Posts tagged ‘Bolivie’

La Bolivie est le 12ème pays de notre tour du monde. Après le Pérou, c’est par le lac Titicaca que nous sommes arrivés dans ce nouveau pays. On a pu découvrir des paysages très variés, des déserts d’altitude arides et froids à l’Amazonie chaude et luxuriante. Dans cet article, on fait le point sur notre itinéraire, le budget et le bilan de nos 1 mois passés là bas.

Itinéraire

Nous sommes arrivés en Bolivie en bus depuis le Pérou, par la frontière terrestre près de Copacabana.

Pour ceux qui arrivent en avion depuis l’Europe, on vous conseille de regarder les vols pour La Paz sur le comparateur de vols Skyscanner pour trouver les meilleurs prix.

 

BOLI

Voici comment nous avons répartis nos 28 jours :

Ville                                                                      Durée                  Moyen de transport

Copacabana                                                       3,5 jours                Collectivo pour La Paz (3h)
La Paz                                                                2 jours                      Avion pour Rurrenabaque (40mn)
Rurrenabaque (Pampa et forêt amazonienne)   12 jours                 3 Bus pour Cochabamba (32h)
Rurre-Cochabamba                                              1,5 jour
Cochabamba                                                        1 jour                       Bus de nuit pour Sucre (7h30)
Sucre                                                                    5 jours                     Bus de jour pour Uyuni (7h)
Sucre-Uyuni                                                           1 jour
Salar d’Uyuni et le sud lipez                               3 jours                     Bus pour San Pedro de Atacama (Chili)

Kilomètres parcourus : 2 500km environ .

Séjour réalisé du 05 septembre au 03 octobre 2016.

Budget

Au total pour 28 jours, nous avons dépensé 1 706€ à deux, soit 853€/pers, soit un budget moyen de 29,50€ par jour et par personne !

Pour info, le taux de change moyen en septembre 2016 : 1€ = 7,8 Bolivianos

Capture d’écran 2017-04-04 à 14.07.15

En Bolivie, nous sommes au dessus du budget prévisionnel de 24€/pers. Ceci est en partie dû à nos excursions ainsi que nos soirées de fête et le vol en interne pour aller en Amazonie. On peut facilement dépenser moins de 24€ par jour en mode backpackers. Voir article : Budget : un an tour du monde

Hébergement

La part hébergement représente 12% de notre budget. Il est très facile de trouver des chambres doubles à prix très abordable en Bolivie. Nous n’avons jamais réservé d’hôtel à l’avance. Tout s’est fait sur place au jour le jour.

La chambre la moins chère : 40 BS pour deux (5 euros)

La chambre la plus chère : 100 BS pour deux (12,50 euros)

  • 19 nuits d’hôtels ou auberges

– 3 nuits au Khotawanaka hostel à Copacabana => 40 bs (5€) la chambre double avec salle de bain, nous avons négocié le prix sur place. Le lieu est agréable avec une petite cour et la dame qui gère l’hôtel est très accueillante.
– 1 nuit à la puerta del sol à isla del sol => 70 bs (10€) chambre double sans salle de bain, très beau point de vue sur le lac Titicaca au coucher du soleil.
– 2 nuits à l’hôtel Cactus à La Paz => 70 bs (10€) la chambre double, chambre basique et peu confortable, la terrasse/cuisine est agréable pour se retrouver entre voyageurs. L’hôtel est très bien situé, en plein centre de La Paz. Bonne connexion Wifi.
– 3 nuits à l’hôtel Balsuro à Rurrenabaque => 80bs (10€) la chambre double avec salle de bain. Endroit agréable et lit confortable.
– 1 nuit à l’hôtel Tukicas à Rurrenabaque => 70bs (9€) la nuit en chambre double avec salle de bain partagée. Nous avons dormi une nuit ici à notre retour de la pampa, car le patron était de la même famille que l’agence de voyage qui organisait les tours. L’hôtel a fermé ses portes à notre retour de la pampa pour ouvrir un peu plus loin dans le village.
– 3 nuits à l’hôtel Los Tucanes à Rurrenabaque => 100bs (13€) chambre double avec salle de bain et petit dejeuner. Lieu vraiment agréable avec hammacs dans la cour.
– 5 nuits à l’Hospedaje San Marco à Sucre => 80bs (10€) la chambre double avec salle de bain partagée. Chambre basique mais lieu très agréable avec une petite cour et des tables à l’extèrieur. Cuisine accessible et bonne connexion WIFI.
– 1 nuit à l’hôtel El cactu à Uyuni => 90bs (11€) la chambre double avec salle de bain partagée. Chambre basique. idéal pour passer une nuit avant de partir en excursion dans le salar. Bonne connexion Wifi.

  • 7 nuits comprises dans des tours organisés (2 nuits dans la pampa, 3 nuits dans la forêt amazonienne et 2 nuits dans le salar d’Uyuni)
  • 3 nuits en bus

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5 à votre inscription ! 🙂

Nourriture, boissons

Le budget alimentation/boissons est notre part de dépense la plus importante : 44% du budget total. Ce qui est énorme pour la Bolivie ! Et pourtant, on mange pour pas cher en Bolivie quand on  achète sur les marchés ou dans des restaurants locaux. Comme Romain a été malade en début de séjour (lire notre article sur : le mal des montagnes) nous avons eu un petit coup de mou et avons choisi de nous faire plaisir en mangeant de temps en temps dans des restaurants un peu plus cher ou encore en faisant la fête avec des amis rencontrés en route.

Notre repas le moins cher : 8 bolivianos  (1€) à la Paz dans la rue (burger+frites).

Notre repas le plus cher : 65 bolivianos (8,50€) à Rurrenabaque, à la pizzeria Bella Italia, les pizza moyennes sont à 55 bolivianos et elles sont délicieuses

Prix moyen d’un almuerzo : 15 bolivianos (environ 2€). Sur le marché ou dans les restaurants locaux on peut facilement manger une soupe + un plat pour 2€. Le plat est généralement une viande ou du poisson, accompagné de riz et de pommes de terres. Nous mangions des “almuerzo” tous les midi la plupart du temps.

Notre repas et restaurant préféré : Notre plat préféré en Bolivie s’appelle “el mojadito“, composé de viande de boeuf effilé, riz, bananes cuites et oeuf au plat. Nous avons découvert ce délicieux plat à Rurrenabaque au restaurant el Tiluchi qui est devenu notre QG tous les soirs. Le mojadito coûte 15 bolivianos (2€) et la limonade maison 3 bs (45 centimes). Si vous passez par Rurrenabaque foncez-y ! En plus les proprios sont adorables 🙂

Un autre restaurant coup de coeur : Restaurant Las Velas sur l’isla del sol, la truite papillote (fraichement pêchée dans le lac Titicaca) est délicieuse (50 bs par personne, environ 7€). Et le cadre du restaurant (lumière à la bougie) est très intimiste. Le chef cuisine devant les clients et il faut parfois attendre plus d’une heure avant d’être servis. En attendant, des jeux de société sont à disposition des clients. Un conseil : venez tôt pour admirer le coucher de soleil sur le lac !

Transports

La partie transports dans ce pays est assez importante : 19% du budget global.

Il est très facile de se déplacer en Bolivie, notamment en bus où vous trouverez à chaque terminal de bus plusieurs compagnies pour votre destination. Les prix varient vraiment en fonction des compagnies et de la qualité du fauteuil. On a essayé des compagnies locales et privées.

Nos transports en chiffres :

– 2 500km parcourus

– 43 heures de bus

Les moyens de transport :

  • 3 bus de nuit

– Rurrenabaque-Trinidad (12h) => 130 bs (17€)le siège inclinable, avec Vaca Diez, départ 21h30, arrivée 9h30
– Santa Cruz – Cochabamba (11h) => 60bs (8€)le semi-cama, avec Flota Bolivar, départ 21h, arrivée 8h
– Cochabamba-Sucre (7h30) => 88bs (11€) le semi-cama avec Flota Copacabana,départ 21h30, arrivée 5h

  • 3 bus de jour ou collectivo

Copacabana-La Paz => 25 bs (3€), 3h, en collectivo. Départ régulier sur la place de Copacabana
Trinidad-Santa Cruz => 60 bs (8€), durée 9h30, avec Bolivia, 9h30-19h.
Sucre-Uyuni => 70 bs (9€), durée 7h, 9h30-16h30

  • 1 avion 

La Paz-Rurrenabaque => 88 euros, avec Amaszonas, 40mn

  • 2 taxis

La Paz 4 bs (0,5€) et Cochabamba 12 bs (1,5€)

Extras

Notre part excursions, extras concerne 40% des dépenses. Habituellement nous tentons de faire le maximum d’excursions par nos propres moyens. Mais en Bolivie, certains sites comme la forêt amazonienne ou le salar d’Uyuni ne se visitent qu’avec des agences . Les tours organisés de plusieurs jours représentent un certain budget mais comprennent la plupart du temps la nourriture et l’hébergement.

Voici la liste de nos frais d’extras :

– les péages pour piétons sur l’Isla del Sol : environ 20 bs chacun en tout (2,5€)

– Musée des instruments de musique à La Paz : 5bs chacun (0,60€)

– Chaussures de toile pour Chloé : 150bs (19€)

– 3 entrées à la piscine de l’hôtel Ambaibo à Rurrenabaque : 30bs par pers x 3 (environ 4€ l’entrée).

– Tours organisés avec guide de 3 jours dans la pampa + 4 jours dans la forêt amazonienne à Rurrenabaque : 1 200bs/pers (154€) avec l’agence www.escorpiontravels.com

– Prix d’entrée dans la pampa (Parque National de Yacuma) : 150 bs/pers (20€)

– Prix d’entrée dans la selva (Parque National Madidi) : 80 bs/pers (10€)

– Entrée à la piscine de l’hôtel Mirador à Rurrenabaque : 20 bs (2,5€)

– Tour de 3 jours en 4×4 dans le salar d’Uyuni : 740 bs/pers (93€) avec Salty désert Aventours au départ d’Uyuni incluant le bus pour rejoindre San Pedro de Atacama au Chili le 3ème jour.

– Entrée dans la réserve nationale du Sud Lipez : 150 bs/pers (19€)

DSC06487

Hôtel Mirador

Frais bancaires

En Bolivie, nous n’avons pas eu de frais dans les distributeurs, seulement les 2% de notre banque en France soit environ 17€ par personne pour les 28 jours.

Quelle assurance voyage ?

Etant en tour du monde d’un an, nous avons choisi l’assurance CAP Aventure de Chapka Assurances, valable pour les séjours de plus de 3 mois.

Pour les séjours plus courts (moins de 3 mois), il existe aussi l’assurance CAP Assistance 24h/24h.

On a beaucoup aimé 

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-58

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-27

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-16

La Titicaca à isla del sol

On a moins aimé

Notre ressenti global

Malgré un début difficile à cause du mal des montagnes de Romain, nous avons aimé un peu plus chaque jour la Bolivie pour au final en déduire qu’elle fait partie de nos pays préférés. Notre expérience en Amazonie du côté de Rurrenabaque a été un véritable coup de coeur et une aventure qui nous a reboosté dans notre voyage. Nous étions très fatigués de l’altitude et une cure de 10 jours au soleil en milieu tropical nous a fait le plus grand bien avant de repartir dans les hauteurs pour découvrir la belle Sucre et le somptueux Salar d’Uyuni. La rencontre avec Javier à Sucre a été un moment d’échange superbe et notre excursion dans le salar entre amis a été l’apothéose du voyage au milieu de paysages à couper le souffle. Bref, la Bolivie est un endroit sublime qu’on vous recommande de découvrir ! Prochaine étape, le désert d’Atacama au Chili.

Retrouvez tous nos articles sur la Bolivie :

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest ! 

bolivie-bilan

6 Comments

Une salar

Septembre 2016 – Le salar d’Uyuni est certainement le lieu qu’on attendait le plus en Amérique Latine. Tous les voyageurs qu’on a croisé nous ont dit qu’on allait en prendre plein les yeux. Mais après avoir vu tant de paysages incroyables en neuf mois de voyage, on avait un peu peur d’être déçu ! Et bien aujourd’hui on peut vous dire que c’est l’un des plus beaux endroits qu’on a vu de notre vie !

Avant de rentrer dans le vif du sujet et vous raconter les 3 jours exceptionnels qu’on a passé dans ce désert, je vais d’abord répondre à quelques questions essentielles et éclaircir quelques points quant à l’organisation. Vous pourrez ensuite continuer votre lecture ou bien vous rendre directement au jour qui vous intéresse en cliquant sur ces liens :

Organiser son excursion en 4×4 dans le salar d’Uyuni et le Sud-Lipez : questions pratiques

  • C’est où le salar d’Uyuni et le sud-Lipez ? 

Le salar d’Uyuni et la région du sud-Lipez se trouvent au sud-ouest de la Bolivie. Située très haut en altitude au coeur des Andes, cette région est réputée pour ses déserts et ses lagunes d’altitude ainsi que ces formations géologiques incroyables. On visite généralement ces deux endroits en même temps avec des tours en 4×4 de plusieurs jours.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-22

  • D’où partir pour une excursion de plusieurs jours ?

Des excursions partent tous les jours d’Uyuni et de Tupiza en Bolivie ou alors de San-Pedro de Atacama au Chili. Beaucoup de voyageurs font le choix de partir de Tupiza. C’est un peu plus cher que de partir d’Uyuni mais il y a moins de monde sur la route car le chemin se fait en sens inverse.

Nous avons fait le choix de partir d’Uyuni car le tour se termine près de la frontière chilienne, notre prochaine destination. On a donc demandé à notre agence de nous déposer à la frontière le dernier jour.

Petit conseil : il n’y a clairement rien à faire à Uyuni. N’y passez que le temps nécessaire pour trouver l’agence avec laquelle partir faire le tour.

La laguna colorada (jour 2)

  • Quelle agence choisir ?

Déjà, il faut savoir que toutes les agences proposent les mêmes tours ! Le nombre de personne avec qui vous partagerez la voiture fera la différence. Si on vous propose d’être 7, refusez catégoriquement. A 6, on est déjà bien serré ! Il peut être utile de regarder les avis sur TripAdvisor pour connaître la mieux notée au moment de votre visite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons choisit l’agence Salty Desert Aventours  car elle semblait très fiable et proposait de passer la première nuit dans leur propre hôtel de sel de manière à ne pas se retrouver avec tous les autres touristes. Rien qu’avec notre agence, nous sommes finalement partis à 3 voitures (18 personnes). Sachant qu’il existe une dizaine d’agences à Uyuni, je vous laisse faire le calcul du nombre de 4×4 et de touristes présents dans le désert ce jour là !

  • Que faut-il prévoir ?

Les agences s’occupent de l’eau… pour les repas ! 2 litres pour 6 personnes. Prévoir quelques litres en plus peut être une bonne idée. Même chose pour le papier toilette. Si vous voulez boire un petit coup le soir, il est aussi judicieux de prévoir sa boisson car dans le désert, vous n’en trouverez pas ! Prévoyez enfin des vêtements chauds, une lampe torche et votre maillot de bain !!! Vous comprendrez pourquoi le 3ème jour ! 😉

  • Quand visiter le salar d’Uyuni et le Sud-Lipez ?

Le climat est relativement le même toute l’année. Évitez toutefois les mois de juillet-août, les plus froid de l’année. A cette période, les températures peuvent chuter jusqu’à -20°C la nuit. Et oui on est en altitude quand même. Quand nous y étions, fin septembre, on frôlait le 0°C.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-29

Coucher de soleil sur le salar (jour 1)

  • Est-ce que je peux y aller par moi-même ?

Comment te dire… c’est comme te donner un radeau gonflable pour traverser le Pacifique ! Il est recommandé de prendre un guide parce que :

  1. même si c’est plat, le salar est un endroit gigantesque où il est facile de se perdre
  2. tu risques de passer à côté d’endroits à voir
  3. de toute façon, personne ne te louera de 4×4 à Uyuni !
©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-128

Dans les déserts d’altitude (jour 2 et 3)


Jour 1 – le salar d’Uyuni

Mais d’où il vient, le salar ? 

Il y a très longtemps, le salar d’Uyuni était recouvert par la lac salé. Avec le mouvement des plaques tectoniques, le lac a disparu. Seul le sel est resté, créant cette immense étendue immaculée. De temps à autres, on aperçoit des « îles » sur le salar, des monts de terre, vestige de véritables îles. Aujourd’hui, le salar d’Uyuni est le désert de sel le plus grand et le plus haut du monde. Il mesure 10 600 km² et se trouve à une altitude de 3 650 mètres.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-17

Après un petit-déjeuner avalé à la hâte dans le hall de notre hôtel, nous nous rendons devant notre agence où les 4×4 nous attendent. Nous fixons nos backpacks sur le toit et nous nous répartissons dans les voitures. C’est parti pour l’aventure !

Le cimetière de trains – Notre excursion commence par une visite dans… un cimetière de trains. Notre guide nous explique qu’autrefois, une ligne de chemin de fer traversait le salar en ligne droite. Elle permettait d’acheminer des minerais de la Bolivie jusqu’au Chili. Aujourd’hui, cette voie n’est plus empruntée et les wagons et les locomotives ont fini leur vie dans ce cimetière à ciel ouvert. Un endroit très photogénique.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-10

Marché local – Avant d’entrer pleinement dans le salar, nous faisons une courte halte dans un marché local. Ce sera le dernier de Bolivie pour nous. On profite de cet arrêt pour acheter les derniers souvenirs de ce pays dont… du sel de table extrait directement du salar !

Sur la route qui mène au restaurant où nous allons déjeuner, notre chauffeur fait quelques arrêts-infos sur le Salar. On y apprend entre-autre que des rivières salées coulent sous l’épaisse couche de sel. On peut parfois les apercevoir sous forme de petits trous d’eau bouillonnante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-13

Pause-déjeuner dans un restaurant de sel – A midi, nous retrouvons tous les autres touristes au restaurant de sel pour un déjeuner basique mais qui tient au corps. On en profite pour se « balader » un peu vers l’horizon. Premier vrai contact avec ce désert qui se déroule à perte de vue. Jusqu’ aussi loin où porte mon regard, rien ne dépasse, rien ne vient couper la ligne de l’horizon. J’aperçois même la rotondité de la Terre. J’ai comme le vertige devant ce spectacle de la nature.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-17

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-22

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-21

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-25

Pause photo – C’est le moment qu’on attendait le plus ! Celui où on joue avec la perspective du désert pour un rendu plutôt originale.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-88

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-1

La isla Incahuasi – Le salar est parsemé d’îles sur lesquels poussent des cactus. Il faut payer 30 bolivianos pour pouvoir grimper en haut de la Isla Incahuasi, aussi appelée « l’île des cactus ». Nous décidons de ne pas monter nmais d’en faire le tour pendant que nos amis se lancent à l’assaut de la colline piquante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-26

Le coucher de soleil sur le salar – Dernière étape de cette première journée et aussi la plus impressionnante : assister au coucher du soleil sur le salar d’Uyuni. C’est simple, à ce jour, c’est le plus beau coucher de soleil de notre vie !!! J’ai littéralement été scotché par le changement de couleurs minute après minute et l’embrasement du ciel. Un moment unique au monde.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-29

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-33

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-32

(BONUS de notre agence) Une balade au clair de lune – Comme je vous l’ai dit plus haut, l’agence Salty Desert Aventours possède son propre hôtel de sel un peu éloigné des autres. Dès notre arrivée nous prenons possession de nos chambres. L’endroit est incroyable. Les murs sont fait avec d’énormes blocs de sel. Plus tard dans la soirée, notre guide nous emmène visiter une caverne autrefois sous-marine et une autre ayant servi d’abri aux premiers Boliviens. On termine cette promenade nocturne par l’observation des étoiles en haut d’une île. Tout autour de nous, c’est le silence et le noir complet. Au loin, on aperçoit les flashs d’un orage au dessus des montagnes. Une fois de plus, on se sent vraiment seul au monde !


Jour 2 – lagunes d’altitude et flamants roses

Après un solide petit-déjeuner, nous reprenons la route direction : le sud-Lipez ! Nous laissons derrière nous le salar et nous dirigeons vers les montagnes. Le blanc du salar laisse peu à peu la place au jaune du sable. En chemin, notre chauffeur fait plusieurs arrêts pour que l’on puisse approcher de près des groupes de lamas et de vigognes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-45

La laguna negra – C’est devant notre première lagune d’altitude que nous déjeunons. C’est aussi là qu’on aperçoit nos premiers flamants roses. Et aussi ces drôles de lapins à moustaches cachés entre les pierres, appelés plus communément “viscacha”.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-53

L’après-midi, nous montons en altitude, passant d’une lagune à un désert. Des paysages vraiment lunaires qui nous impressionnent de plus en plus. Je reste sans voix devant la laguna Pastos Grandes. On est à presque 5 000 mètres d’altitude. On est que 2 voitures, 14 personnes. J’ai l’impression d’être sur le toit du monde. Devant nous des centaines de flamants roses se prélassent dans une eau glacée. Des rafales de vent qu’aucune montagne n’arrête me fond vaciller. Si d’un coup les voitures et les touristes disparaissaient, je me sentirais bien seul au monde dans cette nature hostile ! Ce lieu a quelque chose de magique. En plus, je ne ressens même pas le mal des montagnes !

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-68

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-61

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-60

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-66

L’arbre de pierre – Un peu plus loin, nous nous pour admirer cet arbre de pierre. Bon, en réalité, c’est un rocher scupté par le vent et le sable.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-69

La Laguna Colorada – Après nous être acquitté du droit d’entrée dans le parc national, notre guide nous emmène voir la laguna Colorada, une immense lagune d’un bleu intense et recouverte de végétation rouge. Et comme toujours, des centaines de flamants roses qui se baladent nonchalamment.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-70

Nous terminons ce deuxième jour dans une auberge vraiment sommaire. Je sens qu’on va avoir froid. D’énormes couvertures en polaire recouvrent les lits. Il n’y a pas d’eau chaude dans les douches. Tant pis, je n’en prendrai pas ! Heureusement, Michou a pensé au rhum. On passe une excellente soirée.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-125


Jour 3 – Danse avec les geysers dans le sud-lipez

Les geysers – Lever à 4h30 du matin pour aller observer le lever du soleil sur le site des geysers. De la vapeur s’échappe à toute vitesse du sol et des piscines de boue en ébullition recouvrent cette zone géothermique très active. On arrive sur le site des geysers au lever du soleil. On perçoit les rayons du soleil à travers les fumerolles. Le moment est magique. Comme au milieu de fumigènes, on se met à danser !

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-2

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-3

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-4

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-126

Les sources d’eau chaude «aguas thermales » – Après avoir joué avec les geysers pour se réchauffer un peu, nous filons aux aguas thermales pour un petit bain chaud à 35°C au milieu de nul part.

Malgré l’heure matinale, il y a beaucoup de monde dans la source d’eau chaude. De notre groupe, Nous ne sommes que 4 à nous jeter à l’eau. Et à regarder les autres à l’extérieur, il semblerait qu’on soit plus à l’aise dans l’eau que dehors. On a du mal à croire qu’il y a 10 minutes, on grelotait emmitouflés dans tous nos vêtements !

Le désert de Dali – Encore une immense étendue de sable. Par-ci par-là, des formations rocheuses biscornues se dressent au milieu du désert. Pas étonnant que ce paysage ait inspiré le peintre.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-79

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-78

La laguna Verde – La laguna verde est le dernier arrêt de notre excursion dans le sud-Lipez. On prend conscience que le rêve touche à sa fin et, au moment de repartir, on ne veut pas remonter dans la voiture. On reste de longues minutes à observer cette dernière lagune qui change de couleur de minute en minute pour devenir de plus en plus verte.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-81

Quelques dernières photos et nous remontons dans le 4×4 pour rejoindre la frontière chilienne. On sent que notre guide n’a pas envie qu’on loupe notre bus pour le Chili. Dix minutes plus tard, nous arrivons au poste frontière, une petite baraque posée là, au milieu du désert. A côté du poste frontière, des panneaux indiquent « Attention mines ! ». Ca tombe bien, je ne comptais pas y aller à pieds ! Nous faisons nos adieux à Sonia et Michou. On est bien triste à l’idée de casser notre super équipe et de laisser dernière nous un si formidable endroit. Mais cette fois ça y est, le tour est terminé. Nous montons dans le bus qui nous emporte vers le Chili et San Pedro de Atacama. Une heure de route pour 2 000 mètres de descente.

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-6

En route pour le Chili !

©playingtheworld-bolivie-salar-uyuni-voyage-23

Infos utiles :

  • Comment aller à Uyuni depuis Sucre ?

En bus. 7h de route. 70 bolivianos (9€)

  • Où dormir à Uyuni ?

Nous avons pris une chambre double à l’hôtel El Cactu pour 90 bolivianos (11€), situé sur la plaza Arce. Très central. A côté de toutes les agences pour faire un tour dans le salar.

  • Avec quelle agence partir dans le salar d’Uyuni ?

On a choisi Salty Desert Aventours.

Le prix du tour est de 740 bolivianos/pers (93€). Ce prix comprend le transfert jusqu’à la frontière chilienne (50b). En plus, il faudra rajouter l’entrée dans le parc national (150 bolivianos, 19€). L’agence propose des “extras” en option :

  1. la visite de l’île aux cactus – 30b
  2. la douche chaude dans le premier hôtel – 20b
  3. la visite de la caverne sous-marine – 20b
  4. les vestiaires des aguas thermales – 6b

En ce qui nous concerne, nous n’avons pas visité l’île ni pris de douche. Nous ne voulions pas visité la caverne mais en nous voyant attendre dehors, notre guide nous a laissé entrer. Pour les eaux thermales enfin, si vous n’êtes pas trop pudique, vous pouvez vous déshabiller et vous rhabiller à coté du bassin sans avoir à utiliser les “vestiaires”.

Plus d’infos sur www.saltydesertuyuni.com

  • Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest !

13 Comments

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-25

Venant de Cusco, au Pérou, notre premier stop en Bolivie n’est autre que le célèbre lac Titicaca. Et pour admirer le lac navigable le plus haut du monde, deux options sur notre route : Puno côté Pérou et Copacabana côté Bolivie. Après avoir entendu beaucoup d’avis négatifs sur Puno, jugé beaucoup trop touristique, nous optons pour Copacabana.

2 jours de tourista à Copacabana

Nous arrivons à Copacabana vers 12h30 et rejoignons directement Laure et Arnaud (du blog On part quand) à l’hôtel Khota Huanaka d’un excellent rapport qualité-prix. Romain n’ayant pas dormi de la nuit et commençant à se sentir malade, l’après midi est synonyme de sieste et de repos pour tous les deux. En fin d’après-midi, je pars faire un tour dans la ville et admirer le coucher de soleil sur le lac. Même si elles portent le même nom, la ville de Copacabana est loin d’avoir le charme de la jolie plage de Rio ! La ville est relativement petite et ne présente pas d’attrait particulier pour celui qui ne souhaite pas naviguer sur le lac.

Notre première nuit est calme à Copacabana. Nous dînons avec Laure et Arnaud pour 25 bolivianos dans un petit restaurant sommaire dans la rue principale qui mène au port. Pour Romain, ce sera… du riz blanc ! 😉 On se couche tôt pour récupérer de notre dernière nuit en bus.

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-1

Le lendemain nous pensions aller tous les quatre à Isla del sol en bateau mais l’état de Romain ne lui permet pas de s’eloigner trop de l’hôtel. On en profite une fois de plus pour se balader dans le village et nous reposer. Il faut dire qu’on est à 3 800m d’altitude. Je me sens vite fatiguée et essoufflée. On termine la deuxième journée par le même restaurant que la veille, une valeur sûre pour un estomac pas encore remis sur pieds.

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-7

En route pour Isla del Sol

Le 3ème jour, Romain se sent un peu mieux. Nous pouvons enfin embarquer pour Isla del Sol. Nous  prenons le bateau de 13h30, histoire de dormir encore un peu le matin.
Pour se rendre à la Isla del Sol, deux horaires depuis Copacabana : 8h30 et 13h30, durée environ 2h. Le prix annoncé est de 25 bolivianos pour la ville du nord et 20 bolivianos pour celle du sud. On a négocié 15 bolivianos pour la ville du sud.

1er jour : Yamani, village côté sud

Nous arrivons sur Isla del Sol vers 15h30 et payons le droit d’entrée de 5b/pers dès qu’on pose le pied sur l’île. Sur les conseils de Novomonde, nous allons dormir à l’hôtel Puerta del Sol, tout en haut de la colline, à 4 010m ! Les 30 minutes de marche jusqu’à l’hôtel sont plutôt difficiles à cette hauteur. La montée est assez dure pour moi. J’ai vraiment du mal à respirer. Mais arrivés en haut, la récompense est de taille. Depuis la terrasse de l’hôtel, on a une vue magnifique sur le lac. Pour nous remettre de nos effort, on termine la journée tranquillement avec une bière, face au soleil qui part éclairer d’autres contrées…

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-12

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-16

Pour le dîner, nous nous rendons à Las Velas, le restaurant le plus réputé de l’île. Novomonde nous avait vraiment donné envie alors on a testé la truite en papillote au vin blan et petit légumes. Un délice qui nous change de l’incontournable poulet à la plancha et au riz. Nous savions qu’il peut facilement y avoir 2 heures d’attente parce que  le chef fait tout lui même. Coup de chance, en arrivant à 18h30, nous sommes la seconde table. Nous n’aurons qu’une seule heure d’attente. Le temps pour nous de jouer aux cartes à la lumière des chandelles…

La nuit qui a suivit est horrible pour tous les deux. Pourtant, la chambre est plus que correcte, le lit confortable et clean… mais nous nous réveillons à plusieurs reprises avec un terrible mal de tête. C’est sans doute dû à l’altitude. C’est la première fois que nous dormions si haut !

2ème jour : Direction Challapampa, village au nord

Après la nuit que nous avons passé, le réveil est plutôt difficile. Mais on n’a pas le choix. Il faut se lever pour faire notre randonnée et ne pas louper le dernier bateau de retour qui rejoint Copacabana à 13h30 ! Nous commençons notre marche vers 10h pour rejoindre Challapampa, au nord de l’île. Le chemin est vraiment facile. Après environ 20 minutes de marche, nous tombons sur un point de contrôle pour payer l’acces : 15 bolivianos par personne. Le douanier nous conseille de tourner à droite quelques kilomètres plus haut pour être sur de ne pas rater le bateau.

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-22

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-20

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-21

La vue est magnifique. On est vraiment entouré de toutes parts du lac Titicaca. On a l’impression d’avoir la mer devant nous tant il n’y a pas de terre à l’horizon. Nous arrivons à Challapampa à 12h15. Le temps pour Romain de faire un petit plouf dans le lac et de manger un morceau et nour reprenons un bateau pour Copacabana.

playingtheworld-bolivie-copacabana-titicaca-voyage-25

Notre ressenti

Nos premiers pas en Bolivie ont été assez difficiles à cause de l’altitude qui commence vraiment à se faire sentir. On a cependant beaucoup aimé se balader sur Isla del Sol. Son paysage lunaire et cette vaste étendue d’eau qui nous entoure en permanence valent vraiment le détour. Nous prenons maintenant la route pour La Paz où Romain découvrira le fameux : mal des montagnes !

Infos utiles 

  • Comment aller à Copacabana depuis le Pérou ?

Depuis Cusco, nous avons choisi la compagnie Huaryatours sur internet. 20$/pers en bus cama 160°. 22h30-12h30 (heure bolivienne). Trajet : 13h dont 2h30 d’escale à Puno (de 5h à 7h30) et 45 minutes environ à la frontière. Le bus est très confortable, mais on vous recommande de voyager avec une compagnie qui ne marque pas d’arrêt à Puno. Par exemple, la compagnie Continental qui marque un arrêt à Puno mais aucune attente pour 60soles/pers (16€).

  • Où dormir à Copacana et Isla del Sol ? 

A Copacabana : L’hostel Khota Huanaka pas cher, assez propre. Le confort est rudimentaire mais pour 40 bolivianos (5€) la chambre double avec salle de bain

Isla del sol : L’hostel La puerta del sol, 70 bolivianos (9€) la nuit en chambre double sans salle de bain, l’hôtel est très basique mais offre une vue incroyable sur le lac au coucher du soleil

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5 à votre inscription ! 🙂

  • Comment se rendre sur Isla del Sol ? 

Pour se rendre à la Isla del Sol, deux horaires depuis Copacabana : 8h30 et 13h30, durée environ 2h. Le prix annoncé est de 25 bolivianos pour la ville du nord et 20 bolivianos pour celle du sud. On a négocié 15 bolivianos l’aller simple pour la ville du sud.

On vous conseille de réserver le retour à l’avance car une fois sur place, il n’est plus possible de négocier et nous avons dû payer 30 bolivianos/pers pour revenir à Copacabana soit le double de l’aller.

  • Où manger à Copacabana et sur Isla del Sol ? 

Copacabana : Ici il y a beaucoup de restaurants touristiques avec des prix similaires, un menu coûte environ 25 bolivianos/pers (3€).

Isla del sol : Il faut impérativement que vous découvriez Las Velas, la truite en papillote est une tuerie ! 50 bolivianos/pers (7€)

  • Péages piétons sur l’Isla del Sol ?

A savoir – Sur l’île vous devez payer des péages pour la communauté :

  • en débarquant au sud : 5 bolivianos 
  • en chemin pendant la randonnée : 10 bolivianos 
  • au nord de l’île, si vous êtes passé par le chemin des crêtes et que vous allez voir les ruines : 15 bolivianos
  • Comment rejoindre La Paz ?

Il existe des collectivos sur la place principale qui partent toutes les 30 minutes => 25 bolivianos/pers (3€), durée 4h

Ou bien vous pouvez prendre le bus, également sur la place principale avec des départs réguliers, 20 bolivianos/pers (2,5€) mais plus long que le collectivo.

1 Comment

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-22

Après 3 jours magiques dans la pampa côté Bolivie, nous passons une courte nuit de repos à Rurennabaque avant de retourner à l’agence Escorpion Travel à 8h du matin. Nous partons cette fois-ci à l’aventure avec Loïc, Aurore et Chloé, trois Français qui parcourent l’Amérique Latine. On charge la nourriture nécessaire pour quatre jours et le matériel de camping dans la pirogue. Depuis le temps qu’on en rêve, on est super excité à l’idée de partir découvrir la selva... plus connue sous le nom de : forêt amazonienne !!! 🙂

Voici en 3 minutes, le résumé de nos 4 jours dans la forêt amazonienne ! 🙂

Jour 1 : nos premiers pas dans la forêt amazonienne

L’embarcation part à vive allure sur le fleuve Beni. Très rapidement, la ville disparait et laisse la place à de petites montagnes envahies d’une végétation déjà dense. On fait un premier dans une petite propriété pour découvrir comment est fabriqué le jus de canne à sucre. On met la main à la patte pour presser quelques cannes et extraire un jus extrêmement sucré et, parait-il, excellent pour l’estomac.

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-2

Après cette petite pause gourmande, nous reprenons notre route sur le fleuve jusqu’au camp d’Escorpion. On est qu’à l’orée de la forêt mais on peut déjà admirer les arbres gigantesques qui s’élancent au dessus de nous, les fleurs exotiques et quelques grosses araignées… sans oublier les centaines de moustiques qui font déjà des ravages !

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-11

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-12

Tomba notre guide nous explique rapidement le programme des prochains jours. Nous répartissons entre nous la nourriture et l’eau et nous partons pour deux heures de marche dans la selva jusqu’au prochain camp.

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-13

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-19

Malgré le poids de notre chargement, la ballade est plutôt agréable. Il fait très sombre sous les arbres, tant la végétation est dense. Il fait aussi très chaud et humide. On transpire beaucoup ! A mi-chemin, Tomba nous propose une pause coca qui nous redonne des forces pour terminer notre randonnée.

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-20

Au camp, le confort est sommaire : une table en bambou pour manger et une moustiquaire à même le sol pour dormir. C’est l’aventure, la vraie ! Le camp est situé à côté d’une rivière. La présence de crocodile rend la baignade impossible mais on peut y pécher. Pour se baigner, direction la même rivière, mais un peu plus loin. Après ces deux heures de marches, on y court pour un bon bain rafraichissant au coucher du soleil.

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-35

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-26

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-25

Le soir, après le repas, Tomba nous raconte des histoires sur la selva. Avec des insectes sur la casquette, mâchouillant des feuilles de coca, ce chaman nous fait frissonner avec des histoires d’apparitions, d’esprits des bois et d’aventuriers perdus… Heureusement, on a assez de cigarettes… la fumée permettrait d’éloigner les mauvais esprits qui vivent aux fond de la forêt ! « Un dernier conseil : n’éteignez jamais votre lampe torche dans la forêt… » C’est sur ces dernières paroles que nous partons nous coucher, dans l’obscurité la plus complète, bercé uniquement par les bruits de la forêt !

Jour 2 : une longue marche nocturne dans la forêt

Réveil à 9h ce matin. On dort bien dans la forêt amazonienne ! Après un solide petit-déjeuner préparé par Rina notre cuisinière, nous nous rendons à la rivière pour pêcher le repas du midi. J’ai plus de chance que dans la pampa et après une bonne demie-heure, je réussi à pêcher un poisson suffisamment gros pour terminer à la casserole ! Ce sera la seule prise de la journée. Heureusement Rina a tout prévu et pendant 3 jours nous allons mangé (très) copieusement ! Après cette session pêche, nous partons nous baigner dans la rivière. Un moment détente qu’on a beaucoup apprécié !

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-31

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-34

Début d’après-midi, il fait extrêmement chaud. Après le déjeuner, nous nous effondrons pour une bonne sieste, toujours sous la moustiquaire. Nous quittons le camp vers 15h quand le soleil se fait moins fort. Tomba nous emmène au coeur de la forêt. Pendant quatre heures, il va nous faire découvrir de nombreuses variétés d’arbres et de plantes et leurs vertus médicinales. Frotter l’écorce de cet arbre sur la peau éloigne les moustiques, étaler la sève de celui-ci sur une plaie accélère la cicatrisation, infuser des bouts de celui-là agit comme du Viagra… on a même bu de l’eau de pluie directement dans une liane coupée ! Avec Tomba à nos côtés, impossible de mourrir de fin ou de soif dans la jungle !!! En chemin, on croise la route de milliers d’insectes, de nombreuses espèces d’oiseaux de quelques singes et de quelques rares toucans !

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-45

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-41

Nous rentrons de nuit au campement. On commence à être un peu fatigué et le noir qui nous entoure devient de plus en plus oppressant… sans oublier la chaleur étouffante omniprésente dans les sous-bois ! J’ai l’impression que la forêt se referme sur moi pour m’avaler. Des lucioles nous accompagnent. Nous marchons en file indienne et en silence sous le regard silencieux des tarentules. Malheureusement, nous ne croiserons pas de jaguar ce soir.

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-49

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-71

Jour 3 : atelier bijoux et rencontre avec les perroquets

Réveil difficile ce matin. Sans doute à cause des insectes qui se sont infiltrés sous notre moustiquaire. La nuit a été bien longue et douloureuse. Un orage gronde au loin et ne devait pas tarder à s’abattre sur nous. L’air s’est rafraichit pour le plus grand bonheur de tout le monde. Nous quittons le campement après le petit-déjeuner. A peine sommes nous en marche que la pluie se met à tomber. Heureusement, le toit végétal est si épais qu’on ne ressent presque pas les gouttes. On marche vite. Même si on a aimé ces derniers jours au milieu de nul part, l’idée de revenir vers la civilisation nous réjouit. Nous arrivons au premier camp vers midi.

Après le déjeuner, Tomba nous apprend à fabriquer des bijoux avec des noix et des graines récoltées dans la forêt. Le résultat est plutôt surprenant ! 🙂

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-57

En fin d’après-midi, nous remontons le fleuve en pirogue jusqu’à « la montagne des perroquets ». On y reste une bonne demie-heure à observer des couples de arras rouges  voler ou attendre patiemment le coucher du soleil depuis leur refuge sur la falaise.

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-61

Jour 4 : le retour à la civilisation

Réveil TRÈS matinal ce matin. On quitte le camp à 5h30 du matin pour rejoindre la pirogue qui nous attend déjà sur le fleuve. A la fraicheur de l’aurore, nous regagnons la civilisation après ces 3 jours complet au milieu d’une nature sauvage et hostile qui nous faisait rêver depuis bien longtemps : la forêt amazonienne !

playingtheworld-bolivie-foret-amazonie-selva-rurrenabaque-voyage-75

Bilan de la forêt amazonienne

Ces quelques jours dans la peau de Tarzan et Jane ont été très éprouvants. La chaleur, l’humidité et les moustiques ne nous auront laissé aucun répit. Mais on savait à quoi s’attendre en s’aventurant dans la selva. Grâce à Tomba, on s’est rendu compte de l’incroyable diversité de cet environnement extrême, mais aussi de sa fragilité. On a adoré nous promener dans cet immense temple vert et nous baigner dans la rivière. Mais après quelques jours, nous sommes bien content de retrouver notre confort, une vraie douche… et une pharmacie pour soulager nos centaines de piqûres de moustiques ! 😉

Vous voulez encore plus d’aventure en Amazonie ? Vous pouvez aussi lire l’article « Bolivie – 3 jours dans la pampa amazonienne depuis Rurrenabaque »

Infos utiles

Explorer la pampa et la selva avec Escorpions : compter 1 200 bolivianos pour un tour de 3 jours (soit 2 400 pour 3 jours pampa + 3 jours selva).

  • Ne pas oublier : des vêtements longs, un produit anti-mousitque, de la crème solaire, un gros sac à dos pour porter la nourriture dans la selva, un sac de couchage si vous avez peur des insectes.
  • Prix d’entrée dans la pampa (Parque National de Yacuma) : 150 bolivianos/pers (20€)
  • Prix d’entrée dans la selva (Parque National Madidi) : 80 bolivianos/pers (10€)
  • Plus d’infos sur www.escorpiontravels.com ou sur la page Facebook Escorpion Travel

Arriver à Rurrenabaque depuis La Paz :

  • en avion avec Amaszonas. Un petit coucou vous emmène de 4000 m d’altitude à 200 m en 40 minutes seulement. Beaucoup de turnbulence mais une vue magnifique sur les montagnes et la forêt. 88€/pers
  • en bus. 16h de bus sur des routes parfois très étroites dont la célèbre « route de la mort »

Où dormir à Rurrenabaque : 

  • hôtel Balsero, 80 bolivianos (10€) la nuit, chambre double avec salle de bain
  • hôtel Los Tucanes, 100 bolivianos (13€) la nuit, chambre double avec salle de bain et petit-déjeuner (80 bolivianos sans salle de bain)

Où manger à Rurrenabaque : 

El Tiluchi. On est allé tous les soirs dans ce petits resto très agréable pour déguster leur excellent Mojadito (oui, oui, tous les soirs !) : viande de boeuf effilé, riz, bananes cuites et oeuf au plat ! Un régal !!! 15 bolivianos le plat (2€)

Le marché central : idéal pour un almuerzo bien complet. Comptez environ 15 bolivianos (2€).

La bella Italia : Leurs pizzas sont trop bonnes et super grandes. On compose soit même sa pizza en choisissant 5 ingrédients parmi une longue liste. 55 bolivianos la médium (8 parts), 80 bolivianos la grande (10 parts)

Où se baigner à Rurrenabaque : on peut profiter de la piscine de l’hôtel Ambaibo pour 30 bolivianos/pers (4€)

6 Comments

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-30

La pampa amazonienne, c’est ce territoire de brousse et de marécage situé à l’orée de la forêt amazonienne. Moins connue que sa voisine, c’est pourtant ici qu’on peut apercevoir de nombreux animaux sauvages. Après avoir passé quelques jours à Rurrenabaque pour me remettre du mal des montagnes, nous sommes partis explorer cet environnement hostile, coté Bolivie, pendant 3 jours avec l’agence Escorpions Travel. 3 jours d’aventures au milieux des crocodiles, anacondas et dauphins roses d’amazonie

Voici en 3 minutes, le résumé de nos 3 jours dans la pampa bolivienne ! 🙂

Jour 1 : à la rencontre des caïmans, capybaras et autres dauphins roses d’amazonie

Nous avons rendez-vous à 8h du matin devant l’agence, dans le centre de Rurrenabaque. Nous faisons connaissance avec les autres clients qui vont partager notre quotidien pendant les 3 prochains jours : Javier et Maria les Espagnols, Juan (« Juanito ») le Néerlandais et Maurice le Suisse. On va parler anglais et espagnol pendant 3 jours ! 🙂 Et nous voilà partis pour 3 heures de piste jusqu’au coeur de la pampa. A mi-chemin, Samir notre guide arrête la voiture pour nous montrer des caïmans qui prennent le soleil aux bords d’un point d’eau. On est surexcité. Nos premiers gros reptiles ! Un peu plus loin, nous découvrons nos premiers capybaras. Ces drôles de mammifères sont les plus gros rongeurs du monde. On les trouve uniquement en Amazonie. Autant dire qu’on est super impressionné d’en voir en vrai !

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-3playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-1

Nous troquons ensuite notre voiture pour une petite pirogue et partons pour 3 heures de navigation sur ce cours d’eau aux eaux marrons. A peine met-on le premier pas dans la barque qu’on aperçoit deux dauphins roses sortir de l’eau à quelques mètres de nous. La croisière commence bien et c’est pas fini ! Dès les premiers virages, on aperçoit des dizaines de caïmans. Ils sont partout. Sur la berge, dans l’eau, sous les branchages, dans les herbes hautes… Mais Samir nous rassure tout de suite, les caïmans sont beaucoup moins agressifs que leurs cousins les crocodiles d’Australie. Ce n’est quand même pas le moment de laisser traîner la main à l’extérieur du bateau ! Samir fait plusieurs pauses pour nous approcher le plus possible des animaux qui habitent la pampa : capybaras, oiseaux en tout genre, tortues, capucins…

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-31

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-11

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-41

Ceci est bien un dauphin rose d’Amazonie !

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-17

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-7

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-21

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-35

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-32

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-23

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-33

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-8

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-14playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-16

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-59

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-90

Nous arrivons à 16h à notre campement. Un dortoir, une salle à manger, des sanitaires et une salle remplie de hamacs… le tout relié par des passerelles en bois (très utiles quand le site est inondé à la saison des pluies), il n’en faut pas plus pour qu’on se sente vraiment isolé du monde,  au milieu d’une nature sauvage et inhospitalière. Depuis les hamacs, on peut même voir les caïmans qui nous attendent sagement dans la rivière !

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-40

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-46

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-77

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-78

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-30

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-91

Nous reprenons la pirogue pour nous rendre au site du coucher du soleil. On y retrouve tous les clients des autres agences venus assisté au même spectacle que nous. Au retour,  des centaines d’yeux rouges brillent et nous fixent dans le noir… ce sont ceux des caïmans qui reflètent la lumière de nos lampes torches. Une fois de plus on se rend compte qu’on est encerclé.

On profite d’avoir l’électricité jusqu’à 21h pour dîner et traîner un peu. Après ça, extinction des feux. Une grosse journée nous attend demain. On s’endort sous nos moustiquaires avec les bruits de la forêt. Génial !

Jour 2 : chasse à l’anaconda et pêche au piranhas 

Aujourd’hui, c’est le jour des prédateurs !!! On commence par un solide petit-déjeuner à 7h30. Il faut prendre des forces car nous partons pour 3h de marche dans les herbes hautes. Nous partons à la chasse à l’anaconda ! 

Mais au fait, c’est quoi un anaconda ? C’est tout simplement l’un des plus gros serpents au monde avec le boa et le python. Il vit à moitié sur terre et à moitié dans l’eau. Il n’est pas venimeux. Quand il ne les noie pas, il s’enroule autour de sa proie et l’étouffe petit à petit. Sympa, non ?

On n’aura pas de chance aujourd’hui. Après 3h de marche plutôt angoissantes entre herbes hautes et marécages, nous rentrons bredouille à la pirogue.

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-47

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-49

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-48

L’après-midi, nous remontons la rivière et nous nous enfonçons un peu plus profondément dans la pampa. Les caïmans noirs font leur apparition. Ils sont plus gros et plus redoutables que ce qu’on a vu jusqu’à présent. Certains peuvent mesurer jusqu’à 6 mètres et ne disent pas non si il peuvent croquer un homme de temps en temps ! Samir arrête la pirogue au milieu de la rivière et nous tend des lignes et quelques morceaux de boeuf. C’est parti pour la pêche aux piranhas. Pour mordre, ça mord. Ca déchiquette même ! Je sens bien que ça se bat la-dessous. Mais à chaque fois, je remonte l’hameçon vide. Les gloutons engloutissent les morceaux de boeuf les uns après les autres à une allure impressionnante et sans jamais vraiment mordre à l’hameçon. Heureusement que Samir est plus doué que nous. Il réussit à attraper 5 piranhas et un poisson chat. Il y aura du poisson au dîner !

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-69

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-73

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-66

Pour les caïmans aussi c’est l’heure de la pêche !

Comme hier, nous nous arrêtons au coucher du soleil avant de rentrer déguster nos prises du jours. Les piranhas ne font plus les malins et on se régale de ce délicieux poisson blanc.

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-74

Jour 3 : nager avec des dauphins roses… et des caïmans !

Aujourd’hui, pas de nuage, Samir nous réveille à 6h du matin pour aller observer le lever du soleil. Seuls les cris des singes hurleurs troublent la tranquillité du moment. Le calme avant le réveil d’une nature sauvage !

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-76

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-75

Nous rentrons au camp pour prendre notre petit-déjeuner puis repartons pour nager avec les dauphins roses. L’idée de me jeter dans une eau trouble infestée de caïmans et de piranhas ne me rassure pas trop. Mais la présence des dauphins effrayent ces prédateurs et les gardent à distance. J’en profite pour me mettre à l’eau avec Maurice. Malgré leur côté sauvage, les dauphins roses ne passent pas très loin de moi (cela me fait penser à mon expérience en pleine mer avec les dauphins de Nouvelle-Zélande). Je vois les caïmans sur la berge. J’ai beau me dire que je suis en sécurité, la présence des caïmans sur la rive me font penser qu’il doit bien y avoir un croco ou deux sous mes pieds ! L’angoisse !!!

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-84

Sur le chemin du retour, coup de chance, nous apercevons deux toucans au sommet d’un arbre.

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-87

Il est 11h30. Nous prenons notre dernier déjeuner avant de repartir, direction Rurrenabaque, et la civilisation.

Bilan de la pampa

On a adoré cette première incursion amazonienne. On ne s’attendait vraiment pas à être  entouré d’autant d’animaux sauvages, voire rares en ce qui concerne les capybaras et les dauphins roses. Notre seul regret est de ne pas avoir trouvé d’anaconda et de paresseux. 🙁 Cette expérience reste l’une des plus forte et des plus marquante de notre tour du monde. On a maintenant hâte de découvrir la forêt amazonienne…

playingtheworld-bolivie-pampa-rurrenabaque-voyage-6

Vous voulez encore plus d’aventure ? Vous pouvez lire la suite dans l’article « Bolivie – 3 jours dans la forêt amazonienne depuis Rurrenabaque »

Infos utiles

Explorer la pampa et la selva avec Escorpions : compter 1 200 bolivianos pour un tour de 3 jours (soit 2 400 pour 3 jours pampa + 3 jours selva).

  • Ne pas oublier : des vêtements longs, un produit anti-mousitque, de la crème solaire, un gros sac à dos pour porter la nourriture dans la selva, un sac de couchage si vous avez peur des insectes.
  • Prix d’entrée dans la pampa (Parque National de Yacuma) : 150 bolivianos/pers (20€)
  • Prix d’entrée dans la selva (Parque National Madidi) : 80 bolivianos/pers (10€)
  • Plus d’infos sur www.escorpiontravels.com ou sur la page Facebook Escorpion Travel

Arriver à Rurrenabaque depuis La Paz :

  • en avion avec Amaszonas. Un petit coucou vous emmène de 4000 m d’altitude à 200 m en 40 minutes seulement. Beaucoup de turnbulence mais une vue magnifique sur les montagnes et la forêt. 88€/pers
  • en bus. 16h de bus sur des routes parfois très étroites dont la célèbre « route de la mort », 60 bolivianos (8€)

Où dormir à Rurrenabaque : 

  • hôtel Balsero, 80 bolivianos (10€) la nuit, chambre double avec salle de bain
  • hôtel Los Tucanes, 100 bolivianos (13€) la nuit, chambre double avec salle de bain et petit-déjeuner (80 bolivianos sans salle de bain)

Où manger à Rurrenabaque : 

  • El Tiluchi. On est allé tous les soirs dans ce petits resto très agréable pour déguster leur excellent Mojadito (oui, oui, tous les soirs !) : viande de boeuf effilé, riz, bananes cuites et oeuf au plat ! Un régal !!! 15 bolivianos le plat (2€)
  • Le marché central : idéal pour un almuerzo bien complet. Comptez environ 15 bolivianos (2€).
  • La bella Italia : Leurs pizzas sont trop bonnes et super grandes. On compose soit même sa pizza en choisissant 5 ingrédients parmi une longue liste. 55 bolivianos la médium (8 parts), 80 bolivianos la grande (10 parts)

Où se baigner à Rurrenabaque : On peut profiter de la piscine de l’hôtel Ambaibo pour 30 bolivianos/pers (4€) ou bien un peu plus agréable celle de l’hôtel Mirador à l’extérieur de la ville pour 20 bolivianos/pers (pour y aller en moto taxi 10bs par personne)

7 Comments
Arequipa, 3 800m

Arequipa, 3 800m

La Paz, Bolivie, 3 650m, 10 septembre 2016, 3h du matin – J’écris ces quelques lignes au cas où je meurs d’une crise cardiaque dans la nuit… Cela fait 7 jours qu’il ne m’a pas laché. Tapis dans l’ombre, me guettant au detour d’un escalier, caché au  plus profond de mes veines… un mal invisible mais bien connu dans cette partie du monde : le mal de l’altitude. Aussi connu sous le nom de mal aigüe des montagnes, il toucherait n’importe qui étant monté trop vite, trop haut. Maux de tête, nausées, vomissements, fatigue perpetuelle, vertiges, insomnies… le package est aussi redoutable que complet.

Je ne fume pas, je suis plutôt sportif, j’ai même testé un simulateur d’altitude chez SimAlti pour préparer mon corps avant le voyage. Ça doit être trop vieux pour avoir conservé les bénéfices. Je n’ai pas le mal de mer. Je n’ai pas le mal de l’air. Je n’ai pas le mal des transports. En toute honnêteté, je pensais plutôt bien échapper au mal des montagnes…

Heureusement, j’ai une panoplie d’armes pour combattre l’altitude :

  • monter doucement : c’est fait !
  • mâcher des feuilles de coca (ou les consommer en infusion) : malgré mes réticences et le goût désagréablement amer qui coule dans la gorge, c’est fait. (Pour info, la coca permet de baisser la pression artérielle et de calmer les maux de têtes)
  • prendre des médicaments ayant le même effet sur la pression sanguine
  • et lorsque tout ça ne suffit plus, en dernier recours, il faut redescendre… 🙁

playingtheworld-perou-mal-montagne-voyage-5

Je pensais être assez fort pour éviter les deux dernieres solutions. Malheureusement, on est bien inégaux face au mal des montagnes. Il touche n’importe qui, sans distinction d’âge, de sexe ou de conditions physiques. Aujourdhui c’est mon tour. Et ce soir, j’en ai marre. Après avoir avaler un cachet, j’envisage serieusement de redescendre au plus vite dans la vallée.

Tout avait pourtant bien commencé. Huacachina, Pérou 406m – Arequipa, Pérou, 2 335m – Cuzco, Pérou, 3 400m. On est monté doucement pour prendre le temps de s’acclimater. Pas suffisament apparemment ! La premiere fois que je l’ai senti, c’était dans le bus d’Arequipa au canyon del colca. Un col à 3 800m à passer. Je me suis senti d’un coup aplati dans mon siege, le coeur à 100km/h, le souffle court, obligé de faire de grandes inspirations pour apporter à mon corps sa dose d’oxygène. Pour une premiere fois aussi haut, cela doit être normal je pense. Plus tard, à Cuzco, c’est essouflé comme après un semi-marathon que j’arrive systématiquement en haut des escaliers. Une fois de plus rien de plus normal à cette altitude…

Mais depuis une semaine, le mal s’est fait plus présent, plus pressant. Depuis notre arrivée en Bolivie en fait…

Hotel Puerta del sol sur l’île isla del sol sur le lac Titicaca. Première nuit horrible. Première fois à plus de 4 000m d’altitude. Un mal de crâne violent, un coeur qui bat à toute vitesse (alors que je dors depuis plusieurs heures !), une chappe de plomb sur mes épaules qui m’empèche de me lever. Ce matin, à la fatigue des 9 mois de voyage s’ajoute une lassitude physique et moral (toujours dû au mal des montagnes). Je n’ai plus envie de faire des treks de plusieurs jours. Je n’ai plus envie de fournir l’effort pour aller voir un site touristique éloigné. Je n’ai même plus l’envie de marcher une heure ou deux. J’ai l’impression d’être démotivé au milieu d’une course qui n’en finit pas. Je rêve d’une plage baignée de soleil où je pourrais m’étendre et ne plus bouger pendant des heures (qui a dit qu’un tour du monde était de tout repos ?!?). Je finis par sortir du lit et faire l’agréable marche de 2h sur l’île.

playingtheworld-bolivie-mal-montagne-voyage-9

Restaurant Las Velas, 4 010m d’altitude

Ce qui me rassure dans tout ça, c’est que Chloé ressent les mêmes effets que moi. Enfin, elle les ressentait… jusqu’à aujourd’hui. Nous sommes arrivés en début d’après-midi à La Paz. A 3 650m d’altitude, cette énorme fourmilière grouillante est la capitale la plus haute du monde. En théorie c’est presque 500 mètres de moins que ce que j’ai déjà fait. Mais en pratique, le mal des montagnes est toujours là. Et une fois de plus il m’attaque, le soir, sans prevenir, plus violent que jamais. Après une super journée passé sans difficulté en compagnie de nos amis Joris, Laure et Arnaud du blog On part quand ?, c’est à l’heure de l’apéro qu’il passe à l’attaque. Maux de tête. Je dois être un peu déshydraté. Je bois. Ça ne passe pas. Il y a quelques feuilles de coca dans l’hôtel. J’en cale 4-5 dans le creux de ma bouche. Le goût est toujours aussi terrible et déclenche cette fois une terrible envie de vomir. J’accompagne Chloé, Laure, Arnaud et Joris à l’exterieur pour manger. Mes jambes sont lourdes. Chaque pas me coûte. Je m’arrête toutes les 10 marches pour reprendre mon souffle. Les odeurs de nourriture de rue m’écoeurent encore plus. Je parviens à manger 3 malheureuses frites que Chloé me tend. Puis je rentre à l’hôtel. Le sommeil m’aidera certainement. Avant de me coucher, j’avale un cachet de Sorojchi Pills sensé calmer le mal de montagne. Malgré l’envie de vomir et le mal de tête qui s’est intensifié, je parviens finalement à m’endormir… quelques heures. Il est mainenant 3h du matin. Je suis bien reveillé, les jambes coupées, le coeur battant encore et toujours la chamade, incapable de me rendormir. Insomnie.

playingtheworld-bolivie-mal-montagne-voyage-8

Isla del Sol, Lac Titicaca

Il nous reste encore beaucoup de choses à voir en Bolivie. Encore beaucoup (trop) d’altitude. Mais pour le moment je consulte le site d’Amaszonas, la compagnie aérienne qui va nous permettre de visiter la jungle amazonienne et par la même occasion de descendre de 3 400 mètres ! C’est decidé, demain j’achète les billets…

22 Comments