Posts tagged ‘chine’

Autant l’avouer tout de suite, on avait beaucoup d’a priori avant d’arriver en Chine. Mais dès le premier jour où nous avons passé la frontière, toutes les idées qu’on se faisaient sur ce pays gigantesque ont volé en éclat. On a découvert un pays extraordinaire, des gens adorables et toujours souriants et une certaine douceur de vivre très zen. Des rizières de Yuanyang dans le Yunnan à la grande muraille de Chine à Pékin en passant par la province du Sichuan et l’armée de terre cuite, nous avons passé un mois de voyage formidable. On espère que cette vidéo saura retranscrire notre amour pour la Chine… A vous de nous dire ! 😉

N’hésitez pas à cliquer sur HD en bas à droite de la vidéo pour une meilleure qualité.

Nos articles sur la Chine : 

Leave a comment

@playingtheworld-voyage-chine27

La Chine est le 8ème pays de notre tour du monde. Après 4 mois en Asie, on appréhendait un peu ce nouveau pays. On avait peur d’être lassé et de ne pas l’apprécier à sa juste valeur. On avait aussi peur  du contact avec les Chinois, si nombreux et si mal polis (tout du moins, ce qu’on a pu constater auprès des touristes chinois à travers le monde !). Et finalement, c’est tout l’inverse qui s’est produit ! 🙂 Nous avons eu un vrai coup de coeur pour la Chine ! Sa culture, sa cuisine… et même les Chinois ! On a ADORÉ !!! On fait le point dans cet article de nos 4 semaines passés dans l’empire du milieu : itinéraire, budget, ressentis.

Itinéraire

Nous sommes arrivés par voie terrestre depuis Hanoi, au Vietnam, où nous avons fait notre demande de visa (voir notre article : comment obtenir le visa chinois à Hanoi ).

Pour ceux qui arrivent en avion depuis l’Europe, on vous conseille de regarder les vols sur le comparateur de vols Skyscanner pour trouver les meilleurs prix.

Capture d’écran 2016-05-15 à 01.33.28
Kilometres parcourus : 4 650 km

8ème pays de notre tour du monde

Séjour du 6 avril au 2 mai 2016

Voici comment nous avons répartis les 27 jours :

Ville                      Durée                                      Moyen de transport

Yuanyang            2 jours                                bus de jour pour Kunming (8h) + train de nuit pour Lijiang (9h)
Lijiang + gorges du saut du tigre   4 jours       train de nuit pour Kunming (9h)
Kunming              4 jours                                    train de nuit pour Emei (15h)
Emei                     1 jour                                     en stop jusqu’à Lui Jiang
Lui Jiang              2 jours                                    en stop jusqu’à Ya An
Bifengxia              1 jour                                     bus jusqu’à Chengdu (2h)
Chengdu             2,5 jours                                  train de nuit pour Xi’An (15h)
Xi’An                     2 jours                                   train de nuit pour Pingyao (8h)
Pingyao                1 jour                                     train de nuit pour Beijing (12h)
Muraille de Chine   1,5 jour                               bus (2h)
Beijing                     3,5 jours

Budget

Au total pour 27 jours nous avons dépensé 11 050 yuans pour 2, soit 5 525 yuans chacun. Ce qui fait environ 751€/pers.

Soit un budget moyen de 27,80€ par jour par personne !

Taux de change début février 2016 : 1€ = 7,36 yuans 

Capture d’écran 2016-05-11 à 12.10.09

Hébergement 

Pour l’hébergement, nous avons dépensé 163€ chacun. Ce qui correspond à 22% du budget.

On s’est vite rendu compte que les hôtels étaient assez chers, entre 100 et 150 yuans pour une chambre double basique. Les dortoirs, eux, coûtent entre 20 et 40 yuans la nuit par personne. On a donc alterné entre les deux options. Coup de bol, parfois nous nous retrouvions seuls dans les dortoirs. 🙂

  • 5 nuits en hôtels :
    – 2 nuits au Timeless Hôtel dans le Yuanyang, 148 yuans la nuit (20€) en chambre double (hôtel très agréable avec vue sur les rizières, chambre très confortable)
    – 1 nuit à Lui Jiang, nom de l’hôtel en chinois, 110 yuans (15€) la nuit (chambre très agréable au bord de la rivière, toilettes à la turque)
    – 1 nuit à Bifengxia, nom de l’hôtel en chinois, 80 yuans (11€) la nuit (chambre double avec lit king size, chambre impeccable et immense, tout près de l’entrée de la réserve des pandas, nous étions les seuls dans l’hôtel et certainement les premiers clients car tout neuf)
    – 1 nuit à Simatai GH pour 200 yuans (27€) la nuit (on a eu un tarif global pour 300 yuans par personne incluant transfert en voiture, repas et hébergement, l’endroit était juste magnifique au pied de la muraille voir l’article Seuls sur la grande muraille)
  • 7 nuits en Airbnb :
    – 3 nuits à Kunming chez Arthur et Emmanuelle, pour 11 euros la nuit (dernière nuit offerte car pas prévue. Nous avons raté notre train pour Chengdu du coup ils nous ont chaleureusement invité). L’appartement est lumineux, on avait une grande chambre et nos hôtes nous ont fait découvrir leur vie étudiante en nous invitant à sortir avec eux et en nous faisant découvrir des restaurants du quartier. Bref un super un endroit pour recharger les batteries !
    – 4 nuits à Pékin pour 22 euros la nuit : la chambre était propre et confortable mais le GROS problème était : les toilettes ! Nous devions utiliser les toilettes publiques dans la rue, et ceux-ci étaient sans cloisons… :-/

Bon plan Airbnb :

Bénéficiez de 25 euros de réduction sur votre résevation en passant par ce lien Airbnb

  • 6 nuits en auberge de jeunesse (en dortoirs) :
    – 1 nuit à Lijuang à l’Internationnal Youth Hostel pour 20 yuans chacun (2,70€) en dortoirs de 16 (très bien placé mais la salle de bain est très sale, et le dortoir est ouvert sur l’extérieur. Du coup il faisait très froid. On ne le recommande pas du tout sauf pour une nuit seulement.)
    – 1 nuit chez Jane’s Tibetan GH, 35 yuans (4,70€) par personne (dortoirs pour 5 mais nous n’étions que 2, très bien situé pour commencer la rando dans les gorges, cuisine excellente)
    – 1 nuit à Halfway GH, 40 yuans (5,40€) par personne (dortoirs pour 12, en plein milieu des gorges, superbe vue depuis la chambre, auberge agréable)
    – 1 nuit chez Teddy Bear Guest House à Emei Shan pour 35 yuans (4,70€) par personne (dortoirs de 5, lits confortables avec rideaux, salle debain dans la chambre)
    – 3 nuits chez Mr Panda Hostel à Chengdu pour 25 yuans (3,40€) par personne (dortoirs de 6, basique mais avec des rideaux autour des lits, salle de bain à l’exterieur)
    – 1 nuit au Face Book Hostel à Xi’An pour 35 yuans (4,70€) par personne (dortoir et personnel très agréable, très bien situé)
  •  6 nuits en train couchettes

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5 à votre inscription ! 🙂

Nourriture, boissons

Nous avons dépensé 168€ par personne, soit 22% du budget.

La nourriture en Chine était un peu plus chère que dans les précédents pays. Nous sommes allés principalement dans des petits restos locaux chinois. On a vraiment adoré la nourriture, ça a été une grosse surprise pour nous ! Rien a voir avec les restos chinois en France ! Ici, la cuisine est pleine de saveurs. La nourriture chinoise est très savoureuse et très épicée. Lorsqu’il était impossible de se faire comprendre, nous montrions dans notre petit guide “G-palemo” les images de riz, tomates et oeufs. Au moins on était sûr de bien manger 😉 Et pour dire pas trop épicé : “Pula” (prononcé “pou-la”).

Le prix moyen d’un repas par personne : 15 yuans (2€).

  • Bouteille d’eau : 2-4 yuans (0,25€-0,55€)
  • Plat basique dans des petits resto tout ecrit en chinois : 10-20 yuans (1,35€-2,70€)
  • Plat un plus élaboré dans un restaurant avec menu en anglais : entre 25 et 50 yuans (3,40€-7€)
  • Petit déjeuner occidental dans un hôtel entre 20-25 yuans (2,70€-3,40€)
  • Paquet de biscuits : entre 6 et 12 yuans (0,80€-1,60€)
  • Tasse de thé : entre 5 et 12 yuans
  • Un bon chocolat chaud au Starbuck Coffee : 27 yuans (3,70€)
  • Bière : 5 yuans au magazin et entre 8 et 12 yuans à l’hôtel (1€-1,60€)
  • Une pinte dans un bar d’expat : 35 yuans (4,75€)
  • Boîte de noodles : 4-5 yuans (0,55€-0,70€)
  • 1kg de fraises : 13 yuans (1,80€)
  • Une banane : environ 1 yuan (0,15€)
  • Pancake banane : entre 12 et 20 yuans (1,60€-2,70€)

Bon à savoir : On trouve de l’eau chaude gratuite vraiment partout, que ce soit pour manger des noodles ou se faire un thé. Même dans le train !

Nous avons adopté la mode chinoise et avons acheté un thermos et une boîte de thé. Du coup, nous avions du thé chaud sur nous en permanence. 🙂

Le plat préféré de Romain : les nouilles fraîches qu’on ne trouve que dans les restaurant musulmans et que le cuisinier fait devant nous. Un délice !

Le plat préféré de Chloé : les raviolis aux légumes et champignons

Transports

Nous nous sommes essentiellement déplacés en train. Bien évidemment, les distances sont énormes d’une ville à l’autre. Heureusement, le reseau ferroviaire est fres bien développé en Chine. On n’a quasiment pas vue le temps passé dans les trains de nuits.

L’application C-trip est super pour connaître les horaires de train. On peut également réserver des billets directement sur l’appli. Attention, il faut savoir qu’en achetant ses billets avec C-trip, il faut payer 20 yuans (2,70€) en plus par personne de commission (nous l’avons fait quand nous étions trop loin d’une gare).

Conseil n°1 : Il vaut mieux acheter ses billets de trains quelques jours à l’avance car les places partent vite !

Conseil n°2 : Vous aurez le choix entre couchette dure (hard sleeper) et couchette molle (soft sleeper). Il faut savoir qu’en réalité, les lits sont exactement les mêmes. Les soft sleepers sont toutefois plus cher car il n’y a que 4 lits par compartiment (au lieu de 6 pour les hard sleepers).

  • 6 trains de nuit en “hard sleeper” :

– Kunming – Lijiang (9h) 175 yuans (23,80€) par personne (réservé sur C-trip avec des frais de 20 yuans par personne)
– Lijiang – Kunming (9h) 142 yuans (19€) par personne
– Kunming – Emei (15h) 220 yuans (29,90€) par personne, payé 2 fois car nous avons raté le train et il ne restait que des places debout dans le suivant.
– Chengdu – Xi An (17h) 246 yuans chacun (54,85€)
– Xi An – Pingyao ( 8h) 129 yuans chacun (17,50€)
– Pingyao – Beijing (12h) 168 yuans chacun (22,80€)

  • 9 bus de jour :

– Hekou – Nansha (3h) : 48 yuans (6,50€)
– Nansha – Xinje (1h) : 10 yuans (1,36€)
– Xinje – Kunming (8h) 137 yuans (18,60€)
– Lijiang – Qiaotou gorges du saut du tigre (1h30) 43 yuans (5,85€)
– Tinas gh gorges du saut du tigre – Lijiang (2h30) 55 yuans (7,48€)
– Hongya – Luijiang (1h) offert par des chinois qui nous ont pris en stop, prix normal 10 yuans (1,36€)
– Ya’An – Chengdu (2h) 48 yuans (6,50€)
– Xi’An – Armée de terre cuite 8 yuans (1,10€)

– Beijing- Jinshanling : 32 yuans (4,35€)

  • 6 voitures en stop : 2 à Kunming pour visiter un temple, 2 entre Emei et Hongya, 2 entre Luijiang et Ya’An.
  • 15 bus de ville : à Kunming et Lijiang 1 yuan le trajet (0,14€), à Chengdu 2 yuans le trajet (0,30€), à Xi’An 2 yuans le trajet (0,30€)
  • 12 fois le metro : 1 fois à Kunming 2 yuans le ticket (0,30€) , 6 fois à Chengdu 2 yuans le ticket (0,30€), à Pékin 3 yuans le ticket (0,40€)
  • 2 minivan : aller retour Ya’An – Bifengxia 5 yuans par pers l’aller (0,70€)

Extras

En Chine, quasiment toutes les visites sont payantes. Que ce soit pour visiter des rizières ou bien faire un trek on doit sortir le porte monnaie. Et la plupart du temps, c’est assez cher ! On a réussi à payer moins cher certaines fois grâce avec le tarif étudiant, Romain montrait sa carte vitale et c’était 2 fois moins cher pour lui !!! 😉

On a aussi reussi à ne pas payer les 100 yuans par personne (13,60€) pour l’entrée dans les rizieres de Yuanyang car notre taxi nous a emmené directement à l’hôtel.

Visite de la vieille ville de Lijiang : 80 yuans (11€) par personne (acces aux petites ruelles et au lac du dragon noir)
Coiffeur pour Chloé à Lijuang : 35 yuans (4,80€)
– Entrée des gorges du saut du tigre : 65 yuans par personne (8,80€) + 25 yuans (4€) pour accéder au fond des gorges
– Entrée de l’Emei Shan : 185 yuans chacun (25€)
– Navette A/R pour monter à Emei Shan : 90 yuans par personne (12€)
– Téléphérique pour le sommet d’Emei Shan : 65 yuans (8,80€)
– Entrée de la reserve des pandas à Bifengxia : 118 yuans (16€) plein tarif pour Chloé et 60 yuans (8,10€) pour Romain au tarif étudiant grâce à la carte vitale + 15 yuans chacun la navette dans la réserve
Earth Day festival à Chengdu : 50 yuans chacun (6,80€)
Armée de terre cuite à Xi An : 150 yuans chacun (20,40€)

– Entrée sur la muraille de Chine à Jingshanling : 65 yuans (9,50€)

Frais bancaires

Nous avons retiré de l’argent chaque fois à ICBC banque car ils ne prennent aucun frais supplémentaire. Nos frais restant correspondent aux 2% de nos cartes bancaires.

Quelle assurance voyage ?

Etant en tour du monde d’un an, nous avons choisi l’assurance CAP Aventure de Chapka Assurances, valable pour les séjours de plus de 3 mois.

Pour les séjours plus courts (moins de 3 mois), il existe aussi l’assurance CAP Assistance 24h/24h.

On a beaucoup aimé

@playingtheworld-voyage-chine66

@playingtheworld-voyage-chine13

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-40

@playingtheworld-voyage-chine26

On a moins aimé

– Pékin

Ce qui nous a surpris

  • Les toilettes publiques

Ils ne mettent pas de cloisons entre les murs ! Nous avons été très surpris d’une part dans voir dans toutes les villes, mais surtout lorsque notre hôte Airbnb à Pékin nous a montré les toilettes que nous devions utilisé pendant 4 jours : les toilettes publiques de la rue !

Toilettes du Airbnb à Pékin

Toilettes du Airbnb à Pékin

  • Les enfants en bas âge sans couches

Et oui, en Chine les enfants ne portent pas de couches… ils ont les fesses à l’air ! On a vu ça un peu partout, à la campagne, à la ville, dans le bus… C’est bizarre mais écolo en tout cas 😉

@playingtheworld-voyage-chine16

  • Les selfies 

La Chine est avec l’Inde, le pays où nous avons eu le plus de demandes de selfies avec des gens. Tous les jours des personnes nous arrêtaient dans la rue pour prendre une photo. C’était assez marrant 🙂

Nos a-priori sur la Chine

Les chinois

Notre plus grosse appréhension avant de venir : le comportement des Chinois. Nous connaissions seulement les touristes qu’on croisait à Paris et un peu partout dans le monde, vous savez, ceux qui vous bousculent pour avoir une photo devant vous ! Et finalement, dès le premier jour nous avons découvert un peuple adorable, souriant et curieux, qui prennent le temps de chercher où on va. Même avec la barrière de la langue ils essayent d’aider. Et pour une fois il n’y avait pas ce rapport avec l’argent qu’on a pu rencontrer dans les autres pays…

La cuisine chinoise

Comme on disait plus haut, la cuisine chinoise a été une réelle bonne découverte pour nous. Elle est savoureuse et épicée. On a découvert des plats qui n’ont rien à voir avec ceux dans les resto chinois en France. Les pâtes fraîches sont délicieuses. Et d’une région à l’autre les spécialités changent.

Communiquer avec les Chinois

C’est simple, en Chine, personne ne parle anglais ! On doit vous avouer que cet aspect du voyage nous faisait un peu peur au début. Finalement on a vraiment adoré les moments d’échange, à essayer de se faire comprendre. Quoi qu’on leur dise, ils nous parlent en Chinois et explosent de rire à chaque phrase qu’ils ne comprennent pas !  On a pris l’habitude de parler en faisant des gestes ou en utilisant notre petit guide “G-palémo”. Finalement la barrière de la langue n’est vraiment pas un handicap, bien au contraire… on avait l’impression de plus se parler avec les yeux, comme lorsque nous faisions du stop. Des moments vraiment uniques pour nous…

@playingtheworld-voyage-chine15

Les crachats

Avant d’arriver, on nous avait prévenu… les Chinois se raclent la gorge tout le temps et crachent partout (dans le train, au resto, dans la rue…) ! Effectivement nous avons vite remarqué ce phénomène. C’est un peu perturbant au départ mais on s’habitue très vite !

Internet

La Chine censure certains sites comme Facebook et Google. Avant d’arriver, nous pensions avoir du mal à gérer le blog et finalement nous avons pu nous connecter régulièrement grâce au VPN. Nous avons choisi expressVPN, pour 12$ les 30 jours.

Petite astuce si vous restez moins de 30 jours en Chine : ExpressVPN propose une offre “1 mois satisfait ou remboursé”. Il suffit juste d’envoyer un mail avant le 30ème jour pour dire que vous n’êtes pas satisfait du service pour être remboursé. C’est toujours 12$ d’économisés !

Et notre rencontre avec les enfants ?

Voir notre article : Vidéo : rencontre avec les enfants en Chine

Notre vidéo

Notre ressenti global

Comme vous avez sans doute pu le comprendre, la Chine a été un GROS GROS coup de coeur ! Elle nous a conquis de A à Z. On ne s’y attendait vraiment pas ! Au niveau des paysages, relations humaines, mode de vie… c’était super ! Même après 4 mois de voyage on en a pris plein les yeux et notre voyage en Chine nous a reboosté après un petit coup de mou survenu au Viêt-Nam. Il faut dire que le tourisme de masse est moins présent ici qu’en Asie du sud-est. On a vraiment ressenti un côté authentique plus difficile à trouver dans ses pays voisins comme la Thaïlande ou le Vietnam. On a surtout aimé les provinces du Yunnan et du Sichuan. Un peu moins Beijing et les grandes villes en général. On conseille à toute personne qui rêve de dépaysement de découvrir ce somptueux pays. En tout cas, nous on reviendra c’est certain ! En attendant, direction la Nouvelle-Zélande !

 ©playingtheworld-chine-muraille-voyage-14

Nos articles sur la Chine : 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest !

www.playingtheworld.com

21 Comments

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-13

Quand on voyage, certains moments nous marquent plus que d’autres. Des moments où le temps semble suspendu, où on se sent parfaitement bien et où a envie d’être nul par ailleurs. Des moments où on se sent tellement vivant et libre… Ce moment nous est arrivé un matin d’avril, quand nous nous sommes retrouvés seuls pour observer le lever du soleil sur la Grande Muraille de Chine !

Vous vous demandez peut-être comment on a fait pour nous retrouver juste tous les deux sur le site le plus visité de Chine ? Et bien, il suffit juste de connaitre les bonnes adresses et d’avoir l’âme un peu aventurière. Voila, comment tout cela s’est passé…

Bien choisir son endroit

La Grande Muraille de Chine, c’est un mur gigantesque qui court sur 6 359 km depuis la mer de Chine jusqu’au désert de Gobi. Ca laisse donc pas mal de choix pour la découvrir. Cette frontière, la plus grande construite par l’homme (mais pas visible depuis l’espace, désolé de vous décevoir !), serpente au sommet de collines et de montagnes basses. Malgré sa position stratégique, elle n’a jamais vraiment arrêté d’invasions et aujourd’hui ce sont des hordes de touristes qui l’envahissent chaque jour. Il faut donc choisir son coin avec soin pour éviter le tourisme de masse.©playingtheworld-chine-muraille-voyage-28

Située à 80km au nord de Pékin, Badalin est le tronçon le plus connue et le plus fréquenté par les touristes. Des excursions d’une journée sont organisées pour visiter la muraille depuis la capitale, mais il faut s’attendre à jouer des coudes avec les milliers d’autres visiteurs. A éviter sauf si vous n’avez pas beaucoup de temps devant vous.

Pour nous offrir notre moment privilégié sur la muraille, nous sommes partis le plus loin possible de Pékin : à Simatai ! Grâce aux conseils de nos amis blogueurs ChronoMundi et NovoMonde, nous avons réservé une nuit à Simatai Guest House, une petite pension perdue dans la montagne avec une vue imprenable sur la muraille et depuis laquelle on peut facilement accéder au mur. Une adresse de moins en moins hors des sentiers battus, comme en témoigne le livre d’or déjà que tient la gérante de l’auberge et qui est déjà bien rempli ! 😉

De Pékin à Simatai : rendez-vous en terre inconnue

Pour arriver jusqu’à l’auberge, ça a un peu été le parcours du combattant. Arrivés de bon matin en train à Pékin, nous avons pris le métro jusqu’à la station Wanging West (ligne 13) où se trouve la gare routière d’où part le bus direction Jingshangling.

Attention arnaque : en vous dirigeant vers le bus, des rabatteurs vous diront que vous n’allez pas dans la bonne direction et vous proposeront de vous emmener à Jingshangling dans leur mini-bus. Ils proposent un prix bien évidemment exorbitant et je ne suis pas vraiment sûr qu’ils vous emmène à destination !

En montant dans le bus, nous avons demandé au chauffeur d’appeler l’auberge pour les prévenir de notre arrivée (heureusement, on avait écrit notre requête en chinois sur un bout de papier !). Au fur et à mesure que nous sortons de Pékin, l’air devient plus pur, le ciel plus bleu. Rapidement, on aperçoit les montagnes et… la Grande Muraille qui se dresse fièrement au sommet des pics.

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-1

Après presque deux heures de route, le bus nous dépose sur une aire d’autoroute. Un homme nous aborde et nous montre un SMS avec nos noms dessus. Pas de doute, c’est bien notre hôte. Nous embarquons avec lui pour une petite ballade dans la montagne. Quelques kilomètres plus loin, nous arrivons enfin à l’auberge.

A première vue, l’endroit ne paye pas de mine. Les chambres sont basiques et sans grand confort, mais quelle vue !!! Depuis la terrasse, on peut voir un tronçon de la grande muraille serpenter devant nous. Pas mal non ?!

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-3

Pas mal la vue depuis la terrasse, non ?

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-17©playingtheworld-chine-muraille-voyage-16

Le coucher du soleil : cache-cache avec les gardiens

Le tronçon de Simatai ayant été rénové et ouvert au public récemment, il faut ruser pour monter sur la muraille gratuitement et éviter les gardiens. Il existe, non loin de l’auberge, un chemin qui grimpe à travers bois jusqu’au sommet de la muraille. Nous l’empruntons en fin de journée pour repérer les lieux pour le lever du soleil et pour assister au coucher du soleil. Il nous faut 30 minutes de grimpette plutôt tranquille pour arriver pile poil au niveau du mur. Malheureusement pour nous, un Chinois chargé de l’entretien du site nous repère et signale notre présence à un gardien qui vient s’interposer entre nous et l’entrée secrète sur la muraille. Tant pis pour le coucher de soleil, on l’observera depuis notre terrasse ! (On apprendra plus tard qu’il n’est plus possible d’assister au coucher du soleil ici car la muraille est ouverte jusqu’à minuit pour des « visites nocturnes »). Nous retournons donc à l’hôtel où nous attend un dîner aussi gargantuesque que délicieux.

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-15

Le sentier à travers bois…

Seuls au monde pour le lever de soleil

Lever 5h du matin ! Il fait froid et encore très sombre mais nous sommes plus motivés que jamais pour avoir notre moment à nous sur la grande muraille. On vérifie une dernière fois que les batteries sont chargées et qu’on a suffisamment de thé et de gâteaux puis nous prenons le chemin du sentier. Bingo ! Cette fois-ci pas de gardien pour jouer les trouble-fêtes ! On grimpe les marches jusqu’à la tour la plus proche au dessus de nous. Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre le soleil en prenant notre petit déjeuner à la fraiche. Le silence est totale. La nature est encore endormie. La muraille commence à prendre des teintes orangées. Le moment est magique et on aimerait qu’il ne s’arrête pas ! Après avoir bien profiter de l’endroit, nous entamons notre retour cers l’auberge. C’est au moment où on range nos affaires qu’un gardien apparait derrière une tour, loin en contrebas. On est repéré ! Heureusement, on arrive avant lui au petit chemin et on disparait vite fait dans la forêt ! Au final nous avons pu profiter de l’endroit une bonne heure (entre 5h30 et 6h30).

 

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-8

Petit-déj à la fraiche !

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-10

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-9

Le soleil se lève sur la muraille

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-14

Trek sur la grande muraille de Chine : entre Jingshangling et Simatai

Après avoir pris un vrai petit-déjeuner à l’auberge, un chauffeur nous emmène à 8h30 à quelques kilomètres de là, au départ du tronçon de Jingshangling. L’avantage de s’être lever tôt est qu’il n’y a pas beaucoup de touristes avec nous sur la muraille. On mettra environ 3h30 pour boucler les 6km de marche dont quelques passages vraiment pentus. On se demande comment ils faisaient avec leurs armures… Il faut dire que ce n’est pas les endroits photogéniques qui manquent le long du parcours ! On fait de nombreux arrêts juste pour observer ce serpent géant zigzaguer jusqu’à l’horizon. Notre chauffeur nous attend à la fin du chemin pour nous ramener à l’air d’autoroute où le bus nous attend pour rentrer sur Pékin.

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-33

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-34

Notre ressenti

Voir la grande muraille de Chine et marcher dessus restera sans doute l’un des plus beaux souvenirs de notre tour du monde. On ne pouvait pas rêver meilleur fin pour la partie asiatique de notre voyage. Jusqu’au bout, la Chine nous aura surpris et envouté. Et c’est avec un peu de tristesse que nous nous envolons vers notre prochain pays : la Nouvelle-Zélande !

©playingtheworld-chine-muraille-voyage-27

Infos utiles

Où dormir :Guest House Simatai, 300 yuans/pers incluant l’hébergement, les transferts (autoroute/auberge, auberge/muraille, muraille/autoroute), le repas du soir et le petit déjeuner (extrêmement copieux et délicieux). C’est la chambre qui nous a coûté le plus cher pendant notre voyage en Chine mais le lieu vaut vraiment le coup !

Comment rejoindre Simatai depuis Pékin

  • prenez le métro jusqu’à l’arrêt Wangjing West (ligne 13)
  • sortez du métro et rejoignez la gare routière à pieds
  • prenez le bus pour Jingshangling (32 yuans/pers)
  • en montant dans le bus, demandez au chauffeur qu’il appelle la Guest House pour qu’il vienne vous chercher sur l’arrêt d’autoroute Jingshangling Service Center
  • le propriétaire de la guest house vous emmène en voiture jusqu’à destination

Les autres transferts en voiture inclus dans le prix :

  • A 8h le propriétaire vous emmène en voiture au tronçon Jinshanling (5km)
  • A 12h30 le propriétaire viens vous chercher à la fin du tronçon (convenu avec lui auparavant) avec les gros sacs à dos dans le coffre (mis le matin avant le départ)

Prix de l’entrée sur le tronçon de Jingshangling : 65 yuans/pers (environ 10€)

Contacter l’auberge :

20 Comments

©playingtheworld-chine-xian-voyage-14

En quittant la province du Sichuan, nous quittons définitivement le côté naturel de la Chine pour nous rapprocher de notre destination finale : Pékin. En route, nous faisons une escale de deux jours à Xi’An pour aller voir la célèbre armée de terre cuite.

Xi’An, l’ancienne capitale de l’empire chinois

Nous arrivons à Xi’An (qui se prononce “chi-ane”) depuis Chengdu après un trajet long de 17 heures en train de nuit. A la sortie de la gare, nous sommes accueillis par les imposantes murailles qui encerclent le centre ville. Car oui, Xi’An est l‘une des cités les plus anciennes de Chine. Grâce à son emplacement centrale, la ville a longtemps été considérée comme la plaque tournante du commerce de la soie à travers toute l’Asie. Un avantage qui lui a valu de devenir la capitale de l’empire de Chine sous de règne de l’empereur Qin, le premier à unifier le pays (c’est aussi lui qui a fait construire sa redoutable armée de terre cuite). Aujourd’hui, il ne reste que quelques monuments pour témoigner de sa grandeur passée comme par exemple la pagode de l’oie sauvage, la tour de la cloche, la tour du tambour ou encore le quartier musulman très vivant (héritage du commerce avec les pays d’Asie mineure). Le reste de la ville a été envahi par les hauts buildings en verre et acier et les grandes marques  de consommation de masse (McDonald’s, Starbucks Coffee, Pizza Hut, Apple Store, H&M…). Malgré un nuage de pollution qui flotte en permanence au dessus de la ville du aux nombreuses usines de charbons de la région, Xi’An demeure une ville aérée et propre.

L’armée de terre cuite : un peu d’histoire

L’armée de terre cuite rassemble plus de 6 000 statues des soldats chinois ensevelis sous terre. Fantassins, archers, cavaliers… ces légions ont été fabriquées sur la demande de l’empereur Que Quin Shi Huan au IIIème siècle avant JC. L’empereur guerrier un peu mégalo voulait une “escorte personnelle” pour protéger son tombeau et régner sur le royaume des morts. Avec une telle armée, je doute qu’il ait échoué ! Toujours est-il que ces statues ne laissent pas le visiteur indifférent tant elles sont nombreuses, extrêmement bien conservées (un masque à la boue peut-être) et grandes (taille humaine). En plus de tout cela, chaque modèle est unique. De la physionomie à l’expression du visage en passant par la coupe de cheveux, il n’y a pas deux soldats identiques !

©playingtheworld-chine-xian-voyage-14

C’est en 1974 par pur hasard que l’armée est sortie de terre lorsque des ouvriers Chinois ont creusé un puit, découvrant de mystérieux souterrains remplies de ces soldats silencieux tapis dans l’ombre. Aujourd’hui, le site de l’armée de terre cuite est l’un des plus visités de Chine.

Visite de l’armée de terre cuite

L’armée de terre cuite se trouve à une heure de bus à l’extérieur de Xi’An. Pour y accéder, nous avons pris le bus 603 depuis la gare routière de Xi’An. Le site se divise en trois grands entrepôts. Le hangar #1 est le plus grand. Le #3 est le plus petit. Nous avons décidé de les visiter du plus petit au plus grand pour garder le moment le plus impressionnant pour la fin de la visite.

L’entrepôt #3 renferme une petite centaine de statues. La plupart sont cassées. Mais l’avantage c’est qu’il y a peu de touriste. On peut donc prendre son temps pour observer les soldats.

L’entrepôt #2, un peu plus grand ne présente pas beaucoup d’intérêt en ce qui concerne sa fosse. En revanche, c’est ici que sont exposés 5 types de soldat : l’archer à genoux, l’archer debout prêt à tirer une flèche, le fantassin, le cavalier et sa monture, et un général. Si les peintures d’origines ont quitté depuis bien longtemps leur support, j’ai aimé pouvoir les approcher de très près pour admirer les mains, les armures, les visages… tous ces détails qui font de chaque statue un modèle unique.

©playingtheworld-chine-xian-voyage-9

L’archer à genoux

On a terminé notre visite par l’entrepôt #3, le plus grand, celui avec le plus de statues… et le plus de touristes ! Même en visitant le site entre 12h et 14h, on a du jouer des coudes pour avoir un beau point de vue sur toute la salle. Heureusement, on peut faire le tour de l’entrepôt, trouver d’autres angles de vues et s’arrêter pour lire les panneaux explicatifs très intéressants sur la découverte du site, les techniques de sculptures de l’époque ou encore les techniques de conservation. Voir cette armée de dresser devant soit est très impressionnant. Je regrette juste que les armes aient disparurent. Les arcs (tout comme les charriot), en bois n’ont pas résisté aux affres du temps. Les épées, les haches et les lances (en métal) on été retirées pour être conservées dans de meilleures conditions.

©playingtheworld-chine-xian-voyage-13

Notre ressenti 

Nous n’avions pas prévu de passer par Xi’An au moment de préparer notre voyage en Chine. On doit avouer maintenant que cette étape est plutôt agréable à faire si on voyage entre Pékin et Chengdu mais ne mérite pas forcément de faire un détour. On a été content de voir ces grands soldats de terre de nos propres yeux mais on n’a rien découvert de plus que ce qu’on avait déjà pu apprendre ailleurs. Sans oublier que le prix d’entrée du site est excessivement cher pour le temps passé sur place. Site sympa donc mais pas à privilégier pour un premier voyage en Chine. 

Infos utiles

Arriver à Xi’An depuis Chengdu : train de nuit en voiture couchette : 246 yuans, 17h de voyage

Oú dormir : Face Book Hostel, 35 yuans le lit dans un dortoir de 6. Petit hôtel très agréable et très propre en plein centre ville. Le personnel parle anglais et nous a aidé à planifier nos visites et la suite de notre voyage.

©playingtheworld-chine-xian-voyage-21

©playingtheworld-chine-xian-voyage-22©playingtheworld-chine-xian-voyage-23©playingtheworld-chine-xian-voyage-24

Oú manger : 

  • Three Sister Restaurant, on y a mangé des super ravioli (agneau/carotte et bœuf/champignon), une vingtaine de yuans en fonction des aliments et de la taille du bol

©playingtheworld-chine-xian-voyage-2©playingtheworld-chine-xian-voyage-1

  • Nous avons aussi retrouvé le même petit restaurant musulman qu’à Chendgu, celui oú le chef prépare ses noodles fraîches devant nous ! 🙂 notre coup de cœur de Chine. Il se trouve dans la même rue que l’hôtel, à quelques mètres de là sur le trottoir d’en face.

 

  • Prix du bus 603 pour visiter l’armée de terre cuite : 8 yuans/pers
  • Prix d’entrée de l’armée de terre cuite : 150yuans
Leave a comment

©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-6

Après avoir visité le Yunnan, notre route vers Pékin nous a mené dans la province du Sichuan. Là encore, nous n’avons passé qu’une petite semaine dans cette magnifique région. Pas assez longtemps pour l’explorer en profondeur mais suffisamment pour découvrir certains de ses plus beaux endroits.

Carte sichuan

2 jours sur le mont Emei (Emei Shan)

Il existe 4 montagnes bouddhiques sacrées en Chine. L’une d’elles se trouve dans le Sichuan, il s’agit d’Emei Shan (Shan signifie “mont”). Grimper au sommet de la montagne représente un pèlerinage important pour beaucoup de Chinois… et un exploit sportif pour tous ! Toujours courbaturés par notre trek dans les gorges du saut du tigre de la semaine précédente, je dois avouer que nous avons fait les feignants et pris la navette puis le téléphérique pour arriver au sommet de la montagne, à environ 3 100 mètres d’altitude ! (C’est quand même plus facile même si on a dû endurer pendant 2 heures de montée les profonds raclements de gorge suivis des crachas bruyants du chauffeur de la navette !).

©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-6

A cette hauteur, nous sommes passés au dessus des nuages ce qui nous a permis d’admirer un paysage magnifique donnant sur une mer blanche, comme dans l’avion ! 🙂 On est resté un long moment au sommet, à prendre le soleil et observer un temple apparaître et disparaître dans les nuages. La descente en escalier, un peu ardue, nous a replongé dans une brume humide et mystérieuse. On aurait pu descende toute la montagne pour voir d’autres temples et une zone peuplée de singes, mais les conditions climatiques et les hordes de touristes nous ont démotivés. Nous avons préféré retourner au chaud dans notre auberge. 😉

©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-5

©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-4

©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-1

©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-7

©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-8

Oú dormir : Teddy Bear GH, 35 yuans (4,70€) par personne (dortoirs de 5, lits confortables avec rideaux, salle de bain dans la chambre)

©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-3©playingtheworld-chine-emei-shan-sichuan-voyage-2

Les + :

  • le paysage au sommet
  • l’air frais de la montagne

Les – :

  • le prix : comptez 90 yuans la navette, puis 185 yuans le droit d’entrée sur la montagne et 65 yuans le téléphérique pour accéder au sommet.
  • la marée de touriste (pas de bol pour nous, on a visité Emei Shan un week-end !)

2 jours dans le petit village de Lui Jiang

Après Emei Shan, nous avions prévu de nous rendre à Le Shan pour voir le plus grand bouddha du monde. Des bouddhas, on en a déjà vu beaucoup dans les autres pays et on voulait fuir la foule de touristes. Nous avons donc décidé d’esquiver cette ville et de la remplacer par Lui Jiang, un tout petit village perdu au fond d’une vallée. Nous nous y sommes rendus en stop très facilement. Ce qu’on a aimé à Lui Jiang : son calme, sa petite rivière aménagée, ses nombreux peintres qui occupent les bergent. En deux mots : la sérénité !

©playingtheworld-chine-luijiang-sichuan-voyage-11

©playingtheworld-chine-luijiang-sichuan-voyage-2

©playingtheworld-chine-luijiang-sichuan-voyage-14

©playingtheworld-chine-luijiang-sichuan-voyage-3

©playingtheworld-chine-luijiang-sichuan-voyage-17

©playingtheworld-chine-luijiang-sichuan-voyage-15

Oú dormir : Le nom de notre hôtel étant en chinois, on ne pourra malheureusement pas vous le donner. En revanche, Lui Jiang étant un tout petit village, vous le retrouverez facilement avec la photo de la porte d’entrée ! 😉 150 yuans la chambre double (négociée à 110 yuans)

1 jour à Bifengxia avec les pandas géant de Chine 

On ne pouvait pas visiter le Sichuan sans voir des pandas. Nous avons préféré les observer en semi-liberté dans la base des pandas de Bifengxia. L’une de nos plus belles journées en Chine !

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-24

Pour avoir plus d’infos sur cette journée fabuleuse, vous pouvez lire notre article Une journée avec les pandas géants de Chine dans le Sichuan

Prix de l’entrée : 118 yuans / 60 yuans tarif réduit

Les + :

  • les bébés pandas qui jouent dans l’herbe
  • le cadre : la réserve se trouve dans une vallée verdoyante magnifique

Les – :

  • la longue marche pour arriver à l’entrée de la réserve des pandas

2 jours à Chengdu

La capitale du Sichuan ne présente que peu d’intérêt ! Nous y sommes tout de même restés deux jours car c’est dans cette ville située au milieu de la Chine qu’on s’est donné rendez-vous avec Parearau, notre amie Néo-Zélandaise qu’on a hébergé 9 mois plus tôt à Paris. C’est donc à trois que nous avons visité le quartier historique de Chengdu, flâné dans le parc du peuple et bu un thé dans l’une des innombrables maison de thé de la ville. On a même eu l’occasion de se joindre à un groupe de chinois en train de danser dans un parc. Une autre manière de se fondre dans le décor et une super occasion de rigoler et partager avec des locaux ! 🙂

Où dormir : Mr.Panda Youth hostel, une super auberge de jeunesse en plein coeur de la ville, 25 yuans le lit (3.40€) dans un dortoir de 6, connexion Internet pas très bonne

BON PLAN pour ceux qui réservent l’hébergement en avance sur internet : Le site de Cashback iGraal.com vous permet d’économiser 4% sur Booking ou encore 3,5% sur Hostelworld et plein d’autres sites sur Internet (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5€ à votre inscription ! 🙂

Les + :

  • boire un thé dans une maison de thé
  • se balader dans les parcs et se mêler aux Chinois qui jouent et qui dansent

Les – :

  • on a trouvé que le “vieux” quartier de Chengdu était fabriqué de toute pièce pour plaire aux touristes. On n’y a pas trouvé l’authenticité qu’on est venu y chercher.

Notre ressenti 

Malgré le peu de temps qu’on lui a consacré, le Sichuan est une très belle région qu’on a adoré visiter. Comme pour le Yunnan, nous savons que nous reviendrons un jour ici, ne serait-ce que pour voir le parc national Jiuzhaigou, l’un des plus beaux du pays !

©playingtheworld-chine-chengdu-sichuan-voyage-10

2 Comments

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-12

20 Avril 2016 – On ne pouvait pas visiter la Chine (en général) et le Sichuan (en particulier) sans rendre visite à l’un de ses plus emblématiques habitants : le panda géant de Chine ! N’étant pas très adepte des zoo et autres pensions où les animaux sont enfermés, on aurait bien aimé voir ce gros nounours blanc et noir en pleine nature. Malheureusement, ils préfèrent grignoter des pousses de bambous que se reproduire et ils ont été trop longtemps victimes de braconnage, si bien qu’aujourd’hui, on ne dénombre que 1 600 individus en liberté ! Donc pour les voir, pas le choix, direction un centre de protection.

Où observer des pandas en Chine ?

Il existe plusieurs endroits pour observer des pandas en Chine (le centre de recherche et d’élevage du panda à Chengdu, la base des pandas de Bifengxia, le zoo de Pékin, le parc océan à Hong Kong…). Voir des pandas, OUI, mais pas n’importe comment. Nous voulions un endroit qui respecte l’animal, un endroit où ils aient assez d’espace pour vivre en semie-liberté. Le Sichuan est la province dans laquelle vit le plus grand nombre de pandas. C’est donc dans cette province que nous voulions partir à leur rencontre. On avait entendu dire que le centre des pandas de Chengdu ressemble plus à un zoo qu’à une réserve naturelle. C’est pourquoi nous avons décidé de visiter la réserve de Bifengxia.

Mais avant d’aller plus loin, je vous propose de regarder notre petite vidéo tournée lors de notre visite. Attention, images trop cute ! 😉

La base des pandas de Bifengxia a ouvert ses portes en 2008 après qu’un séisme ait détruit la réserve de panda située dans le parc national Wolong. Aujourd’hui, c’est la plus grande réserve de panda au monde ! Le centre comptait une quarantaine de pensionnaires lors de notre passage.

Volontariat : La base des pandas de Bifengxia propose aussi un programme de volontariat. Mais après avoir discuté avec des volontaires, on s’est rendu compte qu’ils avaient beaucoup de temps morts et que leur travail consiste surtout à nettoyer les enclos et préparer les repas des pandas. Il n’y a pas de réelle interaction avec les pandas et, pire, ils ne peuvent même pas approcher les bébés ! Bref, on trouve que c’est un peu une arnaque !

Comment se rendre à Bifengxia ?

La réserve des pandas se situe à 18km de Ya’an et environ 150km de Chengdu. Des minibus partent régulièrement de la gare routière de Ya’An. Ils partent généralement quand ils sont pleins. Le trajet coûte 5 yuans. On a été impressionné de voir qu’au bout de quelques kilomètres, la ville disparait complètement pour laisser place à une vallée d’un vert intense envahie par les bambous. Pas de doute, on est bien dans la région des pandas !

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-3

Tête à tête avec un panda géant de Chine

La base des pandas de Bifengxia se trouve au beau milieu d’une réserve naturelle verdoyante. Après avoir acheté son billet (118 yuans / 60 yuans tarif réduit), deux chemins s’offrent au visiteur pour rejoindre la base :

  • le plus court : une navette gratuite part de la billetterie et met 5 minutes pour arriver à l’entrée du site
  • le plus long mais le plus joli : juste derrière la billetterie, un ascenseur mène tout au fond de la gorge. Il faut alors marcher pendant 1h30 à travers de magnifiques paysages et des dizaines de cascades pour rejoindre l’entrée du site.

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-5

Nous avons choisi la randonnée à l’aller et la navette au retour. Mais si c’était à refaire, nous aurions certainement fait l’inverse. Car ce qu’on ne nous dit pas, c’est que la base des pandas se trouve au sommet de la gorge. Même si nous avons beaucoup aimé la promenade, on aurait préféré la faire en descente. Sans compter qu’il faut encore beaucoup marcher dans la base des pandas.

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-6

Une fois arrivée à la base des pandas, de nouveau deux options s’offrent au visiteur : découvrir la réserve à pieds ou bien prendre une navette qui coûte 15 yuans par personne et qui s’arrête aux deux zones principales où on peut apercevoir les pandas. Apres notre éprouvante marche dans la gorge, nous avons opté pour la navette. Celle-ci nous a d’abord mené au point le plus loin de la réserve. À chaque fois qu’on finissait une zone, il suffisait de remonter dans la navette qui arrivait (en essayant de ne pas se faire bousculer par les touristes chinois !).

Dans la navette avec les touristes chinois

Notre ressenti

A première vue, la base des pandas de Bifengxia ressemble à un petit village perdu dans la forêt, avec de nombreux bâtiments disséminés entre les arbres. Rappelons que la base est avant tout un centre d’étude et de réhabilitation des pandas. On a été très content de voir que les pensionnaires avaient énormément d’espace pour se promener, même si la majorité d’entre eux font la sieste dans les arbres ! On a vu au total une petite vingtaine de ces animaux noirs et blancs.

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-29©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-10

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-18

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-16

Mais qui se cache derrière cette fougère ?

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-24

 

Sieste dans les arbres

Sieste dans les arbres

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-17

Conseil de visite : prenez votre temps ! La plupart des touristes qu’on a croisé nous ont dit que les pandas ne bougeaient pas pendant leur visite. Il faut dire que le panda n’est pas connu pour son hyperactivité ! La plupart du temps, ils dorment en haut des arbres ou dans leurs box. En attendant quelques longues minutes devant les enclos, on a eu la chance de les voir bouger, se balader, manger des bambous. Pendant dix minutes on a même pu observer deux bébés pandas jouer dans les herbes hautes. Un moment magique !

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-20

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-26

A la cool ! 🙂

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-28

C’est trop bon le bambou !

Autre avantage d’attendre : vous vous retrouvez quasiment seul avec les pandas. Les groupes de Chinois n’attendent généralement pas longtemps. Malheureusement, on a même vu certains touristes leur jeter des cailloux pour les faire bouger (jusqu’à ce que Chloé leur face la leçon en Français !).

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-13

On est donc ressorti très heureux de cette rencontre avec les pandas. On aurait aimé en voir plus et de plus près mais finalement, il vaut mieux qu’ils gardent une certaines distance avec les visiteurs. Une chose est sûr, on en aurait bien ramener un avec nous… 🙂

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-27

Petit jeu : combien voyez-vous de panda sur cette photo ?

Infos utiles

Où dormir : Une femme nous a accosté à la descente du bus pour nous proposer son hôtel. Quand nous sommes passés à Bifengxia, cet hôtel venait tout juste d’ouvrir. Les chaises étaient encore emballées dans la chambre. L’hôtel est froid et impersonnel mais pour une nuit c’est suffisant. Nous ne connaissons pas le nom de l’hôtel (car écrit en chinois) mais voici sa carte de visite ! 😉 La chambre coute 100 yuans. Nous l’avons négocié à 80 yuans.

©playingtheworld-chine-panda-bifengxia-voyage-113064112_10154176525224637_1437650633_o

Où manger : de nombreuses petites échoppes proposent des plats chinois tout au long de la randonnée dans la gorge. Super convivial, très bon et vraiment pas cher (8 yuans le plat de nouilles, 3 yuans la brochette de pomme de terre).

Prix de l’entrée de la réserve des pandas : 118 yuans / 60 yuans tarif réduit (étudiant)

Prix du bus Chengdu-Ya’An : 46 yuans/pers

Prix de la navette Ya’An-Bifengxia : 5 yuans/pers

3 Comments

©playingtheworld-chine-lijiang-yunnan-voyage-11

06-16 avril 2016 – La province du Yunnan est la porte d’entrée de la Chine quand on vient du Viêt Nam. C’est aussi l’une des régions les plus touristiques du pays. Il y a tellement de choses à y faire qu’un seul voyage n’est souvent pas suffisant pour en faire complètement le tour. Nous n’avons passé que 10 jours dans le Yunnan. Notre itinéraire n’est donc peut-être pas le plus complet mais il permet d’avoir un bon aperçu de cette magnifique province.

Capture d’écran 2016-04-30 à 05.51.27

2 jours dans les rizières de Yuanyang

Yuanyang est la première étape de notre voyage dans le Yunnan. Ce village, ou plutôt cet ensemble de villages est connu pour ces merveilleuses rizières en terrasse. On peut les observer depuis Bada, Laohuzui et Duoyishu. En ce qui nous concerne, nous avons séjourné à Duoyishu. On a particulièrement aimé contempler les rizières au lever du soleil, au moment où les premiers rayons du soleil se reflètent dans l’eau.

Pour plus d’infos, vous pouvez lire notre article « Premiers pas en Chine, les rizières de Yuanyang »

  • Arriver à Yuanyang depuis le Viêt Nam :
  • Oú dormir : le Timeless Hotel, 148 yuans la chambre double / 40 yuans le lit en dortoir. Un peu cher mais un emplacement idéal avec un roof top qui donne sur les rizières.

@playingtheworld-yunnan2

2 jours dans la vieille ville de Lijiang

Située au nord de Kunming, Lijiang est une adorable cité qui a su conserver son charme du passé. On a adoré les vieilles maisons à l’architecture chinoise traditionnelle qui constituent le cœur de la vieille ville. On a aussi beaucoup aimé nous perdre dans ses ruelles au petit matin, quand tout est encore fermé et que les rues ne sont pas encore envahies de touristes. La ville revit en pleine journée avec ses échoppes de thé, de souvenirs et ses nombreux restaurants. Et quand deux boutiques de djembés se font face ou sont côte à côte, ça devient vite la quinquaphonie. Pour échapper au tumulte de la ville, nous avons trouvé refuge dans le parc de l’étang du Dragon noir au nord de la ville, un espace vert très relaxant pour une promenade autour du lac avec une vue imprenable sur le mont enneigé du dragon de jade.

  • Arriver à Lijiang depuis Kunming : 9h de train de nuit, 142 yuans
  • Oú dormir : Youth Hostel Ancient Town Backpacker, 20 yuans pour un lit en dortoir, salle grande et froide, salle de bain pas très propre

©playingtheworld-chine-lijiang-yunnan-voyage-5

©playingtheworld-chine-lijiang-yunnan-voyage-11

2 jours de trek dans les gorges du saut du tigre

Les gorges du saut du tigre est l’un des chemins de randonnée les plus connus et les plus beaux au monde. Si les plus sportifs le font en une journée, nous avons préféré y consacrer deux jours. Une marche grandiose en pleine nature, sur les flans du canyon le plus profond du monde. Nous sommes même descendu tout au fond de la gorge, au plus près du fleuve Yangzi. Une épopée sportive qui reste l’un de nos plus beaux souvenirs de Chine.

Pour plus d’infos, vous pouvez lire notre article « 2 jours de trek dans les gorges du saut du tigre »

  • Arriver aux gorges du saut du tigre depuis Lijiang : prendre un bus local à la gare routière, 43yuans/pers, 1h30/2h00
  • Oú dormir : Jane’s Tibetan GH à Quiaotou (l’entrée des gorges) et Halfway GH à la fin de la première journée de marche

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-51

4 jours à Kunming et ses environs

Nous n’avions pas prévu de rester aussi longtemps dans la capitale du Yunnan mais comme souvent ce sont les rencontres qui forgent le voyage. Nous avons passé 3 nuits en AirBNB chez Arthur et Manue, deux étudiants français venus faire un échange pour étudier le commerce international en Chine. A leur contact, nous avons replongé dans nos années fac ! Ils nous ont présenté leurs amis avec qui nous avons fait la fête et découvert l’effervescent quartier de Kundu oú se trouvent toutes les meilleures boîtes de Kunming. Sortir en boîte en Chine est d’ailleurs une expérience incroyable à vivre au moins une fois dans sa vie. Trop heureux d’avoir des “blancs” à leurs côtés (marque de réussite sociale), les Chinois nous ont invité toute la soirée à leur table, nous offrant des bières et prenant de selfies avec nous. Un moment vraiment très drôle.

©playingtheworld-chine-kunming-yunnan-voyage-8

Avec nos super hôtes AirBNB, Arthur et Manue !

©playingtheworld-chine-kunming-yunnan-voyage-13

Selfie party avec nos nouveaux amis chinois…

Mais Kunming c’est aussi des temples taoïstes et des espaces verts en plein cœur de la ville.

Nous ne devions rester que 3 jours mais des embouteillages inattendus nous ont fait louper notre train pour Chengdu. Nous avons donc du passer une journée de plus chez nos super hôtes ! 🙂

Les environs de Kunming réservent également des trésors intéressants à découvrir lors d’un voyage dans le Yunnan. C’est par exemple le cas de la forêt de pierre. Situé à 120km au sud-est de Kunming, il s’agit d’une région dominée par d’immenses blocs de pierre. Ils sont si hauts qu’on pourrait les confondre avec des arbres (d’où le nom du site). Nous n’avons préféré rester tranquille à Kunming plutôt que de visiter ce lieu. Cela nous donne une bonne occasion de revenir dans le Yunnan. 😉

Découvrir la Chine en commençant par visiter le Yunnan restera certainement l’un de nos meilleurs souvenirs de tour du monde. Entre culture chinoise et grands espaces, on a vraiment beaucoup aimé cette province aux confins de l’empire du milieu. Notre seul regret, ne pas avoir plus de temps devant nous pour en voir plus. Mais alors que nous partons vers la province voisine du Sichuan, nous sommes profondément convaincu que nous reviendrons un jour dans le Yunnan 🙂

Leave a comment

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-17

10-12 avril 2016 – Ce qui nous a marqué en arrivant en Chine, ce sont les grands espaces dont dispose le pays. Un véritable terrain de jeu pour les mordus d’outdoors ! A la frontière du Tibet et aux portes de la chaîne de l’Himalaya, la province du Yunnan offre des chemins de randonnée parmi les plus beaux du monde. C’est ici que, pendant 2 jours, nous nous sommes attaqués aux célèbres gorges du saut du tigre.

Les gorges du saut du tigre : présentation

Les gorges du saut du tigre, ou plutôt LA gorge désigne ni plus ni moins le canyon le plus profond du monde ! Même le Grand Canyon des Etats-Unis qui nous a pourtant laissé le cul par terre n’est pas aussi profond. Le saut du tigre c’est :

  • 16km de long
  • 2 000m de profondeur
  • 12 heures de marches sur 2 jours
  • 900m de dénivelé
  • 30 mètres cube d’eau débité chaque seconde du fleuve Yangzi
  • deux montagnes qui l’entourent et culminent à 5 596 mètres d’altitude (à côté, le Mont-Blanc, c’est un petit joueur !)

Mais au fait, pourquoi ça s’appelle le saut du tigre ? Et bien, selon la légende, un tigre aurait enjambé le fleuve Yangzi (pourtant large d’environ 25 à 30 mètres) en effectuant un saut incroyable depuis un énorme rocher, tout au fond du canyon. Et oui, comme pour beaucoup de choses ici, les Chinois ont le sens de la poésie !

Source photo : Wikipédia

Source photo : Wikipédia

Comment venir aux gorges du saut du tigre ?

Des bus locaux partent de Lijiang toutes les heures pour rejoindre Qiaotou, le village de départ de la randonnée. Le trajet coûte 43 yuans par personne et dure entre 1h30 et 2h00. Attention, le dernier bus part à 15h30 de la gare routière de Lijiang.

Bien préparer son trek dans les gorges du saut du tigre

Avant-propos du randonneur novice : On a lu tout et n’importe quoi sur les gorges du saut du tigre. Certains disent que c’est trop facile, d’autres qu’il faut être extrêmement bien préparé physiquement… Bref on ne savait pas trop quoi penser ! Et pour une fois Lonely Planet n’a pas été d’un grand secours. Pire, il nous a même un peu effrayé en déclarant que « plusieurs personnes ont péri dans la gorge » ou encore qu’« il ne faut pas effectuer cette randonnée seul » car « des voyageurs ont été agressé dans la montagne ». Nous avons donc affronté la terrible gorge en ne sachant pas vraiment à quoi nous attendre. Et maintenant, on doit avouer une chose : la randonnée est super safe (on a croisé personne sur tout le trajet) et elle n’est pas si difficile que ça… quand on prend son temps ! 😉

Nous sommes arrivés à Qiaotou depuis Lijiang en fin de journée. Pour accéder à la guest house, nous nous sommes d’abord acquittés du droit d’entrée dans la gorge (65 yuans par personne). Nous avons dormi une nuit chez Jane’s Tibetan Guest House, une auberge très charmante, lieu de rendez-vous des randonneurs. Une fois de plus, merci la basse saison, nous avons eu la chance d’être seuls dans le dortoir (et même dans toute l’auberge) ! Nous y laissons notre gros sac à dos que nous récupèrerons le lendemain en rentrant à Lijiang.

Il existe deux chemins pour explorer les gorges du saut du tigre :

  • le sentier du bas. Il longe la gorge mais il faut marcher sur la route avec les innombrables cars de touristes, 4×4 et camions de chantiers.
  • le sentier du haut. Le plus emprunté par les randonneurs, celui qui passe dans la montagne…. le plus beau.

Sans grande surprise on a opté pour le second, à faire en deux jours pour bien prendre le temps de profiter du paysage et surtout pour économiser nos forces de randonneurs débutants. 😉

1er jour : entre montées ardues, paysages à couper le souffle et rencontres insolites

Apres un solide petit-déjeuner pris à la guest house, nous attaquons notre première journée de rando dès 9h du matin. Ca peut paraitre un peu tard mais nous n’avions prévu « que » 7 à 8 heures de marche dans la journée. Les premiers kilomètres sont loin d’être les plus agréables. La piste qu’indique notre GPS a été remplacée par une large route goudronnée et bien trop fréquentée. Nous marchons une bonne demie heure sur cette route avant que les choses sérieuses ne commencent.

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-28

Premier point de vue sur la gorge après 1km

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-27

C’est la que ça commence à grimper !

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-26

Motivééééééé…

Nous suivons alors un sentier abrupte qui part dans la montagne. Le point positif c’est qu’on quitte la grande route et le passage incessant des voitures. Le point négatif, c’est que ça monte sec et que le chemin est plutôt mal indiqué sur cette portion. Heureusement, des vendeurs sont là pour nous indiquer la bonne voie. Après deux bonnes heures de montée plutôt arasantes, nous entamons notre descente sur le petit village de Nuoyù. Une descente tout aussi abrupte et en lacet. On pensait avoir affaire aux 28 terribles virages annoncés dans le Lonely Planet. Que nenni ! On se rendra compte plus tard que le pire restait à venir… Une fois le village passé, le sentier se remet à grimper dans la forêt.

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-33

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-34

A mi-parcours (1h30 plus tard quand même !) nous faisons une halte pour reprendre quelques forces. Une gentille mamie chinoise vend des fruits secs, des bananes et… du cannabis !?! Allez savoir pourquoi ! Personnellement ça aurait plus tendance à me casser les jambes qu’à me donner des ailes. (Il parait qu’on en trouve à l’état sauvage le long du chemin, mais nous n’en avons pas vu !) Après avoir mangé quelques noix et bananes, nous nous sentons de nouveau d’attaque pour reprendre la route. Au bout de 20 minutes, nous faisons enfin face aux 28 lacets de la mort ! Heureusement, les virages sont numérotés en rouge sur des rochers. On doit avouer qu’on a fait des pauses entre chaque virage pour que Chloé reprenne son souffle. Et au sommet… quel spectacle ! Nous arrivons sur un point de vue magistral sur la gorge. On aperçoit le fleuve qui gronde au fond du canyon et en face de nous, une montagne terrifiante nous domine, la tête cachée dans d’épais nuages noirs et menaçants. Malgré le vent plutôt froid, nous sommes restés quelques minutes à contempler ce spectacle. Je crois que je ne me suis jamais senti aussi petit !

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-51

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-44

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-39

Et maintenant ? Et bien, il faut redescendre. Et oui, tout ça pour ça. Heureusement, nous n’avons pas à aller tout en bas de la vallée et nous voici arrivés sur la portion la plus agréable des deux jours. Le chemin, tout à fait plat maintenant, longe la gorge, se rétrécissant parfois jusqu’à ressembler à une mince corniche le long de la falaise. Et, toujours sur notre droite, ce massif de montagnes terrifiant mais tellement beau qui nous observe. Nous ne croiserons personne hormis un berger et ses quelques chèvres qui n’ont décidément pas peur du vide. Attention toutefois à la tête, nous avons failli nous prendre un caillou de plein fouet. Il a dû se détacher sous le sabot d’une de ces biquettes.

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-52

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-49

Ca ne vous donne pas envie ?!

Nous arrivons à Halfway Guest House, notre halte pour la nuit vers 17h00. Après avoir marché une bonne demie-heure sous la pluie, nous sommes heureux de trouver un refuge sec et de prendre une bonne douche chaude. On tenait absolument à dormir dans cette auberge pour… la vue imprenable sur la gorge qu’on a depuis notre lit dans le dortoir ! Avouez qu’il y a pire, non ?! 😉 Nous y retrouvons Kat, une Finlandaise rencontrée dans les rizières de Yuanyang et faisons la connaissance de Kim le Coréen, Pu la Thaïlandaise et Michael l’Israëlienne. Nous passons la soirée tous ensemble autour d’un bon repas avant de nous coucher à… 22h00 ! Et oui, 7h de marche, ça fatigue !

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-59

Rien de tel qu’une bonne bière après une dure journée de marche !

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-53

Pas mal la vue, non ?

2ème jour : la descente infernale tout au fond de la gorge du saut du tigre

La deuxième journée de randonnée dans les gorges du saut du tigre est moins longue et un peu plus facile que la première (un peu, j’ai dis !). Comme la veille, nous reprenons notre marche vers 9h00 après avoir pris un bon petit-déjeuner face aux montagnes. Il pleut toujours mais la pluie est plus fine et ne devrait pas trop nous déranger. Il nous faudra 1h30 en descente pour atteindre Tina’sGuest House. C’est depuis cette auberge que part le bus pour rentrer à Lijiang. Cela explique que la plupart des voyageurs y terminent leur trek. Mais nous ne sommes pas venus jusqu’ici pour rien ! Après une courte pause chez Tina, nous décidons de reprendre la route pour descendre tout en bas de la gorge, jusqu’au fleuve Yangzi.

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-4

C’est reparti pour une journée de marche.

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-3

Une voiture nous mène gratuitement jusqu’à l’entrée d’un chemin. On nous demande de payer 10 yuans à l’entrée (soit disant pour l’entretien du sentier). Nous payons et entamons la descente. La route est plutôt facile. On dirait un escalier. Il ne nous faut que 35 minutes pour atteindre le fond du canyon. Devant nous, le fleuve Yangzi déverse des milliers de litres d’eau dans un fracas assourdissant. Ce n’est pas le moment de se baigner ou de faire du kayak ! Nous voulons nous approcher du fleuve. Sur le chemin, une grille nous barre la route. Une Chinoise nous fait payer 15 yuans supplémentaires par personne pour accéder aux points de vue sur le fleuve et au chemin pour remonter.

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-7

Je m’approche au plus près du fleuve, à une dizaine de mètres du rocher d’où le tigre aurait sauté pour traverser le fleuve. J’aurais pu rester des heures à contempler ces flots, heureux d’être arrivé au bout de cette magnifique marche. Mais il faut remonter avant le départ du bus à 15h30. Et là, deux options, le chemin traditionnel, un peu long et par les rochers et… une échelle de 30 mètres (chemin plus rapide mais tellement effrayant !). Malgré nos appréhensions, nous prenons l’échelle. Celle-ci est fixée à même la roche. Derrière, on peut apercevoir l’échelle en bois qui devait servir autrefois. Je suis bien content qu’ils l’aient changée ! Il ne faut juste pas regarder derrière soi ou se dire « et si l’échelle se détache ?!? » (comme un idiot, j’ai bien sûr fait les deux !).

Gorge du saut du tigre

L'échelle le long de la falaise

L’échelle le long de la falaise

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-17

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-18

La photo de fin de rando !

Nous sommes de retour à Tina’s GH vers 14h00. Le temps de déjeuner et de se reposer et c’est déjà l’heure de partir. On dit au revoir à nos compagnons d’aventure et on monte dans les navettes qui prennent la route en sens inverse de notre marche, vers Qiaotou et Lijiang… vers la civilisation !

Notre ressenti

Avant toute chose, il faut rappeler que nous ne sommes pas des randonneurs chevronnés. Malgré cela, nous sommes arrivés à bout des 16km de trek relativement facilement. La première partie (jusqu’à la pause déjeuner) est vraiment la plus difficile et la moins agréable. Elle nous fait marcher plutôt loin de la gorge avec comme paysage, les chantiers qui détruisent la montagne un peu partout et le doux son des machines de construction comme fond sonore. On a clairement préféré le reste de la randonnée avec vue imprenable sur la gorge et le silence de la nature. On ne regrette absolument pas ces deux jours en mode aventurier, même si il nous faudra plusieurs jours pour récupérer nos jambes ! 😉

©playingtheworld-chine-gorge-saut-tigre-voyage-63

Infos utiles

Où dormir :

  • au début de la randonnée : Jane’s Guest House, 35 yuans le lit en dortoir de 6, auberge sommaire mais confortable des cartes pour préparer son trek. On peut y laisser le sac à dos et le récupérer à la fin du trek, le bus s’arrête 5 minutes devant si on fait la demande
  • le premier soir : Halfway Guest House, 40 yuans le lit en dortoir de 6, magnifique panorama sur a gorge depuis la terrasse et le dortoir.

Où manger : 

  • le premier jour :
    • Tea Horse Guest House pour déjeuner, une halte salvatrice à la fin du tronçon difficile, comptez 20 yuans pour du riz et des légumes.
    • Halfway Guest House pour dîner, environ 20 yuans le plat
  • le deuxième jour : Tina’s Guest House, le rendez-vous de tous les randonneurs, environ 20 yuans le plat

A ne pas oublier dans son sac à dos :

  • un imperméable (le temps change très vite en montagne)
  • des vêtements chauds pour marcher
  • des vêtements secs pour se changer le premier soir
  • serviette et savon (non fournis par l’auberge)
  • des fruits secs pour retrouver son énergie dans les 28 lacets ! 😉

 

  • Prix du bus local Lijiang – Qiaotou : 43 yuans/pers
  • Prix de la navette Tina’s GH – Lijiang : 55 yuans/pers (départ à 15h30 / arrivée vers 17h30-18h00)
  • Prix d’entrée dans la gorge : 65 yuans/pers
  • Prix de la portion qui descend jusqu’au fleuve : 25 yuans/pers
6 Comments

risiere-chine-playingtheworld

6-8 avril 2016 – Après avoir obtenu le visa chinois au Vietnam sans trop de difficulté, il ne nous reste plus qu’à franchir la frontière !  Nous arrivons à la frontière Lao Cai (Viet Nam) – Hekou (Chine), impatients de découvrir l’Empire du milieu. Mais ne savons pas trop à quoi nous attendre… On doit avouer qu’après 4 mois passés à voyager, on commence à saturer un peu de l’Asie. Mais on ne se doute pas encore à ce moment là que la Chine va rebooster notre voyage !

Notre arrivée à Hekou : bienvenue en Chine

Il est 8h et nous voici en Chine ! Le passage de la frontière est très simple (pour cela, vous pouvez lire notre article Comment obtenir le visa chinois et passer la frontière). Nous sortons dans la ville et là le dépaysement est total. Tout est écrit en chinois ! Nous cherchons une banque ICBC pour retirer des Yuans. Nous nous adressons aux commerçants comme nous avons l’habitude de faire habituellement. Mais personne ne nous comprend… On pensait qu’à la frontière, les gens parleraient un peu anglais… mais non ! Pas de panique, on est bien équipé. Nous sortons notre petit guide “G Palemo” pour la première fois. Ce petit livre est le meilleur ami du voyageur en Chine. C’est un recueil de dessins qui permet de se faire comprendre quand… on n’a pas les mots ! 😉 Et ça marche. Une jeune fille nous indique la banque à 500 mètres. Les Chinois que nous croisons sont tous souriants et essayent de nous aider le plus possible.

On demande à un chauffeur de taxi de nous emmener à la gare routière située à 5 km de la ville. On essaye de communiquer avec lui mais, là encore, impossible de se faire comprendre. On lui montre la station de bus sur le G Palemo. Ils nous fait signe de monter et nous montre un billet de 10 Yuans. On accepte. Le trajet est très drôle. Il éclate de rire à chaque phrase que nous prononçons. On a beaucoup aimé ce premier contact !

frontiere-chine

Direction Xinjie et les rizières de Yuanyang

A la gare routière tout est écrit en chinois également. Nous demandons à une dame au guichet l’horaire du prochain bus pour Yuanyang. Elle parle anglais et nous indique que le prochain bus par à 10h. Le ticket coûte 48 yuans et le trajet dure 4h. Nous sommes les seuls occidentaux dans le bus. Les autres passagers nous dévisagent mais nous ne ressentons pas d’animosité de leur part. Plutôt de la curiosité et de l’étonnement. “Que sont venus faire deux étrangers dans cette partie reculée de la Chine ?!” Au bout de 3h, nous changeons de bus. Nous sommes à Nansha (heureusement qu’on a un GPS !). Le nouveau bus va jusqu’à Xinjie. Nous payons 10 yuans chacun pour 1h de bus dans les montagnes. Les paysages sont déjà magnifiques ! Au fur et à mesure qu’on monte dans la montagne, les villes cèdent la place à des petits villages et de splendides rizières. Nous arrivons finalement à Xinjie. Il nous reste une vingtaine de kilomètres à parcourir pour rejoindre notre hôtel à Laozhai. Un chauffeur de taxi super gentil nous propose de nous emmener pour 15 yuans par personne. Nous acceptons et découvrons en route les sublimes rizières de Yanyuang. Sur la route cabossée, nous croisons des habitants en habits traditionnels. C’est sûr, on est vraiment dans un autre monde et déjà l’image qu’on se faisait des Chinois vole en éclat et on découvre un peuple souriant et extrêmement généreux.

chine-yuanyang-riziere-1

chine-yuanyang-riziere-2

DSC09483

@playingtheworld-yunnan3

2 jours à Laozhai : entre vie locale et balade dans les rizières

Nous avons trouvé un hôtel en plein coeur du village et tout proche des rizières : le Timeless Hôtel ! Et nous avons adoré l’endroit. Il faut dire qu’après la nuit blanche et la grosse matinée de transport que nous venions de faire, on était plus qu’heureux de nous reposer dans des lits ultra confortables. Et puis, l’hôtel est situé à une cinquantaine de mètres d’un magnifique point de vue sur les rizières. Idéal donc pour assister au lever du soleil. Un moment unique où on était presque les seuls étrangers à observer le soleil se lever et inonder de ses premiers rayons les bassins d’eau encore endormis.

@playingtheworld-yunnan-rizieres

DSC09519

@playingtheworld-yunnan-rizieres2

Il est possible de faire une excursion d’une journée avec guide dans les rizières. Mais nous avons préféré les découvrir par nous même en allant nous balader directement au milieu des champs de riz en terrasse. Une promenade très agréable qu’on a partagée avec Aurélia et Alex (blog Route 306), deux Français également en tour du monde. On a passé deux jours super agréables avec eux, à parler de voyages et de Chine. Ils nous ont donné de super conseils pour réussir notre voyage dans l’empire du milieu. On espère les recroiser en Amérique Latine ! 😉

@playingtheworld-yunnan-rizieres3

@playingtheworld-yunnan2

@playingtheworld-yunnan4

@playingtheworld-yunnan4

.

.

On ne pouvait pas rêver un meilleur début de voyage en Chine. Notre rencontre avec Aurélia et Alex, nos premiers contacts plein de rires avec les Chinois, le spectacle des rizières au petit matin… Ces 48h en haut de la montagne et au coeur des rizières de Yuanyang nous ont remotivés et ont rechargés nos batteries pour partir à la découverte de ce grand pays. Prochaine étape : la petite ville de Lijiang, point de départ pour les gorges du saut du tigre.

@playingtheworld-yunnan

Infos utiles :

Comment arriver de Hekou : Bus local 48 yuans (6,50€) jusqu’à Nansha (3h) puis 10 Yuans (1,30€) jusqu’à Xinjie (1h)

Taxi de Xinjie à Laozhai : 15-20 Yuans par personne (2-3€)

Où dormir : Timeless Hôtel à Laozhai, 148 Yuans la chambre double (20€) et 40 yuans le lit en dortoirs (5,40€), malheureusement le dortoirs était complet.

Où manger : Nous avons mangé dans l’hôtel uniquement, les plats étaient délicieux, entre 15 et 40 Yuans (entre 2 et 6€)

timeless2 DSC09601

Rejoindre Kunming : Départ à la gare routière de Xinjie, 137 Yuans chacun (7h de trajet)

Leave a comment