 jour (20$) et le pass 3 jours (40$). Le site des temples d’Angkor étant plutôt vaste, on vous recommande d’y consacrer au moins deux jours et donc d’acheter le pass 3 jours. La visite en une journée est possible mais au bout d’un moment vous risquez de saturer des temples. Au moment d’acheter votre pass, il se peut qu’on vous demande 2$ supplémentaires pour vous prendre en photo. Refusez ! Les photos sont comprises dans le prix du pass.

Astuce : Pour éviter la foule au moment d’acheter votre pass, allez-y la veille avant la fermeture de la billetterie. Attention celle-ci ferme à 17h30 ! Des tuk-tuk vous y conduisent pour 5$. Et pour le même prix vous avez le droit d’assister au  coucher du soleil sur Angkor Vat. Autant en profiter !

Dans quel ordre visiter les temples d’Angkor ?

La plupart des touristes commencent leur visite par le lever du soleil sur Angkor Vat puis suivent la petite boucle ou la grande boucle dans le sens des aiguilles d’une montre. Du coup, pour éviter la foule et visiter tranquillement, vous avez deux choix :

  • assistez au lever du soleil sur Angkor Vat puis foncez directement au troisième temple en sautant le Bayon. De cette manière, vous aurez toujours un temple d’avance sur la foule. Vous pourrez revenir au Bayon plus tard dans la journée ou le jour suivant.
  • assistez au lever du soleil et partez dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Quoi qu’il en soit, il faut savoir que les temples les plus connus (Angkor Vat, le Bayon, Tha Prom et Peah Khan) seront toujours plus peuplées que les autres.

Alors voici nos conseils pour en profiter un max :

  • levez vous (très) tôt. La plupart des temples ouvrent vers 7h30 et il faut compter au moins 30 minutes de routes pour aller de Siem Reap à l’entrée du site. Si vous commencez par un temple excentré, en plus de l’avoir pour vous tout seul, vous pourrez le visiter tranquillement dans la fraîcheur du matin.
  • l’heure idéale pour visiter les temples est entre 12h et 14h. Vous aurez très chaud, mais au moins vous aurez beaucoup moins de touristes autour de vous. Personnellement, nous avons passé les heures les plus chaudes de l’après-midi au bord de la piscine de l’hôtel et nous avons repris les visites à partir de 17h00. 😉

Vélo, scooter ou tuk-tuk : comment se déplacer dans les temples d’Angkor ?

On est plutôt fans de scooter quand on voyage. Mais là, comme on ne savait pas à quoi s’attendre au niveau de l’état des routes, on a opté pour le tuk-tuk le 1er jour. Pour 15$ la journée, le chauffeur nous emmène où l’on souhaite. On aurait pu tout voir en une journée mais pour ne pas saturer et pour éviter la chaleur, nous lui avons demandé de rentrer à l’hôtel vers 15h00 et de revenir nous chercher à 17h pour le coucher du soleil.

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-1

Les routes étant finalement en excellent état, nous avons loué un scooter électrique le lendemain pour 10$. On aurait aussi pu faire une journée vélo (2$ chacun) tant le lieu est agréable mais Chloé redoutait de pédaler sous la chaleur accablante de l’après-midi.

Quel temple visiter à Angkor ?

Angkor Vat 

A tout seigneur tout honneur. Angkor Vat est le temple le plus récent et le mieux conservé des temples d’Angkor. Il est aujourd’hui le plus grand site religieux au monde. Ce n’est pas notre préféré mais on doit avouer qu’on est tombé en extase devant le lever de soleil, un moment magique qu’on vous invite à vivre une fois dans votre vie. Du rose, du orange, du violet… le ciel est passé par toutes les nuances de couleurs avec Angkor Vat au premier plan. On peut affirmer qu’à ce jour, c’est le plus beau lever de soleil de notre vie !©playingtheworld-temples-angkorvat-cambodge-voyage-31©playingtheworld-temples-angkorvat-cambodge-voyage-32 ©playingtheworld-temples-angkorvat-cambodge-voyage-33©playingtheworld-temples-angkorvat-cambodge-voyage-35©playingtheworld-temples-angkorvat-cambodge-voyage-34©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-40©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-39

Ta Prohm

C’est sans doute le temple le plus connu après Angkor Vat. Et pour cause, c’est dans ce dédale de pierres et de racines qu’Angelina Jolie a joué le rôle de Lara Croft. Une popularité qui attire des flots de touristes qui veulent se photographier là oú l’aventurière sexy de Tomb Raider est passée, dénaturant au passage un site naturellement majestueux. Si c’était à refaire on y reviendrais entre 12h et 14h pour éviter la foule qui s’entasse dans les petits couloirs sombres du temple.

©playingtheworld-temples-angkor-taprohm-cambodge-voyage-11

©playingtheworld-temples-angkor-taprohm-cambodge-voyage-13

©playingtheworld-temples-angkor-taprohm-cambodge-voyage-12

©playingtheworld-temples-angkor-taprohm-cambodge-voyage-14©playingtheworld-temples-angkor-taprohm-cambodge-voyage-15

Preah Khan

Le temple préféré de Romain. On a eu la chance de le visiter entre 12h et 14h. Il n’y avait quasiment personne et on a pu en profiter pour prendre de jolies photos. Tout comme Ta Prohm, les arbres enserrent de leur racines la plupart des murs du temples, mais l’édifice est assez grand pour ne pas se sentir oppressé par les cars de touristes chinois.

©playingtheworld-temples-angkor-preahkahn-cambodge-voyage-23

©playingtheworld-temples-angkor-preahkahn-cambodge-voyage-24

©playingtheworld-temples-angkor-preahkahn-cambodge-voyage-26

©playingtheworld-temples-angkor-preahkahn-cambodge-voyage-27

©playingtheworld-temples-angkor-preahkahn-cambodge-voyage-29

©playingtheworld-temples-angkor-preahkahn-cambodge-voyage-30

©playingtheworld-temples-angkor-preahkahn-cambodge-voyage-25

Le Bayon

Situé juste au nord d’Angkor Vat, au centre de l’ancienne ville d’Angkor Thom, le Bayon est tout aussi impressionnant. C’est sans doute du aux 216 têtes sculptées qui nous observent. On a adoré ce temple, jusqu’à ce que les cars de chinois débarquent !

©playingtheworld-temples-angkor-bayon-cambodge-voyage-47

©playingtheworld-temples-angkor-bayon-cambodge-voyage-45©playingtheworld-temples-angkor-bayon-cambodge-voyage-44

©playingtheworld-temples-angkor-bayon-cambodge-voyage-50

©playingtheworld-temples-angkor-bayon-cambodge-voyage-46

output_TZqzn7

Ta Som

Un petit temple qui ne paye pas de mine. Mais il faut le traverser pour voir son vrai trésor : une magnifique porte sculptée prisonnière d’un arbre.

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-18

Banteay Kdei, Pre Rup & East Mebon

S’il n’ont pas la réputation de leurs grands frères, ces “petits” temples ont le mérite d’être peu (voire pas) fréquentées par les cars de touristes. On a pu pour une fois prendre le temps et se poser pour observer le temple et ses alentours sous différents angles.

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-17

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-9 ©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-6

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-8

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-5©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-4©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-3

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-10

Neak Pean 

On accède à ce temple par une passerelle qui surplombe un marécage. Au bout du chemin, on découvre le monument entouré par les eaux. Pas très transcendant et à éviter si on n’a pas le temps.

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-20

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-21©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-19

Où dormir à Siem Reap :

 4 nuits au Siem Reap Pub Hostel pour 5$ chacun la nuit en dortoirs (auberge de jeunesse très agréable et très clean et le petit bonus : une PISCINE ! Chambre double à 15$)

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5 à votre inscription ! 🙂

Notre avis sur les temples d’Angkor

On a bien évidemment ADORÉ les temples d’Angkor. Cette impression de remonter le temps, ce plaisir d’enfant de jouer aux aventuriers dans un lieu historique d’exception, cette atmosphère magique et hors du temps sous les ombres vertes des arbres projetées sur les vielles pierres… Ce lieu nous laissera un souvenir impérissable et il y a de fortes chances pour qu’on y retourne si on revient au Cambodge.

©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-38©playingtheworld-temples-angkor-cambodge-voyage-42

Mais malgré notre enthousiasme, on ne peut s’empêcher d’être inquiet sur l’avenir du site. Car si la magie d’Angkor s’apprécie dans la contemplation et l’observation des monuments, ceux-ci risque d’être mis en péril par un tourisme de masse de plus en plus oppressant. On peut malheureusement déjà le ressentir dans les temples les plus connus.

DCIM100GOPROGOPR1692.

4 Comments

DSC07176

Passer la frontière cambodgienne depuis les 4 000 îles au Laos est un véritable enfer nous a-t-on dit… Les prix pour atteindre le Cambodge en bus sont chers et les bus mettent beaucoup plus de temps que prévu. On a donc suivi les conseils des blogueurs Some Steps Aways et sommes passés par une compagnie privée sur internet : AVT.

Le trajet Don Det – Siem Reap coûte environ 350 000 Kips en agence (39€) et met parfois plus de 15h (répartis en plusieurs bus de jour). Avec AVT, c’est 20 $ par personne depuis la frontière Cambodgienne. Il faut juste se rendre par ses propres moyens à la frontière et l’avoir passée avant 11h30, heure de départ du bus AVT.

Nous avons donc réservé notre ticket sur le site : www.asiavantransfer.com . Un mail de confirmation nous a été envoyé avec toutes les explications sur le trajet. Maintenant, il ne reste plus qu’à passer la frontière. Et c’est plus facile à dire qu’à faire…

Notre parcours Don Det – frontière Laos Cambodge 

Nous avons pris le premier bateau qui part de Don Det à 8h pour rejoindre Ban Nakasang (15 000 kips par personne ; le billet s’achète à bord). De là, nous avions le choix entre un bus qui rejoint la frontière en 15 minutes et qui coûte 94 000 kips par personne (10€) ou trouver une moto taxi beaucoup moins chère. Nous avons négocié une moto taxi pour 100 000 kips pour 2 (11€). Le trajet a duré 30 minutes et le chauffeur nous a déposé à 2 km du poste frontière. Apparemment ils nont pas le droit de s’en approcher plus. Nous avons terminé en marchant environ 30 minutes.
Sur tout le trajet aucun bus ne nous a dépassé, donc le temps d’attente à Ban Nakasang devait être assez long et la moto-taxi est finalement la meilleure option…

Le passage de la frontière Laos – Cambodge

Nous nous sommes présentés au guichet côté Laos aux alentours de 9h45. Le douanier nous a demandé 2$ chacun en frais de sortie. On s’y attendait ! Nous avons refusé en disant que c’est illégal et que ça s’appelle de la corruption. Les douaniers n’ont pas voulu tamponner nos passeports. Nous avons donc attendu. Nous leur avons dit que nous avions le temps (ce qui n’était pas entierement vrai car le bus nous attendait à 11h30 et que nous savions que nous devrions répéter cette procédure à l’entrée du Cambodge). On est retourné à la charge à plusieurs reprises. Rien à faire. Les douaniers ont refusé systématiquement de tamponner nos passeports. Ils ont été très désagréables et nous ont pris de haut. Après 30 minutes d’attente, nous avons tenté de discuter à nouveau et j’ai cédé en leur proposant de payer 20 000 kips pour 2 (1€ chacun). Même la corruption se négocie ! Ils nous ont immédiatement fait le tampon de sortie. Romain pense qu’on aurait pu attendre encore un peu mais bon…

Entre les deux frontières des faux médecins nous ont interpellé, nous faisant signe de venir dans leur petite cabane où il est écrit “zone de quarantaine”. Il paraît qu’ils demandent ensuite 2$ par personne pour prendre notre température. Nous étions prévenus et les avons ignorés. Ils n’ont pas cherché à nous rattraper.

Il est 10h20 et nous remplissons notre demande de visa pour le Cambodge. Le prix officiel du visa est de 30$. Le douanier nous en demande 35$ : 30$ pour le visa et 5$ pour le coup de tampon sur le passeport. Nous refusons en disant qu’on a que 30$ sur nous. Ils nous demandent de nous asseoir. Nous répétons la même procédure qu’avec les douaniers laotiens, en expliquant calmement que c’est illégal, que c’est de la corruption. Ils ne veulent rien savoir et nous invite à nous assoir jusqu’à ce qu’on soit décidé à payer. Nous nous asseyons donc et commençons à attendre. Et là, on ne sait pas ce qui nous a pris, on a commencé à chanter des chansons pour enfants ! On ne doit pas être d’assez bon chanteur et nos douces voix ne leur ont sans doute pas plu. Au bout de 5 minutes, le douanier nous fait signe d’approcher et nous demande de payer les 30$ réglementaire. Gagné… enfin pas tout à fait ! Il colle le visa sur notre passeport mais nous dit qu’au guichet suivant il faudra payer les frais pour le tampon. Nous nous présentons devant le guichet “police immigration”. Nous montrons notre passeport et remplissons une carte d’entrée dans le pays. Le nouveau douanier nous demande 2$ chacun (tiens ça a baissé de 3$ en 5 minutes…). Nous refusons. On a le visa et on est “bloqué” dans une zone internationale, on sait qu’ils ne peuvent pas refuser de  nous laisser entrer au Cambodge. Le douanier le sait autant que nous et ne cherche pas à nous intimider plus que ça. Il tamponne nos passeports avant de nous les balance sur le comptoir ! On a réussi ! 🙂

Arrivée au Cambodge

Il est 10h30 et nous sommes au Cambodge. Nous avons mis 45 minutes au total mais avons payé seulement 31,50$ chacun au lieu des 37$ réclamés par les douaniers des deux pays.

Mr Hour d’AVT nous attend. Il nous fait patienter dans un restaurant où le guichet AVT est affiché. Nous prenons un minivan à 11h30 direction Siem Reap. Sur le trajet nous faisons une escale de 30 minutes à Stung Treng de 13h30 à 14h. Ensuite nous changeons de minibus et nous roulons 4h.

Le trajet se passe merveilleusement bien. Nous arrivons à Siem Reap à 18h, impatient de découvrir ce nouveau pays en commençant par un endroit qui nous fait rêver depuis bien longtemps : les temples d’Angkor !

Découvrez nos articles sur le Laos :

>>> Conseils pour passer la frontière Thaïlande – Laos (côté Chiang Rai)

>>> Le Laos en stop : De Luang Prabang à Vientiane

>>> Le jour où j’ai testé l’hôpital au Laos

>>> Road-trip sur le plateau des bolovens

>>> On a testé le HelpX : prof d’anglais au Laos

>>> 3 semaines au Laos : bilan, budget, itinéraire

 

5 Comments