Posts tagged ‘France’

Les beaux jours reviennent, c’est la saison des week-ends à la mer ! En tant que Parisiens, une seule destination nous vient en tête lorsqu’on organise nos échappées sur la côte : Deauville ! Fort de ce constat, l’Office de Tourisme de Fécamp nous a invité à venir découvrir sa jolie station balnéaire blottie au bord de l’eau entre deux murs de falaises impressionnantes. Pendant deux jours, nous avons exploré le littoral mais aussi l’intérieur des terres. Et là, loin des planches et de la jet-set, c’est un tout autre visage de la Normandie qui s’est offert à nous. Une Normandie authentique, calme et venteuse mais qui recèle bien des trésors. On vous propose de découvrir Fécamp et ses environs à travers 5 expériences.

Visiter l’écomusée du cidre et de la pomme : bienvenue en Normandie !

On ne pouvait pas commencer notre week-end en Normandie sans rendre hommage à l’emblème de la région : la pomme ! (Bon, c’est aussi un peu notre emblème puisqu’on s’est rencontré dans un champ de pommes en Australie 😉 ) Nous nous sommes donc rendu à l’Écomusée du cidre et de la pomme, à 10 minutes en voiture de Fécamp, à l’intérieur des terres dans le pays de Caux pour tout connaître de la fabrication du cidre. Comme on était en hiver, les machines n’étaient pas sorties mais Marie-Claire, la femme de l’exploitant, nous a expliqué à l’aide de vidéos très pédagogiques toutes les étapes de fabrication du cidre artisanal, de la plantation des pommiers, à la mise en bouteille en passant par la cueillette des pommes, l’extraction du jus et la fermentation. Une visite vraiment très intéressante, le tout agrémentée bien évidemment d’une dégustation de cidres et de jus de pomme.

Marie-Claire nous a également parlé du concept de clos masure, le nom donné aux fermes du pays de Caux entourées d’un talus sur lequel sont plantés de hauts arbres pour protéger l’exploitation des vents souvent violents dans la région… et des voisins trop curieux ! Si notre baby-trotteur a adoré la dégustation de jus de pomme, elle a surtout été attirée à l’extérieur par l’élevage d’oies normandes et la présence de Tartopom, l’âne de la ferme.

Plus d’infos sur l’écomusée du cidre et de la pomme : www.ecomuseeducidre.fr

Faire des randonnées

Ce n’est pas les circuits de randonnées et de promenades qui manquent à Fécamp. Et même avec des rafales de vents frôlant les 100km/h que nous avons affrontées lors de notre séjour, ces sentiers offrent de magnifiques points de vue sur la ville.

  • marcher sur la plage de galets et aux pieds des falaises

Fécamp est une ville suffisamment petite pour tout faire à pieds. Juste après le petit-déjeuner, avant de rentrer au gîte le soir et même en plein milieu de la journée, nous avons beaucoup aimé nous promener le long du front de mer. Nous aurions aimé davantage longer les falaises mais la marée haute le samedi et la tempête le dimanche nous ont contraint à garder nos distances avec ces géants de pierres. Côté spectacle naturel en revanche, on en a prit plein les yeux.

  • monter jusqu’au Cap Fagnet, sur la trace des Vikings et de la Seconde Guerre Mondiale

Le Cap Fagnet, c’est un peu la star de Fécamp. Situé au nord du port, il domine la ville de toute sa splendeur. Un chemin de randonnée part de l’Office de Tourisme pour partir à l’assaut de la colline. En ce qui nous concerne, nous avons fait les paresseux et y sommes montés en voiture. 😉 Arrivés au sommet du Cap, nous avons pu apprécier une vue imprenable sur Fécamp d’un côté et sur les falaises blanches qui s’étirent à perte de vue de l’autre. Le chemin de randonnée nous entraîne entre les blockhaus construits par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale pour se protéger du débarquement allié et la chapelle Notre-Dame du Salut où les marins viennent régulièrement déposer des ex-voto pour leur apporter « bon vent et bonne mer » lorsqu’ils prennent la mer.

  • se rendre de Yport à Fécamp depuis le sommet des falaises

Depuis le Cap Fagnet, on peut apercevoir au loin la petite ville de Yport, joignable depuis un chemin de randonnée au sommet des falaises (compter environ 1h30 de marche). Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de faire cette marche mais par beau temps, je suis sûr que cette ballade doit être magnifique.

Pédaler sur la vélo-route du Lin

Si la côte fécampoise est magnifique avec ses longues plages de galets et ses impressionnantes falaises, l’arrière pays vaut également le détour. C’est sans effort grâce à nos vélos électriques que nous avons remonté la vélo-route du lin, remontant par la même occasion l’histoire du pays de Caux. La vélo-route du lin est une piste cyclable reliant Fécamp à Dieppe. Elle a été construite sur une ancienne voie de chemin de fer, ce qui explique qu’elle soit si plate (et donc si facile à arpenter). Pendant près de deux heures et sur 28km de pistes, nous avons longé la Valmont, un petit cours d’eau le long duquel s’est construite toute l’activité de la région avec ses nombreux moulins à eau, ses bassins de pisciculture, ses champs de cresson… Une ballade très agréable au milieu de la campagne normande qui nous a menée jusqu’au charmant village de Valmont. Malheureusement, nous n’avons pas pu emmener Elia avec nous car on ne voulait pas qu’elle attrape une otite ou une conjonctivite avec le vent froid. Nous nous sommes donc partagés l’aller et le retour en vélo électrique.

Mais au fait, pourquoi cette route s’appelle-t-elle la vélo-route du Lin ? Et bien tout simplement parce qu’après la guerre, la région était la première productrice de lin en France.

Infos utiles

  • Nous avons loué nos vélos électriques chez CoffeeBike, au point de départ de la vélo-route du lin à Fécamp. Il existe aussi une boutique à Valmont.
  • à partir de 5€/h pour un vélo électrique
  • www.coffeebike-normandie.com
  • NB : Si vous êtes plutôt mer que terre, vous pouvez également parcourir la vélo-route du littoral, plus pentue puisqu’elle grimpe au sommet des falaise et avec quelques tronçons communs avec les voiture.

Flâner à Yport : la petite Fécamp

Nous avons profité de notre séjour dans le pays de Caux pour découvrir le temps d’un déjeuner une autre station balnéaire pleine de charme : Yport. Quelques heures suffisent pour explorer les quelques rues de cette petites cités, elle aussi blottie entre les falaises. On y a retrouvé ces maisons à l’architecture typiquement normande qu’on adore et on est allé observer les vagues déchaînées se fracasser contre les galets. Bref, Yport est l’endroit idéal si on cherche un peu de quiétude pendant quelques heures.

Visiter le palais Bénédictine et découvrir le secret le mieux gardé de Fécamp

De retour à Fécamp après notre parenthèse à Yport, nous avons visité le joyaux architectural de la ville : le palais Bénédictine. On pourrait croire que ce bâtiment à appartenu à un quelconque noble normand de la Renaissance… Perdu ! Le palais Bénédictine a été construit en 1900 par un négociant en vin pour y cacher son trésor : la seule distillerie au monde de Bénédictine.

La Bénédictine est une liqueur créée à Fécamp au Moyen-Âge par un moine bénédictin (d’où son nom !). La recette de cet élixir, à base de plantes locales et orientales a été perdue pendant la Révolution et retrouvée des siècles plus tard par un négociant en vin (celui qui a construit le palais). Après avoir visité quelques salles style renaissance, on découvre la distillerie du fameux élixir local. Une super visite qui se termine par… une dégustation sous la verrière du palais ! 😉

Plus d’infos sur le palais bénédictine : www.benedictinedom.com

Notre ressenti

Malgré un froid de canard et un vent très violent, nous avons littéralement été conquis par Fécamp et sa région. On a apprécié l’atmosphère et le calme de cette ville de bord de mer. Et même si l’été doit apporter son lot de touristes, nous sommes convaincus que la ville garde son atmosphère calme et familiale si agréable. Bref, c’est une destination idéale pour prendre un bon bol d’iode.

Infos utiles sur Fécamp

Où dormir à Fécamp ?

Nous avons passé deux nuits à La Marine romantique, une maison d’hôtes élégante, confortable et idéalement située à deux rues de la plage.

Où manger à Fécamp

  • Chez Nounoute

C’est simple, c’est notre coup de coeur gastronomique sur Fécamp. Chez Nounoute, on mange de succulents produits de la mer. Tout est local, même les accompagnements. Poissons et fruits de mer d’une fraicheur imbattable… même le pécheur vient manger son poisson chez Nounoute (il était à la table à côté de nous !). Sans oublier des desserts tout aussi délicieux, l’accueil chaleureux de la patronne et le petit verre de Bénédictine en digestif. Franchement, on comprend pourquoi tout le monde à Fécamp nous vantent les mérites de cette table.

  • La table de Benoît

Bien situé en plein cœur de Fécamp, la table de Benoît propose une cuisine simple mais néanmoins délicieuse dans un joli cadre.

Bon plan pour économiser de l’argent en voyageant : utiliser le site de cashback iGraal !

Voici un bon plan pour ceux qui organisent leurs voyages en avance sur Internet. Hébergement, vol, train, location de voiture… le site de cashback iGraal.com vous permet d’économiser de l’argent dès que vous faites un achat sur Internet. En réservant une chambre sur Booking par exemple, vous récupérer 4% de votre achat. C’est 3,5% sur Hostelworld. Et cela fonctionne pour de nombreux site (La FNAC, La Redoute, Darty…). Une fois votre compte créé sur iGraal, vous êtes redirigé sur le site de réservation d’hôtel de votre choix. Il ne vous reste plus qu’à réserver votre hôtel normalement et une fois le paiement effectué, iGraal crédite sur votre compte le pourcentage remboursé. Dès que vous avez 20€, vous pouvez demander à iGraal un virement sur votre compte bancaire. De quoi voyager encore plus ! 😉

Si ce bon plan vous intéresse, voici notre lien de parrainage iGraal pour obtenir 5€ à votre inscription ! 🙂

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager autour de vous et à épingler notre photo ci-dessous sur Pinterest !

Merci à l’Office de Tourisme de Fécamp qui nous a invité à découvrir sa jolie ville.
Tous nos avis et ressentis exprimés dans cet article restent libres et personnels.

Merci également à Aurélie pour l’organisation

Leave a comment

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (21)

Il y a certains voyages qui surprennent plus que d’autres. Et pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour se sentir dépaysé. C’est ce qu’on a pu constater en visitant un département situé à 3h de Paris (1h en train). Un endroit où il fait bon vivre : la Mayenne !

La Mayenne, c'est ici ! (crédit : Sam/@1dessin1film)

La Mayenne, c’est ici !
(crédit : Sam/@1dessin1film)

Lors de notre premier week-end en Mayenne (été 2017), nous sommes tombés sous le charme discret de ce département méconnu situé à l’entrée de la Bretagne. Avec ses petits villages de caractères, ses châteaux cachés un peu partout et sa nature abondante et verdoyante on avait adoré se balader et essayer un nouveau mode de voyage : le Slow Travel (voyager au ralenti ou en prenant son temps pour les non bilingues ! 😉 )

Conquis par cette première impression, on n’a pas pu résister à l’envie de revenir. Mais cette fois-ci pas de road-trip, c’est en bateau qu’on a découvert le sud du département.

Car oui, la Mayenne c’est un département mais c’est aussi un fleuve navigable ! (Et ouais, y’a pas que le canal du midi en France !) Et vous savez quoi ? On a adoré ce nouveau mode de transport ! Alors bienvenue à bord, on vous embarque pour deux jours de croisière au fil de la Mayenne…

 

Comment organiser une croisière fluviale sur la Mayenne ?

Il existe plusieurs loueurs de bateaux sans permis pour naviguer sur la Mayenne. Nous  avons embarqué avec Anjou Navigation, une entreprise familiale qui possède une vingtaine de bateaux pouvant accueillir jusqu’à 12 personnes. Pour ce week-end nous sommes 6 adultes et 2 bébés. Notre bolide pour le week-end est le Nicols 1100 !

CONFORT-1100

Combien ça coûte ?

Vous pouvez louer un bateau pour 2 personnes à partir de 420€ le week-end. Les bateaux de 6 à 9 personnes comme le nôtre peuvent être loué à partir de 804€. Pour plus d’infos sur les prix, vous pouvez consulter le site : www.anjou-navigation.fr/

Quel itinéraire pour 2 jours de croisière fluviale ?

Voici quelques exemples de parcours possibles pour un séjour fluvial sur la Mayenne depuis Paris.

  • aller à Laval en train, descendre le fleuve, reprendre le train à Angers (ou inversement)
  • faire un aller retour pour revenir à son point de départ
  • faire un aller simple et avoir une voiture qui attend à l’arrivée

En ce qui nous concerne, notre croisière nous mène de Laval à Grez-Neuville soit 69km à descendre et 22 écluses à franchir au rythme effréné de 10 km/h ! On vous avait dit que c’était du SlowTravel !

Itinéraire mayenne

Notre croisière fluviale sur la Mayenne

Vendredi soir 18h. Sitôt sortis du travail, nous fonçons à Laval, point de départ de notre boat-trip. A notre arrivée, Michel de l’Office de tourisme de la Mayenne est là pour nous emmener à notre bateau amarré en plein cœur de la ville. Avec ses vieilles bâtisses et sa cathédrale qui nous entourent, le cadre est déjà grandiose. Déjà nous sentons les prémices d’un week-end qui s’annonce bien !

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (4)

Le lendemain matin 9h, tout le monde est sur le pont pour le départ. Raphaël, le propriétaire du bateau nous explique comment diriger notre navire. Heureusement, pas besoin de permis ni de connaissances en navigation, le bateau se conduit très facilement. S’amarrer, faire demi-tour, passer une écluse, lire une carte fluviale sans oublier de lever l’ancre… Raphaël nous apprend les principales manœuvres à connaître pour être sûr de ne pas finir au fond de l’eau !

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (5)

Et nous voilà partis pour 2 jours de croisières ! Très rapidement, chacun trouve une occupation à bord : préparer les repas, aider à passer les écluses, servir l’apéro, faire coucou aux vélos et aux randonneurs qui longent le fleuve sur le chemin de halage, bronzer sur le pont… Bref on se la coule douce ! Mais ce qu’on préfère, c’est admirer le paysage qui défile calmement sous nos yeux. A peine quitte-t-on Laval qu’on se retrouve en pleine nature. De chaque côté du fleuve, des arbres et des champs à perte de vue. Et sur le fleuve : très peu de bateau. On se sent tellement libre et seuls au monde…

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (13)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (28)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (57)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (29)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (63)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (36)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (61)

On a un peu d’appréhension au passage des écluses mais on prend très rapidement le coup de main. On en profite alors pour discuter avec les éclusiers, tous super gentils et accueillants. L’un d’eux est même coutelier et a créé un couteau nommé l’Anjou (c’est un peu leur laguioles à eux !)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (18)

 

On s’arrête de temps à autre sur les nombreux pontons qui jalonnent la descente. Ici pour pique-niquer, là pour nous promener dans un charmant petit village comme Ménil ou encore Daon.

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (56)

Dans les rues de Ménil

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (42)

En fin de journée, nous cherchons un ponton avec de l’électricité où nous amarrer. Mais comme on veut aussi passer la nuit en dehors des villes, on passera la nuit au bord d’une écluse sans pouvoir recharger nos batteries. Heureusement, le bateau a assez d’autonomie pour tenir deux jours. Cette vaine recherche nous a cependant permis d’apprécier la navigation au coucher du soleil. Une fois de plus, nous sommes seules sur le fleuve. Tout est calme. La chaleur de l’après-midi a laissé place à une fraîcheur bien agréable. Pas une onde ne vient rider la surface de l’eau qui est incroyablement lisse. Les hérons regardent passer notre embarcation sur leurs longues échasses. Les arbres se reflètent dans les fleuves avec les belles couleurs du coucher du soleil. L’ensemble dessine un paysage magnifique. Certainement l’un de nos plus beaux souvenirs de ce week-end !

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (49)

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (41)

Le lendemain, nous reprenons notre croisière jusqu’à Grez-Neuville. Toujours le même rythme lent et agréable, toujours les mêmes petits villages où on adore se promener. Et une fois de plus, on « tombe malencontreusement » dans le fleuve ! Quel dommage ! Mais ça fait du bien !

Webp.net-gifmaker (1)

Alors qu’on profite d’une baignade bien rafraîchissante, un orage gronde à l’horizon. Nous passons la dernière demie-heure sous une pluie battante. A Grez-Neuville, Michel est là. Il nous attend sur le ponton pour nous ramener à nos voitures restées à Laval. La croisière est belle est bien terminée. Sur le chemin du retour, je vois défiler les panneaux routiers indiquant les villages qu’on a traversés en bateau. En voyant les champs à pertes de vue il est impossible de deviner qu’une vallée luxuriante s’étend à quelques kilomètres de là.

©playingtheworld-mayenne-fleuve-bateau-laval (74)

Notre ressenti 

C’est simple, on ne pensait pas autant aimer le tourisme fluvial. Disons le clairement, ce qu’on pensait être une « activité de vieux » est en fait l’un des trucs les plus cool qu’on a pu tester. On a A-DO-RE !!! Et même avec des bébés, le voyage se fait aussi super facilement. On n’a que deux regrets concernant ce séjour fluvial en Mayenne :

  • on aurait aimé avoir plus de temps pour descendre jusqu’à Angers (et même plus loin…)
  • on aurait aimé passer une dernière nuit en Mayenne car le retour à Paris après deux jours en pleine nature est assez brutal. 

On garde cependant un excellent souvenir de cette première expérience de tourisme fluvial et on a hâte de recommencer. 🙂

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Merci à l’Office de tourisme de la Mayenne (les Vallées de la Mayenne) qui nous a invité à découvrir son beau département.
Tous nos avis et ressentis exprimés dans cet article restent libres et personnels.

Merci également à Michel pour l’organisation

Leave a comment