©playingtheworld-chili-atacama-voyage-29

Visiter le désert d’Atacama au nord du Chili ne faisait pas vraiment partie de nos plans au moment d’organiser notre tour du monde. Mais après les 3 jours merveilleux qu’on a passé entre Uyuni et le Sud-Lipez en Bolivie, on voulait encore passer un peu de temps dans les déserts d’altitudes. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on n’a pas été déçu de faire un petit détour de quelques jours dans cette région.

Notre arrivée à San Pedro de Atacama

À la frontière bolivienne, un bus nous embarque jusqu’à San Pedro d’Atacama. En une heure, nous passons de 4 800m d’altitude à 2 400m. On sent nos oreilles décompresser au fur et à mesure de la descente. Arrivés en ville, il nous faut passer par le poste-frontière (oui, oui, en plein coeur de la ville !) avant de pouvoir nous promener librement. Un moment relativement long et pénible car les douaniers font la chasse à toutes denrées alimentaires provenant de Bolivie.

San Pedro de Atacama est une petite ville-oasis située au milieu du désert d’Atacama, le désert plus aride du monde. C’est simple, il ne pleut quasiment jamais ici ! Organisé autour de quelques rues, ce hameaux est le point de départ des nombreuses excursions pour explorer la région. Malgré une forte affluence touristique (même en hors-saison) et les prix clairement plus élevés qu’en Bolivie, nous aimons beaucoup nous promener dans ces ruelles. Avec ses murs d’adobe (sorte de terre cuite) blanchis à la chaux, il règne à San Pedro un petit air de village mexicain.

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-7

Pour le côté authentique en revanche, on repassera ! San Pedro est clairement tourné vers le tourisme. À chaque coin de rue, des agences proposent des tours pour découvrir la vallée de la Lune, la vallée de mort ou encore les lagunes d’altitudes. Si vous prévoyez de voyager dans cette région, voici 3 activités qu’on vous recommande.

Faire du vélo sur la Lune et sur Mars

À San Pedro, le vélo est clairement le meilleur moyen de transport pour explorer les environs proches de la ville. On peut louer un peu partout un VTT à la demie-journée ou à la journée complète. Nous choisissons cette option pour découvrir la vallée de la lune et la vallée de la mort.

La vallée de la mort (Vallee de la Muerte)

Notre première destination à vélo est la vallée de la mort (ou vallée de la Muerte). Ouais, on est comme ça nous, même pas peur ! L’entrée de la vallée se situe à quelques kilomètres au nord de la ville. On y arrive rapidement en suivant une route tout à fait plate. Malgré l’altitude, il fait extrêmement chaud. Même les sommets qui culminent aux alentours à plus de 6 000m d’altitude sont dépourvus de neige ! À partir de là, l’aventure commence. Nous remontons le canyon en longeant les falaises rouges qui nous entourent. Par moment, nous mettons pieds à terre pour franchir un passage un peu étroit. Tout ce rouge autour de nous… on a clairement l’impression d’être sur Mars ! Le défilé se termine au bout de quelques kilomètres et débouche sur un pic où nous montons pour observer la région. On se sent seul au monde !

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-6

La vallée de la lune (Vallee de la Luna)

Après Mars, direction la Lune ! Mais cette fois-ci, nous n’empruntons pas la route normale. Loïc (rencontré avec Aurore et Chloé en Bolivie) est déjà venu ici et connait un chemin, certes un peu dangereux, mais bien plus excitant pour rejoindre la vallée de la Lune. Faisant confiance à note guide, il nous emmène dans un premier temps au quebrada del diablo pour observer le cirque dans lequel nous allons nous aventurer à vélo.

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-8

Nos VTT s’enfoncent et dérapent sur les dunes de sables que nous dévalons pour rejoindre le fond du cirque. Nous avons du mal à pédaler sur ce « chemin » sablonneux et vierge de tout passage mais le paysage autour de nous est exceptionnel ! Et une fois de plus, nous sommes vraiment seuls au monde !

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-12

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-11

Oui, c’est bien Loïc au milieu de la photo !

Le canyon que nous parcourons débouche sur la route goudronnée. Il ne nous reste plus qu’à la suivre jusqu’à la vallée de la Lune. Cette partie est sans doute la plus difficile de la ballade. Des rafales de vents nous envoient des montagnes de sables au visage. La progression est vraiment difficile. Après un long moment d’effort, nous arrivons enfin au belvédère pour observer le coucher du soleil. Malgré le grand nombre de touristes, le spectacle est à couper le souffle. Le paysage lunaire qui s’étend devant nous nous laisse sans voix. On comprend pourquoi ce lieu s’appelle la vallée de la Lune…

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-15

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-14

Observer les étoiles 

Avec une pollution lumineuse quasi-nulle et le ciel le plus pur du monde, le désert d’Atacama est l’endroit idéal pour observer les étoiles. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que la plupart des plus grands télescopes au monde ont été installés dans cette région. Les Chiliens l’ont bien compris et des dizaines d’agences à San Pedro proposent des tours pour observer les étoiles. Attention, toutes ne sont pas de qualité ! Personnellement, nous avons choisi l’agence SPACE pour 3 raisons :

  • c’est la première agence à avoir ouvert à San Pedro
  • l’agence est tenue par un astronome français du CNRS venu vivre ici avec sa femme chilienne (donc tours sérieux et télescopes en bon état)
  • l’agence propose des tours en français, ce qui est quand même bien plus simple à comprendre quand on aborde un sujet aussi complexe ! 😉
milky-way-1845068_1280

Image libre de droit.

À 21h00, une navette nous embarque avec d’autres visiteurs et nous emmène à l’extérieur de la ville. Très rapidement, nous sommes plongés dans le noir le plus complet. Quelques centaines de mètres avant d’arriver chez l’astronome, la navette coupe ses phares et suit un chemin matérialisé par de petites diodes vertes le long de la route. On est déjà dans l’ambiance !

À la descente de la navette, l’astronome nous accueille et nous offre des couvertures avant de commencer le tour. Pendant une heure et avec beaucoup d’humour, ils nous parle du ciel, des étoiles, de l’univers. Nous sommes captivés… On a apprend à repérer les constellations et à « lire » la carte du ciel. Il nous explique qu’avec les moyens actuels, il faudrait pas loin de 80 000 ans pour atteindre Alpha du Centaure, l’étoile la plus proche de nous… Bref, la conquête spatiale, c’est pas pour tout de suite ! Après avoir suffisamment rêvé, place à l’observation à travers 7 télescopes dispersés dans le jardin. Tour à tour, nous observons une nébuleuse, une supernova, des étoiles jumelles, Mars… Le tour se termine par une séance de questions/réponses autour d’une tasse de chocolat chaud. Mais rapidement la femme de l’astronome vient interrompre l’échange. Il est temps de rentrer sur San Pedro. C’est la tête encore dans les étoiles qu’on remonte dans la navette, complètement émerveillé et triste de devoir déjà partir !

Terrasse-de-telescopes

Source : agence SPACE (www.spaceobs.com/fr)

Attention : Pendant la pleine lune, il n’est pas possible d’observer les étoiles car la lune émet trop de lumières. Un détail à prendre en compte lors de l’organisation de votre voyage. 😉

Admirer les piedras rojas

Des lagunes et des déserts d’altitude, on en a vu énormément lors de notre tour dans le salar d’Uyuni et le sud-Lipez en Bolivie. On a toutefois voulu remonter à plus de 5 000m d’altitude pour aller observer l’une des plus belles lagunes du Chili : les piedras rojas ! Nous avons donc réservé un tour d’une journée comprenant la visite d’un petit village traditionnel, le petit-déjeuner en tête à tête avec des vigognes face à la laguna mimiques, les piedras rojas et la visite du salar d’Atacama. Bon, clairement, le salar ne vaut pas spécialement le détour quand on a déjà vu celui d’Uyuni mais les piedras rojas valent à elles seules le voyage. L’eau incroyablement verte de cette immense lagune contraste avec les pierres rouges (d’où son nom !). Prévoyez toutefois des vêtements chaud car, si on quitte San Pedro en T-shirt, on est content de pouvoir se protéger du vent glacial qui souffle là-haut. Malgré toutes celles qu’on a pu voir en Bolivie, la lagune piedras rojas nous a vraiment laissé sans voix !

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-24

Les piedras rojas

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-32

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-23

La laguna miniques

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-20

La laguna Miscanti

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-33

Notre ressenti

Alors que notre premier aperçu du Chili (2 mois avant à l’île de Pâques, Santiago et Valparaiso) était mitigé, San Pedro de Atacama nous a clairement réconcilié avec ce long pays et nous a donné envie de découvrir plus. Ces quelques jours passés dans le désert, la tête dans les étoiles terminent en beauté notre périple dans les déserts d’altitudes andins. Nous en avons vraiment pris plein les yeux et sommes maintenant prêts à descendre de la montagne et nous diriger en Argentine vers la chaleur du Brésil et ses belles et longues plages dorées ! :-)

©playingtheworld-chili-atacama-voyage-25

Infos utiles

  • Où dormir à San Pedro de Atacama ?

L’hospedaje Juriques, 4 800 pesos/nuit (8€), chambre double sans SDB, cuisine commune

  • Louer un VTT : 3 500 pesos la demie journée (5€) / 6 000/7 000 pesos la journée (10€)
  • Observer les étoiles :

L’agence SPACE se situe dans la rue principale de San Pedro (166 rue de Caracaoles), 20 000 pesos (25€), 2h00-2h30, transport et boisson chaude inclus

  • Faire une excursion aux Piedras Rojas :

35 000 pesos la journée avec l’agence Flores del desierto (45-50€). Ce prix comprend le transport, le petit-déjeuner et le déjeuner. Prévoir 2 500 pesos (3,5€) par personne en plus pour payer l’entrée du parc national Laguna Altiplanicas.

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

%d blogueurs aiment cette page :