Posts from the ‘Laos’ category

©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-33

5ème pays de notre tour du monde, le Laos est un pays dont nous n’avions aucune attente particulière et qui nous a clairement conquis ! Nous avons choisi de nous y déplacer en stop pour faciliter les rencontres avec les Laotiens et pour économiser sur les transports. On vous dresse ici le bilan de nos 21 jours : itinéraire, budget et impressions.

Itinéraire

Nous sommes arrivés depuis le nord de la Thaïlande au Laos (voir notre article Conseils pour passer la frontière Thaïlande – Laos)

Pour ceux qui arrivent en avion, on vous conseille de regarder les vols pour Bangkok qui sont beaucoup moins chers que ceux pour Vientiane. Ensuite vous trouverez facilement un bus ou un train. On vous recommande le comparateur de vols Skyscanner pour trouver les meilleurs prix.

Capture d’écran 2016-03-10 à 15.54.47

Kilomètres parcourus : environ 1 950 km

Séjour du 1er février au 21 février 2016.

5ème pays de notre tour du monde

Voici comment nous avons répartis les 21 jours :

Ville                                        Durée                   Moyen de transport

Huay-Xai Luang-Prabang    2 jours                  En croisière sur le Mékong (6h + 8h)

Luang Prabang                     2 jours                  5h de stop pour Vang-Vieng

Vang-Vieng                            2 jours                  3h de stop pour Vientiane

Vientiane                                1 jour                   Stop + bus pour Takkek

Takkek                                    1 nuit                   Stop + bus pour Pakse

Pakse et les bolovens           4 jours                 1h30 de stop pour Don Khong

Don Khong                             5 jours                 1h30 de bateau pour Don Det

Don Det                                  2 jours

Le trajet Vientiane – Pakse a duré 2 jours car nous faisions du stop. Nous avons été contraint de faire une escale pour dormir à Takkek. Si c’était à refaire, nous choisirions l’option bus de nuit de Vientiane à Pakse. Le stop aurait était intéressant si nous avions réellement profité de Takkek et ses environs.

Budget

Au total pour 21 jours nous avons dépensé 5 005 000 kips pour 2, soit 2 502 500 kips chacun. Ce qui fait environ 278€/pers.

Soit un budget moyen de 13,20€ par jour par personne !

Taux de change début février 2016 : 1€ = 9 000 kips laotiens.

Capture d’écran 2016-03-15 à 11.52.11

Nous avons beaucoup moins dépensé que prévu. D’après le planificateur A-contresens nous avions estimé à 18€ par jour nos dépenses. Faire du stop pour la quasi-totalité de nos trajets et faire 5 jours de HelpX dans les 4 000 îles nous a permis de faire de belles économies.

L’hébergement

Contrairement aux autres pays d’Asie où l’hébergement a été notre poste de dépenses le plus important, ici il ne représente que 22% de nos dépenses totales soit 61€ par personne.

Nous n’avons jamais réservé à l’avance les hébergements, on a toujours réussi à trouver sur place en comparant les prix et en négociant.

Notre nuit la moins chère : 0€ (hébergés en HelpX)

Notre nuit la plus chère : 100 000 kips (environ 11€)

Voici le détail (le tarif des nuits indiquées est pour 2) :

  • 16 nuits en Guest House ou hôtels :
    • 1 nuit à Pakbeng pour 64 000 Kips => 7€
    • 3 nuits à Luang Prabang à la Phong Philack Guest House pour 100 000 Kips la nuit => 11€ (chambre la plus chère du séjour mais très agréable avec eau chaude et balcon, située près de la rivière)
    • 3 nuits à Veng-Vieng à la Nana Guest House pour 60 000 Kips la nuit => 6,50€ (très rudimentaire, cours jus électrique dans la salle de bain, on ne conseille pas)
    • 1 nuit à Vientiane pour 100 000 Kips =>  11€ (basique, petit dej compris, salle de bain commune, pratique pour 1 nuit)
    • 1 nuit à Takkek chez Sammy Guest House pour 50 000 Kips => 5,50€ (motel vieillot avec cafards et eau froide, nous avons dormi là car c’était sur notre route et c’était plus pratique pour repartir en stop le lendemain matin car l’hôtel est situé au bord de la nationale, on ne le recommande pas)
    • 2 nuits à Pakse pour 80 000 Kips la nuit => 9€ (très agréable, eau chaude et terrasse)
    • 1 nuit à Paksong à Savannah Guest House pour 80 000 Kips => 9€ (très agréable, eau chaude et lit très confortable)
    • 2 nuits à Tad Lo chez Tim Guest House pour 40 000 Kips la nuits => 4,50€ (petits bungalow en bambou basique mais propre et agréable, 2 lits jumeaux, balcon et hammac, salle de bain commune avec eau chaude)
    • 2 nuits à Don Det à Phouwan Guest House pour 40 000 Kips la nuit => 4,50€ (bungalow au dessus du Mékong, très rudimentaire, cadre très joli avec hammac et balcon sur le Mékong, salle de bain commune avec eau chaude)
  • 5 nuits hébergés (HelpX dans les 4000 îles)

 

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5à votre inscription ! 🙂

La nourriture, les boissons

C’est notre poste de dépense le plus important du séjour. Nous avons dépensé 118€ chacun soit 42% de notre budget global.

On a trouvé que les plats étaient majoritairement plus chers que dans d’autres pays d’Asie. On a quand même réussi à bien se débrouiller avec une moyenne de 6€ par jour par personne. La nourriture laotienne ressemble beaucoup à la nourriture thaïlandaise. Tout comme en Thaïlande, les jus de fruits frais sont délicieux. On en buvait très souvent ! On a aussi pu goûter l’un des meilleurs café au monde sur le plateau des Bolovens.

Pour notre plus grand plaisir, nous avons pu manger des super bons sandwichs durant tout notre séjour. Avec des « vrais baguettes » ! Entre 10 000 et 15 000 Kips selon l’endroit.

Le repas de base, le « Fried Rice » => 15 000 Kips (1,50€)

Un plat un peu plus élaboré => entre 20 000 et 60 000 Kips (2 et 6€)

Des buffets à volonté existent à Luang Prabang. Ce n’est pas de la nourriture haut de gamme mais ça reste très bon et bon marché (15 000 Kips pour une assiette, soit environ 1,50€).

Des exemples :

  • 4 briques de « lait fraise » pour le petit dej => 15 000 Kips
  • Un paquet de gâteaux pour le petit dej => environ 10 000 Kips
  • Une bouteille d’eau => 4 000 ou 5 000 la bouteille d‘1,5l , 2 000 Kips pour la faire remplir
  • Une bière Lao => entre 10 000 et 15 000 Kips selon l’endroit
  • Un shake => entre 7000 et 10 000 Kips
  • Un régime de bananes => entre 5 000 et 10 000 kips
  • Une glace type « Cornetto » => 10 000 Kips
  • Un banana pancake => 15 000 Kips

Lors de notre semaine chez l’habitant en HelpX, nous avons payé 7$ par personne par jour. Cela comprenait 3 repas à base de riz, de légumes et de viande (voire de poisson). Nous avons testé la fondue chinoise, ainsi que les nems maisons. On s’est régalé pendant une semaine !

Les transports

Pour une fois, nous n’avons pas beaucoup dépensé en transports grâce au stop. Nous avons dépensé 40€ chacun, soit 14% du budget total.

A savoir : Nous avons économisé environ 50 euros chacun en ne prenant pas le bus sur tout le séjour.

Voici quelques chiffres :

  • 4 tuk-tuk : Pour arriver au Laos de la frontière jusqu’à l’embarcadère, puis pour sortir des villes (plus facile pour faire du stop)
  • 2 scooters :
    • 1 automatique à Vang Vieng pour 60 000 Kips la journée (6,50€)
    • 1 semi-automatique pour parcourir le plateau des Bolovens pendant 4 jours, pour 50 000 Kips par jour (5,50€)
  • 11 voitures en stop
  • 2 bus locaux : A force d’attendre en pleine chaleur il nous est arrivé de céder et de prendre le bus…
    • Vientiane-Paksan pour 30 000 Kips/pers (3€)
    • Ceno-Pakse 40 000 Kips/pers (4,50€)
  • 1 bateau : Don Khong – Don Det 40 000 Kips/pers (4,50€)
  • 1 pirogue : Don Det – Ban Nakasang 15 000 Kips/pers (1,60€)
  • 1 moto-taxi : Ban Nakasang – frontière Cambodge (20 km) pour 100 000 Kips à 2 (11€)

Extras, excursions 

Les excursions concernent principalement la visite de temples, de cascades ou encore des croisières sur le Mékong. Nous avons dépensé chacun 38€ pour cette partie.

  • Croisière de 2 jours en bateau sur le Mékong (Huay Xai – Luang Prabang) 230 000 Kips => 25€
  • Temple Luang Prabang Chom Si : 20 000 Kips => 2,30€
  • Entrée cascade Kuang Si : 20 000 Kips => 2,30€
  • Entrée au blue lagoon à Veng-Vieng : 10 000 Kips => 1€
  • Location de vélo à Don Det : 9 000 Kips la journée => 1€
  • Excursion en bateau à Don Kone pour voir les dauphins : 30 000 Kips chacun => 3,50€

Frais bancaires

Les ATM au Laos prennent en général 45 000 Kips de commission par retrait (pour les gros retraits de 1 500 000 Kips). A cela s’ajoute les 2% de frais de notre carte bancaire. Nous avons eu 25€ de frais à deux soit 12,50€ chacun.

Quelle assurance voyage ?

Etant en tour du monde d’un an, nous avons choisi l’assurance CAP Aventure de Chapka Assurances, valable pour les séjours de plus de 3 mois.

Pour les séjours plus courts (moins de 3 mois), il existe aussi l’assurance CAP Assistance 24h/24h.

On a beaucoup aimé 

On a moins aimé

Notre vidéo

Notre ressenti global 

Notre voyage au Laos a été une agréable découverte. Nous avons beaucoup aimé la diversité des paysages entre le nord et le sud du pays. Nous avons eu une petite préférence pour Luang Prabang et ses alentours et regrettons de ne pas être allé plus au nord pour découvrir des petits villages des minorités ethniques.

Faire du stop nous a permis d’être au coeur du pays, de faire des rencontres improbables et de se sentir libres. Sans cette expérience nous n’aurions comme image des Laotiens que celle de gens fermés et pas agréables pour un sou. Cela n’a pas toujours été facile de faire du stop. La plupart des gens ne comprenaient pas pourquoi nous ne prenions pas le bus. Mais il a suffit de quelques uns pour nous faire oublier l’image négative des précédents. 🙂

On a beaucoup aimé notre immersion en tant que prof d’anglais dans la famille laotienne à Don Khong dans le cadre d’un HelpX. L’endroit au bord du Mékong était juste idéal ! Nous aimerions vraiment revenir un jour pour partager d’autres moments avec cette famille ainsi que les enfants du village.

Pour conclure, on a beaucoup aimé ce pays. Il est très facile d’y voyager et même d’y faire du stop ! Maintenant, c’est l’heure d’aller découvrir le Cambodge !

Et vous, quels sont vos endroits préférés au Laos ?^^

Coucher de soleil sur le Mékong, Luang Prabang

Coucher de soleil sur le Mékong, Luang Prabang

Voir tous nos articles sur le Laos :

>> Conseils pour passer la frontière Thaïlande – Laos (côté Chiang Rai)

>> Le Laos en stop : De Luang Prabang à Vientiane

>> Le jour où j’ai testé l’hôpital au Laos

>> Road-trip sur le plateau des bolovens

>> On a testé le HelpX : prof d’anglais au Laos

>> Comment passer la frontière Laos – Cambodge et éviter la corruption ?

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest !

laos-playingtheworld

4 Comments

DSC07176

Passer la frontière cambodgienne depuis les 4 000 îles au Laos est un véritable enfer nous a-t-on dit… Les prix pour atteindre le Cambodge en bus sont chers et les bus mettent beaucoup plus de temps que prévu. On a donc suivi les conseils des blogueurs Some Steps Aways et sommes passés par une compagnie privée sur internet : AVT.

Le trajet Don Det – Siem Reap coûte environ 350 000 Kips en agence (39€) et met parfois plus de 15h (répartis en plusieurs bus de jour). Avec AVT, c’est 20 $ par personne depuis la frontière Cambodgienne. Il faut juste se rendre par ses propres moyens à la frontière et l’avoir passée avant 11h30, heure de départ du bus AVT.

Nous avons donc réservé notre ticket sur le site : www.asiavantransfer.com . Un mail de confirmation nous a été envoyé avec toutes les explications sur le trajet. Maintenant, il ne reste plus qu’à passer la frontière. Et c’est plus facile à dire qu’à faire…

Notre parcours Don Det – frontière Laos Cambodge 

Nous avons pris le premier bateau qui part de Don Det à 8h pour rejoindre Ban Nakasang (15 000 kips par personne ; le billet s’achète à bord). De là, nous avions le choix entre un bus qui rejoint la frontière en 15 minutes et qui coûte 94 000 kips par personne (10€) ou trouver une moto taxi beaucoup moins chère. Nous avons négocié une moto taxi pour 100 000 kips pour 2 (11€). Le trajet a duré 30 minutes et le chauffeur nous a déposé à 2 km du poste frontière. Apparemment ils nont pas le droit de s’en approcher plus. Nous avons terminé en marchant environ 30 minutes.
Sur tout le trajet aucun bus ne nous a dépassé, donc le temps d’attente à Ban Nakasang devait être assez long et la moto-taxi est finalement la meilleure option…

Le passage de la frontière Laos – Cambodge

Nous nous sommes présentés au guichet côté Laos aux alentours de 9h45. Le douanier nous a demandé 2$ chacun en frais de sortie. On s’y attendait ! Nous avons refusé en disant que c’est illégal et que ça s’appelle de la corruption. Les douaniers n’ont pas voulu tamponner nos passeports. Nous avons donc attendu. Nous leur avons dit que nous avions le temps (ce qui n’était pas entierement vrai car le bus nous attendait à 11h30 et que nous savions que nous devrions répéter cette procédure à l’entrée du Cambodge). On est retourné à la charge à plusieurs reprises. Rien à faire. Les douaniers ont refusé systématiquement de tamponner nos passeports. Ils ont été très désagréables et nous ont pris de haut. Après 30 minutes d’attente, nous avons tenté de discuter à nouveau et j’ai cédé en leur proposant de payer 20 000 kips pour 2 (1€ chacun). Même la corruption se négocie ! Ils nous ont immédiatement fait le tampon de sortie. Romain pense qu’on aurait pu attendre encore un peu mais bon…

Entre les deux frontières des faux médecins nous ont interpellé, nous faisant signe de venir dans leur petite cabane où il est écrit “zone de quarantaine”. Il paraît qu’ils demandent ensuite 2$ par personne pour prendre notre température. Nous étions prévenus et les avons ignorés. Ils n’ont pas cherché à nous rattraper.

Il est 10h20 et nous remplissons notre demande de visa pour le Cambodge. Le prix officiel du visa est de 30$. Le douanier nous en demande 35$ : 30$ pour le visa et 5$ pour le coup de tampon sur le passeport. Nous refusons en disant qu’on a que 30$ sur nous. Ils nous demandent de nous asseoir. Nous répétons la même procédure qu’avec les douaniers laotiens, en expliquant calmement que c’est illégal, que c’est de la corruption. Ils ne veulent rien savoir et nous invite à nous assoir jusqu’à ce qu’on soit décidé à payer. Nous nous asseyons donc et commençons à attendre. Et là, on ne sait pas ce qui nous a pris, on a commencé à chanter des chansons pour enfants ! On ne doit pas être d’assez bon chanteur et nos douces voix ne leur ont sans doute pas plu. Au bout de 5 minutes, le douanier nous fait signe d’approcher et nous demande de payer les 30$ réglementaire. Gagné… enfin pas tout à fait ! Il colle le visa sur notre passeport mais nous dit qu’au guichet suivant il faudra payer les frais pour le tampon. Nous nous présentons devant le guichet “police immigration”. Nous montrons notre passeport et remplissons une carte d’entrée dans le pays. Le nouveau douanier nous demande 2$ chacun (tiens ça a baissé de 3$ en 5 minutes…). Nous refusons. On a le visa et on est “bloqué” dans une zone internationale, on sait qu’ils ne peuvent pas refuser de  nous laisser entrer au Cambodge. Le douanier le sait autant que nous et ne cherche pas à nous intimider plus que ça. Il tamponne nos passeports avant de nous les balance sur le comptoir ! On a réussi ! 🙂

Arrivée au Cambodge

Il est 10h30 et nous sommes au Cambodge. Nous avons mis 45 minutes au total mais avons payé seulement 31,50$ chacun au lieu des 37$ réclamés par les douaniers des deux pays.

Mr Hour d’AVT nous attend. Il nous fait patienter dans un restaurant où le guichet AVT est affiché. Nous prenons un minivan à 11h30 direction Siem Reap. Sur le trajet nous faisons une escale de 30 minutes à Stung Treng de 13h30 à 14h. Ensuite nous changeons de minibus et nous roulons 4h.

Le trajet se passe merveilleusement bien. Nous arrivons à Siem Reap à 18h, impatient de découvrir ce nouveau pays en commençant par un endroit qui nous fait rêver depuis bien longtemps : les temples d’Angkor !

Découvrez nos articles sur le Laos :

>>> Conseils pour passer la frontière Thaïlande – Laos (côté Chiang Rai)

>>> Le Laos en stop : De Luang Prabang à Vientiane

>>> Le jour où j’ai testé l’hôpital au Laos

>>> Road-trip sur le plateau des bolovens

>>> On a testé le HelpX : prof d’anglais au Laos

>>> 3 semaines au Laos : bilan, budget, itinéraire

 

7 Comments

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-7

Voyager c’est bien, mais voyager utile, c’est mieux ! Après presque trois mois de voyage, on a senti le besoin de s’implanter quelque part et d’apporter notre aide à une communauté locale. Ayant vécu une première expérience plutôt réussie de HelpX lors de mon année en WHV en Australie, j’ai proposé à Chloé de réitérer l’aventure pendant notre tour du monde. C’est comme cela que nous sommes devenus prof d’anglais au Laos

Qu’est ce que le HelpX (ou WWOOFING) ?

Le WOOFING (pour World-Wide Opportunities on Organic Farms) consiste à travailler bénévolement pour une ferme en échange de quoi on est nourri et logé gratuitement. On travaille généralement quelques heures par jour et le reste du temps on peut en profiter pour découvrir les environs, se reposer, discuter avec son hôte… bref, c’est du temps libre ! C’est donc un excellent moyen pour voyager sans dépenser d’argent et tisser de vraies lien avec la population locale. 

Le HelpX (diminutif du HelpExchange), c’est la même chose, mais étendue à d’autre secteurs d’activité. On peut par exemple travailler sur un voilier qui fait une croisière touristique au Etats-Unis, dans une orphelinat pour bébés kangourous en Australie ou encore garder des enfants sur une île paradisiaque en Polynésie Française. On peut consulter gratuitement toutes les offres sur le site www.helpx.com mais pour avoir accès aux coordonnées des hôtes, nous avons du payer un abonnement de 20$ pour deux ans.

Pour être tout à fait honnête, on s’est inscrit sur le site un mois avant, lorsqu’on était encore en Birmanie. On a cherché les offres nous permettant de travailler avec des enfants et nous sommes tombés sur celle de Laoschool Volunteer, une école associative qui donne des cours d’anglais aux enfants du village sur l’île de Dong Khong, dans la région des 4 000 îles, tout au sud du Laos.

Le deal : donner des cours du soir en anglais de 16h à 18h. En échange, nous sommes hébergés gratuitement chez Khamla, le fondateur de l’association. Nous devons juste payer 7$/jour pour participer aux repas.

Comme à notre habitude, nous nous rendons sur l’île en stop depuis Pakse. On commence à être bien rodé. On attend moins d’une minute avant d’être pris par une voiture qui nous emmène en 3 heures jusqu‘au pont qui mène sur l’île. Et oui, on a crevé en route, ce qui nous a fait perdre pas mal de temps (au moins 1h30). Heureusement, on avait nos jeux avec nous pour passer le temps ! 😉

Arrivée et installation

Khamla habite une belle maison avec une immense terrasse face au Mékong dans le village de Muang Khong vit avec sa femme Vieng et son fils James (Jamy) pour les intimes 😉 ). En plus de faire école, son habitation fait aussi bar-restaurant.©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-5

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-34 ©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-4

En arrivant à l’école, on pensait être les seuls volontaires. Nous étions en réalité sept profs occidentaux : Lukas le Polonais, Sebastien et Katia les Suisses, Kim l’Allemande, Sidonie la Française et nous. Kamla nous accueille et nous explique le fonctionnement de l’école avant de nous donner notre chambre, une petite cabane sans porte avec vue sur le fleuve. On ne pouvait pas être mieux !

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-29

Dès qu’on est arrivé on a sentie une ambiance zen et décontractée se dégager de l’endroit. On s’est tout de suite bien entendu avec les autres bénévoles. On devait assurer 4 cours pars jours. Nous nous sommes donc répartis les cours pour la semaine. Chloé et moi avons pris le cours des tout petits de 16h à 17h et nous avons également aidé pendant le cours des moyens.

Une journée type

Sur les îles, la vie s’écoule généralement au ralentie. C’est également le cas sur Dong Khong. Et comme il n’y a pas grand chose à faire et à voir sur l’île, nos journées suivent à peu près toujours le même rythme, à savoir :

  • 7h – 9h : réveil et petit-déjeuner collectif
  • 9h – 10h : préparation des cours de la journée
  • 10h -12h30 : temps libre
  • 12h30 – 13h30 : cours pour les infirmières du village (Sébastien & Katia)
  • 13h30 – 14h : déjeuner collectif
  • 14h – 16h : temps libre
  • 16h – 17h cours des petits (Romain & Chloé)
  • 17h – 18h : cours des moyens (Lukas, Kim, Romain, Chloé, Sébastien & Katia)
  • 18h – 19h : cours des ados (Lukas & Kim)
  • 19h – 20h : dîner collectif
  • Après 20h : soirée ou coucher !

Ca peut paraitre un peu ennuyant et répétitif, mais après plusieurs mois à voyager en changeant sans cesse d’endroit, ça nous a fait beaucoup de bien de nous poser une semaine complète et d’avoir une petite routine.

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-24

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-25

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-21

Anniversaire improvisé de Katja

Nos nombreux temps libres nous ont permis de préparer la suite de notre voyage et de donner des coups de main dans la maison. Avec d’autres bénévoles, j’ai par exemple aidé Khamla à bâtir la charpente de l’extension de sa maison. Chloé de son côté s’est beaucoup occupée de Jamy pendant que Vieng préparait à manger pour tout le monde. Khamla nous a également fait descendre le Mékong en tubbing (avec de grosse chambres à air gonflées). Difficile pour nous de ne pas penser à la pollution du fleuve… mais il faisait vraiment trop chaud pour résister à une baignade bien rafraîchissante ! 🙂

Vis ma vie de prof d’anglais

Nous avons donc enseigné l’anglais à des petits âgés de 6 à 8 ans. Enfin, on a essayé de leur enseigner. Khamla a mis en place un cahier dans lequel les bénévoles notent le contenu des cours qu’ils donnent. Malgré cet outil, il nous était bien difficile de jauger le niveau des enfants. Et puis en changeant de prof (et donc de méthode) toutes les semaines, voire tous les jours, c’était pas facile d’avoir un vrai suivi de leur connaissances. On a donc fait avec les moyens du bords et on a mis l’accent sur ce qui nous paraissait le plus important.

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-7

On s’est vite rendu compte que les enfants ne nous comprenaient pas, même quand nous disions des phrases simple. La plupart du temps, ils ne comprenaient pas nos questions et se contentaient de répéter les mots qu’ils connaissait déjà. On leur a donc appris quelques verbes de base qu’ils sont susceptibles d’utiliser dans leur vie. La leçon commençait en « classe entière » puis on les séparaient en petits groupes pour travailler au cas par cas. Et les cours terminaient toujours par un jeu tous ensemble  (et oui, on n’oublie pas notre projet de tour du monde ! 😉 ). Le dernier jour nous leur avons fait une dictée avec tous les mots et les verbes appris dans la semaine. Ce qui est sûr, c’est qu’on n’a pas fait des miracle. Mais au moins, on a pu constater un petite amélioration dans leur vocabulaire. Et ça, c’est plus que gratifiant ! 🙂

Notre ressenti de cette première expérience de HelpX

Nous terminons notre voyage au Laos par une note très positive. Notre semaine à la Laoschool Volunteer nous a permis de vivre le quotidien d’une famille laotienne tout en apportant de notre mieux notre aide aux enfants pour les aider à parler anglais. On doit avouer qu’on est quand même un peu frustré de cette expérience trop courte de professeur. Car même si les petits apprennent très vite, leur niveau reste trop bas pour pouvoir discuter un peu avec. Mais à côté de ça, on ne compte plus les moments de joie et de jeux partagés avec les enfants et les autres bénévoles. On a plus que jamais envie de recommencer l’expérience dans d’autres pays ! 😉

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-19 ©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-35 ©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-20

Voici la vidéo de cette semaine :

Avant de quitter la région des 4 000 îles, nous passons deux jours sur l’île de Don Det, à la frontière avec le Cambodge. Un endroit un peu plus plus agité que Dong Khong mais c’est le point de départ pour aller observer les dauphins roses d’eau douce lors d’une croisière au coucher du soleil.

©playingtheworld-4000-iles-laos-voyage-38

On cherche, on cherche… pas facile à voir ses dauphins roses !

DCIM100GOPROGOPR1667.

Si vous êtes intéressé pour être prof d’anglais, n’hésitez pas à contacter Khamla directement sur sa page Facebook : Laoschool Volunteer 🙂

Autres articles sur le Laos : 

>> Road trip sur le plateau des Bolovens en 4 jours

>> Le Laos en stop : De Luang Prabang à Vientiane

>> Le jour où j’ai testé l’hôpital au Laos

>> Conseils pour passer la frontière Thaïlande-Laos

>> Comment passer la frontière Laos – Cambodge et éviter la corruption ?

>>> 3 semaines au Laos : bilan, budget, itinéraire

3 Comments

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-5

 Du 11 au 14 février 2016

Le plateau des Bolovens figure parmi les sites incontournables lors d’un voyage au Laos. La région est l’endroit idéal pour goûter à la fraicheur des montagnes laotiennes, se baigner dans les eaux cristallines des nombreux cours d’eau et déguster l’un des meilleurs café au monde. Devant tant de bonnes raisons, on n’a pas pu résister et avons loué une moto pour un road trip de 4 jours. Enfilez votre casque, on vous emmène avec nous !

Aller à Pakse depuis Vientiane : deux jours de stop

La sortie de la capitale se révèle plutôt compliquée et nous devons nous résoudre à prendre un bus local qui nous dépose à Pakxan pour 30 000 kips chacun (environ 3 euros). Je voyage avec une poule sous les jambes ! Deux minutes plus tard, un livreur de pastèques nous conduit jusqu’à Pakkading, à 30 km de là (qu’on parcourt quand même en 1h !) avant de nous laisser sur le bord de la route avec une énorme pastèque entre les mains. Miammm… Deux voitures plus tard, c’est au tour d’un riche Laotien de nous prendre dans sa berline avec sièges en cuir blanc et des écrans sur les reposes têtes. C’est du bakpacking en mode grand luxe ! Il ne parle malheureusement pas anglais. Difficile donc de communiquer avec lui. On a droit à des karaokés pour nous divertir et une atroce odeur d’oignon cru qu’il mange pendant tout le trajet. Nous terminons cette première journée de stop dans un motel sur le bord de la route à Takkek

Le lendemain, nous sommes pris en stop alors que nous sommes en train de marcher vers la sortie de la ville. Malheureusement, notre conducteur ne va pas plus loin que Seno, village de transit lugubre. On est déjà bien au sud et il commence à faire très chaud. On attend presque deux heures avant de finalement prendre un bus qui nous emmène directement à Pakse pour 40 000 kips chacun (environ 4 euros). Le voyage durera 5 heures mais on est content de ne plus avoir à galérer sur le bord de la route.

Pour info, le bus de nuit Vientiane-Pakse coûte 190 000 kips par personne (21,5€). On a donc économisé 120 000 kips soit 13,5 euros chacun !

Pakse : le point de départ de notre road trip

Pakse est la seconde plus grande ville du pays. Elle n’est pas belle mais c’est le passage obligé pour partir en excursion sur le plateau des Bolovens. La plupart des guest houses  affichent complet quand nous arrivons. Nous réussissons à trouver une chambre à Thaluang Guest House pour 80 000 kips la nuit avec eau chaude. La fin de journée a été consacrée à soigner la jambe de Chloé et trouver un deux roues pour partir dès le lendemain sur le plateau des Bolovens.

Le passage à l’hôpital de Pakse est une aventure assez drôle (enfin moins pour Chloé que pour moi) à lire dans l’article : J’ai testé l’hôpital au Laos.

Organisation du road-trip dans les Bolovens

On nous avait conseillé la boutique de Miss Noy pour louer notre scooter. Elle est tenue par un Belge qui donne des réunions d’informations tous les soirs à 18h00 pour donner des bons conseils pour le road-trip. Malheureusement, nous sommes arrivés trop tard. Il n’avait plus de scooter à nous louer. Mais pas de panique, il existe de nombreux loueurs dans toute la ville. Nous sommes simplement allé… chez son voisin ! Les loueurs proposent généralement deux types de véhicules : des scooters et des motos semi-automatiques. Nous avons opté pour la seconde car moins cher (50 000 kips la journée au lieu de 90 000). C’est la première fois que je conduis ce genre d’engin mais ça vient très vite. Et au final, j’ai eu beaucoup de plaisir à l’entendre ronronner au moment de changer les vitesses ! 🙂

Bon à savoir : en louant votre moto, on vous donne une carte des Bolovens et le loueurs garde votre gros sac le temps de votre road-trip. Pas besoin de s’encombrer donc, un petit sac pour quelques jours suffit amplement.

Il existe deux boucles pour découvrir le plateau des Bolovens. Comme je ne suis pas très bon en dessin, je me suis permis d’emprunter la super belle carte réalisée par Adrien du blog Ad-ventures pour vous expliquer notre parcours. La petite boucle permet de voir en 2-3 jours les principaux sites d’intérêts du plateau des Bolovens en s’arrêtant à Tad-Lo au nord et Paksong au sud. La grande boucle comprend quelques cascades et des chemins de terre en plus. On peut la faire en 4-5 jours avec un arrêt possible à Sékong. Comme nous avons 4 jours devant nous, nous optons pour la grande boucle ! 🙂

Capture d’écran 2016-03-02 à 16.56.10

Jour 1 : Premiers plongeons dans les cascades des Bolovens

La plupart des voyageurs visitent le plateau des Bolovens dans le sens des aiguilles d’une montre. Nous, nous partons dans l’autre sens. La raison : nous sommes partis tard de Pakse à cause d’un dernier rendez-vous à l’hôpital pour Chloé et la route pour Paksong est moins longue que celle pour Tad Lo.

Nous faisons un premier arrêt à la magnifique cascade de Tad Champi (ma préférée !). Nous profitons du cadre pour déjeuner au calme dans le petit restaurant qui se trouve sur le chemin de la chute d’eau, avec une vue imprenable sur la forêt. Le reste de l’après-midi est consacré à la baignade dans cet endroit magique. Tad Champi est composée de trois chutes d’eau qui tombent dans un grand bassin rond. Bien qu’elle soit plutôt fraîche, je n’ai pas hésité une seconde à me jeter à l’eau. Un petit conseil, essayez d’arriver tôt le matin ou en fin d’après-midi. Vous serez certainement le seul à profiter du bain ! 😉

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-1jpg

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-5©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-7©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-6Après cette pose détente, nous reprenons notre moto pour notre second et dernier arrêt de la journée : Tad Fan. L’accès à cette chute d’eau se situe juste en face du chemin pour Tad Champi. Il suffit de traverser la grande route. Tad Fan est l’une des cascades les plus hautes d’Asie du sud-est. Et on doit reconnaitre que de loin, elles sont super impressionnantes. Depuis le point d’observation, impossible d’apercevoir jusqu’où elles tombent. Il existe un chemin de randonnée pour accéder au sommet de la cascade en 30 minutes. Mais la blessure de Chloé et la nuit qui commence à tomber nous obligent à retourner à notre moto pour rejoindre Paksong au plus vite.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-9

L’entrée de ces chutes d’eau coûte 13 000 kips (5000 par personne + 3000 pour le parking).

Arrivés à Paksong, nous prenons une chambre au Savannah Guest House, un hôtel calme, propre et confortable. La ville étant plutôt sinistre, nous dînons dans le restaurant situé en face de l’hôtel. Ce soir, c’est ambiance karaoké ! Nous passons la soirée avec deux Laotiens déjà pas mal éméchés qui enchaînent les bières aux glaçons et les chansons. On aurait bien aimé chanter avec eux mais notre laotien n’est pas encore parfait !

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-12

Jour 2 : la grande boucle de Paksong à Tad-Lo

Si vous prévoyez de faire la grande boucle en une journée, je vous conseille de partir très tôt. Le tronçon est long d’une centaine de kilomètres dont 40km de sentier si vous allez à la cascade Tad Tayiesua. On a entendu dire que cette chute d’eau est la plus belle du parcours mais que le sentier de rando pour y arriver est très accidenté. Chloé ne pouvant pas trop marcher, on ne pourra malheureusement pas la voir. Le point positif, c’est qu’on évite les 40km de terre battue et qu’on peut emprunter la nouvelle route, lisse et en très bon état ! 🙂

Quel intérêt faire la grande boucle si on ne voit pas la plus belle cascades me direz-vous ! Et bien tout simplement pour la beauté des paysages ! La route entre Paksong et Sékong passe par des montagnes parsemées de forêts de conifères. On a vraiment adoré enchainer les lacets à moto. En chemin, on fait un arrêt rapide pour observer Tad Kalamok, une chute d’eau très impressionnante mais toujours inaccessible pour Chloé.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-18En chemin, nous visitons également l’immense plantation de café de Daoheuang (plus connue sous le nom de Dao au Laos). Enfin, nous ne faisons que la traverser à moto (je vous avais bien dit qu’elle était immense !) car il n’y a personne pour nous faire visiter. Nous rencontrons juste une femme en train de cueillir quelques grains de café. Le temps de discuter un peu avec elle et de prendre quelques photos et nous repartons de la plantation.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-15

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-14

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-13 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-10 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-16 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-17

Nous déjeunons et passons l’après midi aux chutes Tad Sé Noy et Tad Faek. On les aperçoit depuis un grand pont qui enjambe la large rivière. On accède au bord de l’eau en suivant un chemin sur les rochers depuis un petit resort. On a la chance d’être les seuls voyageurs à profiter du lieu. Un peu plus loin, des enfants jouent dans l’eau.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-19

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-20

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-21 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-23

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-22

On quitte l’endroit vers 15h30 car la route est encore longue jusqu’à Tad Lo. On mettra près de deux heures pour parcourir les 38km qui nous séparent de notre destination. Une route bien longue et monotone.

Jour 3 : journée « break » à Tad Lo

Tad Lo est certainement l’étape la plus agréable de notre road-trip. Ce petit village vie paisiblement au bord de la rivière et tout ici invite au repos et à la détente. Si vous voulez y passer quelques jours, on vous déconseille les bungalows avec vue sur la rivière. Ces guest houses privilégient le paysage au confort. Nous prenons donc une chambre chez Tim Guest House, un charmant petit hôtel tenu par un Laotien qui parle français. Pour 40 000 kips la nuit (4 euros), nous avons notre petit bungalow avec un hamac sur la terrasse. Seul hic, nous avons une chambre avec des lits jumeaux mais comme c’était la dernière chambre libre, nous n’avons pas vraiment le choix.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-35

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-30

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-26

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-37

Une rencontre inattendue au détour d’un chemin…

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-41 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-42

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-34

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-31

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-32 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-33

Le temps à Tad-Lo s’écoule lentement. On passe notre journée à nous baigner dans la rivière et nous balader dans les environs. On pousse jusqu’à Tad Saung, un endroit qu’on n’a pas particulièrement aimé. Comme nous sommes en pleine saison sèche, la cascade n’est plus qu’un mince filet et l’eau stagne dans des marres boueuses. Et pour couronner le tout, nous sommes escortés par les enfants un peu trop envahissants du villages voisin.
©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-38 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-39 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-40

Le point fort de notre séjour à Tad-Lo reste le bain de l’éléphant. Ceux qui nous connaissent savent qu’on ne cautionne pas du tout le travail et la captivité des éléphants en Asie. Mais ce coup-ci, on a été agréablement surpris. Tous les jours à 16h30, les deux éléphants du Tad-Lo lodge vont à la rivière pour se baigner après une dure journée de balade de touriste. On s’attendait à voir l’animal accompagné de son mahout (son dresseur, ndlr) et devoir effectuer des « tours » pour nous distraire. Rien de cela. Au contraire, l’éléphant est laissé tout seul dans la rivière. Ce moment lui appartient et on voit qu’il en profite pleinement, allant jusqu’à s’immerger entièrement sous l’eau. Il semble relativement bien traité et heureux de jouer dans l’eau. On a vraiment beaucoup apprécié l’instant.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-43

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-44 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-46

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-45

Jour 4 : retour à Pakse

Sur le route qui nous ramène à Pakse, nous faisons une première halte dans la plantation de café de Mr.Vieng. Contrairement à la première plantation que nous avons visitée, celle-ci est vraiment artisanale et bio. Mr.Vieng nous reçoit sur son domaine, une maison typiquement laotienne entourée de nombreux caféiers mais aussi d’arbres à cacahuètes et de bananiers. L’endroit, qui fait aussi Homestay, est idéal pour se poser quelques heures, discuter avec Mr.Vieng sur les étapes de fabrication du café, visiter sa plantation et bien sûr, déguster un bon arabica. C’est d’ailleurs le meilleur café que j’ai eu l’occasion de boire dans ma vie ! Il dégage un léger parfum de cassis. Pour ceux qui aime le café, c’est sans aucun doute l’arrêt à ne pas manquer. Nous sommes même repartis avec un peu de fleurs de café séchées à fumer. C’est léger et très parfumé.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-50

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-52 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-51©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-53 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-47 ©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-49©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-48

Nous terminons notre road-trip par une dernière baignade dans une cascade. Comme de nombreux voyageurs, nous n’avons jamais trouvé le chemin qui mène à Tad Champee. Encore une chemin de terre évité ! Nous nous replions donc sur Tad Pasuam (10 000 kips chacun). Cette chute d’eau est loin d’être la plus belle des Bolovens et est fréquentée par de nombreux touristes Chinois. Néanmoins, elle est assez grande pour trouver un coin isolé de la foule et est très agréable pour s’y baigner et se laisser porter par le courant.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-55

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-56

Comme après un super week-end à la campagne, le retour à Pakse est plutôt difficile. Mais on garde un super souvenir de notre road trip dans cette partie du Laos, à la fraiche. On récupère notre backpack chez le loueur de scooter et déjà nous préparons la suite de notre voyage vers le sud du pays : les 4 000 îles.

©playingtheworld-bolovens-laos-voyage-25

Infos road-trip

  • Budget scooter : 50 000 kips la journée pour une moto semi-automatique, 90 000 kips pour un scooter normal
  • Budget essence : 70 000 kips
  • 250 km parcourus

Quelques derniers conseils avant de vous lancer :

  • les Bolovens étant un plateau et donc, en altitude, prévoyez des vêtements chauds car il peut faire froid la nuit, surtout à Paksong, le point le plus haut du parcours.
  • vérifiez bien l’état de votre scooter. Ils ne sont souvent pas au top mais autant prendre le moins pire. Notre loueur voulait nous donner un engin avec les pneus lisses. N’hésitez pas à demander de le changer.
  • on a beaucoup entendu parler de vol de scooters sur les Bolovens. Assurez-vous d’avoir un anti-vol avant de partir.
  • Partez très tôt si vous voulez relier Paksong et Tad Lo en une journée en empruntant la grande boucle.
  • Par précaution et pour payer un peu moins cher, nous avons fait le plein dans chaque grande ville (Paksong, Sékong et Tad-Lo). Mais rassurez-vous, il est possible de trouver des stations essences un peu partout sur le parcours. Le plein coûte 30 000 kips. Sur 4 jours notre budget essence s’élève à 70 000 kips.
  • et surtout, noubliez pas… votre maillot de bain ! 😉

Infos utiles :

Où dormir :

A Paksé : Thaluang Guest House, 60 000 kips (6 euros) la double avec eau froide, 80 000 kips (8euros) avec eau chaude

A Paksong : Savannah Guest House, 80 000 kips la nuit avec eau chaude (9 euros)

A Tad-Lo : Tim Guest House, 40 000 kips la nuit avec eau chaude mais pas vue sur la rivière

Où manger :

A Paksé : Jasmin Indian Restaurant, notre coup de coeur dans la ville. Des vrais plats comme en Inde et pas cher du tout.

A Tad-Lo : le resto du mec qui louche

Prix des cascades : entre 5 000 et 10 000 kips par personne

Notre chute préférée : Tad Champi

Prix d’un café chez Mr.Vieng : 10 000 kips

La visite de la plantation de Mr.Vieng : 15 000 kips

Lire nos autres articles sur le Laos :

>>> Le Laos en stop : De Luang Prabang à Vientiane

>>> Le jour où j’ai testé l’hôpital au Laos

>>> Conseils pour passer la frontière Thaïlande-Laos

>>> On a testé le HelpX : prof d’anglais au Laos

>> Comment passer la frontière Laos – Cambodge et éviter la corruption ?

>>> 3 semaines au Laos : bilan, budget, itinéraire

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest !

Road trip sur le plateau des Bolovens en 4 jours - Laos

7 Comments

DSC06497

En voyage il y a de belles histoires mais aussi des moins belles ! A peine 5 jours après notre arrivée au Laos, nous avons fait une visite pas vraiment prévue au programme : l’hôpital de Veng Vieng !

A l’origine de cette visite, il faut remonter 2 jours plus tôt, à Luang Prabang, où je me suis fait piquer sous le genou par un insecte. Il faut dire que j’ai l’habitude d’avoir des piqûres d’insectes. Les moustiques raffolent de mon sang ! Et j’ai la plupart du temps une bonne dizaine de marques de piqures minimum sur le corps.

Dès le lendemain, la piqure me gratte plus que d’habitude et une petite boule commence à se former autour. Les 2 premiers soirs, je désinfecte la plaie mais la piqure enfle de plus en plus. La douleur est tellement insupportable qu’il devient difficile pour moi de marcher. J’ai mal dès que je plie la jambe !

Nous nous rendons donc à l’hôpital de Veng Vieng. Première constat : le nom de l’hopital est écrit en français. Nous attendons à peine 5 minutes dans la salle d’attente et une dame parlant un peu français s’occupe de moi. J’ai de la fièvre et la piqûre s’est déjà propagée sur une dizaine de centimètres de diametre. La boule est vraiment dure et impossible à percer moi meme. L’infirmière essaye. La douleur est atroce et rien ne sort. Elle finit par désinfecter la piqûre et me prescrit des antibiotiques et des anti-douleurs pour 5 jours. Le personnel était très agréable. Au total, j’ai payé 130 000 kips (14,50€) pour la consultation et les médicaments.

hopital-vengvieng

Après 5 jours de traitement, le gonflement de la piqure a un peu diminué mais j’ai toujours autant de mal à marcher. Nous allons donc à l’hopital international de Pakse. On nous a conseillé de ne pas aller du côté général ; même les Laotiens évitent d’y aller. Nous arrivons vers 19h. A l’accueil, personne ne parle anglais, ni français. Une infirmière parlant un peu anglais regarde ma blessure et me fait comprendre qu’il faut extraire le pus qui est coincé dedans. Elle m’allonge sur un lit et part chercher le médecin. J’avais un peu peur qu’ils m’ouvrent sans trop savoir pourquoi. Heureusement, le medecin parle français et m’explique qu’il va faire un petit trou avec une seringue puis l’agrandir pour faire sortir le pus. J’acquiesce mais reste un peu anxieuse. On m’installe dans une grande salle avec plein de lits. Ce sera ma salle d’opération ! En deux minutes, je me retrouve avec 6 personnes autour de moi, dont Romain. Le docteur et ses assistants me mettent en confiance. Malgré les lézards au mur, les ustensiles utilisés sont très propres et neufs, de quoi renverser les clichés sur l’hygiène dans les hôpitaux asiatiques ! Je me suis tout à fait en confiance entre leurs mains.

Quand le médecin enfonce la seringue, je ne sens rien tellement l’épaisseur de l’infection est importante ! C’est après que ça commence à devenir douloureux. Il ouvre un peu plus le trou à l’aide d’une pince. Comme ça ne sort toujours pas, il enfonce la pince jusqu’à la zone infectée. C’est la délivrance ! Une giclée de pus sort de la plaie. L’infirmière presse en continue pour évacuer le pus. Une quantité impressionnante sort ! Pour me décompresser je serre de toutes mes forces la main de Romain. Comme je crie beaucoup, le médecin me fait une piqûre d’antidouleurs dans les fesses. Aucun résultat… je continue de crier tout en pleurant… et en riant parfois devant les têtes surprises et amusées de l’equipe médicale.  Au bout de 5 minutes interminables, le médecin me dit que le plus gros est sorti mais qu’il faut revenir le lendemain pour continuer l’opération.

hopital-pakse

Il me prescrit des anti-douleurs et des antibiotiques. Toute la semaine suivante, je continue à enlever du pus de ma blessure mais je n’ai plus mal.

La plaie a fini par cicatriser et maintenant ça va mieux !

Au final, je ne sais toujours pas quel insecte m’a piqué. Le médecin ne savait pas non plus. Il a juste dit que ça devait être un insecte porteur d’une bactérie, d’où l’infection qui s’est transformée en furoncle…

Bilan des frais medicaux :

Hôpital de Veng Vieng : 130 000 kips (14,50€)

Hôpital de Pakse : 174 000 kips + 35 000 kips le lendemain (23€)

Soit un total de : 339 000 kips (environ 37€)

Heureusement que nous avons souscrit une assurance maladie pour voyageur. On a été remboursé très rapidement. Si ça vous intéresse, il s’agit de l’assurance CAP AVENTURE de Chapka Assurances.

Autres articles sur le Laos : 

>> Road trip sur le plateau des Bolovens en 4 jours

>> Le Laos en stop : De Luang Prabang à Vientiane

>> Conseils pour passer la frontière Thaïlande-Laos

>> Comment passer la frontière Laos – Cambodge et éviter la corruption ?

>> On a testé le HelpX : prof d’anglais au Laos

>>> 3 semaines au Laos : bilan, budget, itinéraire

2 Comments

©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-36

En préparant notre tour du monde, nous avions découvert que le Laos est un des pays d’Asie du sud-est où on peut facilement faire du stop. Après une première expérience réussie en Thaïlande, on s’est donné un challenge : descendre tout le Los en stop ! Entre Luang Prabang et Vientiane, l’attente aura parfois été longue, le moral aura parfois été mis à rude épreuve, mais l’expérience aura toujours été positive. Voici le récit de notre voyage dans le nord du Laos.

Luang Prabang : la plus belle ville du Laos

Après la Birmanie et la Thaïlande, arriver à Luang Prabang est comme une bouffée d’oxygène ! Avec ses boulangeries et ses cafés à chaque coin de rue, ses croissants et ses baguettes de pain et son café parfume les ruelles, il se dégage de la ville une atmosphère de petite France très agréable. Avec l’architecture de certains bâtiment, Luang Prabang a gardé les meilleurs côtés de la colonisation française ! Le revers de la médaille : la vie y est bien plus chère que dans le reste du laos.

Une boulangerie patisserie francaise a luang rpprabang au laos Des croissants a luang rpprabang au laos

Une ville restée à l’ère coloniale

On y redécouvre la « gastronomie » de chez nous ! Je n’aurais jamais imaginé que croquer dans un sandwich thon-avocat puisse procurer autant de plaisir ! C’est sans doute dû à l’overdose de riz et de noodles qu’on subit depuis 2 mois et demie ! 🙂

Manger un sandwish a Luang prabang au Laos

Un stand de sandwich a luang prabang au laos Un stand de sandwich a luang prabang au laos

Un sandwich a luang rpprabang au laos

La ville n’a pas beaucoup de site d’intérêt majeur à proposer aux visiteurs. Il y a bien le mont Phousi qui surplombe la ville et qui offre un beau point de vue sur le Mékong. Mais pour arriver au sommet coiffé d’un petit stupa, il faut s’acquitter d’un droit d’entrée de 20 000 kips (environ 2,20 euros). On y est allé mais ça ne nous aurait pas manqué si on avait fait l’impasse. Quant au coucher de soleil, on vous conseille de l’admirer plutôt depuis le bord du fleuve, beaucoup moins bondé. Il y a aussi quelques petits temples jolis mais pas exceptionnels.

La vue sur le mekong a luang rpprabang au laos

Un statue de bouddha allonge a luang rpprabang au laos Une statue de bouddha a luang rpprabang au laos

©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-5

Vous l’aurez compris, ce qu’on a préféré à Luang Prabang, c’est prendre notre temps, nous promener le long des belles rues à l’architecture coloniale, flâner le long du Mékong, boire des jus de fruit frais, nous imprégner de l’atmosphère du marché de nuit et des nombreux bars et coffee shop à l’ambiance occidentale et super décontracte et surtout découvrir la gastronomie laotienne. A ce sujet, on a adoré les buffets géants situés dans les petites ruelles. Pour 15 000 kips, on peut remplir son assiette à ras bord de pastèque, de papaye, de bananes frites, de légumes vapeurs, de riz aux épices, de nems… Un régal et pour pas cher ! 🙂

Les rives du mekong a luang prabang au laos

©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-12 ©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-14

©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-22Un buffet dans les rue de luang prabang au laos

Le marche de nuit de luang prabang au laos

Le marche de nuit de luang prabang au laos

©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-15

Une rue de luang prabang au laosDans les rues de Luang Prabang au Laos
©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-13

Les cascades du Kuangsi Waterfall Park : le paradis sur terre ?

Les alentours de Luang Prabang sont aussi une invitation au rêve. On a passé notre tour pour les temples et les grottes (on a eu notre compte en Birmanie). En revanche, on s’est baigné dans les plus belles cascades du pays (qui sont aussi les plus belles que j’ai pu voir dans ma vie) : les Kuangsi Waterfall ! Elles sont situées à une trentaine de kilomètres au sud de Luang Prabang. On peut y aller en Tuk-Tuk (30 000 kips/pers) ou louer un scooter (100 000 kips). Mais nous, on y va en stop ! On monte d’abord à l’arrière d’un camion d’ouvriers avant d’être pris par trois Russes en vacances. Au total, on met 1h30 pour arriver à destination ; le même temps qu’en tuk-tuk. D’ailleurs, c’est très drôle de doubler ceux qui nous ont croisé quand on était à pieds !

Des auto-stoppeurs au laos

Une auto-stoppeuse au Laos

Un auto-stoppeur au Laos

Arrivés à destination, on paye les 20 000 kips chacun de droit d’entrée du Kuangsi Waterfall Park. Et là, on est juste au paradis ! Après avoir passé un enclos qui abrite quelques ours noirs d’Asie, on découvre un formidable réseaux de cascades. Un peu partout, il y a des bassins dans lesquels on peut se baigner. On peut même sauter depuis un arbre dans une eau fraîche mais turquoise. Un bonheur ! On grimpe enfin jusqu’au sommet de la plus haute chute avant de retourner à Luang Prabang comme on est venu, en stop, à l’arrière d’un pick-up en seulement une heure.

Les chutes d'eau Kuangsi Waterfall a Luang Prabang au Laos

Les chutes d eau de kuangsi waterfall a luang prabang au laosUn ours noir d'Asie a luang prabang au laos

Les chutes d'eau Kuangsi Waterfall a Luang Prabang au LaosLes chutes d'eau Kuangsi Waterfall a Luang Prabang au Laos

Les chutes d'eau Kuangsi Waterfall a Luang Prabang au Laos

Les chutes d'eau Kuangsi Waterfall a Luang Prabang au LaosLes chutes d'eau Kuangsi Waterfall a Luang Prabang au Laos
Les chutes d'eau Kuangsi Waterfall a Luang Prabang au LaosLes chutes d'eau Kuangsi Waterfall a Luang Prabang au Laos

©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-36

Vang Vieng la sportive

Fort de nos premiers succès, on se dit que la descente du Laos en stop va être un jeu d’enfant. Notre première étape : Vang Vieng.

Premières difficultés en stop

Plein d’entrain, on se pose à la sortie sud de la ville, pouce tendu, pancarte dressée et sourire éclatant aux lèvres. Et on attend de faire bonne pioche. On attend… on attend… le pouce commence à flancher, le sourire vient de plus en plus difficilement. Une minute passe, puis dix, puis une heure, une heure et demie… Deux heures plus tard, nous sommes toujours coincés sur le côté de la route, en plein soleil, la motivation et l’espoir au plus bas. Je commence à attraper une insolation et Chloé reste assise par terre. Elle s’est fait piquer par un insecte. Sa jambe droite s’est infectée et est devenue toute dure. Elle ne peut plus marcher. La situation devient critique. Un bus part dans 20 minutes. Si on n’est pas pris d’ici là, on le prendra. Et c’est au moment où tout semble perdu qu’une voiture s’arrête. A bords, deux Chinois. Ils ne parlent pas Anglais mais on comprend qu’ils vont à Vientiane et font un arrêt dans leur agence de tourisme à Vang Vieng. GAGNE ! On embarque pour 3h30 de route à travers la montagne. On ne peut malheureusement pas trop échanger mais ils sont très agréables. Le plus jeune tente de communiquer avec nous avec une application de traduction. Ils nous offrent du thé froid et des sodas. Il y a même un chiot à bord. On espère qu’il ne figure pas à leur menu pour ce soir…

©playingtheworld-luangprabang-laos-voyage-45

Paysage du Laos Un chien dans un carton au Laos

Vang Vieng : la capitale du tubbing

On commence notre découverte de Vang Vieng par la visite de… l’hôpital, pour faire examiner la jambe de Chloé !

L hopital de sang vient au LAOS L hopital de sang vient au Laos

Malgré le peu de charme qu’elle dégage, Vang Vieng attire les touristes grâce aux activités outdoors qu’elle propose. L’activité phare ici, c’est le tubbing, un “sport” qui consiste à descendre une rivière sur des chambres à air gonflées. On a entendu et lu pas mal d’avis négatifs sur cette activité ici. Loin d’être une petite promenade rafraichissante sur le Mékong, faire du tubbing à Vang Vieng, c’est se retrouver dans la rivière au milieu d’une horde de très jeunes backpackers alcoolisés et vociférants. Ca nous a refroidit et on a préféré aller voir du coté du blue lagoon.

Un pont a vang vieng au laos

Paysage de vang vieng au laos Paysage de vang vieng au laos

Situé à 5 kilomètres à l’ouest de la ville, le blue lagoon est un point d’eau turquoise dans une petite rivière qui sort de la montagne. On peut y accéder en vélo ou en scooter et le parking coûte 10 000 kips. L’endroit est fréquenté par les mêmes fanatiques du tubbing et par des hordes de touristes coréens bruyants. Malgré cela, l’endroit est agréable pour y passer quelques heures au soleil. J’ai aussi beaucoup aimé m’enfoncer dans la caverne qui surplombe le blue lagoon (attention, on vous demandera certainement de payer pour l’entrée de la caverne, sachez qu’elle est comprise dans le billet d’entrée du blue lagoon).

©playingtheworld-vengviang-laos-voyage-55 ©playingtheworld-vengviang-laos-voyage-56On termine notre mini-raod trip par une balade à moto dans les  alentours verdoyants de Vang Vieng.

Paysage de vang vieng au laos

©playingtheworld-vengviang-laos-voyage-60 Paysage de vang vieng au laos

©playingtheworld-vengviang-laos-voyage-63

Vientiane : la capitale endormie

On avait entendu dire qu’il n’y à pas grand chose à faire et à voir dans la capitale du Laos. Notre objectif était donc de nous rendre directement à Paksé, tout au sud du pays. Malheureusement depuis Vang Vieng, le passage à Vientiane est quasiment obligé. Et on voulait être dans une grande ville pour avoir un hôpital à proximité au cas où Chloé souffre de nouveau à cause de sa jambe. On a donc préparé notre pancarte et sortit notre meilleur sourire à la sortie sud de la ville. Cette fois-ci, une heure suffit pour qu’on soit pris par un Laotien très gentil. Ayant étudié la finance au Japon, il parle très bien anglais. Il se montre très curieux par rapport à notre voyage et nous apprend beaucoup de choses sur le Laos.

Des auto stoppeurs au LaosDes auto stoppeurs au Laos

Arrivés à Vientiane, on prend une chambre dans le Mixay backpacker. La visite de la ville est brève et se résume au parc Chou Anouvong, du palais présidentiel et des quelques rues adjacentes envahies par les touristes et les boulangeries « à la française » ! On ne restera qu’une journée à Vientiane avant de reprendre notre route pour Paksé et le plateau des Bolovens.

Vientiane la capitale du Laos Vientiane la capitale du Laos Vientiane la capitale du Laos

Infos utiles :

Luang Prabang

Notre guest house : Phong Philack Guest House, 100 000 kips la nuit (11 euros), thé, café et bananes à volonté !

Où manger, quoi manger : Luang Prabang regorge de restaurant et de café aussi délicieux les uns que les autres. On a adoré les petits stand qui vendent des baguettes-sandwishs  (10 000 kips pour 1 ingrédient, 15 000 pour 2 et 20 000 pour 3) et les assiettes buffets du marché (15 000 kips)

Où boire un verre : l’Utopia. Juste derrière la guest house. Idéal pour un jus de fruit en fin de journée ou pour faire la fête le soir.

Kuangsi Waterfall : 20 000 kips l’entrée

Phousi hill : 20 000 kips l’entrée

Vang Vieng

Notre GuestHouse : Nana Guest House, 60 000 kips la nuit (6,60 euros). On ne la conseille pas spécialement. On est allé dans la première auberge à notre arrivée pour pouvoir emmener Chloé au plus vite à l’hôpital. Les chambres sont spartiates et on prend des coups de jus quand on se douche !

Où manger : Aux stands de rue qui proposent de délicieux sandwichs.

Le blue lagoon : 10 000 kips l’entrée

Vientiane

Notre Guest House : Mixay Guest House, 100 000 kips la nuit (11 euros)

Voir nos autres articles sur le Laos :

>>> Conseils pour passer la frontière Thaïlande – Laos (côté Chiang Rai)

>>> Le jour où j’ai testé l’hôpital au Laos

>>> Road-trip sur le plateau des bolovens

>>> On a testé le HelpX : prof d’anglais au Laos

>>> Comment passer la frontière Laos – Cambodge et éviter la corruption ?

>>> 3 semaines au Laos : bilan, budget, itinéraire

2 Comments