Posts from the ‘France’ category

Il y a des régions en France qui, lorsqu’on les découvre pour la première fois, nous laisse littéralement sans voix. Des endroits qu’on connait de nom et dont on se demande, une fois visité, comment on a pu passer autant de fois à côté sans jamais prendre le temps de s’y arrêter. Ce sentiment, nous l’avons connu en avril dernier lors de notre séjour de 3 jours à Millau, en Aveyron.

Depuis deux ans maintenant, nous participons au salon des blogueurs de voyage We Are Travel (WAT), un événement qui rassemble blogueurs voyage et professionnels du tourisme pour 3 jours de rencontres, conférences, rendez-vous pro et soirées networking. Après St-Malo l’année dernière, c’est à Millau que la 5ème édition du salon, WAT18 a eu lieu. Hein ? L’Aveyron ? C’est où ça ? Millau ? Si, je connais, y’a pas un viaduc là-bas ? Bref, avant le salon, on ne connaissait pas vraiment ce petit coin de paradis

Connue pour être la capitale française des activités sportives et outdoor, Millau est aussi la destination idéale pour admirer de superbes paysages, visiter de charmants petits villages médiévaux et goûter une gastronomie locale tout aussi généreuse que délicieuse. Suivez-nous, on vous emmène à la découverte de la région à travers quatre activités nature et patrimoine.

Explorer le plateau du Larzac en trottinette électrique

Voici une activité qui rappellera à certains de bons souvenirs d’enfance. Après avoir conquis le cœur des grandes villes françaises, les trottinettes électriques s’attaquent à nos montagnes et nos forêts pour offrir de belles randonnées en mode tout terrain. Montées sur des roues qui font penser à celles d’un VTT, c’est juchés sur ces bolides que nous avons exploré le plateau du Larzac.

De bon matin, Cyril notre guide vient nous chercher avec d’autres blogueurs pour une randonnée de deux heures dans le parc naturel des Grands Causses. C’est avec le viaduc de Millau en toile de fond qu’il nous explique comment conduire notre trottinette électrique et nous donne notre équipement. Genouillères, coudières, casque pour la sécurité et un sac à dos contenant une batterie de 5 kg pour alimenter notre engin, quelques tours de terrain pour bien prendre nos trottinettes en main et nous voici partis pour deux heures de ballades. Après quelques mètres, on se sent tout à fait à l’aise sur nos trottinettes qui peuvent monter jusqu’à 35km/h. Guidon droit pour accélérer, le gauche pour freiner, j’attaque la pente des causses avec une confiance et une vitesse de plus en plus grande. Rapidement, j’augmente le niveau de puissance de ma trottinette pour toujours plus de sensations. Même Chloé qui d’habitude n’a pas trop le sens de l’équilibre s’en tire à merveille sur les routes sinueuses des causses.

En chemin, Cyril a prévu plusieurs arrêts pour nous parler du plateau du Larzac et admirer les magnifiques points de vue qu’offre le sommet des causses. Ici, on admire le viaduc de Millau, là on découvre la cardabelle, une fleur qui ressemble au chardon et symbole des Causses du Larzac, plus loin Cyril nous parle des lavognes (points d’eau naturels ou construits par l’homme et qui servent d’abreuvoir aux troupeaux qui paissent sur le plateau). On croise même la route de vautours et surtout on marque quelques arrêts pour admirer le viaduc. Notre randonnée électrique se termine aux pieds de la croix du col du renard où deux chèvres naines ont élus domicile après s’être échappées de leur ferme. On admire une dernière fois Millau en contre-bas avant de remonter sur nos trottinettes et dévaler la route jusque dans la vallée. Entre sensations, vitesse et découverte naturelle, on a vraiment adoré cette activité.

Prix : à partir de 25€ pour 1 heure

Plus d’infos : www.duverbike.com

Tyrolienne

Situées à quelques kilomètres de Millau, les Gorges de la Dourbie offrent un cadre idéal à la pratique de ma deuxième activité : la tyrolienne ! Toujours accompagné d’autres blogueurs voyage, j’enfile casque et baudrier pour deux heures d’activité fun et sportive. Moi qui pensais passer une après-midi tranquille à me laisser glisser d’un tyrolienne à une autre tout en admirant le paysage, j’avais bien tort… car avant de jouer les écureuils volants, il faut grimper au sommet des falaises d’où partent les tyroliennes. Ponts de singe, filets, ponts de planches suspendus dans le vide… la descente en tyrolienne se mérite. J’ai même dû affronter une portion de via ferrata assez intense et faire le funambule sur une slackline tendue entre les rochers. Mais que d’adrénaline ! Heureusement, après l’effort vient le réconfort. Alors qu’il nous a fallut une bonne heure et demie pour grimper tout en haut de la montagne, il ne nous faut que quelques dizaines de minutes pour rejoindre notre point de départ dans la vallée grâce à des tyroliennes de 40m à… 300m ! Vraiment impressionnant !

Prix : 34€/pers (32€/pers pour les groupes de 8 personnes)

Plus d’infos : www.roc-et-canyon.com

Dévaler la vallée de Cernon en vélorail

Pour terminer cette journée sportive, l’équipe du salon des blogueurs voyage nous a réservé une petite surprise : la descente de la vallée de Cernon en vélorail ! Cette activité ludique et pas trop intense est une fois de plus l’occasion d’admirer les magnifiques paysages de l’Aveyron. Le principe est simple : on embarque à bord d’un engin qu’on fait avancer sur une ancienne ligne de chemin de fer grâce à deux vélos. Heureusement, le parcours qu’on emprunte est en descente. Par groupe de quatre ou cinq, on fonce à toute vitesse sur la voie ferrée, traversant des viaducs et des tunnels bien noirs. Une activité vraiment sympa à faire en famille.

©Nico Gomez / We Are Travel

Prix : 16€ par adulte / 6€ par enfant / Gratuit en dessous de 6 ans

Plus d’infos : www.surlesrailsdularzac.com

Faire la fête chez les Templiers à St-Eulalie-de-Cernon

Les activités sportives, c’est bien. Mais l’Aveyron, c’est aussi de magnifiques villages médiévaux qui méritent le coup d’œil. Parmi eux, nous avons eu l’occasion de découvrir Sainte-Eulalie-de-Cernon, un des 10 villages classés Plus beaux villages de France en Aveyron. A notre arrivée, nous sommes accueillis par des hommes en armes. Armés d’épées, de hallebardes et de lances, ils nous escortent jusqu’à la place centrale où tout un village médiéval a été reconstitué pour la soirée. Tir à l’arc, artisanat médiéval, visite des ateliers… c’est dans cette atmosphère très Game of Thrones qu’on prend l’apéritif entre blogueurs de voyage. Quand tout à coup, une main robuste s’abat sur mon épaule. Un guerrier veut se battre avec moi. Ni une, ni deux, j’enfile mon heaume et dégaine mon épée pour un duel au sommet. Après quelques coups d’épées échangés, c’est maintenant l’heure de faire la paix autour d’un gigantesque buffet rempli de spécialités aveyronnaises.

©Nico Gomez / We Are Travel

©Nico Gomez / We Are Travel

Photo prise par Seb du blog “Voyageurs sans frontières”

En bonus : passer une soirée monumentale aux pieds du viaduc de Millau

La première chose qu’on voit en arrivant sur Millau, c’est son fameux viaduc. Long de 2 460 mètres et haut de 343 mètres, ce géant d’acier enjambe la vallée du Tarn avec élégance. De n’importe où dans Millau, on peut apercevoir sa silhouette élancée. Après l’avoir observer pendant tout notre séjour, on ne pouvait pas quitter Millau sans le voir de plus près. C’est donc sur l’aire d’autoroute du Viaduc de Millau privatisée pour l’occasion que l’équipe du salon a organisé une dernière soirée. Aux pieds de cet édifice monumental, on a pu admirer un magnifique coucher de soleil avant de partager tous ensemble des spécialités aveyronnaises et danser jusqu’au bout de la nuit (enfin pas pour nous car avec notre petite puce qui avait à peine 3 semaines, on n’a pas tenu très longtemps niveau fatigue !)

©Nico Gomez / We Are Travel

Infos pratiques

Où dormir à Millau ?

Comme tous les blogueurs participant au salon, j’ai été hébergé au Domaine Saint-Estèves. Nous étions répartis par quatre dans de jolis petits chalets en bois bien équipés et avec une jolie terrasse pour prendre l’apéro avec les copains blogueurs. Situé en périphérie de Millau, sur les pentes des causses, ce domaine dispose d’une piscine (qu’on n’a malheureusement pas eu le temps de tester) et d’une vue imprenable sur le viaduc.

Chloé de son côté à dû dormir dans un appartement loué sur AirBnB pour pouvoir rester la nuit avec Elia. Les enfants n’étant pas accepté sur le salon, il a fallut nous séparer pour qu’elle puisse passer la nuit avec Elia qui était gardée pendant la journée par la mère et la sœur de Chloé. Une organisation un peu fatiguante mais qui nous a permis de découvrir un peu plus le centre de Millau.

Plus d’infos : www.dsemillau.com

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5€ à votre inscription ! 🙂

Où manger à Millau ?

En Aveyron, on mange bien. On mange même très bien ! Aligot, roquefort, gâteau à la broche…. Les spécialités locales sont variées et délicieuses. Voici quelques adresses qu’on a pu tester et qu’on vous recommande si vous passez à Millau :

  • Au jeu de paume – 4 Rue Saint-Antoine 12100 Millau
  • Au 16 –  6 Bd. de la Capelle 12100 Millau

On espère que ce petit aperçu vous aura donné envie de passer vos prochaines vacances en Aveyron. Nous en tout cas, on est clairement tombé sous le charme de cette région. Notre (court) séjour à Millau a été une vraie découverte et un véritable coup de cœur. Vous l’aurez compris, entre les activités outdoor, la gastronomie et l’impressionnant patrimoine historique de la région, l’Aveyron a encore de beaux trésors à nous dévoiler. On espère donc pouvoir revenir bientôt pour tester de nouvelles activités et découvrir de nouveaux coins dans ce joli département français.

Cet article a été écrit dans le cadre du salon des blogueurs de voyage 2018
et en partenariat avec l’Office de Tourisme de l’Aveyron.


  • Vous avez déjà visité l’Aveyron ? Laissez-nous un commentaire pour nous raconter votre voyage ou nous donner vos bonnes adresses.
2 Comments

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (21)

Il y a certains voyages qui surprennent plus que d’autres. Et pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour se sentir dépaysé. C’est ce qu’on a pu constater en visitant un département situé à 3h de Paris (1h en train). Un endroit où il fait bon vivre : la Mayenne !

La Mayenne, c'est ici ! (crédit : Sam/@1dessin1film)

La Mayenne, c’est ici !
(crédit : Sam/@1dessin1film)

Lors de notre premier week-end en Mayenne (été 2017), nous sommes tombés sous le charme discret de ce département méconnu situé à l’entrée de la Bretagne. Avec ses petits villages de caractères, ses châteaux cachés un peu partout et sa nature abondante et verdoyante on avait adoré se balader et essayer un nouveau mode de voyage : le Slow Travel (voyager au ralenti ou en prenant son temps pour les non bilingues ! 😉 )

Conquis par cette première impression, on n’a pas pu résister à l’envie de revenir. Mais cette fois-ci pas de road-trip, c’est en bateau qu’on a découvert le sud du département.

Car oui, la Mayenne c’est un département mais c’est aussi un fleuve navigable ! (Et ouais, y’a pas que le canal du midi en France !) Et vous savez quoi ? On a adoré ce nouveau mode de transport ! Alors bienvenue à bord, on vous embarque pour deux jours de croisière au fil de la Mayenne…

 

Comment organiser une croisière fluviale sur la Mayenne ?

Il existe plusieurs loueurs de bateaux sans permis pour naviguer sur la Mayenne. Nous  avons embarqué avec Anjou Navigation, une entreprise familiale qui possède une vingtaine de bateaux pouvant accueillir jusqu’à 12 personnes. Pour ce week-end nous sommes 6 adultes et 2 bébés. Notre bolide pour le week-end est le Nicols 1100 !

CONFORT-1100

Combien ça coûte ?

Vous pouvez louer un bateau pour 2 personnes à partir de 420€ le week-end. Les bateaux de 6 à 9 personnes comme le nôtre peuvent être loué à partir de 804€. Pour plus d’infos sur les prix, vous pouvez consulter le site : www.anjou-navigation.fr/

Quel itinéraire pour 2 jours de croisière fluviale ?

Voici quelques exemples de parcours possibles pour un séjour fluvial sur la Mayenne depuis Paris.

  • aller à Laval en train, descendre le fleuve, reprendre le train à Angers (ou inversement)
  • faire un aller retour pour revenir à son point de départ
  • faire un aller simple et avoir une voiture qui attend à l’arrivée

En ce qui nous concerne, notre croisière nous mène de Laval à Grez-Neuville soit 69km à descendre et 22 écluses à franchir au rythme effréné de 10 km/h ! On vous avait dit que c’était du SlowTravel !

Itinéraire mayenne

Notre croisière fluviale sur la Mayenne

Vendredi soir 18h. Sitôt sortis du travail, nous fonçons à Laval, point de départ de notre boat-trip. A notre arrivée, Michel de l’Office de tourisme de la Mayenne est là pour nous emmener à notre bateau amarré en plein cœur de la ville. Avec ses vieilles bâtisses et sa cathédrale qui nous entourent, le cadre est déjà grandiose. Déjà nous sentons les prémices d’un week-end qui s’annonce bien !

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (4)

Le lendemain matin 9h, tout le monde est sur le pont pour le départ. Raphaël, le propriétaire du bateau nous explique comment diriger notre navire. Heureusement, pas besoin de permis ni de connaissances en navigation, le bateau se conduit très facilement. S’amarrer, faire demi-tour, passer une écluse, lire une carte fluviale sans oublier de lever l’ancre… Raphaël nous apprend les principales manœuvres à connaître pour être sûr de ne pas finir au fond de l’eau !

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (5)

Et nous voilà partis pour 2 jours de croisières ! Très rapidement, chacun trouve une occupation à bord : préparer les repas, aider à passer les écluses, servir l’apéro, faire coucou aux vélos et aux randonneurs qui longent le fleuve sur le chemin de halage, bronzer sur le pont… Bref on se la coule douce ! Mais ce qu’on préfère, c’est admirer le paysage qui défile calmement sous nos yeux. A peine quitte-t-on Laval qu’on se retrouve en pleine nature. De chaque côté du fleuve, des arbres et des champs à perte de vue. Et sur le fleuve : très peu de bateau. On se sent tellement libre et seuls au monde…

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (13)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (28)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (57)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (29)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (63)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (36)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (61)

On a un peu d’appréhension au passage des écluses mais on prend très rapidement le coup de main. On en profite alors pour discuter avec les éclusiers, tous super gentils et accueillants. L’un d’eux est même coutelier et a créé un couteau nommé l’Anjou (c’est un peu leur laguioles à eux !)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (18)

 

On s’arrête de temps à autre sur les nombreux pontons qui jalonnent la descente. Ici pour pique-niquer, là pour nous promener dans un charmant petit village comme Ménil ou encore Daon.

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (56)

Dans les rues de Ménil

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (42)

En fin de journée, nous cherchons un ponton avec de l’électricité où nous amarrer. Mais comme on veut aussi passer la nuit en dehors des villes, on passera la nuit au bord d’une écluse sans pouvoir recharger nos batteries. Heureusement, le bateau a assez d’autonomie pour tenir deux jours. Cette vaine recherche nous a cependant permis d’apprécier la navigation au coucher du soleil. Une fois de plus, nous sommes seules sur le fleuve. Tout est calme. La chaleur de l’après-midi a laissé place à une fraîcheur bien agréable. Pas une onde ne vient rider la surface de l’eau qui est incroyablement lisse. Les hérons regardent passer notre embarcation sur leurs longues échasses. Les arbres se reflètent dans les fleuves avec les belles couleurs du coucher du soleil. L’ensemble dessine un paysage magnifique. Certainement l’un de nos plus beaux souvenirs de ce week-end !

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (49)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (41)

Le lendemain, nous reprenons notre croisière jusqu’à Grez-Neuville. Toujours le même rythme lent et agréable, toujours les mêmes petits villages où on adore se promener. Et une fois de plus, on « tombe malencontreusement » dans le fleuve ! Quel dommage ! Mais ça fait du bien !

Webp.net-gifmaker (1)

Alors qu’on profite d’une baignade bien rafraîchissante, un orage gronde à l’horizon. Nous passons la dernière demie-heure sous une pluie battante. A Grez-Neuville, Michel est là. Il nous attend sur le ponton pour nous ramener à nos voitures restées à Laval. La croisière est belle est bien terminée. Sur le chemin du retour, je vois défiler les panneaux routiers indiquant les villages qu’on a traversés en bateau. En voyant les champs à pertes de vue il est impossible de deviner qu’une vallée luxuriante s’étend à quelques kilomètres de là.

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (74)

Notre ressenti 

C’est simple, on ne pensait pas autant aimer le tourisme fluvial. Disons le clairement, ce qu’on pensait être une « activité de vieux » est en fait l’un des trucs les plus cool qu’on a pu tester. On a A-DO-RE !!! Et même avec des bébés, le voyage se fait aussi super facilement. On n’a que deux regrets concernant ce séjour fluvial en Mayenne :

  • on aurait aimé avoir plus de temps pour descendre jusqu’à Angers (et même plus loin…)
  • on aurait aimé passer une dernière nuit en Mayenne car le retour à Paris après deux jours en pleine nature est assez brutal. 

On garde cependant un excellent souvenir de cette première expérience de tourisme fluvial et on a hâte de recommencer. 🙂

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Merci à l’Office de tourisme de la Mayenne (les Vallées de la Mayenne) qui nous a invité à découvrir son beau département.
Tous nos avis et ressentis exprimés dans cet article restent libres et personnels.

Merci également à Michel pour l’organisation

Leave a comment

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (3)
Derrière la forêt… la mer ! Nous avons voulu profiter des premiers jours chauds de l’année pour aller nous rafraîchir au bord de la mer. Alors après avoir exploré le centre de la Bretagne et sa mythique forêt de Brocéliande, nous terminons notre road-trip breton par une jolie ville côtière : Concarneau ! Avec son centre fortifié, ses belles plages de sable doré et ses bonnes adresses, Concarneau est une ville très agréable pour passer quelques jours lors d’un voyage dans le FinistèreEnfilez votre maillot de bain, on part flâner 2 jours à Concarneau. 

Que faire à Concarneau ?

Plages, excursions en bateau, ballades dans les rues de la ville close… il y a beaucoup à faire à Concarneau. Voici quelques idées d’activités qu’on a testés sur nos deux jours dans la ville bleue. 

Visiter la ville close 

C’est LE site à ne pas manquer à Concarneau. Cette mini-ville cerclée de remparts servait à défendre la baie. Aujourd’hui on y trouve une multitude de boutiques touristiques et de restaurants. Mais c’est tout de même très agréable de se promener dans ses rues et de faire le tour de la ville close en passant par le chemin de ronde… même avec une poussette ! .

Plus d’infos : http://tourismeconcarneau.fr

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (11)

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (16)

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (13)

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (31)

Faire le tour de la baie en bateau

On ne pouvait pas être au bord de la mer sans faire un tour en bateau. Depuis Concarneau, il est possible de rejoindre en quelques heures le joli archipel des Glénans. (Ça ressemble à la Polynésie Française par beau temps !) Comme c’est la première sortie en bateau pour Elia, on choisit de rester près des côtes en faisant simplement une balade commentée autour de la baie de Concarneau. A bord de notre navire très coloré, nous longeons les remparts de la ville-close et les côtes de la baie avant de nous aventurer un peu en mer. Une sortie très agréable même avec un temps mitigé !

Infos et réservation : www.croisieresbleues.fr

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (19)

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (20)

Se baigner tout simplement 

Qui dit plage dit… baignade !!! Même quand il pleut et qu’il fait froid pour Romain ! C’est sur la plage des sables blancs que Romain s’est jeté à l’eau. Quoi qu’il en soit, Concarneau possède plusieurs plage toutes aussi belles les unes que les autres.

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (3)

Première sortie à la plage pour Elia (1 mois 1/2). Plage Cornouaille

 

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (32)

Où dormir à Concarneau ?

Vous le savez, lorsqu’on voyage on adore faire des rencontres et voyager de manière authentique et locale. Notre séjour à Concarneau a été l’occasion pour nous de tester un nouveau mode d’hébergement : l’accueil paysan.

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (7)

Mais au fait, c’est quoi l’accueil paysan ?

L’accueil paysan est un label qui liste les adresses de paysans français qui ouvrent leurs portes aux voyageurs en quête d’hébergements authentiques et de nuits insolites. Mais attention, un paysan n’est pas forcément un agriculteur. Un paysan, c’est quelqu’un qui a un lien avec la terre (berger, apiculteur, maraîcher…). Dans notre cas, notre hôte cultive son potager pour sa consommation personnelle et possède deux ânes dans son champs.

Cette première expérience d’accueil paysan a été une vraie réussite pour nous. Nous avons été accueillis par Marc, un grand gaillard au large sourire et à l’indéfectible joie de vivre. On a beaucoup aimé les moments d’échanges pendant lesquels il nous a parlé de son quotidien d’hôte. Une vraie encyclopédie du monde paysan. Et puis il y avait les délicieux petit-déjeuners fait maison avec des bons produits issus des fermes environnantes. Hummm… pendant deux jours, on a été choyé… comme à la maison ! Bref, l’accueil paysan est une belle découverte qu’on recommande pour vivre un moment authentique avec des personnes du coin.

Tu veux aussi dormir chez Marc ? C’est par ici : www.accueil-paysan.com

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (4)

Où manger à Concarneau ? 

À Concarneau, comme dans tout le reste de la Bretagne, on mange super bien. Crêpes, far breton, poissons, fruits de mer, kouinaman… ce ne sont pas les spécialités qui manquent ! Alors comme on est gourmand, on a testé plusieurs adresses qu’on vous recommande particulièrement.

  • La Coquille  Mais qui pourrait bien avoir l’idée d’installer son restaurant vers l’extérieur de la ville, dans un chantier naval ??? Et oui, c’est au milieu des hangars, des grues et des bateaux à sec qu’un ancien chef de La Tour d’argent a décidé d’ouvrir l’un des restaurants les plus réputés de Concarneau. La Coquille, comme son nom l’indique, propose une belle carte de poissons et de fruits de mer. Dans son intérieur chic, confortable et spacieux, on oublie vite qu’on est dans un chantier naval. On a beaucoup apprécié les grandes baies vitrées qui donnent sur la mer et qui permettent d’observer un éclatant coucher de soleil. Loin d’être un restaurant touristique, la Coquille est essentiellement fréquenté par les Concarnois. Le service est attentionné sans être trop guindé. Et les prix restent raisonnables au regard de la réputation du chef. Une adresse agréable et savoureuse pour se faire plaisir en amoureux.
  • Le Penfret Situé dans la ville close, ce restaurant propose un large choix de plats bretons dans une ambiance brasserie. Les plats sont copieux et servis rapidement. Mention spécial pour le plateau de fruit de mer, vraiment bien garni.

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (10)

  • L’Ecume de la Ville Close Les deux fois où nous avons mangé dans cette crêperie nous avons du attendre qu’une table se libère. Et on a vite compris pourquoi ! Située dans la ville close, cette crêperie sert des galettes de sarrasin et des crêpes légères savoureuses et généreusement garnies. Mention spéciale pour la décoration ! Le patron a une vraie passion pour les mappemondes, il y en a partout… Un vrai plus pour les voyageurs que nous sommes…

©playingtheworld-bretagne-concarneau-vacances (18)

Merci à l’Office de tourisme de Concarneau et Finistère360 qui nous ont invité à découvrir cette belle ville.
Tous nos avis et ressentis exprimés dans cet article restent libres et personnels.

Merci également à Pauline et Jean-Luc pour l’organisation

4 Comments

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-menhirs-monteneuf-

Après avoir passé une journée à découvrir la région de Brocéliande côté ville, nous continuons notre voyage en plein cœur de la Bretagne et nous nous enfonçons cette fois dans l’impénétrable et mystérieuse forêt de Brocéliande ! Fées, korrigans, trolls… selon les légendes bretonnes et celtes, la forêt de Brocéliande abrite depuis toujours des créatures exceptionnelles et magiques. C’est aussi ici que se sont déroulées les aventures les plus épiques du roi Arthur et de ses chevaliers de la table ronde. Si vous ne craignez pas la magie, venez avec nous… On vous emmène à la découverte de la forêt de Brocéliande à travers 5 activités.

Ballade contée en forêt de Paimpont avec Gallitrappe le Korrigan

À Brocéliande comme dans toute la Bretagne vivent des korrigans, petites créatures légendaires. On ne pouvait donc pas commencer notre exploration de la forêt sans en rencontrer un. Pendant une heure, nous avons marché dans la forêt de Paimpont en compagnie de Gallitrappe le korrigan. Traversant les landes et longeant le lac, notre drôle de guide nous fait découvrir sa forêt tout en faisant des pauses régulières pour nous raconter des contes aux pieds des arbres. Des histoires de magie avec toujours une belle morale à la fin. Une ballade fraîche et vraiment agréable que l’on soit « une jeune pousse, une belle plante ou une vieille branche » !

Infos utiles sur la ballade contée en forêt de Paimpont – Les matins des lutins

  • Horaires : Les mardis et jeudis matin du 16 avril au 10 mai et du 7 juillet au 3 septembre
  • Temps de visite : 1h30
  • Tarifs unique : 5,5€

Site des Matins des Lutins Page Facebook de Galitrappe de korrigan

Où manger à Paimpont ?

Avant de continuer notre périple dans la région de Brocéliande nous nous sommes arrétés au Relais de Brocéliande pour déjeuner. Une adresse gastronomique excellente qui propose des plats délicieux, faits maison et avec des produits locaux et tout ça  pour un prix vraiment abordable.

 

Jeu de piste entre les menhirs de Monteneuf

Quand on parle de légendes bretonnes, on pense forcément aux menhirs et autre dolmens qu’on retrouve parfois mystérieusement alignés par centaines. Si Carnac est le site le plus connu de Bretagne, le petit village de Monteneuf dispose lui aussi d’un alignement de menhirs. Seuls quelques monolithes étaient encore debout quand le site a été découvert. Depuis, une association a utilisé l’endroit à des fins d’archéologie expérimentale afin de découvrir comment et pourquoi ces immenses rochers ont été dressés à l’époque néolithique. Aujourd’hui, on peut se promener entre les menhirs, seuls ou par le biais d’un jeu de piste qui nous fait remonter le temps jusqu’à la préhistoire. Contrairement à Carnac, j’ai apprécié le fait que Monteneuf soit peu fréquenté et moins touristique. On a pu vraiment prendre notre temps pour admirer les menhirs et on en a même profiter pour nourrir Elia aux pieds de l’un d’eux. La classe !  ©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-menhirs-monteneuf-3

Infos utiles sur les menhirs de Monteneuf

  • Temps de visite : prévoir environ 2h00 pour le jeu de piste
  • Entrée gratuite. Jeu de piste : 6€ par adulte / 3€ par enfant  Site des menhirs de Monteneuf

Où manger près de Monteneuf ?

Non loin de Monteneuf se trouve la crêperie “L’Orée des Sens”. C’est ici que nous avons déjeuné juste après notre jeu de piste entre les menhirs. Ce restaurant est situé dans un joli cadre verdoyant, entre un petit étang et un magnifique moulin à vent qui fait aujourd’hui chambre d’hôte. Il y a même des ânes… bref, une adresse qui vaut le détour pour se régaler et prendre son temps.

 

Randonnée contée au Val Sans Retour

Nous voici maintenant arrivé au site certainement le plus mystérieux de la forêt de Brocéliande : le Val Sans Retour ! Notre ballade contée commence devant l’office de tourisme de Tréhorenteuc. Avant de nous enfoncer dans la forêt, nous visitons l’église du graal. Dans cette ancienne chapelle, des symboles celtes et des scènes de chevaleries se sont cachés dans les vitraux et la décoration catholique. On retrouve même le cerf blanc, représentant Merlin l’enchanteur, le gardien de la forêt. On s’est amusé à chercher les signes païens présents dans l’église. On a même trouvé une étoile satanique…  À l’entrée du Val Sans Retour, notre guide nous mets en garde : si le Val Sans Retour se nomme ainsi, c’est parce que seuls les hommes fidèles ressortirons de cette forêt. C’est en effet la malédiction qu’à jetée la fée Morgane sur le val dans lequel elle vit. Une fois notre groupe averti, nous pouvons pénétrer dans les sous-bois.

La visite du Val Sans Retour commence par l’arbre d’or. Recouvert de feuille d’or, cet ancien arbre mort est l’une des nombreuses victimes d’un terrible incendie qui a ravagé une partie de la forêt en 1990. Aujourd’hui, symbole de renaissance après la mort, l’arbre d’or est là pour rappeler aux visiteurs la fragilité de cet écosystème.

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-menhirs-monteneuf-

Nous évoluons dans des sous-bois épais et vallonnés. Tout au long du parcours, notre guide nous raconte les exploits de Merlin, de Gauvin, de la fée Morgane. On se laisse emporter par la légende dans un paysage vraiment magnifique. On pourrait presque se sentir épié par une créature magique caché derrière une branche. Seul petit bémol à la visite, notre guide marche vraiment vite et on a un peu de mal à suivre avec Elia dans le porte-bébé…

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-val-sans-retour-7 ©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-val-sans-retour-3 ©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-val-sans-retour-5

Arrivés en haut de la colline de la fée Morgane, notre guide nous parle à nouveau de la forêt, des dangers qui la menacent et de la fragilité de son écosystème. C’est ici que je prends vraiment conscience de l’importance de ces légendes et de leurs conteurs. Car au final, ces histoires font rêver le visiteur qui voudra ensuite protéger cet endroit. Car Brocéliande n’est pas une forêt comme les autres. C’est LA forêt ! Ou plutôt c’est l’image même qu’on se fait d’une forêt. Une forêt dont les mystères sont aussi impénétrables que ses sous-bois. La forêt de notre imaginaire, peuplée d’êtres merveilleux le jour et de créatures effrayantes la nuit. La forêt de Brocéliande c’est ici au Val sans Retour, là bas, dans la forêt de Paimpont, ou encore plus loin, dans toutes les forêts du monde. C’est une forêt qui impose le respect et qui nous rappelle que derrière ses légendes éternelles se cache un écosystème fragile à protéger. C’est tout ça Brocéliande !

 

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-val-sans-retour-8

Infos utiles sur la ballade contée dans le Val Sans Retour

  • Temps de visite : prévoir environ 3h00
  • Tarifs : 13€ par adulte / 9€ par enfant

Plus d’infos sur la ballade contée dans le Val Sans Retour

 

Notre nuit à l’auberge des voyajoueurs

Quand on s’appelle Playing The World, on ne peut pas visiter la région sans passer au moins une nuit à l’auberge des voyajoueurs de Monteneuf. Vous l’aurez compris, dans cette auberge, on dort… et on joue ! Jeux de sociétés, jeux en bois, jeux géants d’extérieur… plus de 800 jeux sont à disposition des voyageurs. On a vraiment adoré le concept. On regrette juste de ne pas être resté plus longtemps pour tester encore plus de jeux…

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-auberge-voyajoueurs-monteneuf-6

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-auberge-voyajoueurs-monteneuf-7

Infos utiles sur l’auberge des voyajoueurs

  • Tarifs : à partir de 75€ la nuit / Accès aux jeux en après-midi : 8€ par adulte, 6€ par enfant
  • Site de l’auberge des voyajoueurs

Visite du centre de l’imaginaire arthurien au château de Comper

Lors de mes vacances chez mes grands-parents, j’ai grandi et rêvé avec les histoires d’Arthur, de Lancelot du Lac, de Gauvin, de Perceval, de Galaad et de tous les chevaliers de la table ronde. Dès que je pouvais, j’essayais d’en apprendre plus sur cette épopée médiévale… sans savoir que quelque part dans la forêt de Brocéliande se trouvait un endroit qui regroupait tout ce qu’on pouvait savoir au sujet d’Arthur et ses chevaliers : le château de Comper.

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-paimpont-chateau-comper-2

Des textes originaux aux reprises contemporaines (les Monthy Pythons,Walt Disney…), le château de Comper abrite une formidable exposition autour de l’oeuvre de Chrétien de Troyes. Si on peut visiter le château par nous même, on vous conseille de faire la visite guidée pour tout connaitre de l‘histoire d’Arthur et d’Excalibur. L’extérieur du château vaut aussi le détour. On a beaucoup aimé nous promener dans la forêt, au bord du lac et de faire une pause sous l’arbre de Merlin, vieux de 500 ans.

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-paimpont-chateau-comper-3

En en parlant d’arbre, ne manquez pas d’aller voir l’arbre à Guillotin, à quelques kilomètre du château de Comper. Ce chêne massif, reconnu comme « arbre remarquable » a des dimensions vraiment très impressionnantes.

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-chene-guillotin-

Infos utiles sur le centre de l’imaginaire arthurien au château de Comper

Notre ressenti

Avec ses villages plein de charmes et ses magnifiques sites naturels, on ne pouvait être qu’enchanté par la région de Brocéliande ! Ces trois jours passés dans le poumon vert de la Bretagne ont été une véritable bouffée d’oxygène et une très très belle découverte. J’ai aimé redécouvrir ce coin de Bretagne où mes grand-parents vivaient et où j’avais l’habitude de passer mes vacances étant petit. Et surtout, on a aimé pouvoir partager tout ça à trois, car tout ce qu’on a fait à Brocéliande est accessible avec un bébé. Une raison de plus pour aller découvrir cette belle destination française !

Merci à Destination Brocéliande qui nous a invité à découvrir sa belle région.
Tous nos avis et ressentis exprimés dans cet article restent libres et personnels.

Merci également à Anaïs pour l’organisation

1 Comment

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-poete-ferrailleur-5


Il existe, en plein coeur de la Bretagne, un endroit dont le nom est synonyme de mystère et de magie. Un endroit qui fait appel à notre imaginaire. Une endroit où les légendes prennent vie : Brocéliande ! Cela fait au moins 10 ans que je n’avais pas remis les pieds dans ce coin de Bretagne où vivaient mes grands-parents. J’ai donc profité des ponts du mois de mai pour faire découvrir à Chloé et Elia où je passais toutes mes vacances étant petit.

A cheval sur plusieurs départements, la région de Brocéliande est le berceau des légendes bretonnes et de celles du roi Arthur et des chevaliers de la table ronde. Quand on vient ici, c’est avant tout pour sa forêt. Mais cela serait bien dommage de s’arrêter là tant la région a de beaux trésors à nous faire découvrir. Alors avant de plonger au cœur de la forêt, je vous propose de découvrir Brocéliande côté ville !

Si c’est la forêt de Brocéliande qui vous intéresse, lisez notre article : 5 activités pour un week-end dans la forêt de Brocéliande

Visite de Josselin et de son château

Josselin, c’est le genre de petit village qu’on adore. Construit au Moyen-Âge, le centre a conservé ses belles maisons à colombage réunies autour d’une place centrale et sa basilique. Sur le fronton de certaines d’entre elles, on peut encore lire leur année de construction. 1538 pour la plus vieille ! À l’office de tourisme, nous retrouvons Justine, notre guide pour la matinée. Dans les rues de Josselin, elle nous parle de ces fameuses maisons médiévales et de la basilique Notre-Dame du Roncier. Mieux, elle nous invite à grimper les 138 marches qui mènent au sommet de son clocher (on les a comptées !). De là-haut, on a une vue imprenable sur la région, sur le canal de Nantes à Brest qui coule en contrebas et sur le magnifique château de Josselin.

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-chateau-2

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-4

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-7

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-5

Nous terminons notre visite de Josselin en beauté par une visite privée du château. Nous sommes impressionnés par la beauté de sa façade datant de la Renaissance (bien joué aux artisans qui ont sculpté le granit avec tant de finesse !). S’il les étages sont toujours habités par la famille de Rohan (vieille de 1 000 ans), on peut visiter le rez-de-chaussée. Notre guide, passionnée, a une histoire à nous raconter sur chaque détail. On ne l‘arrête plus. On revit l’histoire des rois des France et celle des ducs de Bretagne. Un voyage dans le temps passionnant ! Nous explorons ensuite les magnifiques jardins du château de Josselin. Entre la roseraie et le curieux arbre à mouchoirs, l’endroit invite à se poser quelques instants pour goûter à la quiétude du lieu.

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-chateau-4

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-chateau-3

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-chateau-11

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-chateau-15

Notre visite du château se termine par une ballade le long de l’Oust pour admirer sa façade médiévale. Justine nous explique qu’il y a plein d’activité nautiques à faire sur le canal (paddle, kayak, bateau sans permis…) Malheureusement, nous devons quitter la ville. Il faudra revenir… 😉

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-chateau-18

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-josselin-chateau-19

Infos utiles sur Josselin

Visiter le clocher de la basilique

  • Horaires : ouvert tous les jours de pâques à la Toussaint
  • Tarifs : GRATUIT ! (mais vous pouvez faire un don pour soutenir l’association qui s’occupe du clocher)

Visiter le château de Josselin

  • Horaires : le château est ouvert d’avril à octobre et toute l’année pour les groupes
  • Temps de visite : prévoir environ 1h pour l’intérieur
  • Tarifs : 9,50€ par adulte / 5,60€ par enfant
  • Site : www.chateaudejosselin.com

Où dormir à Josselin ?

Nous avons passé une nuit au 14 St-Michel. Cette maison d’hôte classée Gîtes de France et Charme Bretagne est idéalement située, à quelques mètres de la basilique. La chambre est super confortable et joliment décorée. Le petit déjeuner est excellent : que des produits locaux et de saison (sans oublier le caramel au beurre salé et des crêpes bien évidemment ! hummm…).

Où manger à Josselin et aux alentours ?

  • Si vous voulez déguster une crêpes tout en profitant de la vue sur le château, nous vous conseillons la crêperie La Marine, située sur le canal

  • Si vous cherchez une adresse gastronomique, direction le Petit Keriquel à La Chapelle Caro, à quelques kilomètres de Josselin, tout est fait maison avec des produits locaux ! Un délice !

Plus d’infos sur Josselin sur le site de l’Office de Tourisme de Josselin

Plongée onirique dans l’univers du poète ferrailleur

À quelques kilomètres de Josselin, le village de Lizio abrite l’univers merveilleux du poète ferrailleur. À mi chemin entre Tim Burton et Alice au pays des merveilles, ce site est un endroit hors du temps qui invite au rêve. Depuis plus de 20 ans, le poète ferrailleur (Robert Coudray de son vrai nom) récupère tout un tas de bouts de ferraille afin de les assembler pour venir compléter son univers. Il ne faut pas avoir peur de prendre son temps, de s’attarder sur chaque petit détail afin de percer les mystères des oeuvres du poète ferrailleur. La visite commence par des automates qu’on peut actionner avec des interrupteurs et continue par un étrange village composé de maisons tarabiscotées dont l’entrée est «strictement réservée aux hirondelles» ! On est en plein rêve je vous dis… On a bien du rester deux heures à s’émerveiller au milieu de ce bric-à-brac coloré, joyeux et surtout très poétique. Je suis persuadé que dans chaque oeuvre, le visiteur retrouvera un détail qui fera écho a son passé, son histoire, son imaginaire.

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-poete-ferrailleur-8

©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-poete-ferrailleur-1 ©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-poete-ferrailleur-7 ©playingtheworld-week-end-bretagne-broceliande-poete-ferrailleur-5

Infos utiles sur le poète ferrailleur

  • Adresse : La ville stéphant, 56460 Lizio
  • Tarifs : 7€ par adulte / 6€ par enfant

Site : www.poeteferrailleur.com

Bilan de cette première journée à Brocéliande

Entre le petit village de charme qu’est Josselin et la poésie qui règne dans l’univers du poète ferrailleur, nous sommes vraiment conquis par cette première journée dans la région de Brocéliande. Et nous avons hâte de nous enfoncer dans la forêt sur les traces des mythes et des légendes bretonnes.

Suivez notre voyage au plus profond de la forêt de Brocéliande en lisant notre article : 5 activités pour un week-end dans la forêt de Brocéliande

Merci à Destination Brocéliande qui nous a invité à découvrir sa belle région.
Tous nos avis et ressentis exprimés dans cet article restent libres et personnels.

Merci également à Anaïs & Justine.

Leave a comment

©playingtheworld-ardeche-dormir-grotte-aven-3

L’Ardèche est connu pour ses célèbres gorges qu’on peut descendre en canoë-kayak, mais pas que… Ce département est aussi l’un des plus riches en matière de grottes, de cavernes, d’aven… Bref, c’est le paradis des spéléologues. C’est dans ce cadre très préhistorique qu’on a pu vivre une expérience super insolite : dormir dans une grotte !

Qu’est ce qu’un aven ? Le mot “aven” signifie “gouffre” ou “abîme”. Les avens se forment suite à l’effondrement de la voûte d’une cavité souterraine. Le puit alors formé constitue l’entrée de l’aven.

Une « chambre » à l’Aven Forestière pour dormir dans les entrailles de la terre

Nous arrivons à 18h00 à l’aven forestière, située à quelques kilomètres du village d’Orgnac-l’Aven. C’est ici que se trouve le Spélé’Hôtel où nous allons passer la nuit. Nicolas, l’inventeur du concept en France nous attend pour nous remettre 2 lampes frontales à chacun. Nous sommes prêts à affronter l’obscurité sous-terraine ! Avec lui, nous descendons dans l’aven pour une première visite de la grotte.

Seulement une vingtaine de marches séparent la surface de l’entrée de l’aven. En descendant sous terre, on sent tout de suite la chaleur monter. Ici, il fait 16°C toute l’année. Idéal pour dormir été comme hiver. Nous passons à côté d’un squelette de rennes de l’ère glaciaire. Il sera notre gardien pour la nuit. La cavité n’est pas très grande ni très haute. On se sent bien ici, comme dans un cocon, protégé de tout ce qui peut se passer à l’extérieur.

©playingtheworld-ardeche-dormir-grotte-aven-10

Pendant que nous progressons, Nicolas nous raconte quelques histoires de spéléologie et nous rassure sur les quelques frayeurs qu’on pourrait avoir à dormir sous terre. Il nous guide jusqu’à centre de la grotte où nous attend une tente suspendue. À l’intérieur, un matelas très moelleux, deux oreillers et deux duvets au cas où on ait un peu frais dans la « nuit ». Après nous avoir expliqué le fonctionnement de la télécommande pour allumer et éteindre les éclairages et remis les clés de l’aven, Nicolas nous quitte, nous laissant seuls maîtres de la caverne.

©playingtheworld-ardeche-dormir-grotte-aven-32

Nous partons alors explorer les recoins de notre « chambre ». Quelques chemins permettent de faire le tour rapide de la grotte. C’est assez surprenant et plaisant de pouvoir se promener sous terre sans guide et en toute liberté. On prend le temps d’observer les magnifiques concrétions rocheuses, les stalactites (qui tombent du plafond) et les stalagmites (qui montent vers le plafond) et de chercher les chauves-souris et autres araignées avec nos lampes (rassurez vous celles-ci ne restent qu’à l’entrée de la grotte). Du plafond on voit aussi descendre les racines des arbres qui poussent à la surface. C’est vraiment tout un nouveau monde qu’on découvre et tout ça, dans le silence le plus total !

©playingtheworld-ardeche-dormir-grotte-aven-13

©playingtheworld-ardeche-dormir-grotte-aven-16

Une lumière dans la nuit…

Une nuit qui titille nos sens

Nous partons diner à Vallon-Pont-d’Arc à quelques kilomètres de l’aven et après un dîner aux saveurs 100% ardéchoise, nous reprenons le chemin de notre « chambre » ! C’est au moment de se coucher qu’on réalise le coté exceptionnel de cette nuit insolite. Je n’ai jamais entendu un silence si présent ! Seule une goutte d’eau vient rompre de temps en temps ce silence assourdissant. Quant au noir… Nous éteignons toutes les lumières de la caverne et tombons dans le noir le plus complet. Nous regardons dans toutes les directions à la recherche de la la plus infime source de lumière. En vain ! L’obscurité est partout. Mon côté clostrophobe reprend le dessus. Ce noir et ce silence époustouflant m’oppressent. Tant pis, on rallume une lampe à l’extrémité de la cavité. J’ai l’impression de retomber en enfance mais cette petite veilleuse est très réconfortante.

©playingtheworld-ardeche-dormir-grotte-aven-7

©playingtheworld-ardeche-dormir-grotte-aven-8

Le plus surprenant survient au milieu de la nuit et au petit matin. À chaque réveil le même constat : rien n’a bougé ! Alors qu’à la surface, on a l’habitude d’entendre le bruit de la rue ou de la nature dès qu’on se réveille, ici RIEN ! Toujours ce silence, toujours ces drôles de formations géologiques. On perd toute notion de temps sous terre. Heureusement qu’on a programmé notre réveil. Bien reposés, nous remontons à la surface pour prendre au coin du feu un petit-déjeuner copieux  et constitué de produit locaux. En sortant de la grotte, je prends quelques instants. Quel plaisir de pouvoir sentir le vent frais balayer mon visage. Bien revigoré, je me sens prêt à commencer cette nouvelle journée. Je referme la porte de l’aven, enchanté de cette nouvelle expérience un peu mystique.

Pour aller encore plus loin sous terre : l’aven d’orgnac

Si vous allez passer une nuit dans l’aven forestière, profitez en pour visiter l’aven d’orgnac à quelques kilomètres de là. Cette grotte emmène le visiteur jusqu’à 121m de profondeur sous terre et emprunte un chemin impressionnant entre des formations rocheuses monumentales. La visite se termine par un magnifique spectacle de sons et lumière. Les dimensions de cette grotte sont vraiment impressionnantes et méritent le détour.

©playingtheworld-ardeche-dormir-grotte-aven-34

Et vous, ça vous tente de dormir dans une grotte ? 😉

Infos utiles

L’aven forestière

  • Dormir dans l’aven

180€ la nuit (par tente donc prix pour 2 personnes) avec petit-déjeuner.

3 tentes disponibles donc vous pouvez venir jusqu’à 6 personnes max. Si vous venez qu’à 2 les autres tentes ne seront pas occupées.

Des toilettes chimiques sont installées à quelques mètres de la tente sous terre. Mais on a aussi accès à une salle de bain et des toilettes en surface ainsi que la WIFI à l’accueil.

NB : pas de réseau téléphonique ni Internet dans la grotte

  • Visiter l’aven

8€ pour un adulte / 5,50€ pour un enfant de 6 à 15 ans / gratuit pour les moins de 6 ans

Lampes frontales prêtées. Possibilité d’éteindre toutes les lumières pour être dans le noir complet.

Possibilité de commander du champagne à déguster dans la grotte.

  • En bonus

L’aven forestière dispose d’un espace jeu avec plein de jeux de société ou en bois pour les enfants et d’un petit coin buvette pour prendre un café ou une bière artisanale au coin du feu.

  • Comment aller à l’aven forestière ?

Adresse :

Col de la Forestière
07150, Orgnac l’Aven

Depuis le village d’Orgnac-l’Aven, prendre la D217 en direction de Labastide-de-Virac et Vallon-Pont-d’Arc. Quelques kilomètres apèrs avoir quitté le village, vous tomberez sur l’entrée de l’aven forestière.

Plus d’infos : www.avengrottelaforestiere.com

  • Où manger près de l’aven forestière ?

Étant en pleines vacances de Toussaint, les restaurants les plus proches à Orgnac l’Aven et Labastide-de-Virac étaient fermés.

Nous avons choisi de dîner au Bistrot Cayou situé à Vallon-Pont-d’Arc à 12km de la grotte. En plus de proposer des plats absolument délicieux et 100% ardéchois, le patron est super accueillant. On a parlé voyage avec ce grand voyageur après le repas.

On a testé le menu à 29€ : un régal !

L’aven d’orgnac

13€ pour un adulte / 10,40€ tarif réduit (étudiant, chômeur, enfant + de 14 ans) / 8,50€ pour les 6-14 ans / gratuit pour les moins de 6 ans.

Compter un peu plus d’une heure de visite. Possibilité de visiter la grotte en via ferrata ou en spéléologie. L’entrée donne aussi accès à la très intéressante Cité de la Préhistoire.

Plus d’infos : www.orgnac.com 

Et pour aller plus loin, n’hésitez pas à aller sur le site de l’office de tourisme de l’Ardèche, il est vraiment très pratique : Ardèche Guide.

Un grand merci à Nicolas de l’Aven Forestière qui nous a invité à découvrir ce lieu insolite. Tous nos avis et ressentis restent libres et personnels.

2 Comments

@playingtheworld-canoe-ardeche2

Vivre tout proche des gorges de l’Ardèche sans être monté sur un canoë c’est comme vivre à Paris sans jamais être monté sur la tour Eiffel ! Pourtant, je me suis retrouvée dans ce cas de figure. Ce n’est qu’à 17 ans que j’ai tenté l’expérience pour la première fois. Une expérience répétée désormais plusieurs fois maintenant que je ne vis plus en Ardèche.

Aujourd’hui, après avec voyagé un peu partout dans le monde, j’ai envie de vous parler de ce petit coin de verdure de mon enfance. Voici quelques infos pour organiser un weekend canoë dans les gorges. Que ce soit entre amis, en amoureux ou en famille, venez découvrir les joies de l’Ardèche !

Le canoë-kayak, l’activité incontournable des gorges

Que l’on soit débutant ou expert, tout le monde y trouve son bonheur ! On peut tester sur une demi-journée ou bien pour les plus aventureux faire la descente sur 2 jours et en profiter pour bivouaquer la nuit.

Conditions indispensables : savoir nager 25 mètres minimum, être en bonne condition physique,
avoir plus de 7 ans.

gorges

Il existe différentes formules pour descendre les gorges de l’Ardèche. Voici ce que proposent les loueurs de canoë-kayak :

  • La mini descente – 8km – 1/2 journée : De Vallon-Pont-d’Arc à Châmes, ce parcours est idéal pour les débutants ou les personnes qui n’ont pas le temps de faire les 32km dans la réserve naturelle. Il n’y a pas vraiment de difficulté. Le passage sous l’arche du pont d’arc est la cerise sur le gâteau ! On peut même accoster sur la rive pour profiter de la plage de galets et se baigner sous l’arche. On a testé cette descente cet été avec des amis qui étaient de passage une journée. Cette initiation est idéale pour s’initier à la navigation sur le fleuve et donne un premier aperçu des gorges. Mais c’est assez frustrants pour ceux (comme nous ^^) qui ont l’habitude d’aller plus loin  ! 😉 (Tarif indicatif : environ 23€/pers)
  • La descente des Gorges de l’Ardèche – 24 km – une journée : De Châmes à Saint-Martin d’Ardèche, cette descente est idéale pour découvrir toute la réserve naturelle des gorges de l’Ardèche. Le seul bémol, on loupe le majestueux pont d’arc ! (Tarif indicatif : environ 32€/pers)
  • La grande descente de l’Ardèche – 32 km – une journée : Cette descente combine les 2 premières descentes. C’est un parcours sportif puisqu’on est limité dans le temps ! Il faut en effet arriver à Saint-Martin avant la fin de journée (vers 18h) pour laisser le temps au loueur de remonter ses canoës-kayaks au point de départ. 😉 On vous conseille donc de partir le plus tôt possible et d’avoir un sacré coup de pagaie. Seul bémol selon nous, descendre la gorge en une seule journée ne laisse pas le temps de faire une pause au soleil pour se baigner. (Tarif indicatif : environ 34€/pers)
  • La grande descente de l’Ardèche – 32 km – 2 jours : Pour nous c’est la descente à faire ABSOLUMENT ! Le top du top ! C’est le même parcours que la précédente mais la descente se fait sur deux jours. On prend le temps sur son canoë, on en profite pour alterner les pauses baignades, pauses pique-nique, puis on passe une super soirée au bivouac de Gaud ou Gournier (prévoir nourriture pour le soir et les 2 midis). C’est d’ailleurs cette descente qu’on fait souvent avec des amis. Ils ont tous été conquis ! 🙂 (Tarif indicatif : environ 50€/pers)

Il est possible de commencer la descente un peu plus haut depuis Vogüe également. N’hésitez pas à demander des conseils aux loueurs.

Pour la location de canoë/ kayak, vous trouverez des loueurs un peu partout à Vallon Pont d’Arc ou à Saint Martin d’Ardèche. Votre choix dépendra surtout du lieu où vous séjournez. Les loueurs de canoë nous ramènent ensuite en fin de journée en minibus au point de départ.

Si vous êtes à Vallon-Pont-d’Arc, on vous conseille Alpha Bateaux, ils sont super sympa ! N’hésitez pas à dire que vous venez de notre part si vous passez par eux.

Pour réserver la nuit en bivouac, vous pouvez aller sur le site des Gorges de l’ardèche ou réserver au 04 75 88 00 41 (tarifs 2017 : 5€/pers enfant, 8€/adulte en semaine et 12€/adulte le weekend). N’oubliez pas d’emmener votre tente, sac de couchage et nourriture avec vous !

À quelle période descendre les gorges de l’Ardèche ?

La majorité des loueurs de canoë/kayak ouvrent du 1er avril au 30 septembre.

Si vous pouvez, nous vous conseillons d’y aller en dehors des mois de juillet et août. Il y a énormément de personnes qui naviguent durant cette période. Et puis l’Ardèche est plus basse donc si on aime les rapides mieux vaut y aller plus tôt. Pour nous, la meilleure période est mai-juin. Il y a beaucoup d’eau et pas trop de monde.

@playingtheworld-canoe-ardeche5

Au mois de mai

En août

En août

Où se trouvent les gorges de l’Ardèche ?

Le gorges de l’Ardèche se situent à environ 200km au sud de Lyon et environ 150km au nord de Montpellier. La réserve naturelle des gorges se situe entre les communes de Vallon-Pont-d’Arc (amont) et Saint-Martin-d’Ardèche (aval).

Comment aller aux gorges de l’Ardèche ?

  • En voiture : Selon moi, il est préférable de se déplacer en voiture afin d’apprécier les différents paysages et d’être plus libre.
  • En train : La gare TGV la plus proche est à Montélimar. Toutefois, les trains sont peu nombreux (2/jour). Vous pouvez opter pour les gares de Valence ou Avignon. Un bus TER effectue régulièrement les trajets Montélimar – Vallon-Pont-d’Arc et Valence – Vallon-Pont-d’Arc. Si vous venez en train TER depuis Marseille ou Lyon et qu’une personne vient vous récupérer à la gare, la gare la plus proche est celle de Pierrelatte.
  • En bus : solution économique, vous pouvez rejoindre Montelimar depuis plusieurs villes de France avec Flixbus.

Où dormir près des gorges de l’Ardèche ?

Je n’ai pas d’endroit particulier à vous conseiller étant donné que ma famille vit toujours là bas et que je n’ai jamais eu à chercher un hébergement…

Vous trouverez beaucoup de campings autour de Vallon Pont d’Arc et Saint Martin d’Ardèche. Pour les hôtels vous pouvez jeter un œil sur le site Booking et si vous préférez dormir chez l’habitant regardez sur Airbnb (Bénéficiez de 25 euros de réduction sur votre résevation en passant par notre lien Airbnb).

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking.com et 3,5% sur Hostelworld.com et plein d’autres sites sur Internet. Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5€ à votre inscription ! 🙂

@playingtheworld-canoe-ardeche7

Alors ? Vous venez quand ?

Voilà, c’était un tout petit aperçu d’une idée de weekend en Ardèche. Il reste encore plein d’autres jolies facettes à découvrir de l’Ardèche comme sa gastronomie, son vin, ses paysages variés et ses villages médiévaux… puis d’autres activités plein air comme la randonnée, l’escalade, l’équitation ou encore le canyoning et la spéléologie, sans oublier les nombreuses grottes à visiter. J’aurai sans doute l’occasion de vous en parler dans d’autres articles !

En attendant, n’hésitez pas à aller sur le site de l’office de tourisme de l’Ardèche, il est vraiment très pratique : Ardèche Guide.

3 Comments

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-37

Après avoir eu un premier aperçu de la Mayenne 100% nature, nous poursuivons notre week-end de découverte du département sur une toute autre thématique : les châteaux forts ! Et oui, l’Angleterre n’étant pas si loin, les seigneurs du coin ont construit tout un réseau de forteresses pour se protéger de l’ennemi juré de la France. On pourrait dire qu’il y en a un par village tant ils sont nombreux. Certains sont d’ailleurs si bien entretenus qu’ils constituent à eux seul une bonne raison de venir passer un week-end en Mayenne.

Mais au fait, c’est où la Mayenne ?

La Mayenne, c’est ici, ce petit département situé aux portes de la Bretagne, à seulement 1h10 de train et 2h30 de voiture de Paris.

Carte-france-mayenne

Crédit : Sam/Un dessin un film

Dormir dans un château en ruine, à l’ombre du donjon

Qui dit week-end médiéval dit bien évidemment… dormir dans un château ! Et pour cela, on vous conseille de dormir dans l’une des adresses les plus belles, les plus agréables et les plus accueillantes qu’on connaisse en France : le château de la chasse-guerre !

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-4

Dès notre arrivée, nous sommes accueillis par Blandine et Daniel, les maîtres des lieux. Après avoir fait le tour du propriétaire et nous être installés dans notre chambre, nous les retrouvons dans la cour du château où ils nous expliquent, autour d’une bonne bière, l’histoire de leur demeure. Ce gentil couple de retraités a quitté il y a bien longtemps l’effervescence de la capitale pour se retirer en Mayenne. En visitant les ruines de ce château, ils ont eu un véritable coup de foudre pour ce lieu à l’abandon. Ils ont donc décidé de l’acheter et de remonter leurs manches pour le restaurer par eux même. C’est avec une fierté bien compréhensible que Blandine et Daniel nous détaillent tous les travaux qu’ils ont réalisés pour redonner vie à cette vielle bâtisse. Charpente, maçonnerie, toiture (45 000 ardoises plantées au clou tout de même !)… on ne peut être qu’admiratif devant le travail réalisé. Si les tours et le mur d’enceinte sont toujours à terre, le site déploit aujourd’hui deux magnifiques ailes qui mènent jusqu’au donjon, au fond du jardin. D’un tas de ruines, Blandine et Daniel ont fait de « leur petite folie » un havre de paix et de verdure.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-18

La vue depuis notre chambre

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-12

Napo, le paon blanc

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-8

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-1

Mais l’émerveillement ne s’arrête pas là. En plus d’être des bâtisseurs de talents, Blandine et Daniel sont également des hôtes hors pairs et de sacrés cordons bleus. Car au château de la chasse guerre, on dîne avec les propriétaires. Et franchement, on a passé un très agréable dîner, à déguster l’excellente cuisine de Blandine et à discuter jusqu’à tard dans la nuit. Pour faire simple : on se serait cru en famille ! C’est d’ailleurs l’esprit qu’ils veulent donner à leur maison/château-d’hôtes. Et c’est tout à fait réussi.

La petite histoire qui te fera te coucher encore plus intelligent

Blandine nous a expliqué que le château de la chasse-guerre est un château dit « de replis ». Contrairement aux châteaux de défense, construits en haut d’une colline, celui-ci, beaucoup moins haut, a été construit au fond d’un vallon. Les seigneurs venaient s’y réfugier et se cacher avec leur armée quand leur château principal tombait aux mains de l’ennemi. C’est sans doute pour cela qu’on a eu du mal à le trouver ! 😉

Le lendemain matin et avant de reprendre notre road-trip, nous avons eu le plaisir de déguster un copieux petit-déjeuner 100% home-made préparé par Blandine sous l’oeil espiègle de Napo le paon blanc.

Vous l’aurez compris, on a eu un véritable coup de coeur pour ce lieu et ses habitants et on ne peut que vous encourager à aller y passer une nuit ou deux pour goûter à cette douceur de vivre et à cette hospitalité dans ce cadre romanesque (non, non on n’en fait trop ! 😉 ) On regrette juste de ne pas avoir eu assez de temps pour faire du vélo et parcourir quelques kilomètres sur la Vélo Francette, une piste cyclable qui relie la Normandie à l’Atlantique et qui passe juste derrière le château .

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-71

Joutes et combats de chevaliers au château de Lassay

On était tellement bien au château de la chasse-guerre qu’on en aurait presque oublié la raison principale de notre venue ici : la reconstitution médiévale au château de Lassay.  Quand on arrive à Lassay, on a une fois de plus l’impression d’avoir remonter le temps. Les maisons qui occupent le centre de la ville ont conservé leur architecture moyenâgeuse. Mais le chef d’oeuvre de la ville reste son impressionnant château du XVème siècle.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-37

En tendant l’oreille, on entend des cris et des bruits d’épées. Il y a joutes aujourd’hui au château. Nous franchissons le pont-levis et pénétrons dans la cour où des chevaliers en armures s’affrontent à la lance et à l’épée. Un peu partout dans l’enceinte et à l’extérieur se trouvent des figurants, habillés en costume d’époque pour nous faire revivre l’espace de quelques heures la vie quotidienne d’un château fort. En fin d’après-midi, les chevaliers participent même à un tournoi. C’est super impressionnant de les voir se foncer dessus et de voir les lances se briser contre les boucliers.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-27

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-47

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-26

Si la ville s’appelle Lassay-LES-châteaux, c’est tout simplement parce qu’il y en a plusieurs dans les environs. Nous faisons donc un crochet au château de Bois Thibault avant de repartir vers Laval.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-51

Le château de bois thibault

Sainte-Suzanne, l’un des plus beaux villages de France

Avant de terminer notre week-end découverte de la Mayenne, nous faisons une dernière halte dans le petit village de Sainte-Suzanne. Là encore, nous nous baladons dans un dédale de rue pavées. Comme au Moyen-Âge, des panneaux indiquent les différents lieux de la ville. Nous terminons là notre week-end au calme, en terrasse, un peu déçus de ne pas avoir plus de temps pour faire l’une des nombreuses randonnées que proposent les alentours. Cela nous donne une bonne raison de revenir ici.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-54

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-59

De retour à Laval, il nous reste une petite heure avant de prendre notre train pour Paris. Nous en profitons pour nous balader une dernière fois sur les rives de la mayenne et admirer les beaux édifices qui la dominent.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-66

Notre ressenti

Que ce soit pour son côté nature ou son patrimoine médiévale, notre premier voyage en Mayenne a été pour nous une agréable découverte. On ne pensait pas que ce département peu visité avait autant à offrir à ceux qui ose s’y arrêter. Nous sommes rentrés sur Paris émerveillés et ressourcés mais quand même un peu tristes de quitter toute cette verdure pour retrouver le bitume parisien. Ce qui est sûr, c’est qu’on reviendra ! Et pourquoi pas continuer d’explorer le département différemment… à cheval ou en bateau par exemple. Mais ceci sera une autre histoire…

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-chateau-73

Infos utiles

Où dormir pour un week-end médiéval en Mayenne ? Au château de la chasse-guerre

  • 75€ /nuit (petit-déjeuner inclus)
  • 25€ le dîner/pers
  • Blandine et Daniel peuvent aussi vous prêter des vélos pour explorer les environs et parcourir quelques kilomètres de la Vélo Francette. Plus d’infos sur booking : Château de la Chasse-guerre

Visiter le château de Lassay

  • 6,50 € La visite dure environ 30 minutes. (8€ lors de manifestations spéciales : reconstitution médiévale, Lassay Vertigo…)
  • Attention, la reconstitution médiévale a lieu une fois par an. Mais le château accueille de nombreuses autres manifestations. Vous pouvez consulter la liste des évènements du château de Lassay.

Visiter le château de Bois Thibault

  • Entrée gratuite

Visiter le château de Sainte-Suzanne

  • 4€ pour entrer dans le château « moderne »
  • L’entrée dans l’enceinte du château est gratuite

Comment venir à Laval depuis Paris ?

  • en train : 1h10 en TGV
  • en voiture : environ 3h de route
  • En bus : 3h25 avec Flixbus (9,90€)

Plus d’infos sur la Mayenne : www.mayenne-slowlydays.com et www.mayenne-tourisme.com

Merci à l’Office de tourisme de la Mayenne qui nous a invité à découvrir son beau département. Tous nos avis et ressentis restent libres et personnels.
4 Comments

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-nature-11

Quand on vit à Paris, on ressent régulièrement le besoin de partir se mettre quelques jours au vert à la campagne. Quitter la ville, son stress et sa pollution, et aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Et bien, on peut vous le dire, OUI, l’herbe est plus verte… en Mayenne !

Il y a quelques semaines, nous avons passé deux jours à explorer ce département qui réserve d’incroyables surprises. Et franchement, on exagère à peine tant on est resté scotché devant les paysages, les forêts et la nature omniprésente. Car la première chose qui frappe quand on arrive en Mayenne, c’est ce vert ! Vif, éclatant, omniprésent ! Partout où nous sommes allés, la végétation est dense et luxuriante. Après tout, il faut bien une belle compensation à vivre dans un des départements les plus pluvieux de France ! 😉 Blague à part, on a découvert dans la Mayenne une destination résolument tournée vers le tourisme durable. On vous donne donc nos bons plans et adresses pour que vous aussi vous alliez recharger vos batteries et passer un week-end ressourçant en mode slowydays !

Mais au fait, c’est où la Mayenne ?

La Mayenne, c’est ici. C’est ce département qui est situé aux portes de la Bretagne, à seulement 1h10 de train et 2h30 en voiture de Paris.

Carte-france-mayenne

Crédit : Sam @undessinunfilm

Dormir dans une cabane dans la forêt à Echologia

Dès notre arrivée en gare de Laval le vendredi soir, nous nous rendons à Echologia situé à seulement 3km d’ici.

Des cabanes flottantes sur un lac ou perchées en haut d’une falaise, une ancienne réserve de poudre, des tipis, des yourtes, des cabanes de trappeur… Echologia propose des hébergements plutôt insolites et 100% écolo. Ici pas d’eau courante ni d’électricité. Les toilettes sont sèches et on se réchauffe avec un petit poil à bois. Et oui, ça se mérite de s’endormir avec les bruits de la forêt et des grenouilles. (Mais rassurez-vous, il y a un bloc sanitaire avec douches et toilettes près de la réception.)

 

En ce qui nous concerne, nous dormons dans une cabane située au sommet d’une petite falaise avec une vue magnifique sur le lac ! À notre arrivée, notre plateau repas nous attend avec une bonne bouteille de cidre. De quoi commencer le week-end comme il faut !

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-nature-35

En nous réveillant le lendemain matin, c’est au tour de notre petit-déjeuner de nous attendre sur notre petite terrasse. Royal ! Une fois celui-ci englouti, nous participons à une initiation d’une heure à la sarbacane. Bon, il nous faut quelques tirs pour bien viser mais on a adore cette nouvelle activité.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-nature-8

Nous continuons d’explorer le site (construit sur une ancienne carrière de chaux) à pied… et en kayak ! La carrière immergée offre un cadre idéal à cette activité aquatique. On en profite pour s’approcher des magnifiques cabanes flottantes qui nous font bien rêver.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-nature-3

On termine notre découverte d’Echologia par un petit moment de détente à la piscine naturelle. Une fois de plus, on est au plus proche de la nature puisque l’eau est filtrée par des plantes aquatiques et qu’on nage avec… des poissons et des grenouilles ! C’est un peu particulier comme sensation mais, finalement, quand on est dans l’eau, on ne fait même plus attention à eux. Et en plus, l’eau est d’une incroyable transparence et propreté.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-nature-22

La Mayenne : une destination nature

Avec seulement 307 000 habitants sur tout le département (soit la population de la ville de Rennes), autant vous dire qu’il ne nous est pas difficile de nous retrouver seuls en pleine nature. Pour vraiment profiter de la Mayenne en mode slow travel, nous quittons les « grandes » routes pour nous aventurer sur les départementales.

C’est ainsi que nous traversons de petits villages très mignons, de grandes forêts et des sites naturelles magnifiques parmi lesquels nous avons particulièrement aimé :

  • le village de Sainte-Anne de Champfrémont. On a adoré la quiétude de ce petit village niché entre deux forêts. On en a profité pour marcher à travers le verger conservatoire rempli de pommiers et faire une sieste aux abord de son étang.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-nature-32

  • le lac du Gué de Selle. Bon OK, sur la photo, l’eau semble bien sombre, mais en réalité, ce lac est l’endroit idéal pour se balader, se baigner ou même pêcher.
  • le Mont des Avaloires. C’est l’endroit le plus haut du département. Depuis son belvédère (416m), on a une superbe vue à 360° sur toute la région.

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-nature-28

©playingtheworld-week-end-mayenne-laval-nature-27

Notre ressenti

Vous l’aurez compris, ce premier jour en Mayenne a été une agréable découverte pour nous. On a vraiment profité à fond de la nature pour nous reposer et nous ressourcer. Un endroit qu’on vous recommande vraiment les yeux fermés.

Pour notre deuxième journée en Mayenne, on l’a joué plutôt chevalier et princesse puisqu’on a fait un petit tour des plus beaux châteaux du coin. À découvrir dans notre prochain article : Un week-end médiéval en Mayenne : c’est la vie de château !

Infos utiles

Où dormir en Mayenne pour un week-end nature ?

Echologia

  • Tarifs : 169€ la nuit dans la cabane falaise / 219€ la nuit dans la cabane flottante
  • 25€ le dîner “Prestige” / 39€ le “Panier Mayennais”
  • activités incluses : l’accès aux canoës, au chemin de découverte et à la piscine et l’initiation à la sarbacane ou au tir à l’arc

Comment venir à Laval depuis Paris ?

  • En train : 1h10 en TGV, départ toutes les heures
  • En voiture : environ 3h de route
  • En bus : 3h25 avec Flixbus (9,90€)

Plus d’infos sur la Mayenne : www.mayenne-slowlydays.com et www.mayenne-tourisme.com

Merci à l’Office de tourisme de la Mayenne qui nous a invité à découvrir son beau département. Tous nos avis et ressentis restent libres et personnels.
Leave a comment