DSC07176

Passer la frontière cambodgienne depuis les 4 000 îles au Laos est un véritable enfer nous a-t-on dit… Les prix pour atteindre le Cambodge en bus sont chers et les bus mettent beaucoup plus de temps que prévu. On a donc suivi les conseils des blogueurs Some Steps Aways et sommes passés par une compagnie privée sur internet : AVT.

Le trajet Don Det – Siem Reap coûte environ 350 000 Kips en agence (39€) et met parfois plus de 15h (répartis en plusieurs bus de jour). Avec AVT, c’est 20 $ par personne depuis la frontière Cambodgienne. Il faut juste se rendre par ses propres moyens à la frontière et l’avoir passée avant 11h30, heure de départ du bus AVT.

Nous avons donc réservé notre ticket sur le site : www.asiavantransfer.com . Un mail de confirmation nous a été envoyé avec toutes les explications sur le trajet. Maintenant, il ne reste plus qu’à passer la frontière. Et c’est plus facile à dire qu’à faire…

Notre parcours Don Det – frontière Laos Cambodge 

Nous avons pris le premier bateau qui part de Don Det à 8h pour rejoindre Ban Nakasang (15 000 kips par personne ; le billet s’achète à bord). De là, nous avions le choix entre un bus qui rejoint la frontière en 15 minutes et qui coûte 94 000 kips par personne (10€) ou trouver une moto taxi beaucoup moins chère. Nous avons négocié une moto taxi pour 100 000 kips pour 2 (11€). Le trajet a duré 30 minutes et le chauffeur nous a déposé à 2 km du poste frontière. Apparemment ils nont pas le droit de s’en approcher plus. Nous avons terminé en marchant environ 30 minutes.
Sur tout le trajet aucun bus ne nous a dépassé, donc le temps d’attente à Ban Nakasang devait être assez long et la moto-taxi est finalement la meilleure option…

Le passage de la frontière Laos – Cambodge

Nous nous sommes présentés au guichet côté Laos aux alentours de 9h45. Le douanier nous a demandé 2$ chacun en frais de sortie. On s’y attendait ! Nous avons refusé en disant que c’est illégal et que ça s’appelle de la corruption. Les douaniers n’ont pas voulu tamponner nos passeports. Nous avons donc attendu. Nous leur avons dit que nous avions le temps (ce qui n’était pas entierement vrai car le bus nous attendait à 11h30 et que nous savions que nous devrions répéter cette procédure à l’entrée du Cambodge). On est retourné à la charge à plusieurs reprises. Rien à faire. Les douaniers ont refusé systématiquement de tamponner nos passeports. Ils ont été très désagréables et nous ont pris de haut. Après 30 minutes d’attente, nous avons tenté de discuter à nouveau et j’ai cédé en leur proposant de payer 20 000 kips pour 2 (1€ chacun). Même la corruption se négocie ! Ils nous ont immédiatement fait le tampon de sortie. Romain pense qu’on aurait pu attendre encore un peu mais bon…

Entre les deux frontières des faux médecins nous ont interpellé, nous faisant signe de venir dans leur petite cabane où il est écrit “zone de quarantaine”. Il paraît qu’ils demandent ensuite 2$ par personne pour prendre notre température. Nous étions prévenus et les avons ignorés. Ils n’ont pas cherché à nous rattraper.

Il est 10h20 et nous remplissons notre demande de visa pour le Cambodge. Le prix officiel du visa est de 30$. Le douanier nous en demande 35$ : 30$ pour le visa et 5$ pour le coup de tampon sur le passeport. Nous refusons en disant qu’on a que 30$ sur nous. Ils nous demandent de nous asseoir. Nous répétons la même procédure qu’avec les douaniers laotiens, en expliquant calmement que c’est illégal, que c’est de la corruption. Ils ne veulent rien savoir et nous invite à nous assoir jusqu’à ce qu’on soit décidé à payer. Nous nous asseyons donc et commençons à attendre. Et là, on ne sait pas ce qui nous a pris, on a commencé à chanter des chansons pour enfants ! On ne doit pas être d’assez bon chanteur et nos douces voix ne leur ont sans doute pas plu. Au bout de 5 minutes, le douanier nous fait signe d’approcher et nous demande de payer les 30$ réglementaire. Gagné… enfin pas tout à fait ! Il colle le visa sur notre passeport mais nous dit qu’au guichet suivant il faudra payer les frais pour le tampon. Nous nous présentons devant le guichet “police immigration”. Nous montrons notre passeport et remplissons une carte d’entrée dans le pays. Le nouveau douanier nous demande 2$ chacun (tiens ça a baissé de 3$ en 5 minutes…). Nous refusons. On a le visa et on est “bloqué” dans une zone internationale, on sait qu’ils ne peuvent pas refuser de  nous laisser entrer au Cambodge. Le douanier le sait autant que nous et ne cherche pas à nous intimider plus que ça. Il tamponne nos passeports avant de nous les balance sur le comptoir ! On a réussi ! 🙂

Arrivée au Cambodge

Il est 10h30 et nous sommes au Cambodge. Nous avons mis 45 minutes au total mais avons payé seulement 31,50$ chacun au lieu des 37$ réclamés par les douaniers des deux pays.

Mr Hour d’AVT nous attend. Il nous fait patienter dans un restaurant où le guichet AVT est affiché. Nous prenons un minivan à 11h30 direction Siem Reap. Sur le trajet nous faisons une escale de 30 minutes à Stung Treng de 13h30 à 14h. Ensuite nous changeons de minibus et nous roulons 4h.

Le trajet se passe merveilleusement bien. Nous arrivons à Siem Reap à 18h, impatient de découvrir ce nouveau pays en commençant par un endroit qui nous fait rêver depuis bien longtemps : les temples d’Angkor !

Découvrez nos articles sur le Laos :

>>> Conseils pour passer la frontière Thaïlande – Laos (côté Chiang Rai)

>>> Le Laos en stop : De Luang Prabang à Vientiane

>>> Le jour où j’ai testé l’hôpital au Laos

>>> Road-trip sur le plateau des bolovens

>>> On a testé le HelpX : prof d’anglais au Laos

>>> 3 semaines au Laos : bilan, budget, itinéraire

 

7 Responses to “Comment passer la frontière Laos – Cambodge et éviter la corruption ?”

  1. Claudie

    TESTÉ ET APPROUVÉ!
    Nous avons franchi la frontière lao-cambodgienne hier et, grâce à la lecture de votre blogue et à vos judicieux conseils, on a évité les frais de corruption/tampon (autant du côté laotien que du côté cambodgien) et on a payé le prix juste, soit 30 $, pour le visa cambodgien.
    Disons qu’ils n’ont pas du tout apprécié les chansons pour enfants qu’on leur a chantées!
    #chansonscontrelacorruption #joignezlemouvement

    Répondre
    • playingtheworld

      Hahaha… bien joué Claudie !
      Les douaniers vont finir par connaître ces chansons par coeur !!!
      Bon séjour au Cambodge. 😉
      #joignezlemouvement

      Répondre
  2. AuroreVoyage

    Nous passons la frontière vendredi et avons envoyé un mail pour réserver par AVT.
    EN EVANCHE JE SAIS pas si on aura le courage de négocier et de refuser comme vous l’avez fait ! Chapeau !

    Répondre
  3. john

    sa fais telement piter serieux , apres on dis que les francais sont radin et oui c est le cas , donner votre salaire a ses gens , peut etre il vous demanderont pas 2 dollar , serieux 2 dollar c est la fin du monde ??

    bande de rapace
    restez en fr la prochaine fois

    Répondre
  4. playingtheworld

    Cher John,

    Derrière la question redondante de “sommes nous à 2 dollars près ?” la question qu’il faut vraiment se poser est “veut-on vraiment encourager la corruption dans ces pays ?”
    J’aimerais beaucoup avoir ton avis sur cette question, toi qui sembles avoir beaucoup voyagé (mais sans fautes d’orthographe s’il te plait !;-)…

    Répondre

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.